Philippe Koch : "J'ai eu grand plaisir à jouer avec les musiciens algériens"

Publié le Mis à jour le

Image

Philippe Koch D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un musicien belge réputé, et vous venez de jouer avec l’orchestre symphonique d’Alger dans le cadre des festivités de la commémoration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, quelles sont vos impressions ?

Philippe Koch : J’ai eu grand plaisir à les rencontrer. Ce sont des gens très motivés. On a commencé à répéter hier à Mons où nous nous sommes vus pour la première fois. Nous avons fait le même concert hier soir et nous avons travaillé tout l’après-midi sur cette pièce que les musiciens avaient un peu travaillée chez eux avec le chef d’orchestre, mais jamais avec moi. Or, ce qui est difficile dans ce morceau pour eux, c’est de me suivre, c’est qu’on joue ensemble. Donc ils étaient très motivés, très à l’écoute, et nous avons travaillé pendant une heure et quart à fond et avec beaucoup de réussite, je dois dire, parce qu’ils ont très très vite évolué, ils sont très musiciens donc ils comprennent très vite les choses et se sont très rapidement améliorés. On a encore évolué au cours des répétitions de cet après-midi. J’ai redemandé des petites choses et je les ai senties le soir. Ils ont vraiment donné tout leur cœur et fait le maximum.

J’ai remarqué qu’il y avait une véritable fusion entre le répertoire classique européen et la musique algérienne. Que pouvez-vous nous en dire ?

J’ai éprouvé un très grand plaisir. J’avais déjà écouté hier des coulisses parce que je n’avais pas eu le temps d’entrer dans la salle après avoir joué, mais aujourd’hui je me suis dépêché de rejoindre la salle juste après mon passage pour écouter. J’ai donc pu bien entendre cette fois et j’en ai éprouvé beaucoup de plaisir. Je pense qu’il y a beaucoup de thèmes populaires qui ont été très bien arrangés par de bons compositeurs algériens afin d’être joués par un orchestre symphonique, et ça donne très très bien.

Que pouvez vous dire en ce 5 juillet au peuple algérien à l’occasion de sa fête nationale ?

Je leur souhaite une très très bonne fête, un bon anniversaire et que tout se passe pour le mieux dans l’avenir, parce qu’on voit tous les problèmes pour l’instant de ce côté du monde et qui nous préoccupent aussi beaucoup pour votre bien-être. J’espère que ça ira dans le bon sens de ce que vous souhaitez de meilleur dans tous les cas. 

Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen

Philippe Koch est un violoniste issu d’une grande famille de musiciens. Il est diplômé du Conservatoire royal de Liège où il enseigne aujourd’hui. Premier Konzertmeister de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, il poursuit parallèlement une carrière de soliste à travers l’Europe, le Japon, les États-Unis et l’Amérique du Sud. Il se produit dans plusieurs ensembles (Trio Grumiaux, Quatuor Louvigny et le Brussel String Quartett dont il est le premier violon). Sa discographie s’élève à plus de 25 CD et comprend des oeuvres allant de Mozart à Bussotti

 

Advertisements