Jour: 23 octobre 2013

Pas touche à l’Algérie, M. Robert Fisk !

Publié le Mis à jour le

008341a394bb3451c09a6dc2538c-grande

Robert Fisk, prophète de l’horreur. D.R.

Comme cadeau d’anniversaire pour le 1er Novembre, nous avons été servis par la plume des multinationales. En effet, M. Fisk, dans votre article du 20 octobre publié dans The Independant et qui nous a été communiqué par le député Georges Galloway, vous faites un parallèle monstrueux entre l’histoire de notre Révolution, notre tragédie nationale et la guerre en Syrie, tout en affirmant le contraire et qu’il ne faut pas comparer. Vous nous racontez des inepties, nous promenant de l’assassinat du chef des renseignements syriens, le général Jamaa Jamaa, à notre glorieuse Révolution en vous inclinant au passage devant le totem occidental du «qui-tue-qui». Vous accusez notre Armée de libération nationale d’avoir massacré le peuple algérien pendant la Révolution et passez à la vitesse supérieure pour encore imputer à notre armée d’avoir été responsable des tueries lors de la décennie sanglante, en dédouanant les islamistes terroristes qui n’auraient rien à se reprocher, d’après vous. Nous vous connaissons très bien, M. Fisk. Vous avez été payé pour accuser l’armée égyptienne de la même manière que vous le faites dans cet article au sujet de l’armée algérienne. Vos liens avec le MI6 ainsi qu’avec la DGSE ne sont plus à démontrer depuis bien longtemps. N’enfourchez pas trop vite votre canasson, M. Fisk, nous avons des choses à vous dire. Lire la suite »

Publicités

David Swanson : «Le gouvernement américain est le plus grand pourvoyeur de violence»

Publié le Mis à jour le

davidimage1

David Swanson. D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes le plus dynamique et le plus cohérent des activistes anti-guerre aux Etats-Unis aujourd’hui. Comment analysez-vous la situation en Syrie ?

David Swanson : C’est une crise humanitaire majeure. En d’autres termes, il s’agit d’une guerre alimentée de part et d’autre par des armes et des munitions extérieures. Elle ne se réduira que par l’arrêt du flux des armes, un cessez-le-feu, même imparfait au début et un règlement négocié. Cela ne s’améliorera pas tant qu’il y aura escalade ou prolongation de la violence. Dans la perspective du mouvement anti-guerre aux États-Unis, quelque chose d’extraordinaire vient d’arriver. La pression publique a poussé le Parlement britannique à refuser la demande d’intervention du Premier ministre pour la première fois depuis la reddition de Yorktown, et le Congrès américain a suivi pour faire comprendre au président américain que sa demande d’autorisation pour faire la guerre à la Syrie ne passerait pas par le Sénat ou par le Parlement. Lire la suite »

Jean Bricmont à Algeriepatriotique : «Ni Barack Obama ni les militaires ne veulent la guerre en Syrie»

Publié le

Jean Bricmont. D. R.

Jean Bricmont. D. R.

 

Algeriepatriotique : Comment évaluez-vous la situation qui prévaut en ce moment en Syrie, notamment avec les menaces de frappes américaines et le risque d’une guerre totale ?

Jean Bricmont : Je ne pense pas qu’il y ait un risque de guerre totale parce que les Russes ne feront rien, ils ne veulent pas d’une guerre mondiale, je ne crois pas non plus que la Syrie ou l’Iran attaqueront Israël parce qu’ils sont effrayés par une guerre de cette ampleur. Tout dépendra évidemment de l’importance des frappes. Dans l’administration américaine, il y a différentes tendances, je crois que ni Obama ni les militaires ne veulent la guerre. Les gens qui veulent la guerre, c’est une alliance entre les Saoudiens comme le prince Bandar, les néo-conservateurs qui sont des sionistes radicaux, et ce que j’appelle les défenseurs des droits de l’Homme, c’est-à-dire les partisans de l’ingérence humanitaire, comme Susan Rice qui est conseillère à la sécurité nationale pour Obama, ou Samantha Power qui est l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU. Il faut bien se rendre compte que les Etats-Unis comme la Grande-Bretagne d’ailleurs ne sont pas homogènes sur cette question, il y a des divisions et il faut jouer sur ces divisions. Lire la suite »

Nous, pirates algériens, face aux chameliers du Qatar !

Publié le

Et dire qu’on nous a accusés d’acte de piraterie, nous les descendants des corsaires qui ont régné sur la Méditerranée ! C’est pourtant dans l’ordre des choses si nous nous approprions nos droits face à des pays qui ne respectent aucun droit. Les plumitifs de tous bords se sont offusqués du «piratage» du match de foot de l’équipe nationale par la télévision algérienne en évoquant le manque de tolérance de notre chaîne de télévision, et cela me rappelle une citation quand j’entends le mot tolérance : «Il y a des maisons pour ça.» Qu’avons-nous fait à part arracher nos droits à des chameliers illettrés qui ont gangrené le monde du foot, de la politique, et pollué l’espace et le temps ? Le Qatar, insignifiante bande de sable accrochée à un continent, minuscule pays qui se résume à une seule chaîne de télévision, veut jouer les gros bras. Le moment est venu pour nous de leur sortir le grand jeu. Lire la suite »

Diana Johnstone: «La majorité des Américains a d’autres soucis que d’aller faire la guerre»

Publié le Mis à jour le

Diana Johnstone. D. R.

Diana Johnstone. AP D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Les néo-conservateurs pro-israéliens du projet pour le nouveau siècle vont-ils arriver à pousser Obama dans la guerre contre la Syrie, celle-ci n’étant que reportée ?

Diana Johnstone : C’est difficile à dire et ce que je voudrais souligner, c’est qu’il y a un combat d’idées à Washington. Nous avons un establishment, une communauté des affaires étrangères et ses diverses influences qui sont extrêmement divisés. Obama a été obligé d’accepter la proposition russe pour ne pas se soumettre au vote du Congrès qu’il allait perdre, car il est clair que le Congrès allait voter contre le bombardement de la Syrie. Cela aurait constitué une défaite cinglante pour le président, donc, il a accepté cette proposition russe, mais ceux qui veulent aller à la guerre, et ce ne sont pas seulement les néo-conservateurs, sont furieux et cherchent toujours un moyen de bombarder la Syrie. La situation est donc toujours très dangereuse, à mon avis. Lire la suite »

Anne-Marie Lizin à Algeriepatriotique : « Les services secrets algériens sont vraiment très efficaces »

Publié le Mis à jour le

 

Image

Anne-Marie Lizin : «L’armée algérienne est un rempart contre le terrorisme en Europe.» D. R.

Algeriepatriotique : Vous revenez du Forum de Rhodes en Grèce. Pourriez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Anne-Marie Lizin : Il s’agit d’un forum qui se tient chaque année depuis onze ans et qui est organisé par des personnalités autrichiennes, américaines et russes. Ce forum a pour objectif de parler de tous les grands thèmes qui traversent la société mondiale. Le sujet phare est évidemment financier et c’est autour de lui que les principales réunions ont lieu. Mais, cette année, les organisateurs avaient choisi de parler plus particulièrement des endroits où il y avait des frictions religieuses, dont les frictions sunnites-chiites, et la protection des chrétiens de façon générale au Moyen-Orient, et spécialement en Syrie, avec un séminaire spécial qui leur était consacré. Il y a eu d’autres sujets comme l’union eurasienne et la relation avec la Chine. Nous avons aussi eu une vue très complète des débats actuels dans le monde. C’est très intéressant parce que si la partie dominante dans les débats est russe, on sent qu’il y a une volonté d’écouter ce qui se dit ailleurs. La question des grandes options familiales ne va pas aisément coïncider avec la vision de l’Europe occidentale, mais, par contre, sur bon nombre de grandes options comme la Syrie, on sent qu’il y a une vraie volonté, à partir du moment où l’on applique ce qui a été décidé au moment de l’accord proposé par M. Poutine. S’il y a application, il va vraiment y avoir un changement de ton de l’ensemble des composants, notamment des chrétiens qui, eux, ont de plus en plus le sentiment que celui qui les a protégés dans ce conflit, finalement, c’est la diplomatie russe. Lire la suite »

Michel Collon à Algeriepatriotique : «La guerre en Syrie est un plan de recolonisation dont fait partie l’Algérie»

Publié le

Michel Collon : «On a perdu le réflexe de se méfier du colonialisme.» D. R.

Michel Collon : «On a perdu le réflexe de se méfier du colonialisme.» AP D.R.

 

Algeriepatriotique : Comment évaluez-vous le développement de la situation en Syrie en ce moment ?

Michel Collon : Je crois que l’on assiste à un tournant historique. On voit que les Etats-Unis, qui ont été, jusqu’à présent, très arrogants et se permettaient de déclencher des guerres assez facilement, sont maintenant face à une résistance très forte en Syrie, face aussi à un refus de la Russie et face à la résistance croissante des pays du Sud. Le sentiment qui se développe en Amérique latine, en Afrique, dans le monde arabe aussi et en Asie bien entendu, est que les Etats-Unis sont une puissance déclinante, qu’ils mènent une politique égoïste visant seulement à voler les richesses pendant que les peuples restent dans la pauvreté, et qu’il est donc temps de résister à ces guerres qui sont purement économiques, des guerres du fric, et qu’il faut construire un front par rapport aux Etats-Unis et à leurs alliés européens, puisque l’Europe suit les Etats-Unis de manière très docile et hypocrite et est impliquée dans ce système. Lire la suite »