Jour: 29 octobre 2013

Edward S. Herman: «Les crimes des Etats-Unis ne sont jamais appelés génocides en Occident»

Publié le Mis à jour le

Image

Edward S. Herman D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre position par rapport à la crise syrienne ?

Edward S. Herman : Il s’agit d’une guerre par procuration déguisée en guerre civile qui implique l’intervention de nombreux pouvoirs étrangers, et menée par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et la Russie. L’intervention russe est la plus défendable puisqu’elle apporte son aide à un allié de longue date, la Russie étant la seule amie réelle de la Syrie dans la zone méditerranéenne. Les autres intervenants ont essayé de renverser le pouvoir syrien pour le remplacer par une marionnette à leur solde, et de détruire un Etat souverain qui ne serait plus un rival sérieux pour Israël. C’est une situation terrible pour les Syriens et pour le monde, avec un droit international en lambeaux – spécialement le droit contre les agressions, cœur de la charte des Nations unies – et un peuple en train d’être détruit. Lire la suite »

Publicités

L’historien américain William Blum : «Les Etats-Unis sont la plus grande menace pour la paix»

Publié le Mis à jour le

William Blum

William Blum : «Mes livres ne sont jamais mentionnés dans les médias mainstream». D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Quel est l’impact réel de l’affaire d’espionnage révélée par Edward Snowden ?

William Blum : Parlez-vous seulement de Prism ou de toutes les révélations de Snowden ? Au total, ses révélations ont grandement augmenté le scepticisme des Américains quant aux bonnes intentions de leur gouvernement. C’est extrêmement important parce que les Etats-Unis constituent la plus grande menace pour la paix mondiale, la prospérité et l’environnement. Seuls les Américains ont le pouvoir de stopper l’empire, mais ils doivent d’abord perdre leur croyance profondément enracinée selon laquelle les Etats-Unis représentent le bien. Lire la suite »

Le FLN version Saïdani : une imposture

Publié le

Nous revoilà avec une nouvelle dépêche de l’agence Reuters à la veille de la présidentielle. Dans quelle langue Saïdani, le souffleur de gasba, s’est-il exprimé ? Dans la langue du bendir pour cibler nos services de renseignement qui font un travail titanesque de sauvegarde de la souveraineté de la nation. Qui l’a mandaté à parler ? Le FLN version Internationale socialiste, devenu l’ombre de lui-même depuis qu’il s’est livré aux corrompus ayant acheté leur place au Parlement et autres instances contre monnaie sonnante et trébuchante ? La belle trouvaille de ce funeste Saïdani et ses copains ! S’acharner contre notre DRS ! Mais dans quel monde vivons-nous ? Lire la suite »