Le Dr Helen Caldicott : «La plupart des politiciens sont scientifiquement ignorants»

Publié le Mis à jour le

Dr Helen Caldicott : «La catastrophe de Fukushima signifiera la fin de l'énergie nucléaire à l'échelle mondiale». D. R.

Dr Helen Caldicott : «La catastrophe de Fukushima signifiera la fin de l’énergie nucléaire à l’échelle mondiale». D.R.

Mohsen Abdelmoumen : Pensez-vous, comme la plupart des scientifiques, que les politiciens participent à la destruction de notre espace vital ?
Dr Helen Caldicott : Le problème est que la plupart des politiciens sont scientifiquement et médicalement ignorants et ne comprennent donc pas les problèmes associés à l’énergie nucléaire. Ils peuvent subir un lavage de cerveau et être manipulés par l’industrie de l’énergie nucléaire.

Ce qu’il se passe à Fukushima est révélateur de l’impuissance de l’être humain à empêcher les désastres dus à l’énergie nucléaire. Pensez-vous que les décideurs doivent en finir avec le nucléaire et particulièrement avec son utilisation militaire ? 
Oui, toutes les centrales nucléaires doivent être fermées dès que possible et toutes les armes nucléaires doivent être supprimées de la surface de la Terre. Il y en a actuellement environ 20 000 et les Etats-Unis et la Russie possèdent 94% d’entre elles. Ces pays doivent commencer le désarmement d’abord et le reste du monde sera obligé de suivre.

Votre organisation est très active dans le domaine de la protection de l’environnement aussi bien que dans la lutte contre l’utilisation de la science à des fins militaires. Quel est le bilan de vos actions ? Comment évaluez-vous la situation environnementale de notre planète, sachant que des scientifiques que nous avons interviewés nous donnent un espoir de survie n’excédant pas 50 ans ?
Aujourd’hui, il est difficile de dire ce que mes actions ont apporté. Cependant, je pense vraiment que la catastrophe de Fukushima signifiera la fin de l’énergie nucléaire à l’échelle mondiale. Concernant le réchauffement climatique, à moins que les pays du monde ne cessent très bientôt de produire du CO2 issu du combustible fossile, le monde se réchauffera très vite et vers 2114, les températures pourront monter de 6 degrés, ce qui est incompatible avec l’existence humaine.

Quel est le rôle des multinationales dans la dégradation de l’environnement ?
Evidemment, les multinationales ont gagné le contrôle des gouvernements dans le monde entier et elles font n’importe quoi par avidité et profit sans se soucier de protéger l’environnement, d’où le déboisement, le réchauffement climatique, la pollution toxique, la fonte de l’Arctique, les guerres dans le monde, les armes fournies aisément par les fabricants d’armes à l’allié comme à l’adversaire et plus d’un milliard d’enfants sous-alimentés et souffrant d’inanition.

Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen

Biographie  : Née à Melbourne, en Australie, en 1938, le Dr Caldicott a reçu son diplôme de médecin à l’Université de médecine d’Adelaide en 1961. Elle a fondé la Clinique de Fibrose kystique à l’Hôpital pour enfants d’Adelaide en 1975 et a été par la suite professeur de pédiatrie à la Faculté de médecine de Harvard et du personnel du Centre Médical Hospitalier des enfants à Boston, Mass., jusqu’à 1980 d’où elle a démissionné pour s’engager à plein temps dans la prévention de la guerre nucléaire. Depuis, elle partage son temps entre l’Australie et les Etats-Unis où elle anime de nombreuses conférences.

En 1971, le Dr Caldicott a joué un rôle majeur dans l’opposition de l’Australie à l’essai nucléaire atmosphérique français dans le Pacifique. En 1975 elle a travaillé avec les syndicats australiens pour instruire leurs membres des dangers pour la santé du cycle du combustible nucléaire, avec la référence particulière à l’extraction d’uranium.

Vivant aux États-Unis de 1977 à 1986, elle a été l’acteur principal du le renforcement, en tant que Présidente des Médecins pour la Responsabilité Sociale, d’une organisation de 23.000 docteurs engagée dans l’instruction de leurs collègues des dangers de l’énergie, des armes et de la guerre nucléaires. Lors de ses voyages à l’étranger, elle a participé à l’élaboration d’organisations médicales semblables dans beaucoup d’autres pays. L’association de tutelle internationale des Médecins Internationaux pour la Prévention de Guerre Nucléaire a obtenu le Prix Nobel de Paix en 1985. Elle a aussi fondé l’Action de la Femme pour le Désarmement Nucléaire (WAND) aux USA en 1980.

En 2001, elle a fondé l’Institut de recherches de politique nucléaire basé aux Etats-Unis (NPRI), qui est devenu Au-delà du nucléaire. Elle est présidente de The Helen CaldicottFoundation/NuclearFreePlanet.org, qui initie des symposiums et autres projets éducatifs pour informer le public et les médias sur les dangers de l’énergie nucléaire et des armes.

Le Dr Caldicott a reçu de nombreux prix et récompenses pour son travail, y compris le Prix pour la Liberté Culturelle de la Fondation Lannan en 2003, ainsi que vingt et un doctorats honoris causa. Elle a été personnellement nomminée pour le Prix Nobel de la Paix par Linus Pauling, lui-même un lauréat. Le Smithsonian a nommé le Dr Caldicott comme l’une des femmes les plus influentes du 20ème siècle. 

Elle a aussi été le sujet de plusieurs films, dont Huit Minutes avant minuit, portrait du Dr Helen Caldicott nomminé aux Oscars en 1981, Si vous aimez cette planète, qui a remporté l’Oscar du meilleur documentaire en 1982 et La Guerre d’Helen : Portrait d’une dissidente, récompensé par l’Institut du Cinéma Australien pour le meilleur documentaire en 2004 et au Festival du cinéma de Sydney pour le meilleur documentaire en 2004.

Le Dr Helen Caldicott a publié sept livres traduits dans plusieurs langues.

Publié dans Algeriepatriotique le 1/11/2013

Publicités