Parlement européen : le bal des faux-culs

Publié le Mis à jour le

Bruxelles_Parlement_Europeen

Le dieu euro se dresse devant le siège du Parlement européen.D.R.

De quoi je me mêle ! L’arrogance occidentale ne connaît décidément aucune limite quand les parlementaires européens s’immiscent dans les affaires internes de la République algérienne, en demandant entre autres le fichier électoral et en faisant des recommandations concernant les règles démocratiques. Il faudrait peut-être rappeler à ces donneurs de leçons que des milliers de leurs concitoyens se suicident chaque année, acculés à la misère qui leur est imposée par la perte de leur emploi, par la suppression graduelle de leurs droits sociaux, par le manque de projection dans l’avenir, et tous ces fléaux que les dirigeants européens imposent à leurs populations en pratiquant une politique d’austérité budgétaire visant à renflouer des banques qui jouent au casino avec un argent fictif pendant que les truands responsables de la crise économique continuent à percevoir de plantureux revenus ! Les rues européennes se remplissent d’année en année de nouveaux pauvres, de gens largués qui échouent sur le trottoir, sans autre réconfort que l’alcool ou la drogue. Faut-il rappeler à ces tartuffes, quand ils parlent de liberté publique, qu’une directive européenne de 2006 oblige tous les pays membres de l’union à mettre en place un vaste programme de surveillance, imposant aux opérateurs de télécommunications et aux fournisseurs d’accès à Internet de conserver les données relatives au trafic et à la localisation des usagers ? Comment se fait-il que nos boîtes e-mail soient régulièrement «visitées» ? Que nos comptes Facebook soient épluchés, voire carrément supprimés lorsque leur contenu dérange nos régimes «démocratiques» occidentaux ?

Concernant les élections «libres», l’hypocrisie de ces fumistes atteint des sommets ! Rappelons-nous le référendum français de 2005 sur le projet de traité constitutionnel européen, où 55% des électeurs avaient voté «non», avec un taux de participation de 70%. Que s’est-il passé ? On n’a pas tenu compte du vote des citoyens. On comprend très bien pourquoi nos parlementaires tiennent à leur jackpot : une enquête a été faite par le journaliste Thomas Meier, établissant que les parlementaires européens sont très bien rémunérés. Leur salaire de base (qu’ils soient présents ou pas à l’Assemblée) s’élève à 7 339 euros, à cela s’ajoute une indemnité non imposable de 3 980 euros, plus 284 euros par journée de session au parlement (12 en moyenne), soit un total de 14 727 euros nets par mois. Certains parlementaires feraient une brève apparition vers 7h pour s’enregistrer et s’assurer ainsi la paie journalière et disparaître aussitôt. Le reporter Thomas Meier s’est amusé à observer les allées et venues des parlementaires venus s’enregistrer un vendredi matin. Gênés, certains ont pris la fuite à la vue des caméras. Bien entendu, le journaliste a été reconduit à la sortie du parlement manu militari.

Parlons un peu des libertés syndicales : depuis quand, en Europe, les syndicats seraient-ils libres ? En effet, j’aimerais que ces brillants parlementaires m’expliquent comment je pourrais créer un syndicat libre et indépendant en Belgique sans qu’il soit broyé par les lourdes machines syndicales existantes liées au patronat et aux partis politiques omniprésents, qu’ils soient de droite, de gauche ou du centre, dans nos gouvernements successifs depuis des lustres. Je conseille aux parlementaires européens de consulter le rapport Perruchot de 2011 traitant du financement des syndicats en France et dans d’autres pays européens, interdit de publication pendant vingt-cinq ans, dont l’auteur, l’ancien député Nicolas Perruchot, a été menacé de poursuites pénales à l’époque de la sortie de son rapport s’il parlait de cette affaire. L’État français achète la paix sociale en mettant à la disposition des syndicats la somme d’un milliard trois cents millions d’euros chaque année, les entreprises contribuent pour leur part de 2 à 3 milliards, ces sommes astronomiques concernant un total de 17 000 agents. C’est de cette liberté syndicale dont vous parlez, Messieurs ? Expliquez-moi, donc, en quoi consiste la liberté des syndicats quand ceux-ci se prostituent à l’État et au patronat ? Expliquez-moi aussi en quoi ces agents syndicaux représentent les travailleurs qui sont de plus en plus nombreux à connaître la fermeture de leurs usines et la perte de leur outil de travail ?

Quand vous parlez de liberté des associations, de quelles associations parlez-vous ? De toutes celles que nous voyons en Europe ? Vous évoquez certainement des innombrables associations qui encadrent les sans-logis, les femmes battues, les jeunes délinquants désœuvrés et sans avenir, les enfants victimes de viols, les alcooliques, les toxicomanes, bref, ces nombreux refuges pour tous les déshérités de cette société que vous avez instaurée et que vous instituez comme modèle à exporter ?

Quant à l’égalité des sexes, il faudrait actualiser vos montres, Messieurs, nous sommes passés à l’heure d’hiver. Sans doute ignorez-vous que l’Algérie avait eu une femme pilote de chasse bien avant la France, que Madame Fatma-Zohra Aardjoun est générale à l’ANP depuis 2009 (devançant la Belgique qui a promu sa première générale en 2012, et une seule générale aussi en France) ainsi que Madame Fatima Boudouani promue général-major en 2012, que Madame Khalida Toumi est ministre de la Culture, que Madame Louisa Hanoune est chef de parti, que Madame Zorha Drif est sénatrice et vice-présidente du Conseil de la nation algérienne, pour ne citer qu’elles, que l’Algérie regorge de femmes actives à tous les échelons de la société, à l’université, dans les institutions, dans l’armée, la police, les ministères, les administrations. Je vous défie d’aller dire à une femme algérienne qu’elle n’a pas voix au chapitre, vous risquez bien des surprises.

L’égalité des sexes qui semble tant vous tenir à cœur, Messieurs, devrait être à la pointe de votre combat en Europe. Ainsi, un rapport établit qu’en 2012, les violences conjugales ont tué une femme tous les 3 jours en France. En Belgique, il y a eu 44 922 dépôts de plaintes à la police fédérale pour violences conjugales en 2011 (21 838 pour violences physiques et 21 167 pour violences psychologiques) contre 22 962 en 2000, soit près du double. Gageons que ces chiffres ont encore augmenté en 2012 et 2013. En outre, pensez-vous qu’exposer au regard libidineux des passants des femmes en petite tenue dans les vitrines de nos villes soit un signe probant de l’égalité des sexes ? Pourtant, ces établissements s’affichent au su et au vu des autorités qui perçoivent des taxes sur ces «commerces» ; on peut donc en déduire que ces mêmes autorités pratiquent un proxénétisme décomplexé.

Faut-il vous rappeler qu’en ce qui concerne la prétendue moralité européenne, plusieurs médias révèlent que l’Allemagne est secouée par un énorme scandale qui fait virer le parti écologiste du vert au rouge de la honte et qui concerne le combat mené par les écologistes allemands avec Daniel Cohn-Bendit à leur tête pour légaliser les rapports sexuels entre adultes et mineurs, allant même jusqu’à faire du lobbying auprès du parti libéral dans les années 80 ?

Monsieur Panzeri, parlez-nous un peu de votre ministre de l’Intégration, Madame Cecile Kyenge, que votre pays est obligé de protéger depuis qu’elle a reçu des menaces de mort à cause de sa peau noire et que l’on a comparée à un orang-outan. Commentez-nous les émissions de la RAI qui ne présentent que des femmes jeunes, belles, dans des atours et poses particulièrement dégradants pour l’image féminine et qui ont incité des milliers d’Italiennes à manifester dans toute l’Italie en 2011 parce qu’elles se sentaient salies par la représentation indécente et répétée de la femme comme objet nu de commerce sexuel dans les journaux, à la télévision et la publicité. Parlez-nous donc du Rubygate et des frasques de votre ex-Premier ministre quand une mineure participait à des parties dites «fines».

Parlons donc de l’égalité des sexes, environ 500 000 femmes sont victimes de la traite des êtres humains chaque année en Europe, générant un profit de 32 milliards de dollars par an dans le monde. Le trafic des êtres humains est en troisième position après celui des armes et de la drogue, et les réseaux criminels qui exploitent la prostitution usent des divergences d’approche des différents pays, du grand écart entre les législations souvent sévères et les pratiques de terrain trop souvent tolérantes, qui banalisent l’exploitation de la prostitution et ne tiennent pas suffisamment compte de la vulnérabilité des victimes. D’après le rapport établi lors de la Conférence internationale de mobilisation contre l’exploitation de la prostitution en septembre 2013, conférence à laquelle participait la ministre de l’Intérieur belge Joëlle Milquet, le taux de décès dans la prostitution est 12 fois plus élevé que dans d’autres «professions» (sic !) et le taux de mortalité est 40 fois supérieur pour des personnes du même âge. 65% des prostituées sont violées par leur proxénète et les clients qui les forcent à avoir des rapports non désirés. En 2011, en Belgique, plus de 80% des prostituées étaient des victimes de la traite des êtres humains. 50% des victimes de traite des êtres humains ont moins de 18 ans. 78% des prostituées ont été abusées dans leur enfance. D’autres chiffres sont à votre disposition dans le rapport de cette conférence, Messieurs les parlementaires, vous pouvez les consulter à votre convenance.

Au lieu de vouloir vous immiscer dans les affaires internes de l’Algérie, Etat souverain qui n’a aucune leçon de quelque ordre que ce soit à recevoir de votre part, je vous suggère de vous préoccuper de nos nombreux problèmes, de la liberté et du bien-être de nos propres concitoyens, afin de mériter les salaires mirobolants que vous vous octroyez au mépris de nos peuples qui s’enfoncent dans le marasme et la précarité, et si vous voulez vraiment faire progresser les règles démocratiques dont vous vous targuez d’être les chantres, commencez par les établir chez nous. Vous avez du pain sur la planche pour réparer vos dégâts en Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal, pays les plus fragilisés grâce à vos soins.

Par ailleurs, si vraiment l’ingérence vous démange à ce point, il serait temps de vous intéresser à la liberté dont jouissent certains peuples comme celui du Qatar où un poète se voit jeté en prison pour quinze ans ferme à cause d’un poème où il a osé demander plus de démocratie, de l’Arabie Saoudite où les femmes sont uniquement réservées à la procréation, du Maroc qui a surpassé la Thaïlande dans le tourisme sexuel et bafoue les droits du peuple sahraoui de la manière la plus sauvage. Allez donc brandir l’étendard de l’égalité des sexes, des libertés syndicales et de la liberté d’association dans ces pays-là ! Indignez-vous aussi sur la façon dont Israël se comporte depuis 66 ans dans le territoire qu’elle a colonisé en massacrant son peuple palestinien légitime et qu’elle continue à opprimer en appliquant un apartheid abject à son encontre !
Bon anniversaire de la Révolution au peuple algérien et respect aux millions de chouhada.

Jocelyne De Ruytter et Mohsen Abdelmoumen 

Publié dans Algeriepatriotique le 2/11/2013

Publicités