The third part of my journalistic investigation on the Israeli businessman who bleeds Africa (part 3)

Publié le Mis à jour le

Dossier – Comment le Mossad entretient la compétition entre des organisations criminelles (III)

Dan Gertler3

Les incursions de Dan Gertler dans le monde sanglant des diamants impliquent des marchands d’armes israéliens.D.R.

En 2000, l’ancien président congolais Laurent-Désiré Kabila avait offert un monopole sur les diamants congolais, soit 88% de la production, à International Diamond Industries de Gertler (IDI) en échange d’une aide militaire israélienne à son nouveau gouvernement, de hauts responsables militaires congolais étant partis en Israël pour négocier l’accord. Gertler avait alors promis une assistance militaire au président Laurent-Désiré Kabila via de hauts responsables israéliens, mais cet accord a échoué devant le refus de Laurent Kabila de coopérer avec les grands patrons blancs de l’industrie, signant ainsi son arrêt de mort, le 16 janvier 2001. Gertler et Leibovitch ont alors formé une autre société, Dan Gertler International et poursuivi leur avancée au Congo. En 2002, la société de Gertler était la première firme exportatrice de pierres précieuses congolaises, avec une franchise dans l’extraction de diamants d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars par an. En 2003, la puissante Société minière congolaise de diamant de Bakwanga (MIBA), qui a toujours été contrôlée par les grands patrons blancs d’Israël, de Belgique et d’Amérique, a signé un contrat d’exclusivité avec la société de Gertler, Emaxon Finance International. Le marché portait le sceau des Affaires étrangères et de la Défense, l’assistance de la Défense israélienne et l’Organisation des exportations (SIBAT), émis par des responsables de la défense et du renseignement israéliens de haut niveau.
La sécurité des opérations minières au Congo est assurée par des sociétés de sécurité, telle Overseas Security Services Congo SPRL (OSS), enregistrée aux Iles Vierges, et qui est l’un des nombreux intérêts en RDC du magnat milliardaire belge Philippe de Moerloose, impliqué dans un trafic d’armes en Angola. De Moerloose est également actionnaire d’une autre firme de gardiennage, la Defense System Africa (DSA), qui s’occupe de la sécurité de maisons privées, d’ambassades, et de sociétés comme Elf Total Fina, Air France, etc. Membre de l’élite de Kinshasa, de Moerloose a fourni jets et autres jouets présidentiels à Kabila avec sa société Demimpex-VRP. Les entreprises de Philippe de Moerloose étaient déjà exploitées dans le Zaïre de Mobutu depuis 1991 au moins, préservant le terrorisme d’Etat et le pillage des entreprises de l’Ouest rendu invisible par les médias occidentaux. Dan Gertler et Philippe de Moerloose ont assisté au mariage de Joseph Kabila, tous deux ayant clairement des intérêts communs dans la sécurité assurée par l’OSS à la MIBA et ailleurs au Congo, un accord secret concernant MIBA ayant été signé en avril 2003 entre la société Gertler-Steinmetz Emaxon Finance, le gouvernement de Kabila et les deux sociétés de de Moerloose, OSS-Congo et Demimpex. La société Overseas Security Services (OSS) de Philippe de Moerloose a engagé les meilleurs agents de sécurité ayant fait partie de la plus grande société de sécurité au Zaïre de Mobutu. Ils assurent la sécurité avec gardes du corps et agissent au Burundi, en Côte-d’Ivoire, au Rwanda, à Dubaï, en Afrique du Sud, en République du Congo-Brazzaville et en Belgique, les postant de facto auprès de toutes les parties en guerre impliquées dans le pillage de l’est du Congo aujourd’hui. De Moerloose est également patron du consortium SDA, la Société de distribution africaine, et la Société de distribution africaine internationale (SDAI), spécialisées dans la vente et l’exportation de pièces détachées vers l’Afrique et qui regroupent des entreprises actives dans la distribution de véhicules et engins neufs et tracteurs agricoles en Afrique, présentes dans 27 pays africains. Lorsqu’en 2001, les entreprises Gertler sont apparues dans les transactions des diamants sales, les relations publiques ont été traitées par Lior Chorev, conseiller stratégique spécial des communications à International Diamond Industries (IDI). Partenaire fondateur du RSCG Israël Euro Groupe, Chorev travaille comme consultant spécialisé en gestion de crise avec les sociétés commerciales, les campagnes électorales et la mise en forme de l’opinion publique. Il a servi dans des postes de direction dans les entreprises de conseil stratégique, y compris Euro Israël et Arad Communications des frères Eyal & Yuval Arad. Les sociétés de Dan Gertler figurent parmi les nombreux clients d’ARAD Group, ainsi qu’un fabricant aéronautique de l’armement israélien qui produit des drones. En tant que stratège politique, Lior Chorev a travaillé pour les Premiers ministres israéliens Ariel Sharon et Ehud Olmert. Il a également participé à des conférences de planification de la défense d’Israël et de l’Otan. Quand en 2003, le groupe d’experts sur la guerre au Congo de l’ONU révèle qu’Emaxon Finance International est contrôlée par les diamantaires israéliens Chaim Leibovitz et Dan Gertler, l’actionnaire majoritaire connu jusque-là était FTS Worldwide, une société énigmatique dont l’adresse est celle d’un cabinet d’avocats, Mossack Fonseca & Company, à Panama City. FTS Worldwide était inscrite auprès de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis par l’avocat André Zolty de Genève, réputé pour représenter des sociétés offshore dont les propriétaires veulent garder l’anonymat. Le contrat MIBA-Emaxon a été signé le 13 avril 2003 par les Israélo-Américains Yaakov Neeman et Chaim Leibovitz. Yaakov Neeman, gouverneur de l’Organisation sioniste mondiale et de l’Agence juive pour Israël, est l’un des fondateurs de Herzog, Fox et Neeman, gros cabinet d’avocats à Tel-Aviv, et a occupé des postes ministériels. Il est également membre du conseil consultatif et conseiller juridique de Markstone Capital Group LLC, un groupe très influent de banques d’investissement, dont faisait également partie Eli Hurvitz, PDG de Teva Pharmaceutical Industries Ltd., de Pontifax Ltd. et de Vishay Technologies, décédé en 2011. C’est sur le conseil d’Eli Hurvitz que Philip Frost a été nommé directeur de Northrop Grumman, conglomérat américain né de la fusion entre Northrop et Grumman en 1994, et dont les activités tournent autour du secteur de la défense : aéronautique, construction navale, espace, électronique, etc. En 2012, elle était la quatrième entreprise d’armement dans le monde. Or, Philip Frost et Maurice Templesman sont des conseillers de haut niveau pour l’American Stock Exchange, et Eli Hurvitz était le conseiller consultatif international du Centre Belfer pour la science et les affaires internationales de l’université de Harvard, entre 2002 et 2005, pendant la période où le Belfer Center et Robert Rotberg formalisaient le Processus de Kimberley pour blanchir officiellement les diamants du sang. Le Processus de Kimberley est un organisme international de certification des diamants bruts réunissant gouvernements et industriels du diamant pour éviter de négocier sur le marché mondial l’achat des diamants liés à des mouvements rebelles dans le but de financer leurs activités militaires. L’un des principaux objectifs du Processus de Kimberley et le rôle du Belfer Center de Harvard étaient de protéger les cartels Oppenheimer d’Afrique du Sud et De Beers Diamond ainsi que leurs premiers acheteurs et leurs agents comme Maurice Templesman et Beny Steinmetz. Toutes les entreprises de l’industrie du diamant blanchies par le Processus de Kimberley appartiennent à des diamantaires sionistes et à des cartels qui n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Les entreprises israéliennes de la bande Gertler-Steinmetz ont proliféré et sont aujourd’hui les principaux actionnaires ou propriétaires de concessions de diamants dans les provinces du Copperbelt, du Kasaï, et du Katanga. Le Katanga, partie de la vaste ceinture de cuivre qui traverse le nord de la Zambie et le sud du Congo, est une métropole minière parmi les plus riches du monde, et sa richesse génère une misère humaine sans précédent en raison de la répression orchestrée par l’Etat.

Le monde sanglant des diamants 
La contamination par les produits toxiques des travailleurs et des communautés vivant dans et autour de ces mines entraîne la tuberculose, les cancers, les troubles immunitaires, la typhoïde, le paludisme, le tétanos, la poliomyélite, et la malnutrition, fléaux auxquels on ajoute la discrimination raciale et l’esclavage. De plus en plus de terres sont spoliées, de plus en plus d’atrocités sont commises et ce, dans le silence le plus total.
Les concessions de Copperbelt zambien sur la frontière impliquent un grand nombre des entreprises présentes et leurs intérêts. Le prix du cuivre a atteint un niveau record en raison de contrôle de monopole par les sociétés et de nouvelles applications dans les transports, de l’aérospatiale et de l’armement. Le cobalt est utilisé dans les procédés pour la fabrication de teinture et de peinture. Plus important encore, il est l’un des superalliages utilisés pour le blindage des chars, les véhicules spatiaux, les turbines, les coques de navires, les hauts fourneaux, les raffineries, les installations de forage pétrolier, les réacteurs nucléaires et les armes nucléaires. Comme le coltan, le niobium ou tantalite, le cobalt est également utilisé dans les batteries des téléphones portables. La ceinture de cuivre du Katanga est également riche en germanium, un métal rare utilisé dans les fibres optiques, les lentilles infrarouges et les satellites de télécommunication. L’ensemble du complexe militaro-industriel des prisons tourne autour de minéraux comme le cobalt, le niobium et l’hétérogénite (oxyde de cobalt), mais la vérité sur le sort qui est réservé aux populations africaines vivant dans les territoires tributaires de ces sociétés minières est cachée par les grands médias. La société Nikanor enregistrée dans l’île de Man, l’une des nombreuses sociétés de Dan Gertler et Beny Steinmetz implantée au Katanga dans la production de cuivre et de cobalt, a été constituée en 2006. Les administrateurs de cette société étaient Dan Kurtzer, ancien ambassadeur américain en Israël de 2001 à 2005 et directeur adjoint du secrétaire d’Etat adjoint chargé du renseignement et de la recherche sous Madeleine Albright. Les associés de Nikanor comprenaient Mende et Moshe Gertner, magnats israéliens de l’immobilier et propriétaires de vastes exploitations à Londres et qui contrôlaient 22% de Nikanor. Un autre partenaire israélien était Nir Livnat, directeur général d’Ascot Diamond, de la Steinmetz Diamond Group, basé à Johannesburg, filiale implantée dans de nombreuses villes américaines. Au cours des cinquante dernières années, les Israéliens ont généré des conflits et instauré le chaos en Afrique. Ces opérations ont toujours été associées à l’armée ou aux services de renseignements israéliens, le Mossad, entretenant la compétition entre des organisations criminelles stratégiques, en partenariat avec d’autres associations. Des troupes de choc formées par les Israéliens sont devenues les gardes du corps de Mobutu, avec des conseillers du Mossad. Après 1980, des agents du Mossad, des émissaires militaires et un petit groupe d’hommes d’affaires privés ont remplacé les diplomates comme principaux interlocuteurs d’Israël avec les dirigeants africains et des groupes politiques principalement dans l’opposition, et avec l’implication croissante d’intérêts privés dans la défense et la sécurité, notamment en Angola, en RDC et en République centrafricaine. Des agents israéliens et les «hommes d’affaires» apparaissent partout où il y a la souffrance et la dépossession flagrante. Les incursions de Dan Gertler dans le monde sanglant des diamants impliquent des marchands d’armes israéliens comme Yair Klein, un ancien lieutenant-colonel de l’armée israélienne qui a fondé une compagnie privée de mercenaires active notamment en Sierra Leone, au Guatemala et en Colombie. Il était un représentant de Gertler en Sierra Leone et au Libéria déchirés par la guerre, où il a organisé des réseaux de diamants après la déposition du président Charles Taylor. En 1999, Klein a été arrêté en Sierra Leone sur des accusations de contrebande d’armes. Le groupe d’experts de l’ONU a également fait part de la collaboration entre les rebelles de la Sierra Leone et la Lazare Kaplan International. Les entreprises du groupe Steinmetz sont également impliquées dans les diamants sanglants de la Sierra Leone, avec Energem reliée à des mercenaires blancs. En décembre 2007, en Sierra Leone, des personnes ont été abattues par la police lors de manifestations pacifiques contre le site Koidu contrôlé par la Holdings Steinmetz. Comme la plupart des mafias, les sociétés minières israéliennes implantées en Afrique avec leurs filiales offshore, leurs directions imbriquées et affiliées à des mercenaires, sucent le sang des peuples africains.

Mohsen Abdelmoumen

Part 4:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2014/02/21/my-journalistic-investigation-on-the-israeli-businessman-who-bleeds-africa-part-4/

Advertisements

Une réflexion au sujet de « The third part of my journalistic investigation on the Israeli businessman who bleeds Africa (part 3) »

Les commentaires sont fermés.