Non, Monsieur Sellal, Bouteflika n’est pas marié avec l’Algérie.

Publié le Mis à jour le

28_photo_22543_172292

Abdelmalek Sellal à Bordj Bou-Arréridj. Sid-Ali/New Press

Le loufoque et le dramatique se rejoignent dans cette campagne qui a dépassé toutes les limites du ridicule, allant de l’utilisation des enfants pour remplir les salles, geste condamné par l’Unicef, jusqu’aux menaces diverses des représentants de Bouteflika, à l’image de Sellal qui n’a pas hésité à dire qu’ils avaient la force de frappe de Tiguentourine. A qui s’adresse Monsieur Sellal ? A tous ceux qui s’opposent à l’insulte symbolisée par cet infâme quatrième mandat mené par les barons de l’argent sale, ces coyotes qui ont dilapidé les richesses de la nation ? A qui parlent les deux clowns, Ghoul et Benyounès, quand Ghoul déclare que nous, c’est-à-dire le peuple, sommes des ingrats et que nous devrions remercier pour ses bienfaits un Bouteflika qu’il identifie à un dieu en utilisant un verset coranique ? Blasphème suprême du clan présidentiel. S’il y eut des bienfaits, c’est le clan présidentiel, force motrice de la corruption en Algérie, qui en a profité. Propos irresponsables, comportement de voyous. Qui écoute Belkhadem «l’échec et la tristesse» ? Auparavant, on nous disait que seule une minorité était contre le mandat du grabataire que l’on nous montre à présent, histoire de nous convaincre qu’il est vivant et pas empaillé, balbutiant des mots sortis tout droit des codes secrets de la Nasa. Même la NSA a des difficultés à déchiffrer ce que Bouteflika a dit récemment à Gaïd Salah ! Est-ce un code ? Est-ce du morse ? Un nouveau langage ? Un seul mot pour décrire cette situation ubuesque : ridicule. Si ce gang est constitué par des hommes, des vrais, qu’ils aillent donc faire campagne au pays des Chaouis. Chiche ! Saïdani, quant à lui, a fait sa communion avec la gasba dont la troupe a été payée par leur copain milliardaire Tliba à Annaba, et se fait invectiver copieusement par un peuple qui le honnit. Vive le retour aux sources dans le bendir ! Sauf que la jeunesse est venue lui dire de dégager. La question essentielle est : par quel miracle sera élu l’impotent, sachant que sa campagne a lamentablement échoué ? A moins qu’il ne nous ramène des électeurs de la planète Mars, nous ne voyons pas d’issue à son impasse. Si le clan compte bourrer les urnes, cela s’avère un exercice très compliqué, car il n’y a rien, strictement rien, à part les pierres dont les représentants de Bouteflika se font caillasser, ils ne jouissent d’aucune popularité et les différents sondages nationaux ou étrangers prédisent leur débâcle, alors que la presse internationale et les cercles de décision à travers le monde tournent cette élection en dérision et voient l’Algérie comme étant de plus en plus faible par la faute d’un clan pourri qui n’apprendra jamais les leçons de l’Histoire. Et Néron brûlera Rome ! Le président Zeroual a prononcé une sentence sans équivoque à l’égard du pouvoir de Bouteflika qui a violé l’Algérie sans passer par le mariage, contrairement à ce qu’affirme Sellal, croyant prononcer une belle phrase de campagne. Ce n’est pas avec l’Algérie que Bouteflika est marié, mais avec Sellal ! Le président Zeroual a appelé le peuple à se mobiliser contre le quatrième mandat porteur de tous les périls. Hamrouche a fait le même constat en affirmant qu’il n’y a qu’une seule légitimité, celle de l’armée, et – plus grave – c’est qu’il déclare que le clan de Bouteflika et de l’argent sale veut se substituer à l’armée pour décider du sort de l’Algérie. Jamais notre pays n’a atteint ce stade, où le milieu des affairistes corrompus constitue un véritable noyau de la prise de décision politique. Tel est l’échec de Bouteflika qui veut être le président des milliardaires et envoie ses délégués dans des salles vides. Il n’est pas le candidat du peuple, car on ne peut être au four et au moulin.
Parlons donc de ces voyages incessants du clan présidentiel à Paris, dont celui de Saïdani en ce moment précis. Si nous sommes informés de la rencontre à Paris de Saïd Bouteflika avec Bernard Bajolet, ex-ambassadeur de France à Alger devenu chef de la DGSE, que se sont-ils dit pendant les longs moments qu’ils ont partagés juste après la rencontre de Saïd avec Hollande à l’Elysée ? La main étrangère est présente quand le clan présidentiel quémande le soutien de Paris et celui de Washington, et la visite de John Kerry n’est qu’une illustration de la vaine tentative de la part du clan pour faire croire au soutien des Etats-Unis d’Amérique, ou du moins pour l’arracher avec quelques photos de famille. Le département d’Etat américain a fourni un rapport de plusieurs pages condamnant l’Algérie et voilà que ces aventuriers se comportent comme des amateurs, car s’ils croient que l’Amérique ne va pas négocier à la hausse, vu leur position de faiblesse, ils se leurrent et nous bernent par la même occasion. Pour les amnésiques qui ne pensent qu’à se goinfrer, les USA ont soutenu l’OAS en 1962 de peur que l’Algérie ne se range du côté de l’URSS, est-il utile de le rappeler ? Les USA ne croient qu’au langage de la force et les exemples de la pression exercée sur la Russie de Poutine, ou le cas de l’Iran qui est devenu fréquentable après avoir subi des sanctions économiques et des menaces, en sont les preuves. Le cas du Venezuela est aussi très explicite. Ce sont les peuples qui résistent et donnent leur légitimité aux dirigeants et non l’inverse. Quand un peuple est soudé autour de ses dirigeants populaires, intègres et compétents, rien ne peut arriver. Ce qui est malheureux, c’est que si Poutine récupère son territoire de Crimée, nous, nous allons perdre notre souveraineté à cause des complots et de la lâcheté d’une bande de vautours. Les Américains et les Occidentaux vont essayer de remplacer le gaz russe par le gaz algérien parce qu’ils savent qu’un pouvoir illégitime à Alger est capable de tout pour se perpétuer quitte à nous mettre sous la domination américano-sioniste. L’Europe en crise sera ravie d’obtenir notre gaz à moindre coût. Quel meilleur moyen pour les Occidentaux de contrer Poutine ? Ainsi, les mafieux participent à une guerre qui ne nous concerne pas, désavouent le partenariat stratégique que nous entretenons avec la Fédération de Russie, et nous impliquent dans le conflit qui oppose celle-ci aux Occidentaux, nous rangeant dans la sphère d’influence occidentale. Nous allons tout perdre, sachant que notre matériel militaire est en majorité russe, ce qui va nous coûter beaucoup d’argent au niveau de sa maintenance. Ce sera une catastrophe égale à celle que vit en ce moment l’armée égyptienne avec son armement. A titre d’exemple, rien qu’en ce qui concerne les pièces de rechange du matériel militaire dont la livraison a été stoppée par les Américains, en ce moment de boycott américain, l’armée égyptienne est confrontée à un véritable problème pour renouveler et entretenir son parc militaire. En plus, nous serons le maillon faible dans l’axe de résistance face aux Occidentaux, composé de la Chine, de la Russie, de l’Iran et de certains pays émergents. Bien évidemment, ces informations ne servent pas des incultes qui n’ont aucune vision stratégique et cette grille de lecture échappe totalement à M. Goudron, M. Patate, M. Kefta, M. Huile d’olive ou M. Sucre, et tous les nouveaux barons de l’import-import qui constituent le clan de Bouteflika. Nous informons cependant les membres du clan présidentiel et de l’argent sale que nous avons contacté tous les réseaux dont nous disposons aux USA et ailleurs pour nous opposer à la visite de John Kerry qui vient à la rescousse de la horde sauvage, laquelle n’hésite pas à appeler la cavalerie étrangère, vu qu’à l’intérieur du pays, la campagne de Bouteflika a totalement échoué. Nos contacts activistes aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Europe se mobilisent contre la visite de John Kerry qui a tout l’air d’être une caution américaine au quatrième mandat de la honte. Nos amis américains tiennent à informer leur peuple que leur gouvernement se rend complice de l’intronisation d’un président malade entouré de corrompus. Nous vous informons, Messieurs du gang, que vos combines sont connues de tous, que ce soit au niveau du Sénat américain, qu’auprès des ONG et des différents mouvements activistes, ainsi que chez toutes les personnalités intellectuelles engagées dans la lutte pour un monde meilleur. Vous avez voulu vendre le pays au sionisme et à l’impérialisme, nous avons actionné nos propres réseaux de résistance qui sont en train de vous contrer sur toute la planète. Nous ne sommes motivés que par l’amour de la patrie, contrairement à vous qui ne visez que votre enrichissement personnel. Nous ferons donc tout pour que John Kerry mesure la portée de sa visite en Algérie et la gravité de son ingérence dans les affaires internes de notre pays, et pour qu’il renonce à sa visite. Vous êtes avertis, nous mènerons campagne jusqu’au bout, jusqu’à ce que vous dégagiez tous. Pour nous, votre fin est inéluctable, et ce texte, aussi modeste soit-il, fera le tour du monde. Nos amis occidentaux qui résistent dans leur propre pays ont bien du mal à comprendre la régression de l’ancienne Mecque des révolutionnaires en voyant cette candidature infâme et cette ignoble élection présidentielle. Nous sommes à court d’arguments pour justifier l’injustifiable et il n’y a que les mercenaires du Président qui peuvent défendre une telle absurdité. Bien souvent même, ce sont nos amis occidentaux qui nous dévoilent tous les mouvements opérés par le gang en Occident, comme le fait que Saïdani, chassé de plusieurs salles de l’Algérie profonde pendant la campagne, a pris la direction de Fafa. Et rebelote ! D’après nos sources, il va rencontrer Bernard Bajolet pour le débriefer sur la campagne, car à quoi sert d’être un colonisé si l’on ne se rend pas chez son maître lui livrer les secrets de la Cité en attendant de lui en restituer à nouveau les clés ? Nous ferons tout ce que nous pourrons, nous et nos amis américains, pour éclairer l’opinion publique américaine et pour obliger John Kerry à revoir ses calculs. Certes, aujourd’hui, grâce à un président avide de pouvoir, nous avons atteint le stade où nous sommes dépassés par le Burundi, un pays où le Parlement a empêché le président à briguer un troisième mandat. Voilà quelle est la place où nous ont positionnés ces Messieurs du harem de Bouteflika, eux qui osent comparer l’Algérie à l’Allemagne ou à l’Angleterre, voire aux Etats-Unis. Qu’ils cessent donc de nous prendre pour des idiots et qu’ils dégagent de notre vue, tel est le mot d’ordre du peuple algérien, du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Arrêtez de nous raconter des sornettes 
Ce n’est pas la peine de nous faire le coup des opérations tordues comme de soulever les habitants de Ghardaïa. Nous disposons de preuves qui montrent quels sont les instigateurs de ces troubles. A chaque fois que nous délivrons des informations précises en prenant le peuple algérien à témoin, personne n’y apporte un démenti. La visite de John Kerry est d’ores et déjà compromise, nous offrons l’information en exclusivité, et la cavalerie risque de rester à Washington ou à Paris. N’ont-ils pas honte de parler de la main de l’étranger et d’Otpor, ou des organisations qui voudraient déstabiliser le pays, alors que le gang fait le boulot mieux que toutes les ONG hostiles à l’Algérie réunies ? La main étrangère est-elle responsable de la grève des chemins de fer en Algérie, celle des enseignants, celle des gardes communaux, celle des travailleurs de la santé, celle des jeunes contractuels qui veulent être titularisés ? Arrêtez de nous raconter des sornettes comme celles que nous contaient nos grands-mères pour nous forcer à dormir : «Dors, mon fils, sinon l’ogre va te dévorer.» C’est vous et vos maîtres impérialistes qui êtes l’ogre et la menace réelle à éliminer. Nous connaissons bien ce thème pour l’avoir travaillé avec différents intervenants qui maîtrisent ce sujet, les interventions étrangères ne surgissent que quand il y a une menace dans la maison, et le clan Bouteflika est cette menace, avec la bourgeoisie compradore liée à l’impérialisme. Que sont devenus les cinq milliards prêtés au FMI qui financent des guerres, parlez-nous de l’argent qui est déposé sur des comptes dans des banques alliées inconditionnelles d’Israël. Nous sommons le clan présidentiel de nous répondre sur les points suivants : avez-vous donné des garanties au Maroc pour l’ouverture des frontières ? Etes-vous en train de monnayer un rapprochement avec Israël ? Que vient faire l’émir du Qatar en pleine campagne électorale ? Informez-nous sur les mouvements des troupes de l’Otan et notamment celui de la flotte turque qui est en train de bouger de manière suspecte. Nous terminons bien sûr comme d’habitude : que sont devenus nos diplomates au Mali que vous avez abandonnés à leur sort ?
Nul besoin de ramener les brebis de la Ligue arabe pour participer à la fraude ni les présidents africains de pacotille qui passent leur temps à la Cour pénale internationale de La Haye et dans des coups d’Etat permanents. C’est donc à travers ces gens que réside la caution démocratique ? Celle de représentants d’Etats bananiers qui viennent constater le degré de pourrissement vers lequel nous a menés la forfaiture d’un clan ? Le président grabataire a déclaré sans être torturé, via un nouveau communiqué non authentifié, qu’il est malade. Cela fait donc de lui le seul président au monde qui promeut une action d’empêchement à son encontre. Certes, celui qui a rédigé la fameuse lettre à la place du président-candidat n’en a pas analysé la portée, puisqu’on nous dit que Bouteflika est malade. Cependant, en validant la candidature d’un homme incapable de gouverner, le Conseil constitutionnel s’est placé hors-la-loi. Si donc Bouteflika remporte l’élection, il ne sera qu’un président illégitime susceptible d’être balayé par la plus petite bourrasque tant son pouvoir est fragile et ne repose que sur la corruption. Voilà le cadeau que cette clique a offert aux Occidentaux, prouvant par là qu’ils sont pires que des ânes bâtés qui offrent le bâton pour se faire battre. C’est de cette stabilité dont nous rabat les oreilles le gang, ces corrompus ligués dans l’ordre de l’argent sale ? Pourvu que l’impotent passe, rien n’est plus important que le pillage, telle est leur devise, ou encore, comme les rois fainéants : après moi le déluge. Si au moins ils étaient rois ! La transformation d‘une République en royaume ou propriété privée a bel et bien eu lieu, et leur règne aujourd’hui ne menace pas que l’Algérie, mais toute la région voire la planète entière, car ces idiots ne maîtrisent rien de rien. Tout est hors contrôle. Et de grâce, qu’on nous épargne le spectacle d’un homme filmé par un mauvais réalisateur. Il ne sera jamais notre président ni celui du peuple qui vient de jeter des pierres sur ses meddahate et ses danseuses du ventre dans toutes nos contrées. Le consensus populaire a vaincu les négociations et les manigances des cercles de la bourgeoisie compradore qui jouent maintenant cartes sur table en allant chercher l’appui des puissances étrangères contre leur propre peuple, après avoir utilisé plusieurs autres méthodes comme celle de montrer le président moribond donner des ordres au chef d’état-major pour impressionner le peuple et lui dire : «Voilà, l’armée est avec moi.» Non, Monsieur Bouteflika, l’armée, c’est le peuple, et le peuple a dit non dans l’arène où vous n’êtes pas présent. Vos amis, dont on connaît tous les motivations, ne représentent qu’eux-mêmes, et vous vous êtes présenté contre la volonté populaire. Vos perroquets et vos larbins se font insulter dans tous les recoins d’Algérie, bien qu’ils utilisent tous les moyens de l’Etat et leur statut de ministre. Ils peinent à remplir les salles, même en usant de toutes les ruses pour réquisitionner soit les ouvriers communaux, soit les chanteurs de cabaret, soit les scouts. Mais cela ne marche pas. Le peuple vous a rejeté et vous êtes sorti de l’Histoire que vous n’avez jamais intégrée. Quand on entend vos mercenaires d’un autre âge déclarer que grâce àFakhamatou, nous buvons du café, nous répondons : la barbe ! L’Algérie n’a jamais atteint ce niveau de «larbinisme», de «lèchebottisme», de clientélisme et de régionalisme que sous votre règne d’usurpateur. Si vos pairs les fantômes vous élisent alors que personne ne veut de vous, comment allez-vous prêter serment, puisque vous ne parvenez pas à articuler deux mots cohérents et audibles ? Allez-vous utiliser le langage des signes ou bien ce sera un de vos pantins qui prêtera serment à votre place, à moins que vous ne dégottiez un sosie ? Ou alors ce sera peut-être Saïd, le seul véritable candidat de votre clan, celui de «sidi hbibi» ? Devant toutes ces gesticulations médiocres, nous avons la nette impression d’être face à une dynastie d’une autre époque. Nous comprenons votre penchant pour la royauté, et nous vous vous affirmons que votre plus grande réalisation, ce n’est ni l’autoroute de la corruption de Ghoul, ni la distribution de l’argent public dans une rechka géante, ni le béton que vous avez planté dans nos champs, ni l’économie de l’import-import dépendante des hydrocarbures dans laquelle vous avez enraciné le pays, ni la rente que vous distribuez à vos copains milliardaires pourris rejetés par le peuple, non, votre œuvre majeure, c’est la marocanisation de l’Algérie. Et que ça saute ! Tout le monde embrasse la djellaba présidentielle afin d’être touché par la grâce de la manne pétrolière qui s’épuise. Tout finira par s’écrouler sur votre tête et ce jour-là, personne ne sait si le fauteuil roulant atteindra l’avion, car le clan abandonnera la charrette sans aucun scrupule pour sauver sa peau. Ce sera la fuite à Dubaï, Londres, Paris, les Etats-Unis, rejoignant ainsi les amis Chakib Khelil et les quarante voleurs, en laissant le peuple dans le chaos. N’est-ce pas cela le programme : le dépècement de l’Algérie, mission confiée à la bourgeoisie compradore par le centre capitaliste ? La transaction que vous menez en ce moment pour nous livrer à l’impérialisme est plus que périlleuse et nous la contrerons avec tous les résistants à travers le monde, car il y va de la survie de notre nation. Vous êtes l’unique source de l’instabilité de l’Algérie et du continent africain, et nous attendons que vous nous prouviez le contraire. La seule stabilité qui vous importe, c’est celle que vous offrez à vos amis milliardaires pourris, corrompus et antinationaux. Nous avons vu votre programme et nous n’y avons trouvé aucun intérêt pour le peuple ni aucune vision stratégique. C’est un programme conjoncturel fait à la hâte dans le salon de votre frère, et dont les grandes lignes sont caractérisées par un amateurisme sans égal. Nous ne cessons de vous appeler à vous retirer de l’élection, même si nous savons que votre clan et vous-même n’avez aucun honneur, que vous avez trahi l’Algérie et le serment des martyrs. Le jour viendra où l’on vous jugera pour intelligence avec l’ennemi, et nous avons les preuves de ce que nous avançons. Par exemple, que font certains avec la DGSE ? Oui, le pacte avec les loups a eu lieu et le peuple doit le savoir ! Pourriez-vous également nous expliquer l’information dont nous disposons selon laquelle Philippe de Moerloose, l’homme d’affaires belge sur lequel nous avons enquêté au sujet de son association en RDC avec son ami sioniste Dan Gertler, et qui nous a écrit suite à notre enquête journalistique, veut s’implanter sur le marché algérien ? Qui lui a donné l’accord ? Qui est son associé en Algérie ? Voilà les faits, seulement les faits, et nous voulons des réponses ! Peuple algérien, sachez que des sionistes viennent faire des affaires dans notre pays. Nous avons aussi eu écho que Bernard-Henri Lévy a fait un voyage en Algérie et qu’il est en pleines tractations sur le dossier de Ghardaïa. Alors, on provoque une crise à Ghardaïa pour ramener un sioniste – et lequel ! – pour la régler ? Qui a donné un visa à BHL ? Qui a donné un visa à Philippe de Moerloose, mercenaire du diamant du sang et du trafic d’armes ? Répondez-nous, mais évitez le recours aux communiqués en braille. N’est-ce pas la preuve que le clan veut les faveurs du lobby sioniste pour passer le quatrième mandat infect ? Alors, Messieurs les félons, on fait appel aux sionistes dans des dossiers internes, maintenant ? Au moment où circule en Occident une pétition afin de juger BHL pour crimes de guerre, vous vous mettez à plat ventre devant ce sioniste. Parlez-nous des faits. Qui a laissé entrer ces gens en Algérie si ce n’est votre pouvoir corrompu, faible, dirigé par un malade, qui représente notre malheur ? Pourquoi n’avez-vous pas répondu au roi du Maroc qui a comparé les événements de Ghardaïa à ce qui se passe à Alep en Syrie ? Pourquoi êtes-vous lâches au point d’ignorer les propos du roitelet du Maroc, l’ami de BHL ? Vous n’avez pas convoqué l’ambassadeur du Maroc, ni fait aucun communiqué à ce sujet. Et parlez-nous aussi du milliardaire sioniste allié d’Israël qui a investi en Tunisie, en Turquie, etc. Bande de félons ! Non ! Vous ne passerez pas ! Peuple algérien, sachez ces vérités que l’on vous cache. Sachez que cette bourgeoisie compradore va nous diriger tout droit dans les filets de l’entité sioniste. Faites-en ce que vous voulez, mais sachez-le !
Heureusement, la sagesse populaire a déjà rejeté le gang et ses membres ne récoltent que des pierres et des sobriquets dans les meetings. Ils sont devenus le Satan qu’on lapide. L’Algérie ne doit pas rester entre leurs mains, elle a déjà trop souffert par leurs soins. Il y a d’autres alternatives et des hommes intègres existent encore dans ce pays, ils doivent se manifester comme l’a fait le président Zeroual. Nous ne nous laisserons pas faire par une bande de canailles qui ne pensent qu’à leur bide et à l’argent qu’ils ont détourné, et dont le seul objectif de la reconduction de Bouteflika est de bénéficier de l’impunité afin d’éviter la justice. C’est tout. Ils n’ont aucun projet de société, juste une mise en scène mesquine et pathétique sans aucun sens. La troupe folklorique de danseuses du ventre est d’une médiocrité crasse qui ne justifie en aucun cas son salaire. Comment ont-ils fait pour réunir un tel ramassis de loosers et de personnes vomies par le peuple ? Est-ce là le génie de Bouteflika ? Rappelons-nous lorsqu’il disait : «Au cas où il n’y aurait pas de vote massif en ma faveur, je rentrerai chez moi en laissant le peuple algérien à sa médiocrité», c’est à ce moment-là qu’on aurait dû l’empêcher de régner sur l’Algérie, car il a affiché son mépris envers le peuple ouvertement. En Algérie, un président ne représente pas qu’un groupe d’influence et de fric, mais tout le peuple. Bouteflika finira comme Moubarak et les autres dirigeants arabes qui ont cru que la cavalerie de leurs maîtres occidentaux pourrait les sauver. Celui qui se cache derrière la puissance occidentale est nu devant la nation tout entière. La base de la gouvernance en Algérie doit émaner du peuple et non pas des pilleurs de la nation qui insultent la société quotidiennement en glorifiant un moribond. Sachez, Monsieur Bouteflika, que vous êtes une insulte dans l’histoire de l’Algérie, que vous soyez élu ou non par des fantômes dont vous et votre cour connaissez les tours de passe-passe, et nous ignorons par quelle magie vous allez gonfler l’urne, sachant que vous n’arrivez pas à remplir les salles de campagne. Quant à Ouyahia, larbin parmi les autres, qui prétend que Massinissa n’a pas officialisé le tamazight au contraire de Bouteflika, son maître du jour, qu’il révise l’histoire algérienne. Massinissa, à 80 ans, tenait toujours à cheval et guerroyait à la tête de son armée, et il ne parlait pas à son peuple à travers des communiqués bidon. Il a sédentarisé les Numides, édifié un Etat puissant en le dotant d’institutions, a fait frapper une monnaie nationale et entretenu une armée régulière et une flotte. Ce fut un grand souverain qui s’efforça toute sa vie de faire de la Numidie un pays unifié et indépendant à cette époque lointaine. Oser insulter l’histoire algérienne pour des intérêts personnels est inqualifiable. Si Monsieur Ouyahia veut être président, qu’il passe par les urnes et par l’avis du peuple. D’ailleurs, en quoi consistent les prérogatives du chef de cabinet ? Ils semblent tous être atteints de l’Alzheimer. Avez-vous oublié, Monsieur Ouyahia, que vous avez dit en quittant vos fonctions de chef de gouvernement, quand votre maître vous a répudié, que l’argent sale dirigeait l’Algérie ? Arrêtez de nous insulter tous les jours en agressant nos martyrs que vous avez trahis. Arrêtez ce jeu ! Ne croyez pas que le peuple algérien, patient en ce moment, va vous laisser jouer avec son destin. Rappelons encore une fois que ces gens-là sont prêts à tout. Nous en avons assez des mensonges permanents ! Est-ce Bouteflika qui nous donne l’air que nous respirons ? La mascarade a assez duré et toutes les forces de la nation doivent faire un choix, soit en stoppant les groupes occultes de l’argent sale entourant ce président de la déchéance, vestige de la décadence, qui va nous livrer à Israël et à tous les impérialismes, soit nous tendons notre cou comme des moutons de l’Aïd. Nous, les dignes héritiers des martyrs de la Révolution et de notre glorieuse histoire ancestrale reniés aujourd’hui par le clan des aventuriers, nous resterons votre pire cauchemar. Nous vous contrerons là où vous serez, c’est un défi que nous vous lançons devant le peuple algérien. Vous êtes échec et mat, retirez-vous, Bouteflika et votre clan mafieux, soit aux émirats, soit à la chapelle Sixtine, peu nous chaut, mais partez ! Cette ignoble comédie a assez duré. Bouteflika n’est pas et ne sera pas notre président, donc dégagez par la voie pacifique tant qu’il en est temps, sinon vous vous en mordrez les doigts, tous tant que vous êtes. L’Histoire nous donnera raison comme elle a donné raison au groupe des martyrs de la Révolution qui ont fait face à vos amis néocolonialistes et impérialistes que vous voulez nous ramener à n’importe quel prix. Nous n’avons aucune leçon de patriotisme à recevoir d’une bande de félons dont le chef est client au Val-de-Grâce et aux Invalides, et qui attend d’obtenir une stèle érigée à Montcuq, village français de ses maîtres les Gaulois.

Mohsen Abdelmoumen

Publicités