Le Maroc tête de pont de l’offensive américaine en Afrique

Publié le Mis à jour le

Image

Le général David M. Rodriguez. .D.R.

English version here:https://www.oximity.com/article/Le-Maroc-t%C3%AAte-de-pont-de-l-offens-1/translate/en

Les manœuvres de l’African Lion ont repris au Maroc ce 27 mars. Annulé en 2013 par Rabat en réaction à la proposition de l’administration Obama d’élargir le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara Occidental, le déploiement rassemblant 350 hommes de la 2e brigade expéditionnaire des Marines, de Camp Lejeune, NC, et de la 25e unité des Marines, une unité de réserve basée dans le Massachusetts, des soldats de plusieurs pays européens et africains partenaires ainsi que 150 hommes des troupes marocaines prépare les manœuvres de 2015, décrites comme étant historiques, les plus grandes jamais connues sur le continent africain. Des observateurs africains et européens sont présents en vue de leur participation dans les grandes manœuvres de l’année prochaine et proviennent de Mauritanie, d’Egypte, de Tunisie, de Turquie, de Grande-Bretagne, de Belgique, des Pays-Bas, du Portugal, d’Allemagne, d’Espagne, du Sénégal, de Pologne, d’Italie et de France. Les exercices 2015 intégreront l’Air Force F-16, connue auparavant sous l’appellation Majestic Eagle, dont ce sera l’exercice le plus important de son histoire, d’après les propos du sergent-major Tchad McMeen, porte-parole des Forces maritimes de l’Europe et de l’Afrique. La mission de formation en cours est destinée à renforcer la coopération et la compréhension des tactiques, techniques et procédures entre les différentes parties, dit McMeen. Elle comprend un exercice de poste de commandement, des ateliers de renforcement des capacités de renseignement, le maintien de la paix et l’aide humanitaire civile. Les troupes doivent apprendre à répondre aux scénarios de crise afin d’accroître la coordination entre les différents pays impliqués dans ces manœuvres, le but est de pouvoir placer rapidement des troupes dans n’importe quel point du globe. Les Marines ont parcouru 500 miles nautiques en MV-22B depuis la base de Moron en Espagne pour atterrir le 3 avril à Tifnit au Maroc, leur tâche étant de fournir un soutien d’assaut dans la défense des citoyens des Etats-Unis et la propriété du gouvernement américain.

Par ailleurs, au cours d’une conférence de presse organisée le 9 avril au Pentagone, le général d’armée David M. Rodriguez, commandant de l’US Africa, en présence d’Amanda J. Dory, sous-secrétaire adjoint à la Défense pour les affaires africaines, a fait des déclarations qui ne peuvent que susciter notre circonspection. En effet, selon le général Rodriguez, «une grande partie du continent africain se porte bien, avec six des dix économies les plus dynamiques au monde, avec de nombreux pays dont il faut renforcer les institutions démocratiques, avec une population jeune croissante qui peut être un moteur de changement positif ou une force négative si elle n’est pas efficacement gérée. Mais, parfois, à côté de ces nations qui réussissent, d’autres connaissent des problèmes récurrents et durables : faiblesse de la gouvernance, corruption, développement inégal, maladies, insécurité alimentaire, criminalité et extrémisme violent qui ont contribué à l’instabilité et aux conflits. Le réseau d’Al-Qaïda et la participation de ses filiales dans les réseaux de trafic illicite qui relie l’Afrique avec l’Amérique du Nord et du Sud, avec l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud, ont tiré profit de l’instabilité régionale et continuent à développer leurs activités ». Il ajoute : «Le commandement de l’US Africa travaille avec des partenaires internationaux et leurs institutions pour atténuer ces menaces immédiates. Elle aide également à développer les institutions et les forces de sécurité pour servir leur pays et leur peuple, ces efforts étant toujours menés en collaboration avec les ambassadeurs des Etats-Unis et les équipes de ces nations. Nos programmes, manœuvres et opérations renforcent les relations militaires dans une région où les Etats-Unis étaient peu présents auparavant. En travaillant ensemble, nous apprenons les uns des autres et nos forces respectives se renforcent, en favorisant la primauté du droit, de l’autorité civile et des droits de l’Homme.» «Le commandement fonctionne sur tout le continent africain et dans la région du Sahel où nous renforçons les capacités de nos partenaires régionaux et les opérations françaises avec le soutien des Nations unies», dit le général. «Nous continuons à travailler avec le département d’Etat pour protéger le personnel et les installations des Etats-Unis. Il est important que nous alignions toutes nos ressources à nos priorités, en nous appuyant sur des partenariats pour accroître notre flexibilité opérationnelle. Nous allons continuer à approfondir notre collaboration avec des partenaires internationaux et des institutions pour faire avancer nos intérêts communs.»
Au vu des déclarations du général David M. Rodriguez qui ne cache pas l’intérêt croissant des Etats-Unis à l’égard du continent africain, et sachant que des manœuvres ont lieu actuellement au Maroc et que d’autres, exceptionnelles et historiques, y sont prévues en 2015, nous ne pouvons que nous poser la question suivante : le Maroc est-il la tête de pont vers la conquête de l’Afrique par les Etats-Unis, via l’Otan ? Le double langage, voire l’hypocrisie, des Américains qui, d’un côté, évoquent un partenariat privilégié avec l’Algérie, notamment dans la lutte antiterroriste, et d’un autre, développent des moyens gigantesques pour leur véritable allié le Maroc, ne peut que nous inciter à la plus extrême vigilance. Pourquoi ces manœuvres qualifiées d’historiques en 2015 ? Y a-t-il un agenda caché des Etats-Unis qui viseraient l’Afrique en général et notre pays en particulier contre l’influence grandissante de la Chine et de la Russie ? Notre armée qui fait face aujourd’hui à l’instabilité le long de nos frontières doit prendre en considération tous ces mouvements de troupes de l’Otan qui sont loin d’être anodins, surtout dans ces moments troubles.

Mohsen Abdelmoumen

Publié sur Oximity le 18/06/2014:

https://www.oximity.com/article/Le-Maroc-t%C3%AAte-de-pont-de-l-offens-1

Publicités