La guerre d’Obama

Publié le Mis à jour le

Tomahawk2

Missile Tomahawk. D.R.

English version here: https://www.oximity.com/article/La-guerre-d-Obama-1/translate/en

Les USA ont donc réussi à frapper le sol syrien sans résolution de l’ONU, mettant « le droit international » au placard. La guerre d’Obama a commencé et nos sources confirment que ces attaques ne visent pas seulement les islamistes et les djihadistes de Daech (ISIS), mais pourraient s’élargir en ciblant l’armée syrienne. On attendait des frappes en Irak où réside le gros des forces de Daech-ISIS (les amis du sénateur McCain) qui détiennent une grande part du territoire irakien et font des affaires juteuses avec les multinationales en vendant le pétrole irakien, mais les missiles s’abattent sur la Syrie. Pourquoi, si ce n’est pour enfin mener les actions militaires prévues en 2013 et qui avaient échoué avec le véto de la Chine et de la Russie ? Voilà à quoi sert la manipulation du terrorisme international : Daech-ISIS s’avère un investissement sûr pour les Américains puisqu’il a permis aux USA de contourner le véto sino-russe et de bombarder la Syrie.Daech-ISIS a rendu possible en 2014 ce qui ne l’était pas en 2013, et nous remarquons aujourd’hui l’effacement total de la Chine et la neutralisation de Poutine qui, après l’acharnement dirigé contre lui et les sanctions qui ont visé la Russie, n’a plus les moyens d’arrêter la machine guerrière et est probablement paralysé à jamais. Il est clair que Daech-ISIS sert d’alibi aux Etats-Unis et à leurs larbins pour frapper la Syrie, l’Irak et d’autres pays. La liste est désormais ouverte et au diable le droit international. On se demande à quoi sert l’ONU qui doit être dissoute sans plus tarder car ce « machin » a prouvé dans différentes crises qu’il ne sert strictement à rien. L’ONU est juste un appareil qui couvre les actions militaires de l’Empire. Le président Obama a donc sa guerre, menée avec ses amis et valets arabes comme l’Arabie saoudite et le Qatar, principaux bailleurs de fonds de ces mouvements terroristes, et nous avons du mal à avaler la couleuvre. Comment peut-on combattre le terrorisme alors qu’on l’a formé, financé, armé ? Le chaos créatif préconisé par Condoleezza Rice est passé par là. Barak Obama insiste sur le fait que l’Amérique n’est pas seule et que des pays arabes participent à ces frappes, mais il ne nous informe d’aucun objectif précis de cette énième guerre impérialiste. Nous sommes face à un nouveau choc des civilisations, une autre croisade menée par une coalition liée par des calculs de boutiquiers conjoncturels mais qui cachent un agenda préétabli bien avant le printemps sioniste. Les déclarations absurdes des uns et des autres se succèdent et Obama, qui a marqué sa présidence par un manque évident de vision stratégique et souffrant d’une absence flagrante de charisme, autre manière de dire qu’il est un président faible, essaie de montrer sa virilité en tapant sur ses propres agents et ses alliés de toujours, les djihadistes de Daech, Al-Nosra, etc. La politique aventureuse et porteuse de tous les dangers qui consiste à créer une tension pour ensuite venir la régler en sauveur a ses propres limites. Cette grille de lecture très étroite qui ne prend en considération ni la géostratégie, ni les évolutions sur le terrain, que ce soit au Moyen Orient ou au Maghreb, va certainement se retourner contre la stratégie des faucons des Etats-Unis et leurs petites marionnettes à travers le monde. Ce n’est pas avec l’Arabie saoudite et le Qatar que l’on peut combattre le terrorisme quand on sait que ces deux pays ont fourni une logistique constante et, surtout, quand l’Arabie saoudite offre depuis toujours la matrice idéologique à ces groupes djihadistes. A quoi riment ces attaques aériennes qui n’ont aucun sens ? Obama désire sans doute brandir un trophée par rapport à sa présidence et lancer à la face du monde qu’il frappe qui il veut quand il veut, comme il l’a dit dans son dernier discours. Telle est la limite de la conception politique d’Obama, le président insipide et ennuyeux. Les Arabes de service qui ont cautionné ces bombardements et y ont participé ne sont pas représentatifs des peuples arabes, l’administration américaine devrait le comprendre une fois pour toutes. N’est-ce pas intentionnel de s’allier avec toutes les crapules du monde arabe pour frapper les terroristes en leur rendant ainsi service ? Car cette guerre encourage tous les mouvements hostiles aux Etats-Unis, non seulement dans le monde arabe mais dans le monde entier. Rappelons une énième fois : Daech-ISIS et Al-Nosra ont été créés, formés par les USA et leurs pantins, comme la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar, etc. Pour la survie de l’Empire et la sauvegarde de ses intérêts, les USA sont capables de tout, y compris de créer des monstres et de les abattre. Quand les missiles Tomahawk illuminent le ciel, on pense aux thèses de Fukuyama sur la fin de l’Histoire en réécoutant la célèbre chanson des Doors « The end ». Peut-on envisager un jour un président américain sans sa propre guerre ? Cela semble impossible car le complexe militaro-industriel doit faire des profits et c’est lui qui tient réellement les rênes du pouvoir. Souvenons-nous des thèses de James Baker au sujet de la militarisation de l’économie. Quant aux présidents, ils sont juste des façades « démocratiques » pour rassurer la plèbe et l’illusionner, laissant croire au peuple qu’il vit en « démocratie » et que le « monde libre » veille sur lui. Le reste, c’est de la littérature. En tous cas, le cheval de Troie Daech-ISIS a rendu un grand service aux USA, mais n’est-ce pas le rôle d’un agent ? Les croisades des néocons n’en finiront jamais et risquent bien d’emporter le monde. Obama n’est pas en mesure et ne veut pas se libérer du projet des néocons concernant le remodelage du monde, et ceux qui ont voté pour ce président fantoche sont en train de s’en mordre les doigts, en attendant la prochaine guerre de Hillary Clinton si elle passe. Est-ce une fatalité que les terres du monde arabe soient toujours le champ de bataille des Croisés de Washington ? Et maintenant, à qui le tour, Mister Obama ?

Mohsen Abdelmoumen

Publié dans Oximity le 24/09/2014 https://www.oximity.com/article/La-guerre-d-Obama-1

et dans Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.240914.htm

Publicités