Mois: novembre 2014

Le prisonnier X, une histoire australienne du Mossad

Publié le Mis à jour le

ben-zygier-300x0 (1)

L’agent du Mossad Ben Zygier. D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Savez-vous que l’Australie autorise ses citoyens à changer quatre fois par an leur nom sur leur passeport, ce qui leur permet de créer à chaque fois une nouvelle identité et un nouveau passeport ? Le cas de l’agent du Mossad Ben Zygier, assassiné dans les geôles israéliennes, nous renseigne sur le degré de délabrement du système australien et constitue un fait inédit dans l’histoire de l’identification des ressortissants d’un pays. Zygier a été recruté par le Mossad et grâce à ses quatre passeports australiens, chacun portant un nom différent (Ben Zygier, Ben Allen, Ben Alon, Benjamin Burrows), il a pu espionner pour le compte du Mossad. L’affaire Zygier met à jour un énorme scandale : l’utilisation par le Mossad de passeports australiens renouvelables sous des noms différents, ce qui lui permet d’accomplir des assassinats et autres basses besognes avec la complicité de Juifs possédant la double nationalité australienne et israélienne. Selon la presse australienne, Zygier s’apprêtait à révéler les abus et autres opérations mafieuses du Mossad dans l’utilisation de ces passeports pour ses agents.  C’est ce qui l’a tué. Lire la suite »

Publicités

Agression contre mon épouse

Publié le Mis à jour le

Free-Speech-Crosshairs

DR.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Malgré notre vigilance depuis la tentative d’assassinat qui m’avait ciblé en janvier et les menaces de mort à notre encontre, le soir de ce lundi 24 novembre, après son travail de bénévolat, ma femme a été prise en filature par un individu et victime d’une agression commise par deux exécutants. L’agression était minutieusement préparée, car repérer quelqu’un de seul pour ensuite l’attaquer est un vieux stratagème bien connu. C’était prévisible et nous nous attendions à ce genre de comportement, et je ne cessais d’alerter et d’initier ma femme à des méthodes d’autoprotection. Notre dernier article traitant du soutien de notre ami Noam Chomsky et d’autres personnalités à la cause du Sahara occidental nous a valu des menaces, mais cela n’enlèvera rien à ma croyance que le Sahara occidental sera libre, ainsi que la Palestine. Mon épouse belge, petite-fille de résistant fusillé par les nazis, un brave qui a combattu pour cette Belgique où aujourd’hui pullulent les pédophiles et les mafieux en tous genres, et dont les dirigeants se prévalent d’une façade démocratique, n’est pas habituée à vivre des situations dangereuses. Nous avions déjà déposé une plainte pour tentative de meurtre en janvier dernier, nous en avons déposé une autre pour vol avec violence et notre avocat a été informé de cette nouvelle affaire. Lire la suite »

Le royaume du Maroc dos au mur

Publié le Mis à jour le

Haidar-Esquivez-Chomsky-1-copie

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

La 39 édition de la Conférence Européenne de Support et Solidarité avec le Peuple Sahraoui (EUCOCO) s’est déroulée à Madrid ce 14 novembre en présence du président de l’EUCOCO, Pierre Galand, du Président de la République et SG du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, de l’infatigable militante sahraouie des droits de l’Homme, Aminatou Haidar, et de plus de 300 militants pour l’indépendance du Sahara occidental, en provenance des cinq continents. Assistaient également à cet événement majeur, des représentants de gouvernements reconnaissant la République arabe sahraouie démocratique (RASD), des députés et membres élus nationaux et internationaux, des organisations politiques et syndicales, des ONG, des associations d’amitié avec le peuple sahraoui, et de nombreux juristes. L’Algérie était représentée par le président du comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), Said Layachi. Le président Mohamed Abdelaziz a rendu hommage aux pays qui soutiennent les causes justes dans le monde, à leur tête l’Algérie « pour ses positions en faveur de l’application des résolutions de l’ONU ». Lire la suite »

Le pouvoir algérien malade de son président

Publié le Mis à jour le

051bcb32c2160d2b7f74c87e9d0d40b1_L-(1)-copie

Le président Bouteflika et Laurent Fabius. D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Pour la énième fois, les Algériens se sont retrouvés face à des rumeurs concernant la récente évacuation en urgence du président Bouteflika dans un hôpital français à Grenoble. Habitué à la déficience du gouvernement en matière de communication, le peuple algérien est obligé de se diriger vers les chaînes étrangères pour recevoir des informations plus ou moins fiables et pour connaître l’état de santé de son président, dont la maladie, qui ne date pas d’hier, engendre régulièrement une véritable cacophonie. Il est hallucinant de constater que c’est sans doute « top secret » de connaître ce que toute la planète sait, à savoir que le président Bouteflika est très malade. Celui-ci a été évacué à Paris mercredi, accompagné par son frère cadet Saïd et le général major Tartag sans qu’aucun responsable, y compris le chef d’antenne du DRS à Paris, n’en ait été informé. Aucun communiqué officiel – silence total de l’APS ! – ne nous a tenus informés sur l’énième épisode de ce feuilleton interminable, et d’hospitalisation en hospitalisation, en passant par les montages télévisuels bidon, les disparitions incognito aux intrigues multiples, le quatrième mandat continue à faire ses dégâts. Lire la suite »

Krugman, Putin and the New York Times, by Edward S. Herman

Publié le

51bgN0o3l4L._SY344_BO1,204,203,200_

Paul Krugman is an outstanding scholar-journalist, arguably the most enlightening among the New York Times’s regulars. He has grown in his years with the Times, possibly to the dismay of the top brass of the paper. When he was taken on as a regular in 2000 Krugman was a free trade enthusiast, and in his very first regular column (January 2, 2000) he admonished the protesters at the World Trade Organization gathering in Seattle (12/99) for portraying globalization as “an ideology of and for a rootless cosmopolitan elite that is out of touch with ordinary people.” He claimed then that the protesters’ oppositional cause is “denying opportunity to Third World workers.” The big problem for the next century, as Krugman then saw it, was whether the recent beneficial globalization revolution could build a mass constituency. Krugman had earlier been a strong supporter of NAFTA, a believer in the policy-constraining effects of the “natural rate of unemployment,” which he took as a given, as well as accepting that the concern over poverty had “exhausted the patience of the general public” and dealing with it was “politically out of bounds.” He also claimed that Western nations had “grown out of the sabre-rattling nationalism that led to catastrophic warfare in 1914.” (This was just after the U.S. war on Yugoslavia and the early moves of Clinton in expanding NATO toward the Russian border.) Krugman was in tune with the NYT editors. Lire la suite »

À qui profite l’ascension fulgurante du clan de l’argent sale en Algérie ?

Publié le Mis à jour le

argent-sale-2

Photo D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

“Doing business in Algeria”, c’est le sigle alléchant que la bourgeoisie compradore algérienne est partie vendre récemment au centre capitaliste à Washington, l’option ultralibérale du quatrième mandat du président impotent n’ayant jamais été aussi visible qu’en ce moment. Un seul mot revient de façon récurrente dans les démarches de ce gouvernement de faillite et de misère : « brader ». Comme si l’économie ruineuse s’appuyant sur l’import-import ne suffisait pas, la règle 51/49 est destinée à disparaître dans la loi de finance 2015, livrant le pays aux diverses multinationales qui feront de l’Algérie ce qu’elles voudront. Mais à quels investisseurs et à quels investissements fait référence le ministre de l’Industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb ? Celui des Emirati qui, d’après nos sources au sein même du port d’Alger, n’ont pas versé un centime pour investir dans le terminal portuaire d’Alger dont ils tiennent les commandes, alors que celui-ci génère des profits de plusieurs milliards de dollars ? La visite aux USA du ministre Bouchouareb était destinée à sceller le partenariat entre Varian et Ali Haddad, ce dernier étant du voyage pour diversifier son activité du bâtiment vers la pharmacie. Haddad, prédateur national qui nomme et dégomme PDG et cadres de l’Etat à sa guise, est le porte-étendard du clan de l’argent sale et de la bourgeoisie compradore sur lesquels s’appuie le règne du président Bouteflika et de son frère cadet Saïd. Lire la suite »