Le prisonnier X, une histoire australienne du Mossad

Publié le Mis à jour le

ben-zygier-300x0 (1)

L’agent du Mossad Ben Zygier. D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Savez-vous que l’Australie autorise ses citoyens à changer quatre fois par an leur nom sur leur passeport, ce qui leur permet de créer à chaque fois une nouvelle identité et un nouveau passeport ? Le cas de l’agent du Mossad Ben Zygier, assassiné dans les geôles israéliennes, nous renseigne sur le degré de délabrement du système australien et constitue un fait inédit dans l’histoire de l’identification des ressortissants d’un pays. Zygier a été recruté par le Mossad et grâce à ses quatre passeports australiens, chacun portant un nom différent (Ben Zygier, Ben Allen, Ben Alon, Benjamin Burrows), il a pu espionner pour le compte du Mossad. L’affaire Zygier met à jour un énorme scandale : l’utilisation par le Mossad de passeports australiens renouvelables sous des noms différents, ce qui lui permet d’accomplir des assassinats et autres basses besognes avec la complicité de Juifs possédant la double nationalité australienne et israélienne. Selon la presse australienne, Zygier s’apprêtait à révéler les abus et autres opérations mafieuses du Mossad dans l’utilisation de ces passeports pour ses agents.  C’est ce qui l’a tué.

Depuis ces révélations, les détenteurs de passeports australiens, surtout ceux qui visitent des pays ennemis d’Israël (Syrie, Liban, Iran…) sont des suspects potentiels. Les changements de noms sur les passeports de Zygier ne sont pas passés inaperçus des services de renseignements australiens (ASIO) qui l’avaient questionné notamment sur ses activités dans des pays comme le Liban et l’Iran où il a pu séjourner grâce à ses multiples passeports. L’ASIO suspectait Zygier d’espionner pour le compte du Mossad de même que trois autres Juifs australiens binationaux qui avaient émigré en Israël pendant la dernière décennie. Ces derniers étaient également retournés en Australie pour changer leurs noms sur leurs passeports et ainsi en obtenir de nouveaux. D’après The Sydney Morning Herald et autres médias, l’ASIO suspectait Zygier de vouloir révéler des informations sur les modes opératoires du Mossad, notamment sur l’utilisation de passeports étrangers comme ceux d’Australie, soit au gouvernement australien soit aux médias, avant qu’il ne soit kidnappé et ramené manu militari en Israël, emprisonné et liquidé quelques mois plus tard. Selon un officier des renseignements australiens dont les paroles ont été reprises par Fairfax Media, Mr Zygier  » pourrait avoir été sur le point de faire des révélations mais il n’en a jamais eu la possibilité ».

Huit jours après la révélation par la police de Dubaï que des agents du Mossad suspectés d’avoir assassiné un responsable du Hamas avaient utilisé des passeports australiens, le Mossad a informé l’ASIO de l’arrestation de Zygier sans fournir les détails des charges portées contre lui. A l’époque, les relations entre l’Australie et Israël étaient très tendues à cause de cette utilisation de passeports australiens pour l’assassinat d’un des commandants du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh, à Dubaï. Le responsable du bureau de liaison de l’ASIO à Tel Aviv avait été prévenu de l’emprisonnement de Zygier par le Shin Bet. L’agent a pu être victime d’un règlement de compte entre les services de renseignements australiens et le Mossad, car l’Australie furieuse de l’utilisation frauduleuse de ses passeports par les tueurs du Mossad avait expulsé en Mai 2010 le conseiller de l’ambassade israélienne Eli Elkoubi qui était également officier du Mossad à l’étranger. Tel Aviv s’était plaint que le nom et la fonction d’Elkoubi au sein du Mossad aient été dévoilés et publiés dans le journal Canberra Times. Autrement dit, l’Australie avait décidé de griller l’un des hauts officiers du Mossad.

Ben Zygier a changé de nom et de passeport à trois reprises. Parmi les trois autres Australiens devenus également Israéliens et sous surveillance de l’ASIO, l’un avait changé d’identité également trois foi, et les autres à deux reprises, tous optant pour des noms à consonance anglo-australienne au lieu de juive européenne. A l’évidence, cela leur permettait de ne pas être suspectés et refoulés dans des pays arabes et ou musulmans, Dans chacun des cas, ces hommes avaient utilisé leurs nouveaux passeports pour se rendre en Iran, en Syrie, au Liban, soit des pays qui ne reconnaissent pas Israël ou refusent l’entrée à quiconque présente un passeport portant un tampon de séjour en Israël.

L’agence australienne Fairfax Media qui a suivi de près toutes ces affaires de passeports, avait enquêté sur ces hommes et sur leurs liens avec une société européenne qui vendait du matériel électronique en Iran et qui servait de couverture pour les activités d’espionnage du Mossad. Ce qui a fait dire aux médias israéliens que l’Iran allait pouvoir désormais remonter la filière et démasquer les espions. Toujours selon l’agence, Zygier était entré en Australie en 2009 sous prétexte d’obtenir un MBA à l’université Monash et avait noué relation avec un groupe d’étudiants d’Arabie Saoudite et d’Iran sur le campus universitaire Caulfield. Idem pour les trois autres binationaux évoqués ci-dessus qui travaillaient aussi pour le Mossad. Un officier des renseignements israéliens avait déclaré à Fairfax en 2010, lors de l’affaire de Dubaï, qu’il est notoire que le Mossad contacte des Juifs venus s’installer en Israël afin qu’ils l’aident en lui confiant leurs passeports. « Leurs noms sont utilisés plus tard mais les personnes elles-mêmes ne sont pas impliquées » avait t-il expliqué. Ce n’était pas le cas de Zygier qui était sous surveillance de l’ASIO depuis au moins six mois avant l’assassinat de Dubaï.

Selon la TV australienne ABC, Zygier aurait fourni des informations à l’ASIO sur différents plans du Mossad, dont une importante opération en Italie. C’est probablement pour avoir été « retourné » par l’ASIO que le Mossad a « suicidé » Zygier en 2010 et que l’Australie, soutien inconditionnel au régime sioniste, n’a rien fait pour le sortir de prison. Par ailleurs, le site du CRIF, affichait que  » L’Allemagne a proposé ses services consulaires aux ressortissants israéliens qui se heurteraient à des difficultés dans les pays avec lesquels Israël n’a pas de relations diplomatiques ». Est-ce à dire que l’Allemagne serait prête à fournir une couverture diplomatique aux « ressortissants israéliens » agents du Mossad qui ne disposent pas d’une double nationalité, comme c’était le cas de Ben Zygier et d’autres ?

Dans une interview avec la chaîne australienne ABC, l’ancien ministre des Affaires étrangères australien Alexandre Downer a déclaré à l’époque que « Ben Zygier aurait commis un acte qui lui aurait valu une telle  peine », notant qu « il avait dans le temps (dans les années 2005-2007) dévoilé l’utilisation par le Mossad de passeports australiens vrai et faux et qu’Israël avait reçu des avertissements à cet égard « . Toujours selon ABC, « Ben Zygier avait coopéré avec l’intelligence australienne et fourni des détails sur les opérations du Mossad, notamment une opération de grande envergure en Italie qui se préparait depuis des années « .

La famille de Ben Zygier avait rompu le silence en contactant le correspondant du quotidien israélien  le Yediot Ahronot pour dire « qu’elle exige qu’Israël révèle toute la vérité et qu’elle attendait la publication des résultats de la commission d’enquête israélienne avec impatience ». Le ministre de la sécurité intérieure israélien Yitzhak Aharonovitch avait alors assuré « qu’aucun prisonnier X, c’est-à-dire détenu sous un faux nom, n’est actuellement emprisonné en Israël ». « Il n’y a pas de détenus anonymes en Israël » avait affirmé le ministre dont les propos avaient été diffusés par la radio publique israélienne. D’après lui, « il y a une supervision appropriée (sur les prisons), la loi est respectée, il y a également un grand souci pour la sécurité de l’Etat d’Israël qui mène parfois des actions secrètes pour se protéger ». Le quotidien Maariv, citant des responsables des services pénitentiaires, a affirmé pour sa part que Ben Zygier se serait pendu à l’aide de draps dans les toilettes de sa cellule qui n’était pas équipée de caméras, précisant que les services pénitentiaires n’ont pas été informés d’éventuelles « tendances suicidaires » du détenu. M. Aharonovitch, chargé des services pénitentiaires, avait réaffirmé que le rapport sur le décès de Ben Zygier rédigé par une juge avait conclu à son suicide. « Il est possible que ce rapport soit rendu public prochainement dans sa totalité ou partiellement », avait ajouté le ministre. Notons par ailleurs que le même ministre, après avoir déclaré qu’il n’y avait pas prisonnier X dans les prisons israéliennes, s’était contredit avec brio en affirmant que Ben Zygier avait accepté d’être détenu sous un faux nom afin de protéger la sécurité nationale et sa famille. Il avait également consenti à l’ordre d’interdiction de publication sur son affaire, qui a été ensuite confirmé par l’ancienne présidente de la Cour suprême israélienne Dorit Beinish. Rappelons que les médias israéliens avaient auparavant révélé que Ben Zygier n’était pas le seul détenu X en « Israël » !

Au vu des conséquences de ce scandale gigantesque, peut-on se targuer d’une quelconque politique de coordination de la lutte antiterroriste à travers le monde, sachant que certains Etats offrent des passeports à volonté à leurs citoyens ? L’Australie nous démontre les défaillances de son système et son impact néfaste sur la sécurité mondiale. Nous devons attirer l’attention des autorités algériennes sur ce précédent dangereux pour notre sécurité tout en sachant que notre pays ne reconnaît pas l’Etat d’Israël et on se demande si nous n’avons pas déjà été ciblés par cette grande opération du Mossad. Nous n’arrêterons jamais de réclamer une vigilance implacable, notamment sur l’utilisation des passeports australiens à des fins de déstabilisation des Etats et l’Algérie devrait contrôler rigoureusement dans ses points d’accès au territoire, tout individu porteur d’un passeport australien pouvant s’avérer être un agent du Mossad. Comme dit le proverbe australien: Le repas de l’un est poison pour l’autre.

Mohsen Abdelmoumen

Published on Oximity, November 29, 2014:https://www.oximity.com/article/Le-prisonnier-X-une-histoire-australie-1?faid=512983

on Whatsupic:http://fr.whatsupic.com/sp%C3%A9ciale-monde/1417443652.html

and on Palestine Solidarité:http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.291114.htm

Publicités