Un 11 septembre à l’européenne

Publié le Mis à jour le

hollande-synagogue-kippah_netanyahu

Le criminel Benyamin Netanyahu et son majordome François Hollande. D.R

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Comme nous l’avions annoncé dans un précédent article, 2015 s’annonce redoutable. La France a débuté l’année dans un climat délétère et nauséabond, propulsant médiatiquement les hérauts de la haine pour instiller les germes de ce que chacun peut percevoir aujourd’hui suite aux événements du 7 janvier à Paris. Que peut-on attendre d’un pays où l’on assassine un Jaurès et où l’on porte aux nues un Houellebecq, déclaré nouveau prophète de la littérature de la panse et de l’évasion fiscale qui rêve d’assassiner des musulmans et qui fait dire au personnage principal de son nouveau roman, son alter ego : « Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste palestinien, ou un enfant palestinien ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balles dans la bande de Gaza, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme… » ? On peut écrire des phrases pareilles en France tout en revendiquant son irresponsabilité, c’est ce que fait ce Houellebecq le plus naturellement du monde. Puisqu’il est permis d’étaler l’exécration de l’autre et se réjouir de sa mort en se déclarant déchargé de toute responsabilité, on se demande pourquoi il existe encore des tribunaux dans « le pays des droits de l’Homme ». Qu’espérer d’une France qui n’a jamais pu guérir de Pétain et de Papon, qui pue le racisme et le sionisme, qui est gangrenée par les sayanims, dont le Premier ministre est un sioniste notoire et dont le Président inscrit sa politique entre les lignes rouges du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) ? L’OAS (Organisation de l’armée secrète) intellectuelle y prospère, nourrie par des bataillons de fascistes dont la seule raison de vivre est de prouver leur allégeance au sionisme et à Israël. Disons-le sans ambages, avec sa gueule gore de sosie de Dracula qui ferait mourir de peur Bram Stocker lui-même, l’agronome-romancier Michel Thomas, alias Michel Houellebecq, grand admirateur d’Israël, s’est lancé dans les croisades et le terrorisme intellectuel programmé en banalisant le racisme, révélant sa Soumission au lobby sioniste tout puissant en France, qui transforme selon ses besoins des cancres en vedettes et têtes d’affiche dans les télévisions du Medef. Cet écrivaillon peut déclarer sans provoquer la moindre réaction : « Bien sûr qu’il y a des victimes dans les conflits du tiers monde, mais ce sont elles qui les provoquent. Si ça les amuse de s’étriper, ces pauvres cons, qu’on les laisse s’étriper ». Un conseil, Monsieur Houellebecq, lisez Berthold Brecht, cela vous changera les idées.

Eh oui, Sartre est mort et beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de la Seine depuis que l’on y a jeté des Algériens en octobre 1961, la France ne crée plus que des faux dévots fascistes qui n’ont aucun mérite à part celui d’avoir choisi la « liberté d’expression » – qui n’existe que pour certains ! – au lieu de la justice, comme Albert Camus avait jadis choisi sa mère. Un seul constat s’impose : Paris est sous occupation sioniste et le visage hideux de la « vérité » ressemble à celui de Michel Houellebecq et d’Eric Zemmour ou « Zemar » (« le chieur » en arabe) qui, lui, rêve de déporter les cinq millions de musulmans qui vivent en France. Après tout, casser du bougnoule, n’est-ce pas inscrit dans le patrimoine national français ? Tapiner pour le capital et pour le sionisme est un métier porteur et un Goncourt à la clé vaut bien un pansement littéraire ou une pipe métaphysique loin de la réalité du bois de Boulogne mais proche du Carlton ou du Sofitel  où les sionistes du FMI sautent sur tout ce qui bouge. Edwy Plenel, le patron de Mediapart, a raison lorsqu’il s’insurge contre la compromission des médias de masse qui ont instrumentalisé la sortie littéraire de Houellebecq pour en faire « la » sortie politique, mais il est bien seul à dénoncer ce qui s’avère un programme minutieusement étudié. En effet, le terrorisme à Paris a commencé quelques jours avant la publication du livre de cuisine de Houellebecq prévue – comme par hasard – le 7 janvier, jour des « attentats terroristes » à Paris. Etrangement, le livre « aurait été piraté » sur internet et mis à disposition des journalistes qui s’en sont emparé pour en faire un véritable enjeu politique, soulevant une polémique qui échappait du cadre d’une sortie littéraire qui n’avait pas encore eu lieu. Le sioniste Zemmour « Zemar » dont l’islamophobie revendiquée n’est plus à démontrer, avait déjà préparé le terrain en faisant la promotion de son « manifeste » sur le suicide français,  mettant le feu aux poudres, y compris en Belgique.

pellicule---1

Clichés issus de la vidéo censurée montrant Coulibaly abattu, les poignets menottés. D.R

D’après tous les experts en renseignement que nous avons consultés, les attentats de Paris comportent de nombreuses zones d’ombre.

Tout d’abord, qui a annulé la surveillance policière devant le siège de Charlie Hebdo ?

Outre le Premier ministre Manuel Valls dont on connaît la ferveur pour Israël et Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur champion des lois liberticides et proche de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et autre grand sioniste, on trouve Frédéric Auréal, patron du SDLP (Service de la Protection), nommé par Manuel Valls lorsque celui-ci était encore ministre de l’Intérieur. Auréal a notamment été critiqué par ses subordonnés pour la protection du député ultra-sioniste Franco-Israélien Meyer Habib, qu’ils jugeaient excessive. Le chef du SDLP est également proche de l’ex-policier Sammy Ghozlan, président du BNVA (Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme), lobby de soutien à Israël traînant en justice tous les opposants au sionisme, pratiquant la menace et l’intimidation en vue d’empêcher la dénonciation des politiques israéliennes de colonisation, d’occupation, d’apartheid et d’épuration ethnique, criminalisant toutes les actions de soutien aux droits du peuple palestinien et notamment les actions des mouvements BDS. Ghozlan est aussi membre du B’nai Brith, lobby aux ramifications internationales basé à Washington se présentant comme « le plus grand organisme juif dans le monde et aussi l’un des plus anciens, depuis sa création en 1843 ». Il est intéressant de noter que sans l’aval du B’nai Brith, Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ont accepté de se prêter à un interrogatoire portant sur leur soumission à Israël, n’auraient pas pu briguer la mairie de Paris. Ghozlan est également le pygmalion de l’ancien vendeur de pizza promu imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, l’imam préféré de Caroline Fourest, grande amie d’Israël et égérie des LGBT, et de l’ultra-sioniste belge Joël Rubinfeld. Ce dernier est, quant à lui, co-fondateur et président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA), organisme sioniste belge de lutte contre l’antisémitisme sous toutes ses formes (comme si le sémitisme ne concernait que les Juifs !) et qui compte dans son Comité d’honneur Beate Klarsfeld, l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi, le père Patrick Desbois, le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, et l’écrivain algérien Boualem Sansal.

A propos de ce dernier, Boualem Sansal a éructé au cours d’une interview publiée le 13/01 dans l’Express, journal appartenant au magnat franco-israélien Patrick Drahi, 12ème fortune de France et qui est aussi propriétaire de Libération et patron de I24, qu’il était « horrifié, de voir que beaucoup d’Algériens, qui pourtant ont terriblement souffert du terrorisme, ont applaudi les « héros, les martyrs », les frères Kouachi et Coulibaly, qui au prix de leur vie ont châtié Charlie le blasphémateur, l’ennemi d’Allah et du Prophète. Je suis horrifié de les voir saluer avec joie l’assassinat de quatre juifs qui faisaient tranquillement leurs emplettes. » Par cette déclaration mensongère désignant les Algériens, Sansal, le larbin d’Israël, rend tout le peuple algérien responsable de l’attentat à Paris et concourt ainsi ouvertement au plan qui vise l’Algérie. Le pire est que cette déclaration a été passée sous silence par la presse algérienne qui n’a pas trouvé utile de démentir ces rots de renégat, mais quand on sait que certains journalistes algériens se sont déplacés en Israël lors d’un voyage organisé par l’entité sioniste, comment s’en étonner ? Il est clair que ces prétendus journalistes revendiquent leur statut de bougnoules et se font l’écho de la France en soutenant le torchon Charlie Hebdo et en n’évoquant pas les propos orduriers de ce sayanim Sansal, lécheur des bottes du CRIF, qui salit l’Algérie à chaque occasion pour plaire à ses maîtres sionistes. Honte à cette presse algérienne qui n’a pas non plus daigné écrire une ligne sur les accords stratégiques conclus entre Nicolas Maduro et le gouvernement algérien en matière de gestion de la crise du pétrole et concernant la vision commune de la résolution du chaos libyen par la négociation. Revenons à Sansal et à un extrait éclairant de son discours au dîner du CRIF organisé au Centre Orléans le 3 décembre dernier : « Les Arabes ont roulé tout le monde dans la farine, ils ont inventé les Palestiniens et leur ont inventé une identité, une histoire et un programme, comme ils ont réussi à faire croire aux Maghrébins qu’ils étaient arabes, et comme ils font croire au monde qu’ils travaillent à la paix ». Il renchérit : « On se demande si la reconnaissance d’un État palestinien qui se discute en ce moment un peu partout dans les pays occidentaux est un geste pour amadouer les djihadistes, ou si c’est un appui au processus de paix entre Israël… et qui d’autres au fait (le Fatah, le Hamas, l’Iran, le Daesh ?) ou si elle n’est pas tout simplement la mise en œuvre de cette doctrine, sacrifier Israël pour apaiser la colère des fous d’Allah. C’est une erreur grave. Se substituer aux Palestiniens n’est pas les aider mais les traiter en mineurs et les empêcher de se réaliser par eux-mêmes, c’est agir comme ont fait les États arabes qui depuis 1948 exercent sur eux une tutelle débilitante dont le résultat sur la région et le monde est effarant. Les Palestiniens devraient d’abord se libérer de ceux qui se veulent leurs tuteurs et décider par eux-mêmes de leur destin, c’est la seule voie digne. Quand on est libre, on est fort et quand on est fort, on sait faire la paix. Je pense qu’ils devraient agir comme Israël qui ne cède jamais à personne la moindre parcelle de sa souveraineté. » Que dire devant de tels propos venant d’un écrivain algérien, sachant que l’Algérie a toujours soutenu et soutiendra toujours la juste cause palestinienne ? Ce discours démontre que Sansal est plus sioniste que le sionisme lui-même. Comment l’Algérie a-t-elle pu engendrer de telles racailles ? Et dire que ce sinistre personnage était haut fonctionnaire au Ministère de l’Industrie en Algérie…

Autre sayanim franco-algérien, Mohamed Sifaoui que l’on voit sur tous les plateaux de télévision pour commenter les « attentats », collabore avec une officine spécialisée dans la géopolitique, le MEMRI (Middle East Institute Media Research), une association fondée par  Yigal Carmon, ex-colonel du renseignement  israélien qui a donné des séances d’information devant le Congrès US et le Parlement européen, ainsi qu’auprès du Département d’Etat, du Pentagone, du Département de la Sécurité intérieure, du ministère de la Justice US, de la Bibliothèque du Congrès, du FBI, du Conseil de la sécurité nationale et de la division de lutte contre le terrorisme de la NYPD, et est fréquemment interviewé dans diverses chaînes occidentales. Notons que Carmon a toujours défendu l’usage de la torture à l’encontre des Palestiniens. Sifaoui est aussi très proche de Joël Rubinfeld, cité plus haut, qui est, rappelons-le, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme, ancien vice-président du Congrès juif européen, ami de l’ultra-sioniste Sammy Ghozlan et admirateur du raciste israélien Avigdor Lieberman. Ajoutons que Sifaoui, cet autre larbin d’Israël invité permanent des chaînes de propagande françaises, n’a pas hésité à attaquer ouvertement le DRS (services de renseignement algériens).

Autre fait étrange, pourquoi la rue dans laquelle se trouve le siège de Charlie Hebdo était-elle vide de tout piéton et de toute circulation ?

Pourquoi les deux frères Kouachi ont-ils attaqué Charlie Hebdo dix ans après la publication des caricatures et comment savaient-ils que toute la rédaction se réunissait chaque mercredi à 11 heures ? Ont-ils voulu brouiller les pistes en allant sonner chez le voisin pour demander où se trouvaient les locaux du journal alors qu’ils connaissaient le jour et l’heure de la réunion de la rédaction ?

Comment se fait-il que Coco, la dessinatrice, se trouvait là en même temps que les tueurs, juste à propos pour leur taper le code d’entrée ?

Trois minutes à peine après l’attentat qui a commencé à 11h50’, le journal 20minutes était au courant de l’attaque. Moins de 10 minutes après l’annonce sur 20 minutes, une équipe d’ITélé était sur place et grimpait sur les toits pour filmer les événements, alors qu’il a fallu attendre 30 à 45 minutes ( !) pour que les forces d’intervention parviennent sur les lieux.

Pourquoi les gens présents dans le bâtiment de Charlie Hebdo se sont-ils réfugiés sur les toits munis de gilets pare-balles ? Etaient-ils au courant qu’une attaque devait avoir lieu ? Portaient-ils des gilets par balles pour éviter toute bavure ? Et comment se fait-il qu’un personnage sur le toit envoyait tranquillement des SMS à l’aide de son portable quand les tirs faisaient rage, alors qu’un individu normal serait complètement paniqué ?

Qui peut expliquer pourquoi les rues en plein Paris à l’heure de midi étaient vides au moment où le policier s’est fait abattre par les deux tueurs ? Qui est la personne qui a filmé toute la scène depuis le début sans penser à se cacher, sans avoir peur et sans trembler ? Cette personne attendait-elle les événements en vue de les filmer ? Pourquoi le policier abattu sur le trottoir n’a-t-il pas perdu de sang lorsque le tireur a visé sa tête alors que celle-ci aurait normalement dû exploser sous l’impact d’une balle de gros calibre ? Et pourquoi voit-on un jet de poussière lorsque le tueur tire sur le policier à terre, comme si la balle avait touché le sol ?

Pourquoi la voiture des terroristes a-t-elle des rétroviseurs interchangeables selon les photos, parfois blancs, parfois noirs ? Et comment expliquer son trajet rocambolesque dans les rues de Paris ?

Pourquoi n’y a-t-il eu que deux policiers en vélo pour barrer la route de la voiture des tueurs, alors qu’un attentat venait de se produire ?

Comment se fait-il que 55 minutes après l’attaque de Charlie Hebdo, François Hollande s’est rendu sur les lieux sans craindre pour sa sécurité ? C’est inédit dans ce genre d’événement, on n’a jamais vu un chef d’Etat se rendre aussi vite sur les lieux d’un attentat alors qu’il pourrait y avoir des voitures piégées et des tireurs embusqués.

Enfin, comment se fait-il que les tueurs aient laissé leur carte d’identité dans la voiture alors qu’ils ont pensé à ramasser une chaussure avant de s’enfuir après avoir tué le policier ? Cette histoire de carte d’identité fait bizarrement penser au passeport miraculeusement trouvé intact dans les décombres du WTC après les attentats du 11 septembre à New York.

Autre sujet d’interrogation, le témoignage de Caroline Fourest qui a livré en direct à la télévision une information capitale pour l’instruction lorsqu’elle a raconté qu’elle était arrivée très vite sur les lieux et avait consolé Sigoulène Vinson, la chroniqueuse judiciaire de Charlie Hebdo à laquelle un des terroristes aurait ordonné de réciter le Coran si elle voulait rester en vie. D’après Fourest, Sigoulène Vinson aurait été impressionnée par « les très beaux yeux bleus du tueur ». Inutile de rappeler qu’aucun des frères Kouachi poursuivis et abattus pour cet attentat, ni Coulibaly, n’avait les yeux bleus. Le témoignage de Fourest a été démenti par la suite par Sigoulène Vinson qui a donné sa version des faits en réfutant les propos que lui a prêtés Fourest, mais elle ne revient pas sur « les très beaux yeux bleus ». Nous aimerions bien savoir ce qu’est devenu ce mystérieux personnage au regard clair.

Comment I24 News, chaîne d’information basée à Tel Aviv et appartenant au magnat israélien Patrick Drahi a-t-elle pu donner la double nationalité des présumés terroristes, soit les frères Kouachi, sur son compte Twitter à 15.03, alors que les médias français n’ont pu annoncer la nouvelle qu’à 20.43, c’est-à-dire cinq heures plus tard ?

Personne ne parle du joggeur blessé par balle à Fontenay-aux-Roses près de la maison où vivait Amédy Coulibaly avec sa compagne Hayat Boumeddiene. Ce joggeur aurait été visé par Coulibaly, or, aucun terroriste ne cible un individu sans raison alors qu’il a le projet de commettre un attentat, et surtout pas à deux pas de chez lui. Idem pour la policière abattue à Montrouge. Par ailleurs, le joggeur a témoigné que celui qui l’avait visé était de type européen, ce qui ne correspond pas au profil de Coulibaly. Malheureusement, on ne trouve plus trace de ce témoignage important. Pourquoi ? Cela n’a pas empêché la police d’établir une connexion entre l’attaque contre le joggeur et le pistolet de type Tokarev qui a servi dans le supermarché cacher.

En ce qui concerne l’attentat contre l’hyper cacher de la porte de Vincennes, pourquoi les forces d’intervention ont-elles voulu s’introduire dans le magasin par la porte d’entrée, alors qu’un employé était sorti par une autre issue après avoir caché des clients dans le compartiment frigorifique et que le RAID aurait pu utiliser ce passage pour surprendre le preneur d’otages ? Enfin, nous nous demandons où est passée la vidéo dans laquelle on voit clairement un policier entrer seul dans l’épicerie, suivi d’une série de coups de feu, pour finalement voir Coulibaly se précipiter vers la sortie, les mains menottées et la kalachnikov en bandoulière, avant de s’effondrer, abattu comme dans un tir au pigeon par les policiers massés devant la porte.

Nous nous demandons aussi comment Hayat Boumeddiene, la compagne de Coulibaly que toutes les polices de France et de Navarre recherchaient, a pu s’échapper le 9 vers la Syrie. La France serait-elle une passoire au moment où des attentats terroristes se déroulent dans la capitale ?

Dans le même groupe auquel on impute les divers attentats et que l’on présente comme liés, Coulibaly revendique qu’il agit pour Daech-IS et les frères Kouachi pour Al Qaïda. Tous les spécialistes de renseignement nous confirment que cette configuration est impossible, des groupes terroristes différents ne s’associent jamais pour commettre le même attentat.

Comment se fait-il aussi que des journalistes surveillés par la police se font descendre par des terroristes eux aussi surveillés par les services français ?

Et enfin, pourquoi le commissaire Helric Fredou, numéro deux de la SRPJ de Limoges qui travaillait sur l’attentat de Charlie Hebdo s’est-il suicidé ? Cherif et Said Kouachi, tués par la police le 9 janvier, avaient fait leurs études dans la région de Limoges, et le commissaire avait envoyé une équipe enquêter mercredi 7. A leur retour, il a établi son rapport et s’est tiré une balle dans la tête avec son arme de service dans son bureau au commissariat. Aucun media n’a couvert l’événement, pourquoi ? L’autopsie pratiquée par l’Hôpital universitaire de Limoges a confirmé le suicide, considéré dans le rapport de police comme inattendu. Le commissaire s’est-il réellement suicidé ou l’a-t-on tué ?

Pour terminer, nous remarquons que comme dans l’affaire Mohamed Merah accusé de plusieurs assassinats, les terroristes présumés sont toujours éliminés au lieu d’être immobilisés afin d’en obtenir des informations et de les traduire en justice. Rappelons que dans cette affaire très nébuleuse également, le témoin d’un meurtre attribué à Merah avait donné la description du tueur qui ne correspondait pas à celle de Mohamed Merah. Cela n’a pas empêché Merah de finir criblé de balles. Pourquoi les forces d’intervention n’utilisent-elles jamais dans de tels cas des grenades assourdissantes et paralysantes, plutôt que liquider les terroristes présumés ? A propos de Merah, quelqu’un peut-il expliquer ce que faisait la carte de visite du garde-corps personnel de Nicolas Sarkozy dans la poche de Mohamed Merah ?

Bien des questions se posent auxquelles nous ne pourrons jamais apporter de réponses. Quoi qu’il en soit, les soupçons d’attentats sous fausse-bannière (false flag) sont évoqués par de nombreuses personnalités comme l’ancien secrétaire d’Etat américain Paul Craig Roberts, l’ex-eurodéputé et journaliste italien Giulietto Chiesa, ex-membre de la sous-commission pour la sécurité et la défense du Parlement européen, l’analyste Soraya Ulrich, le chercheur géopolitique Tony Cartalucci, et bien d’autres.

Une semaine après Paris, c’est au tour de la Belgique de connaître le terrorisme. Une série d’interventions des forces de police ont eu lieu jeudi 15 janvier à maints endroits, dont notamment dans la ville de Verviers qui a abouti à des échanges de tirs provoquant la mort de deux présumés terroristes et l’arrestation d’un troisième, blessé au cours de la fusillade. Selon les médias, il s’agit de jeunes djihadistes revenus de Syrie qui préparaient des attentats « imminents » contre des commissariats de police, mais l’imminence des attentats a été démentie depuis. Le porte-parole du gouvernement belge a confirmé que le niveau de la menace avait bien été élevé pour tout le pays au niveau trois sur une échelle de quatre, bien qu’il n’existe pas de nouveaux éléments de menace et qu’il s’agissait d’une mesure de prudence. Le directeur de l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace), André Vandoren, quant à lui, a déclaré à la télévision publique que « la menace n’est pas envisagée et envisageable pour le moment. Il faut être tout à fait clair et formel à ce sujet. » Les perquisitions menées à Verviers ont permis de retrouver des kalachnikovs, des armes de poing, des munitions, du matériel de communication, des téléphones portables, des faux documents et des uniformes de policiers. Une question nous taraude : comment ces terroristes ont-ils pu se procurer des uniformes de la police ?

Il s’avère que de nombreuses réunions des différents ministres européens de l’Intérieur ont eu lieu ces dernières semaines à Paris en catimini. « Hasard du calendrier », disent les médias belges, une réunion ministérielle était prévue le lendemain des perquisitions pour annoncer douze nouvelles mesures liberticides décidées par le gouvernement dans la lutte antiterroriste. Par ailleurs, bien que ces opérations « n’avaient rien à voir » avec les attentats de Paris selon les autorités belges, elles ont été menées suite à des conseils délivrés par les services français et le GIGN français était à Verviers au moment de l’intervention des unités d’élite de la police belge.

« Le Patriot Act » européen se met en place avec diverses mesures liberticides prises par les différents gouvernements. Relevons la surveillance renforcée des citoyens via les communications téléphoniques et internet et le projet d’instaurer une liste No fly. Un sommet portant sur la lutte contre le terrorisme regroupant les chefs d’Etat est prévu à Bruxelles le 12 février prochain. En outre, depuis ces événements, l’armée est déployée dans les rues belges pour protéger certains sites, comme l’ambassade américaine, le siège de l’OTAN, le Palais de Justice et, bien sûr, les lieux fréquentés par la communauté juive qui, d’ailleurs, demande instamment à pouvoir désormais circuler avec des armes. Pourquoi protège-t-on uniquement les écoles ou les lieux de culte juifs et pas toutes les écoles et tous les édifices publics ? Tous les citoyens ne sont-ils pas égaux ? Y aurait-il donc des hyper-citoyens en Europe qui méritent d’être protégés et puis les autres ? Chacun ne paie-t-il pas ses impôts ? Rappelons que « l’attentat » commis au Musée juif de Bruxelles le 24 mai 2014 était une opération menée par des services secrets étrangers pour liquider deux agents du Mossad, cela n’avait rien à voir avec un attentat terroriste. L’auteur présumé des assassinats, Mehdi Nemmouche, est d’ailleurs le seul « terroriste » à avoir été arrêté dans un car d’Euroline avec un sac d’armes ouvert à ses pieds. Du jamais vu dans l’histoire du terrorisme !

Les chiffres officiels belges déclarent que 184 jeunes sont partis se battre en Syrie, dont une cinquantaine aurait été tués et une centaine seraient rentrés en Belgique, mais d’autres sources affirment que le nombre de djihadistes s’élève à plus de 1000. Il faut savoir que ces islamistes se baladent comme ils veulent, partant combattre en Libye, en Syrie, en Irak et revenant au pays pour reprendre des forces avant de retourner au combat. A leur retour, ils passent 24 ou 48 heures en garde à vue puis sont relâchés dans la nature. L’un d’entre eux, un certain Abu Mariya Belgiki, élément de Daech-IS, menace l’Algérie et l’ANP via son compte Twitter. Il ne nous manquait plus que ça : un Belge qui menace l’Algérie ! On se demande d’ailleurs comment une organisation comme Daech-IS peut avoir des comptes Twitter. Nous lui adressons directement ce message : demande à tes chefs ce qu’ils pensent de l’Algérie et de son armée, petit con. Viens donc, on va t’apprendre comment on reçoit les terroristes. L’Algérie n’est ni France ni la Belgique. Chez nous, les frites vont te sortir par les oreilles et le chocolat par le nez, tout notre appareil sécuritaire t’attend de pied ferme. On a butté ton chef El Gouri, viens donc. Chiche !

L’Allemagne quant à elle est remuée par une vague islamophobe avec son organisation anti-islam Pegida qui organise une manifestation chaque lundi à 18h30 dans un parc de Dresde. Créé en octobre 2014, ce mouvement grossit de semaine en semaine, rassemblant près de 40 000 personnes alors qu’au départ elles n’étaient que 500. Le phénomène islamophobe se répand en Allemagne, avec des pseudos attentats terroristes déjoués. Berlin a été sujette à une vaste opération de perquisitions vendredi en même temps que la Grande-Bretagne. C’est comme si l’Europe découvrait subitement l’existence de djihadistes européens partis faire la guerre dans les pays du monde arabo-musulman, alors que ces jeunes sont encadrés et surveillés par les différents services de leurs pays d’origine.

netanyahu_pays_reuters

La marche triomphale de Netanyahu dans la « manif pour tous » du 11/01 à Paris. D.R.

L’opération de Paris visait plusieurs buts, mais sans doute les résultats ont-ils dépassé les espérances de ceux qui les ont orchestrés.

Les gouvernements occidentaux sont dans l’impasse, il leur faut trouver des solutions pour régner sur leurs populations de moutons manipulables à souhait et remonter dans les sondages qui n’ont jamais été aussi désastreux. D’après les chiffres publiés ce 20 janvier dans son rapport annuel, l’OIT (Organisation Internationale du Travail), 212 millions d’individus seront sans travail en 2019, soit 11 millions de plus qu’actuellement. Pour occulter cette réalité économique désastreuse, pourquoi ne pas utiliser la bonne vieille tactique qui a déjà fait ses preuves par le passé en soudant les peuples par la peur en leur offrant un bouc émissaire, à savoir les musulmans ? Est-ce donc leur seul projet de société ? Les attentats vont-ils faire baisser le chômage qui s’intensifie ainsi que la pauvreté galopante ? Rien de tel qu’un climat de peur pour faire oublier les problèmes économiques. Les mesures qui auraient été contestées en temps normal comme les lois liberticides et l’introduction des OGM en Europe passent sans soulever le moindre émoi. Sous le couvert de la lutte antiterroriste, les gouvernements occidentaux vont désormais pouvoir faire tout ce qu’ils veulent avec l’aval des peuples bêlants. Pendant que les Occidentaux sont occupés à épier leur voisin pour vérifier s’il n’est pas un terroriste potentiel, Israël bombarde le Golan et continue son nettoyage ethnique en Palestine, l’Ukraine attaque le Donbass, l’OTAN poursuit sa politique de destruction, la Syrie, l’Irak, la Libye et les pays du Sahel se noient dans un bain de sang, les marchands d’armes font du profit et les 1% s’enrichissent davantage… Et miraculeusement, François Hollande et son Premier ministre Valls regrimpent dans les sondages de manière spectaculaire.

Une instruction a été donné aux médias dominants de contrer les thèses complotistes, preuve que les commanditaires ont constaté que leur false flag avait été percé à jour sur les réseaux sociaux. Comme l’a affirmé le professeur Oberlin, l’Histoire n’est faite que de complots et il est tout à fait naïf de croire qu’il n’en n’existe plus de nos jours. Aujourd’hui, la mode veut que tout ce qui ne va pas dans le sens des médias de masse soit considéré comme « théorie du complot » et donc dénigré. Or, si l’on donne l’ordre aux médias de contrer la théorie du complot et que tous obéissent avec un bel ensemble, il y a matière à réflexion. De quoi ont-ils peur si leur version est la vraie ? Comment se fait-il que des vidéos disparaissent de Youtube ? Pourquoi vise-t-on ceux qui ne croient pas à cette mise-en-scène macabre, comme par exemple cette enseignante française suspendue parce qu’elle avait mis en doute la version officielle devant ses élèves ? A quoi rime cette chasse aux sorcières qui s’étend en France et en Europe ? Quoi qu’il en soit, les évènements qui se sont déroulés à Paris ont permis à la presse papier de réaliser une opération commerciale autant faramineuse que macabre. De 60 000, Charlie Hebdo a été tiré à 7 000 000 d’exemplaires pour son dernier numéro dit « des survivants ». En novembre 2014, proche de la faillite, le directeur de la publication Charb avait dû lancer un appel aux dons pour payer les dettes du journal. Depuis la mort violente d’une partie de son personnel, l’argent afflue dans les caisses en provenance de l’Etat, de Google et d’ailleurs, ainsi que des sept millions d’individus qui se sont précipités pour faire la file devant les kiosques, certains passant la nuit dans leur voiture, pour acheter un journal insignifiant et bêtement provocateur.

La « manif pour tous » réunissant plus d’un million de personnes ce dimanche 11 janvier à Paris, toutes rangées sous la bannière « Je suis Charlie » s’est faite sous l’égide des dirigeants d’une soixantaine de pays rassemblés autour de François Hollande, accompagnés par les criminels Benyamin Netanyahu, Avigdor Lieberman et Naftali Bennett, ce dernier ayant déclaré un jour « J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie, et il n’y a aucun problème avec ça ». Voir ces monstres sanguinaires défiler en encourageant l’émotion populaire alors qu’ils ont massacré en juillet et août dernier 2145 Palestiniens dont 578 enfants, 263 femmes et 102 vieillards, donne la nausée. Y a-t-il eu une marche pour dénoncer l’assassinat des dix-sept journalistes assassinés lors de la boucherie perpétrée par l’entité sioniste à Gaza? Chaque personne ayant participé à cette marche porte désormais la responsabilité d’avoir suivi ces criminels du genre humain. Il est certain que le grand bénéficiaire de ces événements à Paris est incontestablement Netanyahou qui rafle la mise au moment où il était sur la sellette, autant dans l’entité terroriste d’Israël où il était en position critique face à ses adversaires dans la campagne électorale suite à son échec dans la guerre qu’il a menée l’été dernier contre le peuple de Gaza, mais aussi au niveau international avec la plainte pour crimes de guerre déposée par l’autorité palestinienne à la Cour Pénale Internationale, et face au mouvement de boycott d’Israël qui prend de l’ampleur dans le monde entier. La preuve de cette victoire est le triomphalisme affiché sans retenue dans la synagogue où les politiciens français, kippa sur la tête, ont suivi Netanyahu après la « manif pour tous ». Quelle était donc cette victoire qu’ils ont tous célébrée avec force sourires et des vivats ? Qu’y avait-il donc de si réjouissant ? La veille, Netanyahu avait invité tous les Juifs de France et d’Europe à rejoindre Israël. Estimés entre 500 000 et 600 000, les juifs de France représentent la première communauté juive d’Europe et la troisième du monde, derrière Israël et les Etats-Unis. « A moins que le monde ne revienne à la raison, le terrorisme va continuer à frapper », a-t-il annoncé sur son compte Twitter. Si ce criminel contre le genre humain l’a prédit, nous pouvons nous attendre, en effet, à d’autres attentats ou false flags un peu partout en Europe. Netanyahu sait de quoi il parle. N’a-t-il pas déclaré la guerre à l’islam dans sa globalité, soit 1.3 milliards d’individus, au cours d’une conférence de presse à Tel Aviv le 9 janvier, en présence de l’ambassadeur de France, appelant les pays européens à le suivre dans sa guerre sainte ? Depuis son discours guerrier à la synagogue de Paris où il a désigné les groupes terroristes qu’il fallait combattre, englobant le Hamas et le Hezbollah qui sont des mouvement de résistance face à l’ignominie du colonialisme de l’entité sioniste, l’Union européenne a fait appel ce 19 janvier contre la décision de la justice européenne qui avait retiré le Hamas de la liste des organisations terroristes le 17 décembre 2014, la justice ayant estimé que l’inscription du mouvement palestinien dans cette liste était injustifiée et infondée. On le voit, l’emprise de l’entité sioniste d’Israël sur les pays européens a repris de la vigueur au moment où beaucoup d’entre eux commençaient à reconnaître l’Etat palestinien. En France, les militants pour la cause palestinienne sont pourchassés, traduits en justice. Manifester en soutien au peuple palestinien est interdit, énoncer les atrocités commises à l’encontre des Palestiniens est passible de poursuites judicaires, et les mouvements BDS sont dans la ligne de mire. Et on nous gave de « liberté d’expression »,  de « spécificité française », des « valeurs de la République » et de « laïcité » clichés brandis kippa sur la tête ? Foutaises !

On ne fait pas que légiférer contre le terrorisme, on le combat, comme le fait l’Algérie en apportant des résultats probants. Le fascisme s’installe en Europe avec de lois liberticides contre les citoyens, nullement contre les terroristes. Ce sont bien les voix discordantes, tous ceux qui ne sont pas dupes, qui sont visés. Il y aura d’autres « attentats » destinés à continuer d’exercer une pression sur les populations et les garder sous domination. La désignation des divers « terroristes » comme appartenant à la nationalité algérienne, que ce soit en France ou en Belgique, est la preuve irréfutable que l’Algérie est clairement visée par un complot occidental. L’attentat de l’ambassade d’Algérie en Libye au lendemain des évènements à Paris n’est pas le fruit du hasard, sachant que la France cherche par tous les moyens à intervenir en Libye.

Et la guerre a bel et bien déjà commencé en France où les actes criminels contre la communauté musulmane se multiplient. Depuis « les attentats » de Paris, cent-soixante agressions ont eu lieu en France contre des musulmans et des lieux de culte, un père de famille a été sauvagement assassiné à son domicile devant sa femme et son bébé, massacré par un voisin qui lui a assené 17 coups de couteau. Des têtes de porc sont jetées dans les mosquées quand ce ne sont pas des grenades, des croix gammées sont peintes sur les façades, les femmes portant le voile se font agresser et insulter, etc. Qu’arriverait-il si cent-soixante synagogues avaient été attaquées et si un Juif avait été poignardé à mort ? Bref, clairement, c’est la communauté musulmane qui est stigmatisée et agressée, mais ce sont les Juifs qui sont protégés, puisque 10 500 militaires sont déployés dans toute la France pour veiller essentiellement à leur sécurité. Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdoet actuel patron de France Inter a déclaré récemment que les musulmans n’avaient qu’un quart de cerveau. Fait étrange, la vidéo dans laquelle il faisait cette déclaration et qui a provoqué le buzz sur la toile a totalement disparu, ainsi que tous les articles qui la relayaient. Rappelons que Val a licencié le caricaturiste Siné en juillet 2008 pour antisémitisme. « Pas touche à Israël » aurait-il enjoint à Siné à propos de sa chronique consacrée au fils de Nicolas Sarkozy dans laquelle il commentait : « Il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! » Et l’on parle de liberté d’expression ? Laquelle ? Celle qui  permet de licencier Siné, de harceler depuis des années pour ses positions antisionistes l’humoriste Dieudonné, qui personnellement ne nous a jamais fait rire, et de le mettre en garde à vue pour « apologie du terrorisme », de juger et de condamner des dizaines de personnes en comparution immédiate, et de répertorier ceux qui « ne sont pas Charlie » ?

Comment la France peut-elle se déclarer chef de file européen contre le terrorisme quand son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, reconnaissait en 2012 que la France soutenait financièrement le groupe terroriste Al-Nosra, branche d’Al Qaïda en Syrie, et que le journal Le Monde révélait en août dernier que François Hollande avait ordonné aux services spéciaux français de livrer secrètement des armes à des rebelles prétendument modérés en Syrie ? Comment se fait-il que Daech-IS détient des armes livrées par la France, dont des missiles anti-char Milan de fabrication franco-allemande ? Ces faits ont été confirmés par l’ancien juge antiterroriste et député Alain Marsaud qui a déclaré sur RFI que les services spéciaux français avaient soutenu des réseaux djihadistes en Syrie et que la France avait encouragé certains djihadistes français à se rendre là-bas pour combattre l’armée syrienne. En outre, il est de notoriété publique que la France invite tous les terroristes de la planète, tel Abdelhakim Bel Haj, venu faire une conférence à Paris en avril dernier. Cet ex-djihadiste et ami de Ben Laden ayant combattu en Afghanistan a été responsable du Groupe islamique du Combat en Libye (GICL) créé pour combattre Kadhafi. Faut-il rappeler également que les groupes terroristes qui ravagent le monde arabo-musulman sont financés par le Qatar et l’Arabie saoudite, alliés des Etats-Unis, de la France, d’Israël et des pays occidentaux ? Les monarchies féodales du Golfe véhiculent le wahhabisme qui n’a rien à voir avec l’islam et qui sont alliées depuis très longtemps au sionisme qui n’a pas de religion, et ce n’est pas un hasard si les Etats-Unis ont toujours eu recours à l’Arabie saoudite et au Qatar pour briser le monde arabe. L’émir qatari est un sioniste tout comme le roi saoudien. Les wahhabites sont plus sionistes que le premier des sionistes.

Personne ne mentionne jamais le fait que les banlieues françaises sont sous la coupe du Qatar et de l’Arabie saoudite qui y ont investi des milliards et y recrutent des jeunes gens en perte de repères pour les envoyer faire le « djihad » contre des Etats souverains dans le monde arabo-musulman. Elle est là, la faillite de la République française, dans ces banlieues ghettos où est parquée toute une frange de la population livrée à elle-même, où végètent des jeunes sans avenir et sans espoir, susceptibles de tomber dans les serres de rapaces des trafiquants, des pédophiles et des bédouins du Golfe ! A chaque fois, les jeunes des banlieues sont désignés comme auteurs des attentats, justifiant ainsi la politique de terreur que les gouvernements mettent en place. Non, les frères Kouachi n’étaient pas des Algériens, ils étaient bel et bien français et n’avaient jamais mis les pieds en Algérie ! Cela suffit de toujours cibler l’Algérie avec les pseudos méfaits d’individus appartenant à la troisième ou quatrième génération issue de l’immigration ! La France est responsable de sa population et du fait qu’elle n’a jamais voulu intégrer ses immigrés et leurs descendants à la société ! Les djihadistes européens Nutella seraient donc issus de l’immigration, eux qui se convertissent pour passer de la PlayStation à la kalachnikov ? Les Bernard, les Luc, les Olivier, les Jean-Pierre et autres Christian, pour ne parler que des Francophones ? Et les Britanniques, les Italiens, les Belges, les Hollandais, les Allemands, les Danois, les Espagnols, les Suédois convertis ? Et les filles, blondes, rousses ou châtain aux yeux bleus ou verts, de plus en plus nombreuses à partir en Syrie en quête d’aventures, sont-elles aussi issues de l’immigration ? Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles ! Vos sociétés décadentes produisent des losers qui vendraient père et mère pour une poignée d’euros, cessez de nous imputer vos propres échecs. Ce qui s’est passé le 7 janvier à Paris est une affaire franco-française et rien d’autre. Les musulmans n’ont pas à se justifier pour des crimes commis par des barbouzes liés à des officines opaques et des services de renseignements occidentaux à la botte du sionisme. Et pour couronner le tout, François Hollande demande à l’Algérie de présenter ses excuses pour les manifestations « anti-Charlie » organisées dans le pays lors de la dernière provocation de Charlie Hebdo et au cours desquelles des drapeaux français ont été brûlés. Pourquoi n’exige-t-il pas la même chose du Niger qui est son jardin privé, ou bien des avocats pakistanais qui ont brûlé l’effigie de Marianne, ainsi que des nombreuses autres populations musulmanes en colère ? Encore une fois, c’est l’Algérie qui est pointée du doigt. Cela suffit, Monsieur Hollande, la France n’est plus la métropole de l’Algérie ! Nous vous avons foutus dehors en 1962, tâchez de vous en souvenir.

Les convertis posent un réel problème. Il faut rappeler que le plus gros des troupes de djihadistes qui se battent en Syrie, en Libye et en Irak est constitué d’Européens de souche. Ce sont des statistiques que personne ne conteste. A quel islam se sont-ils convertis ? Au wahhabisme ? Qui contrôle les mosquées en Europe ? Il faut arrêter d’accepter des Occidentaux convertis qui se révèlent au final des jeunes égarés qui rêvent de faire le djihad quand ils ne sont pas des agents qui nous infiltrent pour mieux nous détruire. En ouvrant les portes des mosquées sans discernement, n’importe quel agent peut s’y faufiler et semer la zizanie au sein de la communauté musulmane. Ce n’est pas parce qu’un Occidental adhère à l’islam que cela doit être considéré comme une victoire. Nous ne voulons pas des convertis, que les Occidentaux gardent leurs rejetons. Il faut aussi arrêter de se soumettre à l’émotion. La religion musulmane est une religion rationnelle, elle fait appel à l’intelligence avant l’affect. Elle n’a rien à prouver et se défend d’elle-même, l’islam n’a pas besoin d’avocat et notre prophète non plus. Les musulmans d’Europe doivent prendre leur responsabilité pour se protéger et ne pas exposer l’islam en l’offrant à des égarés qui s’en servent pour faire le djihad en terre musulmane. L’islam est une religion du savoir, pas du terrorisme, celui qui veut se convertir par désir d’élévation en faisant appel à l’intelligence, qu’il soit le bienvenu, mais pour ceux qui sont perdus et veulent adhérer au wahhabisme, qu’ils aillent au Qatar ou en Arabie saoudite. Nous n’avons pas à ramasser des jeunes Occidentaux qui ont échoué dans leurs études ou dans leurs relations familiales.

Il faut être conscient que l’islam et les musulmans sont devenus le principal ennemi de l’Occident, le racisme et la xénophobie gangrènent toute la société occidentale et ce phénomène va s’amplifier. L’esprit des croisades et le choc des civilisations théorisé par les néocons sont désormais d’actualité. Le musulman en Europe doit cesser de penser qu’il peut vivre sa religion comme en terre d’Islam, il doit s’adapter au fait qu’il vit dans une terre judéo-chrétienne. S’il veut prier, qu’il le fasse chez lui et arrête de réclamer des droits qu’il n’aura jamais. S’il veut concurrencer les Occidentaux, qu’il oblige ses enfants à étudier au lieu de les laisser traîner dans les rues où ils sont des cibles de choix pour les wahhabites qui en font de la chair à canon. Il n’est pas possible de produire des bons musulmans dans des sociétés capitalistes, nos enfants sont comme les autres, ils subissent les mêmes tentations et font les mêmes rêves. Il est indispensable de préserver la religion musulmane en la mettant à l’abri de toutes les manipulations d’où qu’elles viennent, que ce soit des wahhabites qui ont l’argent, des sionistes qui connaissent bien nos failles ou enfin des différents services qui utilisent ces jeunes en perte de repères. Qui trinque en ce moment ? Ce sont les musulmans en Irak, en Syrie, en Libye, en Birmanie, et en Centrafrique sous l’œil bienveillant des Français. Les Occidentaux qui s’acharnent contre l’islam ont oublié les siècles de crimes et d’assassinats, les bûchers de l’Inquisition, les génocides contre les peuples autochtones en Amérique au nom du christianisme, et les Juifs, combien de crimes n’ont-ils pas commis au nom de leur religion ? Sommes-nous arrivés à ce stade où nous nous laissons faire, où tout le monde peut nous insulter, nous piétiner, parce que nous sommes des peuples manipulables ? Il faut arrêter le massacre. Les musulmans de France et d’ailleurs ne doivent pas céder aux provocations et aux agressions dont ils font l’objet quotidiennement de la part des prophètes du choc des civilisations, ces nouveaux Croisés qui les désignent à la vindicte populaire. Il ne faut pas tomber dans le piège concocté avec minutie par les forces diaboliques qui, à travers la propagande impérialiste, veulent continuer à semer le chaos, car les gouvernements occidentaux n’ont aucun projet ni pour leurs propres populations ni pour la planète. La CIA, le Mossad, le MI6 ou les services français ont créé le terrorisme et le manipulent pour les plans macabres des multinationales et d’une poignée de potentats qui détiennent la majorité de la richesse du monde et qui font feu de tout bois pour la conserver. Les derniers chiffres publiés par Oxfam révèlent que 1% de la population a engrangé 110 000 milliards de dollars en 2014 tout en payant de moins en moins d’impôts, les membres de cette élite internationale possédant en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte. Les richesses des 80 personnes les plus nanties de la planète ont doublé depuis 2009, alors qu’un milliard de personnes survivent avec moins de 1.25 dollars par jour et qu’une personne sur 9 meurt de faim. En 2013, le puissant lobbying financier a dépensé 500 millions de dollars pour influencer les politiques, donc pour les acheter, afin de préserver son hégémonie. Fidèles serviteurs du grand capital, les pantins politiques au service des plus riches peuvent se vanter d’avoir créé « l’esprit Charlie » et sont même capables d’instaurer la quatrième religion monothéiste Charlie à coup de gadgets et de tee-shirts « Je suis Charlie », avec pour prophète Luz « l’enculé » qui se revendique comme tel face à la dépouille de son amant Charb, et Caroline Fourest intronisée grande prêtresse du chœur des officiants constitué par les lesbiennes, gays, bi et transsexuels, tout en chargeant et en attaquant la religion musulmane et les musulmans qui sont les véritables boucs émissaires de cette mécanique infernale, et en produisant à l’infini des false flags qui se répandront dans toute l’Europe. Le lavage de cerveau, le brainwashing, devient la norme dans les sociétés en panne qui s’enlisent dans la misère sous toutes ses formes : sociale, morale, économique, culturelle, civique. Alléluia ! La religion « Charlie » vient à point nommé pour distraire les troupeaux de moutons de la crise qui les tond. Mais désormais tous les pro-palestiniens, les antisionistes, et les contestataires de la propagande impérialiste seront la cible privilégiée du dispositif fasciste qui s’enracine en Occident, véhiculant un climat de peur et de xénophobie qui n’a pour objectif que de servir le dessein des puissants de ce monde avec, à leur tête, l’entité terroriste d’Israël.

Le fait d’être conscient de cette situation qui a atteint une gravité sans précédent permet de s’en prémunir. Il est indispensable de cesser de se leurrer en gobant le populisme et les chansonnettes fredonnées telles que « le vivre ensemble » et « l’islam de France » ou « nous sommes tous égaux ». La France est sous la botte du sionisme ainsi que toute l’Europe, il faut vivre en conséquence de ces éléments. Le musulman n’est pas le bienvenu en Europe et les faits sont là pour le prouver. Soyons vigilants, protégeons-nous de cet environnement hostile, et laissons l’émotionnel aux moutons de Charlie et la chocolaterie. Si les majordomes du sionisme Hollande, Valls ou Cameron ont du mal à voir leur pays sans Juifs, ils ont démontré qu’ils n’éprouvaient pas le même sentiment à l’égard des musulmans. Nous sommes les sacrifiés de cette terre européenne. En tant qu’Algériens, même si nous avons donné des milliers de morts lors de la Première Guerre Mondiale et que nous avons libéré la France et l’Italie lors de la Seconde, pour les sionistes, nous resterons toujours les ennemis à abattre. Ils ont oublié Monte Cassino et la libération de Marseille, et ils n’ont d’yeux que pour Israël, prêts à sacrifier leurs populations pour leurs dieux Dollar et Euro. Agissons en conséquence, protégeons-nous et protégeons nos enfants de leurs manipulations perfides qui ne s’arrêteront jamais.

Mohsen Abdelmoumen

Published in Whatsupic on January 20, 2015 :http://fr.whatsupic.com/sp%C3%A9ciale-monde/un-11-septembre5623.html

in Oximity :https://www.oximity.com/article/Un-11-septembre-%C3%A0-l-europ%C3%A9en-1

and Palestine Solidarité :http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.200115.htm

Publicités