Harry Clark : « le sionisme a apporté une puissante contribution de radicalisation. »

Publié le Mis à jour le

unnamed

Harry Clark. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2015/08/05/harry-clark-zionism-has-made-a-powerful-radicalizing-contribution/

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Que pensez-vous des récentes révélations de Wikileaks qui ciblent certains Etats et pas d’autres ? Pensez-vous qu’il y ait un agenda caché derrière ces révélations ?

Harry Clark : Cette accusation a été lancée depuis que Wikileaks est devenu célèbre il y a environ cinq ans, en raison des fuites de Chelsea Manning et de la poursuite douteuse de Julian Assange par les autorités suédoises. Toute fuite de Wikileaks pour critiquer les États-Unis ou d’autres gouvernements reflète tout simplement la fuite sélective des informations classifiées par les Etats-Unis et d’autres gouvernements pour faire avancer leurs agendas.

Comment analysez-vous le scandale des écoutes de la NSA qui visent des chefs d’Etat alliés des Etats-Unis ? La NSA est-elle hors contrôle ?

La NSA est un peu sur la défensive en raison des révélations courageuses d’Edward Snowden, mais reste hors d’atteinte. La surveillance exercée par la NSA sur les alliés des États-Unis comme l’Allemagne, l’État le plus puissant de l’UE, porte sur les attitudes européennes envers la politique américaine, surtout au sujet de la confrontation de la Russie avec l’Ukraine que les Etats-Unis ont largement provoquée. Les sanctions contre la Russie ont coûté beaucoup aux entreprises européennes et ont été dénoncées par des chefs d’entreprise et hauts responsables politiques allemands. L’Allemagne et l’Europe font face non seulement à des dégâts économiques, mais aussi au risque d’une guerre avec la Russie en Europe orientale en raison de l’agression américaine. Les révélations sur la surveillance de la NSA contribuent à la perception de l’arrogance américaine et de la divergence entre les intérêts américains et européens. Cela étant, les élites européennes, en particulier en Europe du Nord et surtout en Allemagne, doivent désapprendre des décennies de soumission servile et ont encore un long chemin à parcourir.

Que pensez-vous des actions des BDS et croyez-vous que la Flottille de la Liberté pour Gaza organisée par des militants était une action importante pour briser le blocus infâme vécu par la population de Gaza?

Les BDS ont joué un rôle important dans l’expansion de l’activisme pour la Palestine, dans l’éducation et dans les pertes importantes pour Israël, bien que ce soit toujours principalement moral à mon point de vue. L’évaluation récente du gouvernement israélien rapporte la possibilité d’une perte annuelle de 1,4 milliards de dollars, principalement au niveau commercial, soit environ 45% du PIB israélien qui s’élevait à 305 milliards de dollars en 2014. Ce chiffre n’est pas comparable avec l’impact des sanctions sur l’apartheid en Afrique du Sud. L’estimation de la RAND Corporation faisant état de 4,7 milliards de dollars en coûts annuels est plus spéculative, fondée sur la possibilité d’une réduction de l’investissement. Tout cela est dû principalement à l’activité en Europe, et non pas aux États-Unis. Le président israélien Reuven Rivlin a appelé le boycott universitaire une menace majeure, mais c’est une menace morale. Le facteur le plus important du comportement d’Israël est dû au soutien des États-Unis, et les BDS ne traitent pas ce sujet.

Les tentatives pour briser le blocus de Gaza avec des navires d’aide sont inefficaces. Je pense que la première tentative de ce genre pour atteindre Gaza avait été autorisée. Toutes les tentatives ultérieures ont été bloquées, les navires étant arraisonnés et forcés de se rendre dans le port israélien d’Ashdod. Forcer le blocus israélien par mer défie Israël en termes physiques alors qu’il a le pouvoir absolu. Le succès majeur a été involontaire et tragique, lorsqu’en 2010, Israël a brutalement utilisé son pouvoir absolu. Des commandos israéliens sont montés à bord du Mavi Marmara, tué neuf militants, saisi les navires restants du convoi, et les a tous forcés à se rendre à Ashdod. Cette piraterie meurtrière en haute mer a ruiné les relations d’Israël avec la Turquie pour un temps et noirci davantage sa réputation internationale, mais cela n’a pas soulagé Gaza.

Le convoi terrestre organisé par le politicien britannique George Galloway en 2010 a été autorisé à entrer par le passage de Rafah vers l’Egypte pour livrer ses approvisionnements. Je crois que Galloway avait des liens avec des politiciens arabes qui l’ont aidé. Les forceurs du blocus maritime ne peuvent pas compter sur des connexions, ce qui serait de peu d’utilité en Égypte aujourd’hui. Les habitants de Gaza sont horriblement piégés par l’Égypte ainsi que par Israël.

Pourquoi personne ne peut-il faire appliquer le droit international à Israël qui se comporte comme un État voyou hors de contrôle? Quelle est l’utilité des organisations internationales telles que l’ONU, si certains États sont au-dessus de toutes les lois et résolutions ?

Le principal problème de l’Organisation des Nations Unies n’est autre que les États-Unis qui ont utilisé plus de quarante fois leur droit de veto au Conseil de sécurité afin de protéger Israël des résolutions critiques. Les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sont contraignantes en droit international, à la différence des résolutions de l’Assemblée générale. Le soutien américain pour Israël à l’ONU depuis les années 1940 est principalement dû au travail du « lobby israélien » aux États-Unis, titre du célèbre livre des professeurs Mearsheimer et Walt. Les pays d’Europe occidentale, comme la Grande-Bretagne et la France, ont aussi de puissants lobbies israéliens. Il en va de même de l’Allemagne, dont la politique envers Israël est grandement compliquée par l’Holocauste.

Votre engagement d’intellectuel occidental en faveur des causes justes est très important dans la résistance globale à l’impérialisme. Sachant que les intellectuels engagés sont privés d’expression dans les médias et qu’ils ont seulement les médias alternatifs pour s’exprimer, est-il facile d’être un écrivain ou un journaliste engagé contre la domination impérialiste ?

Le premier problème sur la question de la Palestine n’est pas le courant dominant, lequel est assez mauvais, mais la gauche elle-même et sa politique, y compris ses médias. Il y a en effet un « lobby israélien » de gauche qui donne le ton et la limite de la critique acceptable. Israël n’était pas un problème pour les membres juifs de la Nouvelle Gauche américaine au début des années 1960 qui ont cherché à construire un mouvement universaliste. La Nouvelle Gauche a été brisée à la fin des années 1960 en raison de divergences internes, incluant les positions envers Israël, après la guerre de Juin 1967. Une « gauche juive » a surgi, qui visait à combiner l’engagement juif avec la justice sociale, y compris certaines critiques d’Israël. Aujourd’hui, une école libre de politique identitaire juive impose les termes de gauche tels que « anti-occupation », « loi et droits », « solutions », « sionisme progressiste », « Israël comme atout stratégique des États-Unis, » et « anti-antisémitisme ». Cette critique circonscrite cache le lobby américain d’Israël et le sionisme lui-même, à la différence du libéralisme classique du Rayonnement et de l’émancipation des Juifs, qui rejetait catégoriquement le sionisme.

Noam Chomsky est la principale voix de cette orthodoxie juive de gauche, et sa critique des BDS de l’été dernier dans The Nation en est un exemple majeur. J’ai écrit un long article sur cela, lequel était beaucoup plus profond que les réponses dans The Nation : http://questionofpalestine.net/2015/02/12/noam-chomsky-and-bds-the-responsibility-of-intellectuals/

Un autre exemple est l’attaque vicieuse actuelle contre Alison Weir d’If Americans Knew, par The Jewish Voice for Peace (la Voix Juive pour la Paix) etThe US Campaign to End the Israeli Occupation (Campagne Américaine pour mettre fin à l’Occupation Israélienne). Depuis son implication dans la question de la Palestine il ya quinze ans, Weir a émergé comme une voix nationale, a beaucoup parlé et écrit, a créé IAK (If Americans Knew), publié des brochures, dépliants et vidéos, et a publié un petit livre : « Against Our Better Judgment. The Hidden History of How the U.S. Was Used to Create Israel » (Contre notre meilleur jugement. L’histoire cachée sur la façon dont les États-Unis ont été utilisés pour créer Israël), à propos de l’influence sioniste sur la politique étrangère américaine depuis la Première Guerre mondiale.

Weir et If Americans Knew ont été expulsés de The US Campaign to End the Israeli Occupation pour des raisons d’ »anti-racisme », une accusation fondée sur des interviews que Weir a faites à Clay Douglas, un journaliste d’extrême-droite dont le travail est plein de tropes antisémites. Weir s’est elle-même défendue énergiquement, et une pétition en sa faveur a reçu 1200 signatures en 48 heures, y compris celles de nombreuses personnalités, dont 83 membres de laVoix Juive pour la Paix et de nombreux membres des organisations de laCampagne américaine.

Cette attaque et l’expulsion ont eu lieu au nom des principes « antiracistes » d’End the Occupation, conclus avec JVP (Voix Juive pour la Paix), qui s’appelle elle-même également un groupe antiraciste. Les « principes antiracistes » ne citent que l’islamophobie et l’antisémitisme. La longue histoire et la littérature sur le sionisme comme forme de racisme et sur le racisme juif en dehors d’Israël ne sont pas mentionnés. L’islamophobie n’a pas de supporters dans les milieux palestiniens. L’omission du sionisme et du racisme juif et l’inclusion de l’antisémitisme, suggèrent que les « principes » sont conçus non pas contre le racisme mais comme une arme politique contre ceux qui sont en désaccord avec les Juifs. (Voir http://www.endtheoccupation.org/article.php?id=3403).

Voilà comment les activistes juifs dominent la gauche sur la question palestinienne, et c’est en cours depuis près de 50 ans. JVP est la dernière incarnation de la politique identitaire juive. Les groupes prédécesseurs incluent le New Jewish Agenda et d’autres datant du « radicalisme juif », mouvement de la fin des années 1960 et 1970, la première expression de la gauche juive. NJA s’est efforcé de ne pas couper l’aide américaine à Israël en devenant un programme politique de la gauche. Etc.

Face à toutes ces guerres impérialistes, la montée de Daesh et le sang qui coule partout, êtes-vous optimiste quant à l’avenir de l’humanité?

Il est très difficile d’être optimiste. Le réchauffement climatique annonce des changements environnementaux les plus radicaux et intenses depuis l’événement de l’extinction du Crétacé-Paléogène avec l’impact du météorite il ya 66 millions d’années. Nos systèmes économiques, au lieu de se régénérer eux-mêmes, poursuivent amplement leurs affaires comme d’habitude. L’Empire américain est la raison principale pour laquelle nous sommes incapables de faire face à la crise, en ne réformant pas son néolibéralisme économique et son militarisme, mais en déclinant avec une extrême violence, faits auxquels le sionisme a apporté une puissante contribution de radicalisation.

Avec la situation chaotique en Libye, les attaques récurrentes en Tunisie, une frontière immense, et sachant que l’Algérie a connu une guerre sans merci contre le terrorisme qui a coûté plus de 200 000 morts, pensez-vous que l’Algérie, même avec une forte armée et des services de renseignement très forts, peut résister au danger terroriste qui la guette?

Je me rends compte que l’Algérie est très importante pour vous, mais je regrette de ne pas connaître suffisamment le sujet pour en parler. Je souhaite tout le meilleur au peuple algérien.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Harry Clark ?

Henri Clark est un chercheur indépendant américain de la cause palestinienne, établi à New York. Il a publié ses écrits dans plusieurs médias dontCounterpunch, Dissident Voice et sur son blog personnel The Question of Palestine : http://questionofpalestine.net/

Published in Oximity, August 5, 2015:https://www.oximity.com/article/Harry-Clark-le-sionisme-a-apport%C3%A9-1

In Whatsupic:http://fr.whatsupic.com/spéciale-usa/harry-clark-zionism-126546.html

In Palestine Solidarité:http://www.palestine-solidarite.org/interview.harry_clark.050815.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Harry Clark : « le sionisme a apporté une puissante contribution de radicalisation. » »

    5 August, 2015 17:29 | Boycott a dit:
    5 août 2015 à 18:29

    […] Harry Clark : « le sionisme a apporté une puissante contribution de radicalisation. » https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2015/08/05/harry-clark-le-sionisme-a-apporte-une-puissante-c… […]

Les commentaires sont fermés.