Norman Pollack : « Si l’on devait choisir entre Clinton et Trump, les Américains seraient mieux avisés de déménager au Canada ».

Publié le Mis à jour le

Norman Pollack

Prof. Norman Pollack. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2015/09/17/norman-pollack-if-one-had-to-choose-between-clinton-and-trump-americans-would-be-best-advised-to-move-to-canada/

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 
 

Mohsen Abdelmoumen : Le système capitaliste est-il compatible avec la vie ?

Norman Pollack : Je ne pense pas, non pas comme action-réflexe, mais parce que la structure des marchandises, qui est la prépondérance du capitalisme, est la source d’aliénation. Les êtres humains sont réduits à des marchandises, évalués le cas échéant pour leur valeur d’échange. L’impulsion caractéristique ou la question sous le capitalisme est : Que pourrais-je en tirer ? Il n’y a aucun respect intrinsèque des autres. En fait, les autres ne deviennent rien de plus que des moyens pour la satisfaction de ses propres intérêts. L’énoncé classique de cette analyse est le Manuscrit Économique et Philosophique de Marx de 1844, dont a tiré parti Fritz Pappenheim dans un texte excellent : L’aliénation de l’Homme Moderne.

Au cours de cette présidentielle des États-Unis, pensez-vous que le débat qui se tient entre les candidats est à la hauteur des attentes des électeurs ?

Malheureusement, les candidats et les électeurs sont sur un même plan indéniablement faible avec une absence de discussion réfléchie, particulièrement dans le domaine de la politique étrangère. Sanders, qui est présumé radical, a en fait soutenu la totalité de la politique américaine d’intervention, l’action secrète et le changement de régime. Clinton a soutenu la flambée en Afghanistan et est un faucon décidé. Les Républicains, à l’exception de Rand Paul, sont des crypto-fascistes sur la politique étrangère et intérieure. Si Trump réussit, le militarisme triomphera de tout le reste, sans qu’aucun n’y objecte, y compris l’électorat.

Que pensez-vous du scandale des emails de la candidate Hillary Clinton ?

Il semble évident qu’elle est incapable de dire la vérité. Elle aspire au pouvoir, quels qu’en soient les coûts, et fait ressembler Margaret Thatcher à Florence Nightingale. Si l’on devait choisir entre Clinton et Trump, les Américains seraient mieux avisés de déménager au Canada.

La crise de ‘29 a produit le nazisme, la crise actuelle a produit ISIS. Qu’y a-t-il de changé dans le monde ?

Excellente question. Je ne pense pas que le Nazisme et ISIS soient sur le même continuum historique. Peut-être un continuum plus profond qui est la croissance de la dépersonnalisation, une panne de la structure de la personnalité humaine, apportant le nihilisme et un désir de détruire plutôt que de construire.

Comment expliquez-vous la faillite des forces d’encadrement des mouvements ouvriers ? Quelle est votre lecture à ce sujet ?

Je me sens profondément pessimiste par le fait que cette force sociale traditionnellement progressiste semble avoir abandonné tout sentiment de solidarité non seulement envers elle-même, mais envers tous ceux qui sont persécutés et victimes de discrimination. Le Travail est l’image inversée du capital, seulement moins réussie dans l’accumulation de la richesse. En Amérique, il y a 50 ans et plus, c’était très différent : il y avait de vraies grèves au sujet des questions fondamentales, en plus de l’alignement avec les groupes de droits civiques.

Comment en sommes-nous arrivés au point où la consommation régit la vie, que ce soit dans la sphère médiatique, politique, sociétale, économique, etc. ? Cette situation est-elle tenable ?

La consommation telle qu’elle est pratiquée est bien pire sous le capitalisme, parce qu’elle est le chemin d’accès à l’identité. Je veux dire la consommation ostentatoire, plutôt que les nécessités de la vie bien mieux résolues sous le socialisme. C’est tenable aussi longtemps que la fausse conscience persiste et l’emporte, riche et pauvre ne pouvant pareillement offrir, ni n’étant capable de comprendre, une alternative.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Biographie

Norman Pollack est un historien américain, né en 1933. Il a obtenu son doctorat à Harvard, a été récompensé de la Bourse Guggenheim en 1968 et est professeur émérite d’Histoire à l’Université d’État du Michigan, à East Lansing. Il a écrit sur le populisme. Ses intérêts portent sur la théorie sociale et l’analyse structurelle du capitalisme et du fascisme. Ses livres très appréciés incluent : The Populist Mind 1967 (La mentalité populiste), The Populist Response to Industrial America – Midwestern Populist Thought 1976 (La réponse populiste à l’Amérique industrielle – La pensée populiste du Midwest), The Just Polity: Populism, Law, and Human Welfare 1987 (L’État juste : populisme, loi et bien-être humain), The Humane Economy: Populism, Capitalism, and Democracy 1990 (L’Économie humaine : Populisme, Capitalisme et Démocratie), et Eichmann on the Potomac: The Psychopathology of Drone Warfare 2014 (Eichmann sur le Potomac : la psychopathologie de la guerre des drones). Norman Pollack a une longue histoire d’engagement pour les droits civiques et les activités anti-guerre qu’il a menées pendant des décennies, commencées à 15 ans quand il faisait campagne pour Henry Wallace et son Parti progressiste en 1948. Plus tard, il a fait campagne pour Adlal Stevenson dans les années ‘50 et a supporté Martin Luther King. Le professeur Pollack était une voix intellectuelle majeure à la fin des années ’60 en apportant une contribution bien informée à la Nouvelle Gauche et en écrivant sur le populisme américain, ce qui a donné lieu à un documentaire populaire « La mentalité populiste ». Après avoir obtenu son doctorat sur la civilisation américaine à Harvard, il a enseigné à Yale et à l’Université d’État de Wayne avant de rejoindre l’Université du Michigan. Ces dernières années, il a mis l’accent sur l’histoire de la désobéissance civile, l’aliénation sociopolitique et la sociologie du fascisme. Le Professeur Pollack écrit actuellement pour Counterpunch, cherchant à identifier les caractéristiques de la descente de l’Amérique dans une nouvelle forme d’État néolibéral fasciste.

Published in Oximity, September 17, 2015:https://www.oximity.com/article/Norman-Pollack-Si-l-on-devait-choisir-1

In Whatsupic:http://fr.whatsupic.com/sp%C3%A9ciale-usa/norman-pollack125343.html

In Palestine Solidarité:http://www.palestine-solidarite.org/interview.norman_pollack.170915.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Norman Pollack : « Si l’on devait choisir entre Clinton et Trump, les Américains seraient mieux avisés de déménager au Canada ». »

    […] Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen – 7 SEPTEMBRE 2015 […]

Les commentaires sont fermés.