Ron Jacobs : « l’Occident a besoin des terroristes islamistes »

Publié le Mis à jour le

Ron Jacobs

Ron Jacobs. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/08/14/ron-jacobs-the-west-needs-islamic-terrorists/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Que représentent pour vous Frantz Fanon et la Révolution algérienne ?

Ron Jacobs : Frantz Fanon est pour moi un écrivain anticolonialiste qui, peut-être plus que tout autre écrivain familier pour moi, explique la nature du colonialisme et de l’impérialisme européen et américain et ses effets sur le colonisé et le colonisateur. En utilisant ses écritures comme un viseur, je suis capable d’y comprendre les sens psychologiques de l’impérialisme et de la résistance contre celui-ci. Cela vaut pour les situations outre-mer et dans ce que les Black Panthers et d’autres ont appelé la colonie noire interne aux États-Unis.

Saviez-vous que Kamel Daoud était dans un maquis islamiste du GiA en Algérie dans les années ‘90 ? Comment expliquez-vous qu’un ancien terroriste islamiste tel que Kamel Daoud ait autant de succès en Occident ?

Je ne savais pas que Daoud était un membre du GIA. Je ne peux pas vraiment expliquer son succès par rapport à son appartenance au groupe, sauf pour dire que peut-être c’est son statut d’ancien membre qui l’explique partiellement.

Dans le cas de Kamel Daoud, faut-il être un terroriste doublé d’un révisionniste qui renie le sacrifice de son peuple et qui glorifie un écrivain pied-noir colonialiste tel qu’Albert Camus, pour être reconnu par l’Occident ? Boualem Sansal, autre écrivain « algérien », s’est renié et a insulté la révolution algérienne et nos martyrs tout en vendant son âme à Israël. Le reniement et la trahison peuvent ils être des armes pour un opposant ou un dissident ? Kamel Daoud n’est-il pas le bâtard littéraire d’Albert Camus et de Boualem Sansal ?

Je ne vois pas le livre de Daoud comme glorifiant Camus. Au lieu de cela, je le comprends pour être une réponse au livre de Camus L’Étranger qui aborde l’impérialisme psychologique plus ou moins subtil du roman, tel que décrit dans l’œuvre de Fanon.

Pourquoi, selon vous, l’Occident a-t-il besoin des terroristes islamistes, pas seulement comme cheval de Troie pour détruire des pays comme les nôtres (Libye, Syrie, Irak, et l’Algérie avant tous les autres pays) dans le cadre du chaos créatif des néo cons, mais en faisant de certains d’entre eux des célébrités et des modèles du monde culturel et médiatique ?

C’est une question intéressante. Je pense que la réponse facile est que l’Occident a besoin des terroristes islamistes parce qu’ils fournissent un ennemi simpliste qui leur permet de faire la guerre quand, où et comme ils le souhaitent. La raison pour laquelle je dis que cette question est intéressante, c’est à cause de votre interprétation de certains terroristes comme des célébrités. Je ne les ai jamais perçus de cette manière, mais si l’on considère la quantité de temps de média que certains de ces individus reçoivent, il est vrai qu’ils sont des célébrités.

Que reste-t-il de l’épopée de la lutte du mouvement pour les Droits civiques aux États-Unis ?

La lutte pour les droits civiques aux États-Unis est dans une impasse. En dépit du fait que l’on garantit la protection égale à tous et la possibilité d’être couvert par la loi, il existe un manque très réel et persistant des deux. Je crois comprendre que cela existe en raison de la nature même du système économique américain. C’est un système qui a été fondé sur l’esclavage des Africains et de leurs descendants, le génocide des peuples autochtones et la discrimination systémique contre les pauvres, en particulier ceux qui n’ont pas la peau blanche. Je ne crois pas qu’il y aura une protection égale ou une opportunité pour les Afro-américains jusqu’à ce que ce système capitaliste soit ou bien réformé pour assurer cette égalité, soit supprimé entièrement.

Comment expliquez-vous la montée du racisme anti-Noir, notamment au sein de la police américaine ?

Je pense que la réponse à cette question est double. La première partie de ma réponse est que la police aux États-Unis a toujours été raciste. Ils sont embauchés pour protéger et servir ceux qui ont la propriété, ce qui signifie, si l’on considère que les Noirs ont d’abord été introduits dans ce pays comme propriété des esclavagistes blancs, que la police n’est pas là pour protéger les Noirs, mais pour les contrôler pour les maîtres d’esclaves. Aujourd’hui, les policiers sont utilisés pour contrôler les Noirs et les autres pour les descendants des maîtres d’esclaves. La deuxième partie de ma réponse a un rapport avec les embauches individuelles. Beaucoup d’hommes et de femmes blancs postulant des emplois auprès de la police sont soit membres ou sympathisent avec diverses organisations racistes blanches.

L’Amérique a eu un président noir. À quoi cela a-t-il servi ? Une femme va être élue, les figures passent mais le système reste le même. Selon vous, y a-t-il un enjeu stratégique dans cette élection ou est-ce juste une passation de pouvoir entre un président noir et une femme qui a été sa secrétaire d’État ?

La présidence de Barack Obama a enseigné à ceux qui ont pensé qu’un président Noir apporterait un changement fondamental dans la politique américaine que cela n’arrivera pas. Pas plus qu’en ayant une femme présidente. Les visages changent à la Maison Blanche des États-Unis, mais le programme reste le même. Cela a été ainsi depuis un long, long moment. Quant à cette élection, je pense que la seule question stratégique se pose en termes de politique étrangère des États-Unis, qui, je crois, prendra un ton encore plus belliqueux que ce soit sous Hillary Clinton ou sous Donald Trump.

Dans un de vos articles, vous qualifiez le capitalisme de tragédie. Pourquoi ?

Dans le dictionnaire, les trois premiers mots utilisés pour décrire la tragédie sont: «désastre, calamité, catastrophe…». Je crois que ces trois mots décrivent bien les effets du capitalisme pour la majeure partie de la population mondiale, tant historiquement qu’actuellement.

Elvis Presley, les Rolling Stones et surtout Bob Dylan reviennent souvent dans vos articles. Pourquoi ? Comment voyez-vous l’évolution de Dylan par rapport a Joan Baez qui vient de déclarer récemment qu’elle a besoin de silence ?

Je mentionne ces musiciens populaires dans mon travail en raison de leur influence sur la culture dans laquelle j’ai grandi et dans laquelle je continue à vivre. Bien que leur influence soit beaucoup plus grande dans la culture occidentale, c’est un aspect de l’impérialisme culturel occidental que ces musiciens sont connus dans le monde entier. Ce fait fournit à un auteur une base de compréhension familière à beaucoup de leurs lecteurs, bien que la compréhension de chaque lecteur puisse être légèrement différente. Je vois Bob Dylan comme un artiste perpétuel dont la curiosité l’a conduit à presque tous les styles de musique connue du public nord américain. C’est comme s’il ne pouvait pas arrêter de chanter, de jouer et d’écrire, de peur de cesser de vivre.

Pourquoi, à votre avis, les forces progressistes aux USA et à travers le monde ont-elles du mal à s’organiser pour abattre le système capitaliste et son stade suprême l’impérialisme ?

C’est une question à laquelle je pense souvent. Je crois qu’il n’y a pas qu’une seule réponse et que les pouvoirs déployés contre les forces désireuses d’en finir avec le capitalisme et l’impérialisme sont si puissants que peut-être le meilleur que nous puissions faire est de garder ces forces à distance jusqu’à que notre organisation crée une masse critique capable de vaincre les malédictions du capitalisme et de l’impérialisme.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Ron Jacobs ?

Ron Jacobs est un écrivain et un bibliothécaire américain. Parmi ses livres : The Way the Wind Blew: A History of the Weather Underground, Daydream Sunset: 60s Counterculture in the ’70s, et les romans All the Sinner’s Saints, Short Order Frame Up, et The Co-Conspirator’s Tale. Il a participé activement à la lutte anti-impérialiste, à l’organisation anti-raciste et syndicale depuis les années 1970. Il vit actuellement dans le Vermont aux États-Unis.

Published in English in American Herald Tribune, August 13, 2016 :http://ahtribune.com/politics/1141-ron-jacobs.html

In Oximity:https://www.oximity.com/article/Ron-Jacobs-l-Occident-a-besoin-des-ter-1

In Palestine Solidarité:http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.140816.htm

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ron Jacobs : « l’Occident a besoin des terroristes islamistes » »

    […] Publié le 14 août 2016 […]

Les commentaires sont fermés.