Un président ne devrait pas faire ça…

Publié le Mis à jour le

00015632994-8401964

Le résultat du mariage pour tous entre Hollande et Bouteflika. DR.

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le « renoncement » à postuler un deuxième mandat de François Hollande dit Flamby, alias « Moi, président », ou l’homme au scooter, ce président « normal » ou plus exactement paranormal, a mis les salons de France et d’Alger en ébullition. Cette décision s’est déroulée sur fond d’un scandale que les apparatchiks ont déguisé en « lucidité », en cachant une tentative de destitution menée par les députés républicains de droite, parmi lesquels François Fillon. Hollande n’a été épargné de cette destitution que grâce à son parti majoritaire. C’est le MEDEF qui l’a embauché et c’est encore le MEDEF qui l’a viré. Si le système avait vu qu’il existait la moindre chance de le réélire, Flamby serait parti sur les chapeaux de roue sur son scooter pour se représenter. Mais les indicateurs ont vu qu’il serait le grand perdant de la primaire de la gauche. Sans savoir de quoi il retourne et rejoignant ainsi les salons parisiens, des ploucs algériens se sont extasiés sur « le sens de l’État » et la « lucidité » de ce président honni par les citoyens français pour être l’incarnation de l’échec au niveau du chômage, des politiques sociales, de la dette, pour avoir imposé la loi-travail, pour avoir tourné le dos à tous ses engagements, pour s’être moqué des sans-dents, lui, le crevelard, et pour avoir explosé la gauche. Les bougnoules colonisables qui aiment jouer aux civilisés en parlant la langue de Molière dans leur propre maison à Alger, signe irréfutable pour eux de « civilisation », vantent le « courage » de cet ersatz de président et bien des villas et des palaces d’Alger ont pleuré la décision de leur maître François Hollande. Certains rêveraient de le voir candidat en Algérie, à côté de la charrette. L’Algérie de Bouteflika vit à l’heure française et même un petit merdeux comme Emmanuel Macron, produit du Bildelberg, a osé parler des bienfaits de la colonisation en Algérie sans qu’aucun des bougnoules n’ose répondre, car c’est grâce à la France que le règne de Bouteflika se perpétue à l’infini. L’alternance du pouvoir, valable pour la race supérieure, n’est pas admissible pour nous, les êtres inférieurs. Donc, on se coltine quatre mandats, voire cinq, d’un président sénile et absent et dont on ignore même s’il est encore vivant.

François Hollande n’a pas hésité à faire entrer en catimini des journalistes du Monde à l’Elysée pour leur livrer des propos parmi lesquels certains frôlaient le secret-défense, notamment en avouant qu’il avait ordonné des opérations extérieures clandestines. Certains ont conclu après que ces confidences aux journalistes aient donné lieu à un livre, « Un président ne devrait pas dire ça… », que le président paranormal est « zinzin », bref qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Valls, dit Monolo le Gitan, s’est précipité dans la faille et a décidé de revoir ses ambitions à la hausse, mettant une pression supplémentaire sur ce malade mental qui dirige l’Elysée. Pourtant, la valse de la gauche ne sert à rien, tout va se passer à droite. Comme dirait l’autre, « être né sous le signe de l’Hexagone, ce n’est pas la gloire en vérité et le roi des cons sur son trône… » Telles sont donc les raisons du mystérieux renoncement empreint de platitude de François Hollande, dit le Gland. Dans un discours qui pue le MEDEF, Monsieur « 3 ou 4% de popularité » a quitté la scène en nous laissant, nous les Algériens, avec son alter-ego Abdelaziz Bouteflika, le cyborg des cliniques françaises. Car le président français qui gère en ce moment les affaires courantes, ressemble étrangement dans sa pathologie au clan des Bouteflika frères, dont l’un est un sado-maso déséquilibré et l’autre, mégalomane, a tellement voulu entrer dans l’histoire qu’il a fini sur quatre roues. La « lucidité » d’un cancre gaulois s’est conjuguée avec l’« alacrité » d’un escargot qui sort de sa coquille en bavant sur sa cravate pour bafouiller Vive la France ! Le bilan de Flamby concerne les Français et il a certainement battu bien des records, allant des balades nocturnes inédites en scooter avec sa maîtresse jusqu’à griller des agents en évoquant des opérations secrètes de son propre pays à l’extérieur. Mais diantre, de quelle lucidité et de quelle grandeur parle-t-on ? Chaque époque produit ses dirigeants, et Hollande est le pur produit d’une époque médiocre. Il est un président élu par défaut pour contrer Sarkozy, un vrai carambolage historique. Au finish, la France n’a pas eu son nouveau Charles de Gaulle et l’Algérie trimbalera sa charrette grâce à un cancre qui a soutenu bec et ongles le règne des Bouteflika et qui est coupable d’avoir favorisé des présidents africains fantoches dont Abdelaziz Bouteflika et sa famille. Hollande et son ami Bernard Bajolet qu’il a maintenu à son poste en dépit de la loi, nous ont laissé le gang des Daltons avec Saïd à sa tête qui prépare son cul pour un nouveau maître gaulois.

L’abonnement que nous subissons avec la famille Bouteflika grâce au fournisseur exclusif la France représentée par Flamby n’est pas près d’expirer. Bref, l’Algérie est tombée tellement bas qu’elle s’est fait écraser par le scooter d’un petit fonctionnaire minable, insipide et incolore, qui nous a imposé ses quatre volontés et qui a été le grand gagnant de la relation algéro-française caractérisée par les mandats consécutifs de la Momie, épisodes 1, 2, 3, et 4. Il a échoué dans tout sauf dans la continuité du système colonial, à savoir l’alternance pour la métropole et le statut quo et les vieux débris pour les bougnoules. Le rejeton de l’OAS qu’est Hollande a fait mieux que l’OAS elle-même car il a détruit l’Algérie d’une manière très subtile en lui inoculant un poison indétectable et il a su, dans un travail de sape étonnant pour un imbécile de ce gabarit, casser l’Algérie, l’empêcher de se développer en ayant d’autres partenaires, et végéter dans le nulle part. Il a obtenu la vengeance de ses aïeux les Gaulois et celle de son père de l’OAS en nous imposant la famille Bouteflika. Un cancre qui se fait larguer à coup de gifles par des furies a dicté sa loi à l’Algérie et l’a mise à genou. Lui et son comparse Bernard Bajolet ont réussi à déstabiliser l’Algérie en lui portant des coups mortels, aidés par des traîtres comme Saïd Bouteflika qui a permis au loup d’entrer dans la bergerie, mais ils ont échoué à protéger leurs propres citoyens qui ont été frappé par une série d’attentats terroristes inédits. Que retiendra l’histoire de ce président « synthèse » ou plus exactement, sein-thiz ? Les croissants dégustés avec Julie Gayet dans l’appartement qu’ils occupent pour forniquer et appartenant à un truand de la Brise de mer, la mafia corse, ou bien les vases et les bibelots cassés à l’Elysée par sa maîtresse cocufiée Valérie Trierweiler ? À ce moment, la lucidité de Hollande devait se trouver dans les sous-vêtements de Julie Gayet. Elle est belle la « grandeur » de la France et de ses « hommes d’État » ! Une ère nouvelle a commencé et ce gland n’aura décidément rien apporté de bon à la France. Quant aux dommages qu’il a causés à l’Algérie, ils sont incommensurables. Comme Sarkozy, Hollande a eu sa Bettencourt, elle s’appelle Abdelaziz Bouteflika et il a tout obtenu grâce à Saïd la Folle. Non, ce n’est pas la France qui est grande, c’est l’Algérie de Bouteflika qui a abdiqué en trahissant le serment des martyrs.

Mohsen Abdelmoumen

Published in Oximity:https://www.oximity.com/article/Un-pr%C3%A9sident-ne-devrait-pas-faire-1

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un président ne devrait pas faire ça… »

    […] via Un président ne devrait pas faire ça… — Algérie Résistance […]

Les commentaires sont fermés.