Professeur Peter Turchin : « Ibn Khaldoun est l’une des inspirations les plus importantes pour mes recherches »

Publié le Mis à jour le

peter-turchin1

Professeur Peter Turchin. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/12/22/professor-peter-turchin-ibn-khaldun-is-one-of-the-most-important-inspirations-for-my-research/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes l’un des fondateurs de la cliodynamique. Pouvez-vous nous expliquer ce concept ?

Prof. Peter Turchin : La Cliodynamique (de Clio, la muse de l’histoire, et la dynamique, l’étude des raisons pour lesquelles les choses changent avec le temps) est la nouvelle zone transdisciplinaire de la recherche à l’intersection de la macrosociologie historique, de l’histoire économique/cliométrie, de la modélisation mathématique des processus sociaux à long terme, et de la construction et de l’analyse des bases de données historiques. Les approches mathématiques – la modélisation des processus historiques avec des équations différentielles ou des simulations à base d’agents ; les approches statistiques sophistiquées à l’analyse des données – sont un ingrédient-clé dans le programme de recherche cliodynamique (pourquoi avons-nous besoin de l’histoire mathématique ?). Mais en fin de compte le but est de découvrir les principes généraux qui expliquent le fonctionnement et la dynamique des sociétés historiques réelles.

La communauté des chercheurs travaillant sur l’histoire et la cliodynamique mathématique a connu une croissance rapide au cours des dernières années. Nous avons maintenant notre propre journal, Cliodynamics : Journal d’Histoire Quantitative et d’évolution culturelle. Bien que cette page Web soit principalement consacrée à mes recherches personnelles, j’utilise aussi mon blog Cliodynamica pour refléter les développements les plus importants dans le domaine dans son ensemble.

Pour vous les populations et la guerre sont des variables dynamiques. Comment êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

J’ai été formé à la science de la dynamique non linéaire et il est naturel pour moi de le penser. En outre, l’histoire est dynamique.

Dans votre livre très intéressant « Secular Cycles », on trouve beaucoup de références à Ibn Khaldoun. Ce livre s’inscrit-il dans la continuité de la pensée d’Ibn Khaldoun ?

Ce n’est pas une continuation, mais Ibn Khaldun est l’une des inspirations les plus importantes pour mes recherches, et je discute ses théories abondamment, en particulier dans Guerre et Paix et Guerre, chapitre 4.

Vous êtes mathématicien et vous devenez sociologue dans l’analyse du processus de domination de classe. Ibn Khaldoun vous-t-il ouvert certaines perspectives ?

J’ai été formé en tant que biologiste quantitatif et pendant les 20 premières années, j’ai travaillé dans le domaine de l’écologie et de la dynamique des populations. Je suis passé à l’étude de l’histoire parce qu’il me semblait que c’était le dernier domaine dans lequel les approches quantitatives – les modèles mathématiques et l’analyse des données – n’ont pas encore été appliquées avec succès.

« War and Peace and War » et « Historical Dynamics » : je trouve que ces deux livres sont complémentaires et se réfèrent à votre thèse « population/guerre ». La guerre est-elle une fatalité pour le genre humain ?

Historical Dynamics est un livre académique, War and Peace and War est un livre populaire sur des thèmes similaires, mais le développement en est plus poussé.

Je suis très intéressé par votre hypothèse concernant une éventuelle révolution aux USA. N’est-ce pas tout simplement un cycle marxiste ?

Non, notre théorie combine des idées de Marx, de Malthus et de Weber.

Vous évoquez les trois éléments déclencheurs de cette révolution aux USA : augmentation de la population de l’élite, une diminution du niveau de vie des masses, un niveau énorme d’endettement de l’Etat (par ailleurs, d’autres voix commencent à parler d’une guerre civile). Tous ces éléments sont réunis aux Etats-Unis mais existent aussi, par exemple, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France. Pourquoi votre analyse évoque-t-elle exclusivement les Etats-Unis ?

Parce qu’il faut du temps pour développer une analyse appropriée d’un pays – littéralement des années dans mon cas. J’ai l’intention d’appliquer l’analyse à d’autres pays, mais cela dépendra de l’obtention de financement pour cette recherche.

Je conseille à mon lectorat de lire tous vos ouvrages très importants dans l’élaboration d’une recherche scientifique, ainsi que votre site très riche et passionnant. Peter Turchin est-il la jonction des sciences exactes et des sciences humaines, le carrefour qui mène sur l’autoroute de la pensée humaine ?

Je vous remercie. Peter Turchin est juste une personne. Mais j’espère qu’en fondant la Cliodynamique, je contribuerai à faire avancer les approches scientifiques de l’étude de l’histoire humaine.

Vous coordonnez le Seshat Databank, une base de données géante. Pouvez-vous nous parler de ce projet pharaonique ?

Notre savoir collectif sur les sociétés du passé est presque entièrement sous une forme inaccessible à l’analyse scientifique, stocké dans le cerveau des historiens ou dispersé sur des notes et des publications hétérogènes. L’énorme potentiel de ces connaissances pour tester les théories sur le développement politique et économique a été en grande partie inexploité. Fondée en 2011, Seshat: Global History Databank rassemble le corps le plus actuel et complet des connaissances sur l’histoire humaine en un seul endroit. Notre banque de données unique recueille systématiquement ce qui est actuellement connu au sujet de l’organisation sociale et politique des sociétés humaines et la façon dont les civilisations ont évolué au fil du temps.

Cette collection massive d’informations historiques nous permet de tester rigoureusement différentes hypothèses au sujet de la montée et de la chute des sociétés à grande échelle à travers le monde dans l’histoire humaine. Travaillant avec une équipe internationale et interdisciplinaire, notre base de données offre les moyens d’étudier le passé grâce à des techniques scientifiques bien établies.

Nous croyons que notre approche est la meilleure façon de fournir des réponses significatives à certaines des questions les plus importantes sur l’expérience humaine – comment et dans quelles circonstances le comportement prosocial évolue-t-il dans les grandes sociétés ? Quels rôles la religion et les activités rituelles jouent-elles dans la cohésion du groupe et le développement culturel ? Quel est l’impact des facteurs climatiques et environnementaux dans l’avancée de la société ? Quels sont les mécanismes qui traduisent la croissance économique en améliorant la qualité de vie pour l’individu moyen?

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Professeur Peter Turchin ?

Peter Turchin est professeur au Département d’écologie et de biologie évolutive à l’Université du Connecticut; Associé de recherche à l’École d’anthropologie, Université d’Oxford; et vice-président de l’Institut Evolution. Il mène des recherches sur l’évolution culturelle et la dynamique historique des sociétés passées et présentes. Il est l’auteur de sept livres, y compris War and Peace and War (2005) – la guerre et la paix et la guerre -, Secular Cycles (2009) – Cycles séculiers -, et plus récemment Ultrasociety (2016) et Ages of Discord(2016) – l’âge de la Discorde.

Ses postes académiques sont : Professeur à l’Université du Connecticut dans les départements de l’écologie et de la biologie évolutive, l’anthropologie et les mathématiques

Associé de recherche à l’École d’anthropologie, Université d’Oxford

Vice-Président de l’Institut Evolution et rédacteur en chef de cliodynamique: Le Journal d’Histoire Quantitative et évolution culturelle

Rédacteur fondateur et coordinateur du Seshat: Databank Global History

Peter Turchin a été formé en tant que biologiste théorique, mais au cours des quinze dernières années, il a travaillé dans le domaine de la science sociale historique que lui et ses collègues appellent cliodynamique. Ses intérêts de recherche se situent à l’intersection de l’évolution socioculturelle, de la macrosociologie historique, de l’histoire et de la cliométrie économique, de la modélisation mathématique des processus sociaux à long terme, ainsi que de la construction et de l’analyse des bases de données historiques. Au cours de la dernière décennie, Turchin a enquêté sur deux questions générales et interdépendantes : quels mécanismes généraux expliquent l’effondrement des empires historiques ? Et comment les États à grande échelle et les empires évoluent-ils en premier lieu ? Quelles sont les forces sociales qui tiennent ensemble d’énormes conglomérats humains, et dans quelles conditions échouent-elles ? Peter Turchin utilise le cadre théorique de la sélection à plusieurs niveaux culturel pour répondre à ces questions. Actuellement, son effort principal de recherche vise à coordonner Seshat: Global History Databank, une vaste base de données historique de l’évolution culturelle qui sera utilisée dans les tests empiriques des prédictions théoriques provenant de diverses théories de l’évolution sociale.

Le blog de Peter Turchin : Cliodynamica: un blog à propos de l’évolution des civilisations

Published in English in American Herald Tribune, December 17, 2016:http://ahtribune.com/history/1393-peter-turchin.html

In Oximity:https://www.oximity.com/article/Professeur-Peter-Turchin-Ibn-Khaldoun-1

In Palestine Solidarité:http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.221216.htm

Publicités