Mois: novembre 2017

Matthew Hoh: « Militarism is one of the true religions of the United States »

Publié le Mis à jour le

Matthew_Hoh_f87ce

Matthew Hoh. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You are a member of the Center for International Policy. Can you tell us about the missions of this organization and what is its impact on American politics?

Matthew Hoh: The Center for International Policy (CIP) is a think tank located in Washington, DC that was established in the late 1970s chiefly to oppose US military policies in Central America. We still maintain that original purpose, of opposing US militarism, but we also work on issues involving South America, the Middle East, Central Asia and East Asia. We also focus quite a bit on US military spending and the militarism that encompasses all aspects of American policy, culture and society. We are proud to say that our mission is to « advance a sustainable, just and peaceful world. » Lire la suite »

Publicités

Matthew Hoh : « le militarisme est l’une des vraies religions des États-Unis »

Publié le Mis à jour le

Matthew Hoh 1

Matthew Hoh. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes membre du Center for International Policy. Pouvez-vous nous parler des missions de cet organisme et quel est son impact dans la vie politique américain ?

Matthew Hoh : Le Centre pour la politique internationale (CIP) est un groupe de réflexion situé à Washington, DC, qui a été créé à la fin des années 1970 principalement pour s’opposer aux politiques militaires américaines en Amérique centrale. Nous maintenons toujours ce but originel de s’opposer au militarisme américain, mais nous travaillons également sur des questions impliquant l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient, l’Asie centrale et l’Asie de l’Est. Nous nous concentrons également beaucoup sur les dépenses militaires américaines et le militarisme qui englobe tous les aspects de la politique, de la culture et de la société américaines. Nous sommes fiers de dire que notre mission est de «faire avancer un monde viable, juste et pacifique». Lire la suite »

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz: “The great revolutionary movements in the US have largely been powered by African-American, Mexican-American, and Native-American resistance”

Publié le Mis à jour le

Roxanne Dunbar-Ortiz2

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your book “An Indigenous Peoples’ History of the United States”, you show that there has been settlement, plundering of native lands, massacres, etc. Why, do you think, the current American never evokes the words colonialism and genocide about Native peoples? Is this history underestimated by the average American either is it deliberately denied?

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz: United States founders were explicit in spelling out their intention to occupy and colonize the continent from ocean to ocean and even had plans to colonize the Caribbean and Central America. In popular and political jargon, they called their colonialist and imperialist practices “manifest destiny,” that is, they were ordained as Euroamericans to have dominion over the continent. Lire la suite »

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : « Les grands mouvements révolutionnaires aux États-Unis ont été largement alimentés par la résistance afro-américaine, mexico-américaine et amérindienne »

Publié le Mis à jour le

Roxanne-Dunbar-Ortiz3

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « L’histoire des peuples autochtones des États-Unis« , vous démontrez qu’il y a bien eu colonisation par peuplement, spoliation des terres des Amérindiens, massacres, etc. Pourquoi d’après vous l’Américain actuel n’évoque-t-il jamais les mots colonialisme et génocide à propos des peuples autochtones ? Cette histoire est-elle méconnue de l’Américain moyen ou bien est-elle niée intentionnellement ?

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : Les fondateurs américains étaient très explicites quant à leur intention d’occuper et de coloniser le continent d’un océan à l’autre et envisageaient même de coloniser les Caraïbes et l’Amérique centrale. Dans le jargon populaire et politique, ils qualifiaient leurs pratiques colonialistes et impérialistes de «destin évident», c’est-à-dire qu’ils étaient destinés, en tant qu’Euro-Américains, à dominer le continent. Lire la suite »

A great man has passed away

Publié le

Edward S. Herman

The late Professor Edward S. Herman. DR

In tribute to our friend Edward S. Herman who has just died, I republish the interview he had given me:

Professor Edward S. Herman : « The crimes of the United States are never called genocides in West »

Mohsen Abdelmoumen : Algeria, my country, was always for a politics of not intervention in the internal affairs of States. What’s your position about the Syrian’s crisis ?

Edward S. Herman : This is a case of a civil war made into a proxy war of intervention  by numerous foreign powers, led by the United States . Saudi Arabia , Israel , Al Qaeda and Russia. Russia ’s is the most defensible intervention as it  is largely defending a long-standing ally that is Russia ’s only real friend in the Mediterranean area. The other intervenors are trying to overthrow the government, replace it with a friendly puppet, or destroy it as a viable state that would no longer be a serious rival to Israel . It is a terrible situation for Syrians and the world, with international law in shreds (especially the law against aggression, the heart of the UN charter) and a people being destroyed. Lire la suite »

Un grand homme nous a quittés

Publié le Mis à jour le

edsherman

Feu le Professeur Edward S. Herman. DR.

En hommage au Professeur Edward S. Herman qui vient de décéder, je republie l’interview qu’il nous avait accordée : 

Edward S. Herman: «Les crimes des Etats-Unis ne sont jamais appelés génocides en Occident»

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre position par rapport à la crise syrienne ?

Edward S. Herman : Il s’agit d’une guerre par procuration déguisée en guerre civile qui implique l’intervention de nombreux pouvoirs étrangers, et menée par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et la Russie. L’intervention russe est la plus défendable puisqu’elle apporte son aide à un allié de longue date, la Russie étant la seule amie réelle de la Syrie dans la zone méditerranéenne. Les autres intervenants ont essayé de renverser le pouvoir syrien pour le remplacer par une marionnette à leur solde, et de détruire un Etat souverain qui ne serait plus un rival sérieux pour Israël. C’est une situation terrible pour les Syriens et pour le monde, avec un droit international en lambeaux – spécialement le droit contre les agressions, cœur de la charte des Nations unies – et un peuple en train d’être détruit. Lire la suite »

For our friend Hadda Hazem

Publié le

Hadda Hazem (2)

Journalist Hadda Hazem on hunger strike. DR.

I’ll be back again to assure you of my support as a patriot and as a columnist for the American Herald Tribune newspaper whose columns are open to you. I personally undertake to translate all the texts you want to publish into English. Personally, I know the hunger strikes because I made three of them, and I am still suffering from them until today. I advise you to pay close attention to you. You must drink a lot of water and especially no sugar water, which is very bad for the kidneys. Few people know it. Once again I assure you of all my brotherly and friendly support. Unfortunately, in today’s Algeria, patriots are mistreated while terrorists and mobsters thrive. Good luck, dear friend.

Mohsen Abdelmoumen for American Herald Tribune