Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : « Les grands mouvements révolutionnaires aux États-Unis ont été largement alimentés par la résistance afro-américaine, mexico-américaine et amérindienne »

Publié le Mis à jour le

Roxanne-Dunbar-Ortiz3

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « L’histoire des peuples autochtones des États-Unis« , vous démontrez qu’il y a bien eu colonisation par peuplement, spoliation des terres des Amérindiens, massacres, etc. Pourquoi d’après vous l’Américain actuel n’évoque-t-il jamais les mots colonialisme et génocide à propos des peuples autochtones ? Cette histoire est-elle méconnue de l’Américain moyen ou bien est-elle niée intentionnellement ?

Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : Les fondateurs américains étaient très explicites quant à leur intention d’occuper et de coloniser le continent d’un océan à l’autre et envisageaient même de coloniser les Caraïbes et l’Amérique centrale. Dans le jargon populaire et politique, ils qualifiaient leurs pratiques colonialistes et impérialistes de «destin évident», c’est-à-dire qu’ils étaient destinés, en tant qu’Euro-Américains, à dominer le continent. Cependant, à la fin du XIXe siècle, le territoire continental réalisé tel qu’il existe aujourd’hui, les historiens et les intellectuels euro-américains, ainsi que les politiciens, ont commencé à créer une nouvelle histoire des origines qui racontait qu’un petit groupe de colonies britanniques s’était libéré du gigantesque empire britannique pour devenir la première république constitutionnelle, le pays le plus riche et le plus puissant du monde, un phare du monde à vénérer et à essayer d’imiter, développant une rhétorique de politique étrangère de «propagation de la démocratie». Cela reste le récit nationaliste américain.

Pourquoi l’Américain qui fête sa révolution contre les Anglais et son indépendance ne mentionne-t-il pas l’extermination des Amérindiens et la colonisation ? Peut-on dire que les vainqueurs écrivent l’Histoire et que les peuples indigènes en sont les oubliés ? L’identité amérindienne a-t-elle survécu au temps et au massacre de la mémoire ?

Afin de soutenir le récit des États-Unis fondé sur la liberté, l’effacement des peuples autochtones est nécessaire, en faisant valoir le remplacement progressif d’une population pré-humaine par une plus forte. Cependant, la résistance des nations et des communautés autochtones n’a jamais cessé au cours du dernier demi-siècle, en même temps que les Afro-Américains, les Mexicains et les Portoricains opprimés, qui se sont eux-mêmes rendus visibles. Les peuples autochtones restent sous les lois de colonisation des États-Unis, mais cherchent l’autodétermination et ont établi leur présence dans le cadre institutionnel international des Nations Unies. Ils se souviennent certainement et apportent les preuves de la politique génocidaire et de l’expropriation, mais aussi de leur résistance persistante au colonialisme américain.

Le patriotisme américain semble ne concerner que les Américains blancs. D’après vous, les Noirs et les Amérindiens ont-ils leur place dans cette Amérique exclusivement blanche ?

Le patriotisme/nationalisme américain EST essentiellement le nationalisme blanc, tout comme les lois et les institutions de la gouvernance. Les peuples autochtones et les Africains-Américains affirment l’autodétermination et les droits de l’homme et ont imposé des réformes considérables dans les années 1970 et 1980, mais depuis, une réaction nationaliste massive et blanche est arrivée à dominer la politique nationale ainsi que de nombreuses politiques locales et étatiques, en particulier dans le Sud et dans l’Ouest. Donald Trump représente le succès de ces mouvements réactionnaires. Le parti libéral, les démocrates, ont toujours maintenu le récit national de la fondation, mais ont cherché à rendre la société plus ouverte. Quand les mouvements révolutionnaires des années 1960 et 1970 étaient forts, les démocrates pouvaient être poussés à faire des réformes plus profondes, mais ils ont perdu leur crédibilité. La seule chose sur laquelle les deux partis sont d’accord est le droit des États-Unis à dominer le monde économiquement et militairement.

Comment expliquez-vous le retour en force des mouvements des suprématistes blancs, comme on  l’a vu à Charlottesville ? L’Amérique n’est-elle pas malade de sa mémoire ? Les USA n’étant pas guéris de leurs maux, le génocide des Amérindiens ainsi que l’esclavagisme ne sont-ils pas une histoire qui reste encore à écrire ?

Les mouvements suprématistes blancs ont reçu une plate-forme dominante politiquement par la campagne et l’administration Trump, mais il y a toujours eu un élément extrémiste de la suprématie blanche aux États-Unis qui permet à la suprématie blanche dominante de sembler logique et plus souhaitable. Cependant, l’affichage public des gestes et des symboles fascistes nazis et étrangers a peu d’attrait populaire auprès d’une population américaine blanche très insulaire.

Vous êtes pour moi l’une des rares historiennes à avoir écrit et milité pour la cause des peuples autochtones et je trouve votre parcours remarquable à l’instar de certains de mes intervenants.  Pourquoi d’après vous la gauche américaine ne s’est-elle pas vraiment intéressé à la cause des Amérindiens ?

Il y a beaucoup plus d’historiens et d’érudits amérindiens dans des domaines connexes maintenant que lorsque j’étais aux études supérieures au milieu des années 1960, et ils reçoivent plus d’attention. La plupart des arguments et des documents de mon livre, An Indigenous Peoples’ History of the United States, sont basés sur leurs recherches et leurs études. Mais, oui, la gauche des États-Unis a la faiblesse que toute gauche peut avoir à l’intérieur d’une puissance coloniale, mais c’est beaucoup plus prononcé dans une société coloniale comme les États-Unis. Au cours des années 1870, les États-Unis ont recruté agressivement des immigrés non anglophones ou germaniques pour travailler dans le secteur naissant de la fabrication industrielle et des mines et exploitations minières et fossiles, principalement des Européens du sud et de l’est parlant de nombreuses langues, avec des pratiques culturelles étrangères aux Anglo-Américains. Ils étaient aussi des gens plus basanés en général et considérés comme inférieurs. La façon pour les enfants et les petits-enfants de ces millions d’immigrants d’être considérés comme des «Américains» a été d’embrasser l’histoire d’origine américaine, mais aussi le racisme haineux virulent anti-noir et anti-indien-mexicain des Anglo-Américains. Ce que nombre de ces travailleurs européens ont apporté avec eux, c’est le syndicalisme militant et les idées révolutionnaires socialistes et anarcho-syndicalistes. Dès le début, les syndicats qui se sont formés étaient exclusivement euro-américains, bien que les Afro-Américains et les Mexicains aient organisé leurs propres syndicats. Les théories de l’organisation et de la révolution développées par la gauche américaine avaient peu de rapport avec l’histoire ou les institutions américaines qui n’ont jamais été entièrement capables de comprendre cette histoire. Les grands mouvements révolutionnaires aux États-Unis ont été largement alimentés par la résistance afro-américaine, mexico-américaine et amérindienne, qui a attiré un grand nombre de jeunes blancs aux États-Unis, au plus fort de ces mouvements dans les années 1960 et 1970.

Votre livre « All the Real Indians Died Off »: And 20 Other Myths About Native Americans » nous révèle les mensonges sur lesquels sont bâtis les États-Unis. Peut-on dire que le mensonge est à la fois fondamental et structurel aux USA? Le colonialisme n’a-t-il pas besoin de fabriquer des mythes pour étendre sa domination ?

Oui, bien qu’ils soient des mythes, ils sont tissés dans le corps politique, dans des institutions à tous les niveaux, et en particulier dans le système éducatif et les médias publics.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz ?

Le Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz est historienne, écrivain, enseignante, conférencière et activiste sociale. Elle est professeur émérite d’études ethniques et d’études féminines à la California State University, à East Bay.

Elle a grandi dans l’Oklahoma rural, étant la fille d’un fermier et d’une mère indienne. Elle a joué un rôle actif dans le mouvement indigène international depuis plus de quarante ans, et elle est connue pour son engagement continu aux questions de justice sociale nationale et internationale. Après avoir reçu son doctorat À l’Université de Californie à Los Angeles, elle a enseigné dans le nouveau programme d’études amérindiennes à la Hayward (California State University) et a participé à la création des départements d’études ethniques et féminines.

Roxanne Dunbar-Ortiz a été une activiste anti-guerre et antiraciste et organisatrice tout au long des années 1960 et au début des années 1970 et un orateur public sur les questions de patriarcat, du capitalisme, de l’impérialisme et du racisme. Elle a travaillé à Cuba avec la Brigade Venceremos et a travaillé avec d’autres révolutionnaires sur tout le spectre de la politique radicale, notamment le mouvement des droits civiques, les étudiants pour une société démocratique, l’Union révolutionnaire, le Congrès national africain et le mouvement indien.

Le Dr. Dunbar-Ortiz a été invitée à se rendre au Nicaragua Sandiniste pour évaluer la situation foncière des indiens miskito dans la région nord-est du pays. Ses deux voyages cette année-là ont coïncidé avec le début du parrainage d’une guerre par procuration par le gouvernement des États-Unis pour renverser les Sandinistes, la région du nord-est à la frontière avec le Honduras devenant une zone de guerre et la base pour la propagande étendue effectuée par l’administration Reagan contre les Sandinistes. En plus d’une centaine de voyages au Nicaragua et au Honduras de 1981 à 1989, elle a surveillé ce qu’on appelait la guerre des contras.

Roxanne Dunbar a fondé Cell 16 en 1968, une organisation féministe militante aux Etats-Unis connue pour son programme de célibat, de séparation des hommes et de formation à l’autodéfense.

Dr. Dunbar-Ortiz est auteur ou éditeur de nombreux articles et livres érudits, y compris  An Indigenous Peoples’ History of the United States récompensé, Roots of Resistance: A History of Land Tenure in New Mexico, The Great Sioux Nation : Sitting in Judgment on America, « All the Real Indians Died Off » : And 20 Other Myths About Native Americans, Red Dirt: Growing Up Okie, Outlaw Woman A Memoir of the War Years, Blood on the Border: A Memoir of the Contra War.

Son site officiel

Published In English in American Herald Tribune, November 18, 2017: https://ahtribune.com/us/2014-roxanne-dunbar-ortiz.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.191117.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : « Les grands mouvements révolutionnaires aux États-Unis ont été largement alimentés par la résistance afro-américaine, mexico-américaine et amérindienne » »

    […] via Dr. Roxanne Dunbar-Ortiz : « Les grands mouvements révolutionnaires aux États-Unis ont été lar… […]

Les commentaires sont fermés.