Dr. Roy Casagranda : « Daech est le reflet des États-Unis »

Publié le Mis à jour le

Roy_Casagranda_31621

Dr. Roy Casagranda. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre opinion à propos de la première année de la présidence Trump ?

Dr. Roy Casagranda : Oh mon dieu ! Quelle catastrophe ! Je ne peux pas m’empêcher de regarder ! Les États-Unis n’ont jamais eu un dirigeant plus instable, aussi incompétent, avec si peu de législation, avec une rotation de personnel aussi élevée, aussi ouvertement corrompu, ignorant la Constitution, les opérations d’État, les affaires mondiales et l’économie. L’effet a été une polarisation de l’électorat, comme nous ne l’avons pas vu depuis les années 1850 ! C’est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis les années 1960.

Pendant des années, les États-Unis ont prétendu être quelque chose qu’ils ne sont pas. Trump est un aperçu rafraîchissant des systèmes de croyance réels d’environ 40% de la population. Les présidents ont évité d’exprimer ces convictions en public, mais cela ne les a pas empêchés d’agir sur ces croyances politiques. Maintenant que le monde entier regarde, Trump nous livre les entrailles non filtrées de cet esprit. Il y a des gens qui veulent attaquer Trump. C’est comme avoir une tumeur cérébrale cancéreuse et prendre du paracétamol. Trump est un IRM. Nous avons enfin maintenant une vision honnête de ce qui se trouve à l’intérieur du crâne collectif américain, et ceux qui, aux États-Unis et à l’étranger, étaient dans le déni, sont forcés de vivre dans la réalité. On pourrait dire « Mais c’est seulement 40% ». C’est vrai, mais ce sont 40% qui ont élu leur candidat à la présidence. Ce sont les 40% qui ont réussi à négocier les circonscriptions électorales des États-Unis et de l’État en leur donnant le contrôle sur la plupart des corps législatifs aux États-Unis malgré leur statut minoritaire. Ce sont les 40% qui soutiennent la création d’un empire américain qui a bombardé et assassiné la population irakienne par centaines de milliers. Ce n’est pas une partie faible et marginalisée de la population.

Cela dit, les États-Unis sont à la croisée des chemins. L’élection de Trump a radicalisé une partie de la population et semble avoir créé un véritable mouvement de gauche. D’autre part, l’élection de Trump est l’équivalent du FN, de l’AfD ou de l’UKIP qui gagnent la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Cela pourrait tout aussi bien se transformer en quelque chose dont les États-Unis ne pourraient pas se remettre. Il est trop tôt pour le dire. Ce qui est en jeu ici est de savoir si la culture dominante de l’apathie narcissique peut être surmontée par le Parti démocrate. Et puis, si suffisamment de gauchistes peuvent gagner les primaires au sein du Parti démocrate et le transformer d’un parti de centre droit en un véritable parti de gauche. Il est important ici de se rappeler que les États-Unis n’ont plus de gauche. Les républicains sont de droite et maintenant extrémistes de droite, avec un fort élément théocratique et autoritaire. Le Parti démocrate est au centre droit avec autant d’efforts consacrés à l’impérialisme et à l’exploitation de la classe ouvrière, mais avec la compréhension que les classes moyennes et inférieures doivent recevoir des bribes pour ne jamais se radicaliser et créer un véritable mouvement de gauche.

Le risque est que la gauche échoue à prendre le contrôle du Parti démocrate et que tous les dommages infligés par Trump auront été inutiles.

Vous êtes un expert du monde arabo-musulman, comment expliquez-vous qu’aujourd’hui la majorité des conflits sur terre sont concentrés dans cette zone ?

En décembre 1944, la Wehrmacht et les SS se sont entrechoqués avec les États-Unis pendant la bataille des Ardennes. Des sections entières du front américain ont été envahies. Il semblait que les Allemands allaient atteindre certains de leurs objectifs. Et puis, ils ont manqué de carburant. Juste comme ça, en un instant, l’avance irrésistible des meilleures divisions blindées sur Terre a été stoppée. Pas parce que les États-Unis les ont arrêtés, mais parce qu’ils n’avaient pas de pétrole. Les décideurs américains ont décidé qu’ils ne subiraient jamais une telle humiliation et ne seraient jamais une superpuissance qui manque de carburant en pleine bataille.

Le mois suivant, en janvier de 1945, le président Roosevelt a rencontré le roi Ibn Saud sur un navire dans le canal de Suez pour négocier un accord qui assurerait le droit de gouverner l’Arabie pour l’éternité à la famille royale saoudienne en échange d’un flux fiable de pétrole vers les États-Unis. Presque immédiatement, les États-Unis se sont tournés vers le Moyen-Orient de la même manière qu’un violeur choisit sa victime. Les États-Unis ont voté pour la création d’Israël et, en 1949, la CIA a renversé la jeune démocratie syrienne. Les choses n’ont fait qu’empirer depuis. Les États-Unis ont pris l’habitude de renverser les démocraties au Moyen-Orient et dans le monde (par exemple l’Iran en 1953), de financer des forces qui déstabilisent (par exemple les communistes en Irak dans les années 1950 et plus tard les fondamentalistes), les assassinats (par exemple Qasim en 1963), de soutenir Israël dans ses guerres maniaques de conquête (par exemple en 1967 et 1982), de déstabiliser l’influence européenne au Moyen-Orient (par exemple en soutenant diplomatiquement l’Égypte en 1956), de soutenir les tyrannies, de tenter de saper le panarabisme socialiste laïque par des guerres déstabilisatrices (par exemple l’Irak en 1991 et la Libye en 2011), et finalement les États-Unis ont tourné leurs regards vers une présence militaire permanente au Moyen-Orient (par exemple, les États du Golfe en 1990, l’Afghanistan en 2001 et l’Irak en 2003).

Souvent, les États-Unis se retrouvent alignés avec Israël et l’Arabie saoudite en même temps (par exemple, le Yémen dans les années 1960 et encore le Yémen aujourd’hui). Israël et l’Arabie Saoudite ont bien sûr un problème commun, aucun n’est apte à devenir une superpuissance régionale. Pour que l’une ou l’autre se déploie, il faut que cela se fasse au détriment des pouvoirs régionaux naturels : Égypte, Iran, Irak, Syrie, etc. Ainsi, la politique étrangère américaine ne vise pas seulement à empêcher le socialisme panarabe laïc (à la Nasser) de prendre racine, mais aussi à poursuivre une politique de déstabilisation et la poursuite de la génération de conflits qui divisent. Par exemple, alimenter la division croissante entre les sunnites et les chiites et entre les chrétiens et les musulmans et, bien sûr, la plupart des rivalités artificielles entre les juifs et les musulmans !

Aujourd’hui, les Arabes représentent 6,0% de la population mondiale, mais représentent près de la moitié des réfugiés dans le monde. C’est une statistique révélatrice. Quand on considère combien les pays du Moyen-Orient sont riches (la Turquie a le 13ème PIB du monde, l’Arabie Saoudite le 15ème, l’Iran le 18ème, et l’Égypte le 21ème), cela met davantage l’accent sur le désarroi, la guerre et le chaos que le Moyen-Orient est en train de connaître. Juste pour la comparaison, ces quatre États combinés représentent 90% de la population des USA et 35% du PIB des USA. En effet, le PIB par habitant des États-Unis est seulement 2,5 fois plus grand. C’est-à-dire que l’écart de richesse entre les États-Unis et le Moyen-Orient n’est pas aussi prononcé qu’on pourrait le penser. En effet, s’il y avait la paix au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, il servirait de grand partenaire commercial pour le monde et de véritable rival économique. La politique étrangère américaine, en particulier depuis Eisenhower, a été particulièrement désireuse d’empêcher le socialisme panarabe laïc de créer une République Arabe Unie.

Si les États-Unis n’avaient pas réussi à détruire le socialisme panarabe laïc, une République arabe unie occuperait aujourd’hui une superficie de 15.600.000 km2 (2e au monde, 10.5% de la surface terrestre et 1,6 fois la taille des États-Unis), aurait une population de 458 000 000 de personnes (3e, 6% du monde, et 1,4 fois la taille des États-Unis), un PIB de 7.150 milliards de dollars (4e, 5.6% du monde, et 37% la taille des États-Unis), et je soupçonne que cela ne représenterait pas actuellement 50% des réfugiés dans le monde.

Comment expliquez-vous le soutien inconditionnel des États-Unis à Israël ?

Il n’y a pas de cause unique, alors j’en énumérerai plusieurs

I) Choisissez un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Israël a été une force incroyable pour le chaos au Moyen-Orient, en particulier en endommageant le socialisme panarabe laïc. Une seule chose était comparable et aussi mauvaise pour cela que la présidence incompétente de Nasser en Syrie – la guerre de 1967.
  • Les États-Unis sont racistes. Point barre. A) Les dirigeants israéliens sont pour la plupart d’origine génétique européenne, les Blancs aux États-Unis ont de la considération pour les gens qui leur ressemblent et applaudissent. B) Les Israéliens ont adopté ce racisme et, par conséquent, rendent à l’aise les personnes blanches aux États-Unis en reflétant ce racisme dans la culture israélienne.Non seulement par le nettoyage ethnique des Arabes, mais aussi envers les immigrants africains et le racisme contre les Juifs de couleur.
  • Les Etats-Unis ont de la sympathie pour les colons blancs, qu’ils soient sud-africains ou israéliens, qui combattent une population indigène qui résiste à la conquête, au nettoyage ethnique et à l’esclavage.
  • Certains aux États-Unis voient Israël comme une autre croisade. C’est l’accomplissement du rêve blanc de posséder Jérusalem.
  • Certains éléments évangéliques aux États-Unis croient qu’Israël commencera Armageddon et apportera la seconde venue de Jésus. Daech croit bien sûr la même chose.
  • Certains aux États-Unis se sentent coupables de l’Holocauste et pensent que les sionistes devraient obtenir un laissez-passer sur les crimes contre l’humanité pour compenser cela.
  • Il y en a beaucoup aux États-Unis qui détestent les Juifs et les veulent à l’extérieur des États-Unis, ainsi le sionisme est en fait entièrement compatible avec l’antisémitisme.Dans ce cas, les néo-nazis aux États-Unis trouvent un terrain d’entente avec le sionisme car les deux idéologies se complètent.
  • Il y en a beaucoup aux États-Unis qui détestent les Arabes. La plupart de ces gens ne réalisent probablement pas que l’arabe est une ethnie et non une religion.La plupart d’entre eux ne savent probablement pas que les Turcs et les Perses ne sont pas des Arabes et donc la haine arabe peut être exprimée contre les non-Arabes.Les Perso-Américains sont particulièrement sensibles à cette forme de racisme et font tout leur possible pour informer les Américains « Nous ne sommes pas des Arabes ».Mais la plupart aux États-Unis lèvent les yeux au ciel. L’effort est comique, mais il aide à révéler cette forme de racisme en contraste frappant.
  • Il y en a beaucoup aux États-Unis qui détestent l’Islam. Ceux qui pratiquent la haine de l’Islam ne sont pas intéressés par les connotations raciales ou ethniques, mais la plupart de ces gens ne comprennent pas non plus que les Palestiniens sont juifs, chrétiens et musulmans. Ceci est lié au fait que la plupart des Américains croient probablement que Arabe = musulman.
  • Certains aiment la notion romantique selon laquelle la cruauté romaine et nazie est effacée en laissant les sionistes prétendre ressusciter un État ancien imaginaire.
  • Beaucoup croient que les Juifs sont le peuple élu de Dieu et ont donc un statut et des droits spéciaux.Ils devraient retourner en Palestine, parce que c’est biblique, quel que soit le coût pour les Palestiniens.
  • Et bien sûr, il y en a qui ne comprennent tout simplement pas la dévastation complète que le sionisme a opérée sur le peuple palestinien et juif et qui ont gobé le mensonge insensé répété aux États-Unis que c’est aussi d’une manière ou d’une autre la faute du Palestiniens.Tout comme notre société blâme rapidement la victime de viol ou dénigre les Amérindiens

II) Indépendamment de ce qui a été choisi dans ce qui précède, tous les sionistes ont une seule croyance unificatrice. Pour être sioniste, une personne doit croire que les Arabes sont sous-humains, totalement indignes des droits humains fondamentaux. Si les Palestiniens doivent endurer 1000 ans en tant que réfugiés, c’est sans conséquence.

La tragédie de tout cela est qu’il n’y a aucune raison pour qu’un État palestinien-israélien ne puisse pas être une démocratie laïque avec des droits et des garanties pour les juifs, les chrétiens et les musulmans qui célèbrent les trois religions et les diverses cultures qui leur sont associées. Cela n’a pas besoin d’être un jeu à somme nulle. Pensez à toutes les décennies gaspillées à se battre les uns contre les autres qui auraient pu être consacrées au développement de la culture palestinienne et israélienne côte à côte dans une seule démocratie laïque !

La Sécurité intérieure m’a recherché en 2006. J’ai résisté et avec l’aide du cabinet d’avocats Flood and Flood j’ai résisté avec succès. En 2016, un sioniste a censuré avec succès un événement d’Austin School. En 2017, j’ai été à nouveau censuré parce qu’il y avait la peur que si je parlais honnêtement de la politique étrangère américaine, il y aurait des représailles contre l’ACC (Austin Community College).

Je vis dans la peur constante que si je dis la vérité, je vais perdre mon travail, l’institution pour laquelle je travaille sera punie, ou il y aura une autre forme de punition.

Hillary Clinton a reconnu un jour que les États-Unis avaient créé Al-Qaïda. Ne pensez-vous pas qu’ISIS sert les intérêts impérialistes américains et d’Israël avant tout ?

Je pense qu’il manque une partie à cette question, à savoir que les États-Unis ont également créé le groupe État islamique. Daech est une organisation qui a commencé comme «Al-Qaïda en Irak» en 2004 à la suite de l’invasion américaine en Irak. On ne prend pas de risque en disant que toute organisation qui tue les Arabes, déstabilise le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et donne aux États-Unis l’opportunité de mettre des soldats sur le terrain sert les intérêts américains et israéliens. Les États-Unis se sont complètement retirés d’Irak, mais la création du khalifat de l’EIIL a donné aux États-Unis une excuse pour réoccuper l’Irak et, en prime, d’envahir la Syrie sans une sanction de l’ONU, une déclaration de guerre ou une invitation de la République arabe syrienne, en violation de la loi internationale.

Vous êtes influencé par la pensée entre autres d’Ibn Sina, comment avez-vous croisé les idées de ce génie ?

Je lisais Husserl et Heidegger et je me suis tourné vers leurs bibliographies pour y voir Ibn Sina. J’ai découvert dans le processus que les fondements de la phénoménologie étaient en fait posés par Ibn Sina.

Vous avez voyagé à travers des pays comme l’Algérie, l’Égypte, le Liban. Quels ont été vos impressions lors de vos séjours dans cette partie du monde ?

J’ai vécu en Algérie, en Égypte et au Liban. J’ai également voyagé au Bahreïn, en Turquie et en Iran. Je suis amoureux du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Les cultures sont riches, l’histoire est bien sûr inégalée tant en quantité qu’en qualité. Chaque pays est très différent malgré les liens et les similitudes. Il est impossible de généraliser, mais il y a une chaleur générale exprimée par de parfaits étrangers qui fait qu’une personne se sent instantanément comme un membre de la communauté. Je n’ai jamais connu cela nulle part ailleurs où j’ai vécu ou voyagé.

Le Caire est ma ville préférée dans le monde. Les gens font la fête jusque tard dans la matinée, un jour de travail. La ville est vivante, amusante, pleine de culture, belle et heureuse. Elle a ses problèmes. Le pelotage est hors de contrôle et le sexisme est constant et implacable, mais la plupart des gens là-bas sont insouciants, heureux et de parfaits indiscrets. Les chauffeurs de taxis vous parlent comme s’ils vous connaissaient depuis vingt ans. De parfaits étrangers vous invitent dans leur maison pour partager des haricots et du pain et ils le pensent. Si le Caire pouvait surmonter ses mauvais traitements envers les femmes, ce serait le meilleur endroit au monde où vivre.

Comment expliquez-vous le retour en force du fascisme sous différents visages ? En Europe, des mouvements politiques se revendiquent de l’idéologie fasciste et néonazie, dans l’hémisphère sud, c’est le fascisme djihadiste qui frappe partout. Selon vous, pourquoi ne voit-on pas l’émergence d’un grand mouvement progressiste qui contrerait la renaissance du fascisme ? Avec le retour de ces idéologies funestes et macabres, l’humanité ne court-elle pas à sa perte ?

C’est la question du 21e siècle et peut-être était-ce aussi la question des années 1930. Pourquoi quand notre technologie nous connecte, quand nos vies sont plus longues, quand même les personnes les plus pauvres dans le monde sont en train d’aller mieux, quand la démocratie était en hausse (jusqu’en 2009, quand cela s’est retourné), alors que tant d’indicateurs socio-économiques semblaient aller dans la «bonne» direction, pourquoi nous plongeons-nous maintenant dans ce qui semble être un nouvel âge sombre? C’est déroutant, non seulement par son timing, mais aussi parce qu’il semble être si global. C’est-à-dire qu’une personne a du mal à trouver un État sur Terre non affecté. Même la Corée du Sud a élu Park Geun-hye. Mais ils sont revenus du bord du gouffre et ont corrigé leur erreur. Une étude Harvard 2015 a montré que bien que les niveaux de CO2 à l’extérieur n’étaient pas assez élevés pour affecter notre santé mentale, la cognition était affectée  par des niveaux intérieurs élevés. Cela dit, ce serait trop facile comme réponse.

Supposons que les niveaux de QI mondiaux ne diminuent pas. Quelles pourraient être les autres réponses ? Le canari dans la mine pourrait être les États-Unis. Il est très sûr de dire que les États-Unis ont toujours été réactionnaires. La brutalité, le génocide, la misogynie et l’esclavage du 19e siècle mis à part, même le 20e siècle était un gâchis. 1901 est largement reconnue comme l’année où la pleine ségrégation raciale et l’exclusion politique ont été mises en vigueur contre la population afro-américaine. En 1935, la Cour suprême des États-Unis a décidé que le Parti démocrate du Texas pouvait créer des primaires «blanches seulement» (il incluait les Hispaniques), Grovey v. Townsend (1935). Bien que ce soit fini en 1944, il est sain de se rappeler à quel point c’était récent. Aux États-Unis, les critiques d’Israël diront souvent que c’est un État d’«apartheid». C’est comme si les États-Unis avaient eu une amnésie collective de masse et avaient oublié Jim Crow et la ségrégation, et que les États-Unis ont inspiré l’apartheid en Afrique du Sud (1948-1991). Vous pourriez tout aussi bien dire d’Israël: « Ils se comportent comme nous! »

Il convient également de noter, par coïncidence, que l’État de l’Indiana a créé les premières lois eugéniques aux États-Unis en 1901. Et que la Cour suprême des États-Unis a statué dans Buck v. Bell (1927) que le gouvernement avait le droit de vous stériliser de force. Lors des procès de Nuremberg, certains accusés nazis ont utilisé Buck v. Bell dans le cadre de leur défense et ont été déconcertés par le fait que les États-Unis ne pouvaient pas voir que les nazis utilisaient les États-Unis comme modèle. Et peut-être le plus intéressant, alors qu’il n’y a pas de lois eugéniques spécifiques dans les livres maintenant (les derniers ont été abrogés dans les années 1970) Buck v. Bell n’a jamais été cassé. En fait, l’État de Californie procédait à une stérilisation forcée jusqu’en 2010 et une femme d’Oklahoma a obtenu une réduction de peine en échange d’une stérilisation.

Ajoutez à cela le modèle brutal de l’impérialisme américain, envahissant constamment les pays, en particulier en Amérique latine (Honduras 8 fois, Nicaragua 7 fois, etc.), des guerres brutales comme au Vietnam et en Irak où nous avons assassiné 3 millions de personnes par pays, et on doit se demander comment il est possible que l’on puisse regarder les États-Unis et dire: «C’est un bon pays». Nous sommes riches et les riches hommes blancs protestants hétérosexuels ont des privilèges énormes et des opportunités, mais l’homophobie, le classisme, le racisme et la misogynie sont toujours rampants. En d’autres termes, certains des progrès que nous avons vus au niveau mondial n’étaient pas évidents aux États-Unis ou lorsqu’ils ont été manifestés par les succès des années 1960, les présidents élus des États-Unis ont expressément promis de renverser ces progrès.

Les États-Unis sont actuellement dans une période que les érudits présidentiels appellent souvent le «régime républicain» et que les juristes appellent «réaction conservatrice». Au moins depuis Reagan, les États-Unis sont en train de voler vers la droite. Le Parti démocrate dans les années 1980 et 1990 a perdu ses éléments conservateurs du Sud, poussant le Parti démocrate vers la gauche, mais la plupart des libéraux américains sont selon les normes européennes du « centre droit ». Maintenant, les données de sondage ont également révélé que de nombreux conservateurs américains ne sont en fait pas aussi loin vers la droite quand il s’agit de leur propre situation. C’est-à-dire qu’ils profiteront des allocations de chômage, de la sécurité sociale, et de Medicaid, même pendant qu’ils votent contre eux et disent qu’ils sont horribles. En fin de compte, les États-Unis sont et ont toujours été très loin à droite, très religieux, pas beaucoup plus aimables que l’Allemagne nazie, et quand une correction à gauche s’est produite, les électeurs ont poussé à revenir en arrière. Trump est une autre manifestation de cela !

Je pense que ce que nous voyons aujourd’hui, c’est que le reste du monde imite les États-Unis. Avec tous les terribles défauts de l’URSS, il y avait au moins un contrepoids aux États-Unis. Les deux opposés l’un contre l’autre, ont donné au monde un peu d’espace. Après les guerres génocidaires des États-Unis contre l’Irak où la moitié de la population a été déplacée, où 10% ont été tués et où une personne sur six était orpheline, il n’est pas étonnant que des réactionnaires extrémistes se lèvent. Daech est le reflet des États-Unis.

Pour attirer l’attention sur ce point, nous sommes tous consternés par les décapitations de Daech sur YouTube, mais en quoi cela est-il pire que des saccages violents avec des fusils d’assaut dans les écoles américaines ? Au moins dans le cas de Daech, nous pouvons dire : «La guerre les rend fous et ils assassinent des adultes». Dans le cas des États-Unis, quelle excuse les législateurs ont-ils pour perpétuer un système qui fait de ces fusillades massives et brutales la norme ? Aucun autre endroit sur terre qui ne soit pas actuellement en guerre civile ne connaît un phénomène aussi étrange, même s’il a un taux de meurtres plus élevé.

Tout cela pour dire que 2018 ressemble affreusement à 1938 pour moi.

Vous êtes un éminent professeur et chercheur, vous enseignez au département du gouvernement. Sachant que les décideurs politiques sortent souvent des universités, ne pensez-vous pas que l’université doit participer à une meilleure contribution et évaluation, et produire des élites à la fois compétentes et responsables, ayant davantage le sens du devoir que dans d’autres domaines ? Ne pensez-vous pas que l’université est un endroit très sensible et stratégique car elle forme des cadres et qu’il faut en conséquence appliquer les meilleures politiques ?

Les universités américaines ne sont pas conçues pour créer des personnes ayant une maîtrise approfondie des sujets, mais plutôt pour créer une caste de travail, une caste de gestion, une caste professionnelle, et pour perpétuer la hiérarchie des castes aux plus hauts niveaux de l’économie. Nos universités privées d’élite et nos collèges d’arts libéraux favorisent la lignée familiale (héritage) par rapport à la performance académique. Les écoles publiques sont financées de manière à maintenir cette division. Les écoles des classes moyennes et pauvres sont sous-financées, ce qui les rend moins performantes. Cela élimine effectivement la possibilité d’admission dans les écoles d’élite pour la grande majorité de la population. C’est intentionnel afin d’éliminer la concurrence pour les familles de la classe supérieure et de la classe moyenne supérieure.

Ce classisme est construit de telle sorte que dans une école particulière, que je ne nommerai pas, où un baccalauréat de quatre ans coûte 240 000 $, sa corps enseignant reçoit une réduction de 10% sur les frais de scolarité pour leurs enfants. Si un membre du corps professoral gagne 80 000 $, son revenu à la maison, après impôt, serait d’environ 60 000 $. S’ils payaient pour les frais de scolarité de leur enfant, ils auraient 6 000 $ par année pour vivre pendant quatre ans. En effet, les professeurs sont considérés comme de la racaille et leurs enfants sont découragés par des moyens financiers de fréquenter les écoles où ils enseignent. Les professeurs ne sont pas sans rappeler les enfants qui travaillent dans un atelier de fabrication de chaussures qu’ils ne pourront jamais se permettre d’acheter pour eux-mêmes.

Mais mettez tout cela de côté et prétendez que le système américain des castes n’est pas un facteur. Le cours est conçu pour perpétuer le capitalisme et l’individualisme. À titre d’exemple, il n’est pas rare que des étudiants candidats aux études supérieures donnent des cours pour enseigner. Ce sont généralement les cours de niveau intro que les professeurs les plus expérimentés trouvent inintéressants et donc simplement les transmettre à une population de personnes qui ne peuvent pas dire «non». Un étudiant candidat aux études supérieures commence sa carrière en suivant trois cours de deuxième cycle et en enseignant un cours collégial. C’est probablement le premier cours que cette personne n’ait jamais enseigné. Ainsi, non seulement l’étudiant diplômé doit apprendre la matière et concevoir le cours, mais il doit également apprendre l’art de l’enseignement. Le problème avec ceci est que l’étudiant est également chargé d’une liste de lecture impossible des trois cours. Ajouter un manuel à lire, préparer des tests, passer des tests, assigner des dissertations, écrire des essais, répondre aux questions des étudiants, être prêt pour chaque cours et noter, c’est tout simplement trop. Un étudiant dans une telle situation doit faire un choix – être un mauvais élève et un mauvais enseignant, être un bon enseignant et un étudiant épouvantable, ou être un bon élève et un enseignant épouvantable. Les deux premiers choix se termineront par l’échec du programme d’études supérieures. Ce dernier choix est le seul qui permettra à l’étudiant d’obtenir son diplôme avec succès. En d’autres termes, il y a un filtre sur les étudiants candidats aux études supérieures pour écarter les bons enseignants et les personnes qui se soucient des autres et sélectionner les bons chercheurs et les personnes qui avantagent leurs propres intérêts au-dessus de ceux des autres.

Cette division entre la recherche et l’enseignement signifie, ironiquement, que souvent les étudiants des universités de prestige n’obtiennent pas le type d’éducation auquel on pourrait s’attendre. Ce n’est pas le cas pour les collèges et les universités d’arts libéraux, précisément parce qu’ils mettent l’accent sur l’enseignement, mais ils sont aussi beaucoup plus coûteux que les écoles publiques et, par conséquent, s’adressent aux classes moyennes et supérieures.

Pour aggraver les choses, certains domaines, la science politique et l’économie, sont dominés par le paradigme irrationnel et absurde de la théorie du choix rationnel (RCT). Une hypothèse qui soutient que tous les humains sont rationnels et égoïstes tout le temps. Cette idéologie – ce n’est pas une théorie – domine les deux domaines malgré des années de recherche en psychologie qui la démystifient ou du moins montrent que les hypothèses sont profondément faussées, y compris deux Prix Nobel en Économie (Kahneman et Thaler). Malgré des décennies de preuves accablantes que la RCT n’est ni vraie ni prédictive, la science politique et l’économie s’en tiennent à cela. Pourquoi? Parce que cela fait de l’acteur du capitalisme son propre agent. Le capitalisme est alors justifié dans l’esprit des chercheurs libéraux et conservateurs, car après tout, tous les humains sont toujours des acteurs rationnels et égoïstes et donc responsables de leur comportement. Quand on considère les effets de la publicité, de la propagande, de l’amorçage et des préférences implicites, il est vraiment difficile de voir comment quelqu’un pourrait considérer que les citoyens d’un État capitaliste possèdent une quelconque agence.

En bref, la réponse est qu’on peut s’attendre à ce que la plupart des étudiants américains croient au capitalisme, à l’empire, à l’individualisme, à la classe, à la hiérarchie et au privilège.

Vous êtes fondateur et président de l’Austin School où vous organisez des conférences pour rendre accessibles les différentes connaissances académiques. Pensez-vous à des partenariats avec d’autres universités à travers le monde et ne croyez-vous pas que votre expérience très originale devrait être reproduite dans toutes les universités ?

Oh mon Dieu, avez-vous quelque chose en tête? J’aimerais collaborer avec plus d’endroits. Lorsque nous avons fondé l’Austin School, c’était la vision originale. Nous voulions commencer par les écoles d’Austin, au Texas, puis développer. L’objectif était d’apporter le savoir au public. L’un des problèmes avec le milieu universitaire est que l’on suppose que le public est trop bête et trop indifférent pour lire le travail savant. C’est peut-être vrai, mais il est également vrai qu’il y a très peu d’efforts honnêtes pour écrire pour la consommation publique. Noam Chomsky et Howard Zinn sont bien sûr des exemples de gens qui ont fait l’effort. Ma pensée était que les gens pourraient mieux répondre à quelque chose qui serait une performance rendue disponible gratuitement plutôt que de leur faire prendre l’initiative, trouver la matière, puis faire l’effort de la lire sans la possibilité de poser des questions au chercheur. Nous avons eu un certain succès. L’Austin School est dirigée par des étudiants. Les étudiants ont souvent été des présentateurs, une composante amusante et gratifiante. Et nous avons un taux de fréquentation compris entre 50 et 100 personnes. Nous avons eu deux événements avec 250 personnes, deux avec 150, et une demi-douzaine avec une participation entre 100-150. Considérant que nos discussions vont généralement de 1,5 à 2 heures et portent généralement sur la politique, l’histoire et la philosophie, je considère ces chiffres comme un succès.

Nous avons eu un transfert d’étudiant à un collège d’arts libéraux dans la région et il a cofondé le club de philosophie de cette école. Ce club a utilisé notre modèle de présentation de conférenciers et de débats. J’ai moi-même été invité à participer à deux de ces débats. Mais c’est l’étendue de la coopération que nous avons gérée et la plus proche que nous puissions établir avec d’autres écoles.

Cela dit, même si cela fait douze ans que nous sommes là, j’ai rencontré une certaine résistance à l’ACC. Je ne connais pas de collègues, même mes amis, qui font sérieusement la promotion de l’école d’Austin dans leurs salles de classe. Parfois, le corps enseignant se montre à la conférence, mais sans leurs étudiants. Même dans les événements où les professeurs sont les conférenciers, le public est toujours dépourvu de leurs étudiants. Je ne peux pas comprendre ça. Il semble que l’atomisation aux États-Unis soit trop profonde pour des efforts de coopération qui exigent des efforts minimes. Donc, même si je crois que nous pouvons revendiquer un certain succès, je n’ai finalement pas réussi à concrétiser l’ambition plus large de l’organisation.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Roy Casagranda ?

Roy Casagranda est professeur du gouvernement à l’Austin Community College au Texas (ACC). Il est président et fondateur de l’Austin School, un club étudiant qui organise des conférences. Ses domaines d’expertise comprennent la politique américaine et l’histoire, la politique et l’histoire du Moyen Orient, la philosophie, la politique étrangère et les relations internationales, la démocratisation, le printemps arabe, la guerre, l’activisme, le journalisme, la religion, la démocratisation latino-américaine, les élections américaines, la présidence américaine, la révolution, l’islam, la politique environnementale, la modernité, le capitalisme, etc.

Le Dr. Casagranda est membre du comité d’évaluation du corps professoral du ministère du gouvernement à l’ACC. Il donne de nombreuses conférences.

Il a vécu en Allemagne et en Égypte et parle allemand et arabe. Il a également vécu au Liban, en Algérie et en Angleterre et a voyagé dans une grande partie de l’Europe centrale et orientale ainsi que dans une partie du Moyen-Orient.

Published in American Herald Tribune, March 02, 2018:  https://ahtribune.com/world/2160-roy-casagranda.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.040318.htm

 

Publicités