Jour: 19 mars 2018

Dr. Edward Martin: The 1 % of the world’s wealthiest elites want a “new underclass”

Publié le Mis à jour le

Occupy_Wall_Street_ff2c1

Image credit: editrrix/ flickr

Mohsen Abdelmoumen: Your book Savage State: Welfare Capitalism & Inequality” is an original vision of the impact of the welfare state in contemporary capitalist society. In your opinion, can the structural crisis of the capitalist system be overcome?

Dr. Edward Martin: The structural crisis of capitalism will never be overcome precisely because capitalism is built upon the absurd promise of satisfying unlimited amidst scarcity and the maximization of profits at the expense of labor. This begs the question:  who then will buy capitalist products if there is little or no purchasing power? This is what Marx meant when he argued that capitalists “become their own grave diggers.” The system implodes on itself if consumers don’t spend all of which presupposes living wage jobs. The tragedy of this system is the perpetual class struggle. The good news, on the other hand, is that public policies prioritizing justice and human rights can avoid class struggle and “inevitable revolutions.”    Lire la suite »

Publicités

Dr. Edward Martin: Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvelle sous-classe »

Publié le Mis à jour le

Edward-Martin-Photo

Dr. Edward Martin. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre « Savage State: Welfare Capitalism & Inequality » est une vision originale de l’impact de l’État providence dans la société capitaliste contemporaine. D’après vous, la crise structurelle que traverse le système capitaliste peut-elle être dépassée ?

Dr. Edward Martin : La crise structurelle du capitalisme ne sera jamais surmontée précisément parce que le capitalisme est construit sur la promesse absurde de satisfaire sans limites au milieu de la pénurie et de la maximisation des profits au détriment du travail. Cela soulève la question suivante : qui achètera alors des produits capitalistes s’il y a peu ou pas de pouvoir d’achat ? C’est ce que Marx voulait dire quand il affirmait que les capitalistes «devenaient leurs propres fossoyeurs». Le système implose sur lui-même si les consommateurs ne dépensent pas tout de ce que présupposent des emplois rémunérés. La tragédie de ce système est la lutte des classes perpétuelle. La bonne nouvelle, d’autre part, est que les politiques publiques accordant la priorité à la justice et aux droits de l’homme peuvent éviter la lutte des classes et les «révolutions inévitables». Lire la suite »