Dr. Edward Martin: Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvelle sous-classe »

Publié le Mis à jour le

Edward-Martin-Photo

Dr. Edward Martin. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre « Savage State: Welfare Capitalism & Inequality » est une vision originale de l’impact de l’État providence dans la société capitaliste contemporaine. D’après vous, la crise structurelle que traverse le système capitaliste peut-elle être dépassée ?

Dr. Edward Martin : La crise structurelle du capitalisme ne sera jamais surmontée précisément parce que le capitalisme est construit sur la promesse absurde de satisfaire sans limites au milieu de la pénurie et de la maximisation des profits au détriment du travail. Cela soulève la question suivante : qui achètera alors des produits capitalistes s’il y a peu ou pas de pouvoir d’achat ? C’est ce que Marx voulait dire quand il affirmait que les capitalistes «devenaient leurs propres fossoyeurs». Le système implose sur lui-même si les consommateurs ne dépensent pas tout de ce que présupposent des emplois rémunérés. La tragédie de ce système est la lutte des classes perpétuelle. La bonne nouvelle, d’autre part, est que les politiques publiques accordant la priorité à la justice et aux droits de l’homme peuvent éviter la lutte des classes et les «révolutions inévitables».

Le système capitaliste est-il réformable ? N’est-il pas à bout de souffle et n’y a-t-il pas une nécessité d’un sursaut révolutionnaire ?

Non. Il ne peut pas être réformé puisque la rationalité du système est structurée sur la hiérarchisation du capital sur le travail, qui à son tour perpétue sa nature bipolaire. D’une manière ou d’une autre dans un système capitaliste, lorsque les entreprises deviennent des méga-entreprises, elles deviennent trop monolithiques pour servir le bien commun. Leur but à ce stade devient alors monopolistique et prédateur dont le but principal est d’augmenter la richesse de leurs PDG et actionnaires. Ce que le capitalisme facilite en fin de compte, c’est le dysfonctionnement des marchés. Je distingue cela de la gestion d’une petite entreprise ou d’une coopérative de travailleurs. En ce sens, les travailleurs sont les copropriétaires et les principaux actionnaires. Richard Wolff et Cornel West ont travaillé dur pour présenter ces options au capitalisme monopolistique. Le travail de Gar Alperovitz est également crucial à cet égard. Sa vidéo sur « Beyond Corporate Capitalism and State Socialism » vise juste. La preuve de la ville de Cleveland commence à arriver. Le développement économique urbain local n’attire pas simplement les entreprises à Cleveland, il fait la promotion des coopératives de travail. C’est le début de la réforme, mais la réforme repose sur un nouveau système au sein d’une structure de marché.

Les idéologues du capitalisme qui affirment aujourd’hui qu’il n’y a pas d’alternative au système capitaliste générateur de profits et de guerres, ne sont-ils pas contre le processus naturel de l’histoire et contre tout progrès ? Si le capitalisme est né sur les décombres du féodalisme, n’y a-t-il pas une nécessité historique qui fait qu’un autre système naîtra sur les décombres du capitalisme ?

La nécessité historique vient d’une méthode constante d’essais et d’erreurs, ou praxis. Ceci est également défini comme matérialisme. Le capitalisme d’entreprise et le socialisme d’État sont, à tous égards, terminés. Les marchés de capitaux flexibles sont l’avenir, c’est-à-dire où le capital et le travail sont unifiés à plus petite échelle. Les coopératives de travailleurs et les entreprises appartenant aux travailleurs sont la nouvelle vague. Les travailleurs indépendants, les petites entreprises, sont également souhaitables car ces modèles plus modestes et plus démocratiques correspondent mieux au principe de subsidiarité. Le principe de subsidiarité est essentiel pour rendre les marchés plus efficients et efficaces. Les méga-entreprises détruisent cette efficience et cette efficacité. C’est la nécessité historique qui émerge de l’effondrement du capitalisme d’entreprise et du socialisme d’État, une économie socialisée plus démocratique.

Comment expliquez-vous qu’au moment où la précarité d’emploi est quasi générale, on a un mouvement syndical affaibli et qui a perdu toute combativité ?

L’insécurité de l’emploi et une «armée de réserve de travailleurs» est la clé de la domination du capital sur le travail. Le programme économique de l’administration Reagan accordait une grande priorité à l’attaque du travail et à l’identifier comme la cause des inefficiences économiques pendant la stagflation des années 1970. La disparition du travail a eu lieu pendant les 40 dernières années, même avec les démocrates au pouvoir à certains moments. Ceci parce que les démocrates ont été cooptés par les élites de Wall Street.

Le mouvement syndical ne devrait-il pas faire son autocritique ?

Oui. Et ils devraient aborder les contradictions du capitalisme et sa tendance au nihilisme. Ils doivent corriger cette tragédie en donnant la priorité au travail sur le capital. La priorité du travail sur le capital crée une économie saine; le contraire fait des ravages. Et ce doit être clair, le travail doit s’engager dans l’analyse de classe. Leur association amicale et le compromis avec le capital a causé leur disparition. Les résultats sont évidents aujourd’hui avec des salaires et des avantages étant abandonnés par la classe ouvrière. Le travail a peur d’être identifié comme «radical» et c’est une tactique qui ne fait que leur nuire.

D’après vous, peut-on lutter efficacement contre l’inégalité économique dans une société dominée par un capitalisme prédateur. Si oui, comment ?

Il sera difficile de lutter contre les inégalités économiques puisque les mesures de la réussite économique sont toujours comprises en termes de croissance du PIB et du succès des 1%. Pour lutter contre cela, la priorité du travail sur le capital est la clé. Le meilleur modèle pour cela ne va pas être trouvé ici aux États-Unis, mais plutôt dans le mouvement de solidarité en Pologne dans les années 1980. Lech Walesa et les travailleurs polonais ont affronté les oligarques derrière le régime socialiste d’État. Walesa était un syndicaliste et un socialiste. Et son argument était toujours que le travail créait de la valeur, pas le capital, et dans cette situation particulière, le capital d’État. Les travailleurs devraient alors être récompensés par la plus grande part de la richesse créée, et non pas l’élite des riches oligarques. Les travailleurs selon Walesa créent la plus-value, pas le capitalisme ou les oligarques communistes assis dans leurs bureaux. C’est un moyen de lutter contre le capitalisme prédateur et parasitaire aux États-Unis, de la même manière que Walesa et le Mouvement Solidarnosc ont défié les élites de la Pologne communiste.

Vous pensez qu’un syndicat comme Solidarnosc qui a des liens avec la CIA via la NED est un modèle pour le mouvement ouvrier américain ?

Vous avez raison.

La CIA et le Vatican ont été impliqués, tout comme la CIA et le Vatican ont sapé les efforts des Sandinistes dans la réforme agraire et les coopératives de travailleurs au Nicaragua après la révolution de 1979. À cet égard, le modèle de Solidarnosc que je préconise est défectueux puisqu’il peut être manipulé par des influences extérieures. Et vous pouvez compter que cette forme de subversion sera poursuivie par les mêmes acteurs.

Mais le modèle de la priorité du travail sur le capital est la clé d’un Mouvement de Solidarité et de ce que Gar Alperovitz défend avec son plaidoyer pour La Nouvelle Économie… une économie démocratique fondée sur les droits humains. Néanmoins, le Mouvement de Solidarité que je soutiens doit être confiant et non-violent dans la tradition de Gandhi et de King.

Certes, c’est une longue marche vers la justice.

Donc, pour répondre à votre question, un mouvement du travail basé sur la solidarité a le potentiel d’être un modèle pour un mouvement ouvrier revigoré aux États-Unis, mais il doit rester vigilant contre l’influence de la CIA et d’autres formes d’infiltration et de manipulation.

Pensez-vous qu’il y ait une nécessité de relire Marx ? Comment expliquez-vous que les idées marxistes résistent toujours au temps malgré les assauts acharnés et incessants du capitalisme et de ses apôtres ?

Oui. Relire Marx de la même manière que Lech Walesa et le Mouvement Solidarnosc ont fait ce que j’appelle un «Marx inverse» sur les oligarques marxistes. Cela doit être fait en appliquant la théorie de la valeur travail de Marx dans un contexte universel. Cela signifie que le travail crée toujours de la valeur et a droit à la «part du lion» de la valeur qu’il crée. John Locke définit cela comme la «théorie du travail de la propriété». Fait intéressant, Marx a eu cette idée de David Ricardo, qui à son tour a eu cette idée d’Adam Smith, qui a ensuite eu cette idée de John Locke. Ici, l’idée de créer de la valeur par le travail n’est guère une idée nouvelle ou radicale, c’est une valeur morale qui remonte aux Guildes Médiévales d’Europe. C’est la justice économique transmise à travers les âges et la racine de cette forme de justice économique, il y a dix siècles, reposait sur une vision passive de l’univers qui est incompatible avec l’état d’esprit d’un univers moderne et, maintenant, postmoderne. Mais la clé pour le mouvement ouvrier aux États-Unis est d’utiliser le mouvement de Solidarnosc de la Pologne et de démontrer comment le mouvement de solidarité est lié au mouvement ouvrier, ou à son absence, ici, aux États-Unis.

Le rapport d’Oxfam, une ONG que l’on ne peut pas accuser d’être liée au marxisme, nous dit que le 1% de la population mondiale le plus riche s’est partagé 82% de la richesse mondiale en 2017. Quelle est votre lecture de ce rapport alarmant ?

J’ai étudié des rapports comme celui-ci et d’autres des Nations Unies qui tirent des conclusions similaires. C’est le résultat du néolibéralisme et de la mondialisation. Les intérêts des élites internationales par le biais du NAFTA (Accord de libre-échange nord-américain), du GATT (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) et, potentiellement, du TPP (Partenariat Trans-Pacifique), sont les conceptions voulant que les grandes sociétés dominent les marchés. Il n’est donc pas surprenant que les intérêts des milliardaires et des grandes sociétés américaines soient les mêmes que ceux des milliardaires et des sociétés internationales. Cela signifie, par exemple, que les intérêts financiers de Gates, Buffett et Goldman Sachs sont les mêmes intérêts financiers du sultan de Brunei et de Carlos Slim au Mexique. Cela inclut la domination des ressources naturelles et la marginalisation du travail. Ces accords commerciaux, comme le NAFTA, le GATT, potentiellement le TPP, ne font rien pour le pouvoir d’achat du travail. Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvelle sous-classe » (le top des 2% – 5p%) pour être leurs consommateurs puisqu’ils ont le revenu disponible pour acheter aux 1%. On peu se passer du reste de la population mondiale et de l’environnement.

Vos travaux sur la pensée marxiste m’intéressent beaucoup, comment expliquez-vous la disparition du terme « lutte des classes » alors que dans la réalité, il n’y a jamais eu autant d’inégalités entre les classes qu’aujourd’hui ?

La gauche aux États-Unis exploite depuis longtemps la politique de classe. À l’heure actuelle, Bernie Sanders et Jill Stein sont les seuls dirigeants politiques qui s’y attaquent. Mais chaque fois que les démocrates ou la gauche identifient et exposent la lutte de classe inhérente qui se déroule aux États-Unis, l’élan politique s’estompe. Probablement parce que les démocrates et certains à gauche ont une allégeance à Wall Street. La même chose est vraie pour le travail. Ils ne veulent pas trop critiquer le capital parce que le capital va subvertir le travail à travers les médias d’entreprise, l’idéologie capitaliste et l’éducation. Le terme utilisé pour déguiser la lutte des classes est «populisme», ce qui signifie que la lutte de classe est une réponse émotionnelle superficielle. C’est ainsi que la lutte des classes est délégitimée à la fois par les démocrates et les républicains. Le problème sous-jacent est le suivant: le capitalisme lui-même est soumis à la critique et même discrédité. Et c’était autrefois un tabou. Plus maintenant. En réaction à cela, les partis politiques et leurs grands prêtres tentent de garder le secret. Nous verrons où cela va. Je soupçonne que cela viendra sous la forme d’une forme de censure via les médias. Mais il ne sera pas supprimé par les médias sociaux comme ce média American Herald Tribune et d’autres.

Dans « Revisiting Marx and Liberalism » vous avez évoqué la nécessité pour le capitalisme d’avoir des marchés : «… les pays moins développés sont stratégiquement importants pour les capitalistes, non seulement comme sources de matières premières et de fabrication, mais aussi comme des sources d’investissement pour le capital excédentaire…». Comment les forces progressistes peuvent-elles résister à cet état de fait que vous décrivez ? Et comment unir les travailleurs du centre et de la périphérie dans le même combat, sachant qu’ils ne sont pas impactés de la même manière par les dégâts incommensurables du capitalisme, à savoir neutraliser le capitalisme et son stade suprême l’impérialisme ?

Je ne pense pas que les forces progressistes puissent résister à cet état de choses, du moins directement. Ils peuvent contourner les organisations capitalistes par le biais de petites entreprises, de coopératives et d’entreprises appartenant à des travailleurs. Mais « l’effet Walmart » finira par remettre en question ces entreprises commerciales de base. Et la main-d’œuvre a été récupérée par l’Amérique d’entreprise. Comme je l’ai déjà mentionné, je plaide en faveur d’un mouvement syndical qui répète le mouvement de Solidarnosc en Pologne, qui inclut un contrôle démocratique plus important des questions économiques. C’est une façon de neutraliser le capitalisme et sa volonté inexorable de coloniser les marchés, et même notre subconscient collectif, selon Baudrillard et Jameson.

Au niveau de plusieurs pays, on remarque l’émergence des oligarchies qui sont liées au grand capital et qui sont dirigées par une bourgeoisie compradore. Je prends l’exemple de mon pays d’origine, l’Algérie. Ne pensez-vous pas que combattre cette oligarchie nécessite un front large au niveau mondial ? Ce type de forces se recrutant dans le 1 % ne représente-t-il pas une menace pour la souveraineté des nations ?

Le 1% des élites internationales a déjà décidé que la souveraineté est superflue. Les accords commerciaux du NAFTA, du GATT et potentiellement du TPP, rejettent les droits démocratiques et souverains de la population mondiale. Wallerstein avait raison, et continue d’avoir raison, quand lui et l’école de pensée du Système-monde ont identifié le caractère superflu des droits démocratiques comme essentiel au capital international. En d’autres termes, les droits des personnes sont englobés dans les droits des oligarques et des élites internationales. Donc, en plus d’un mouvement de solidarité universel pour faire face à cette tendance, je voudrais également plaider en faveur d’une «Charte des droits économiques» qui a été préconisée par Franklin Delano Roosevelt. Cela peut également être soutenu en citant les droits économiques énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cela peut se faire par le biais d’ONG, etc., si et seulement si, ce développement se traduit par un développement économique local durable.

Sachant que la matrice capitaliste est génératrice de guerres, n’y a-t-il pas un risque d’extinction de la race humaine ? D’après vous, peut-on garder l’espoir et aller vers un changement du système capitaliste ?

Je crois que l’espoir vient à petits pas avec la protestation non-violente et le discours ouvert. Résister à la violence au sein d’une structure patriarcale intrinsèquement violente comme le capitalisme est important. L’opposé, l’exhortation vers la violence, n’est pas une option. L’accent devrait être mis sur la fourniture d’un minimum de subsistance économique pour que personne ne tombe en dessous. Cela peut être fait au niveau local. L’expérience Mondragon en Espagne a été un excellent exemple de contre-stratégie au capitalisme. Les mouvements anarchistes comme l’expérience de Mondragon sont je crois essentiels parce qu’ils contournent les monopoles d’entreprise. Ce modèle est ce que Marx défend dans la Commune de Paris en 1873 et décrit métaphoriquement comme la «dictature du prolétariat».

N’y a-t-il pas urgence à rappeler les vérités aux idéologues et chantres du capitalisme qui nous rabâchent les oreilles avec leur modèle qui n’a généré que des guerres et des dévastations à travers le monde ?

L’urgence est d’identifier ce que l’on entend exactement quand les «idéologues et les chantres» se réfèrent au capitalisme comme ayant virtuellement un statut «divin». Ou leur demander ce qu’ils veulent exactement dire quand ils se réjouissent du «déchaînement de l’esprits animal» du capitalisme. La réponse devrait être de se concentrer sur les données et les divisions de classe accrues. C’est la clé pour repousser le statut quasi-divin associé au capitalisme. En dehors de cela et en réponse à leur propagande, les options sont essentiellement limitées à un mouvement de solidarité universel et à une Charte des droits économiques aux États-Unis et dans la communauté mondiale.

Que représente pour vous le slogan « America first » de Donald Trump ? Le président Trump qui n’arrêtait pas de promettre des emplois aux Américains n’est-il pas rattrapé par la réalité ?

Tout d’abord, Trump est un fou. Ainsi que ses adeptes de culte, les Républicains et le cabinet de Trump. C’est le principe sur lequel tout le reste devrait être analysé en rapport avec Trump, les Républicains, et son mouvement politique.

Maintenant votre question : «L’Amérique d’abord» était vraiment un signe distinctif pour l’idéologie fasciste de l’Exceptionalisme américain et le nouveau siècle américain. Le culte «l’Amérique d’abord» de Trump n’est pas vraiment de ramener des emplois rémunérés décents aux États-Unis. Dans leur mentalité collective, c’est avant tout un cri de guerre pour que les États-Unis retrouvent leur statut de puissance militaire et d’élite aryenne. La faction America First croit qu’ils sont un empire en déclin et que leur légitimité eurocentrique blanche a disparu. Que faut-il comme autre preuve sinon les changements démographiques énormes qui ont eu lieu aux États-Unis ? Ce n’est pas nouveau. C’est exactement ce qui est arrivé à l’Empire romain. De plus, alors que les États-Unis ont assumé le rôle de puissance mondiale dominante avec plus de 700 bases militaires en dehors des États-Unis, l’allocation des ressources publiques pour l’infrastructure nationale a été minée. Prenez par exemple The Rise and Fall of the Great Powers (La montée et la chute des grandes puissances) de Paul Kennedy. Sa thèse générale est que lorsque les empires s’étendent globalement, leur cohésion interne se désintègre et s’effondre.

Comment expliquez-vous qu’il n’y a eu aucun débat de fond au cours de la dernière campagne présidentielle américaine qui ressemblait plutôt à une téléréalité ?

Les médias d’entreprise. Leurs investissements sont liés au capital international. Un débat de fond dans mon esprit implique l’analyse de classe et la dévastation environnementale. Ces deux questions manquaient, en particulier une discussion basée sur une analyse économique. Democracy Now, LINK TV, Truthout, Truthdig, The Intercept, étaient les médias qui ont poussé une critique économique. Mais à part ces médias, le monde de l’entreprise a simplement fourni un récit intéressant. Leurs évaluations, cependant, se sont fortifiées avec Donald Trump et Bernie Sanders. Trump n’avait pas de message de fond autre que la doctrine fasciste «l’Amérique d’abord», le message de Bernie était une critique basée sur la lutte des classes. En fin de compte, les médias corporatifs ont dû laisser tomber Bernie et son message.

Que pensez-vous de la nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA, une criminelle qui a torturé et dirigé les sites noirs de la CIA ?

En 2002, Gina Haspel dirigeait secrètement, après le 11 septembre, un «site noir» de la CIA en Thaïlande où elle torturait des «détenus» et elle a détruit environ quatre-vingt-dix cassettes vidéo des séances de torture. Ces deux actes sont illégaux, en vertu de la loi américaine et du droit international. Elle a été chargée de le faire par ses supérieurs, vraisemblablement ceux de l’Exécutif ainsi que du Département de la Justice, du Département d’Etat, du Pentagone, etc. Son rôle dans cette activité illégale et les directives qu’elle a reçues des autres doivent être révélés. Cela doit être l’objectif principal de l’interrogatoire qu’elle doit subir lors des audiences de confirmation du Sénat en tant que candidate pour la direction de la CIA.

Que la torture soit un outil efficace de la politique étrangère ou non, ce n’est pas le problème. Mais les Républicains et quelques Démocrates, inséreront bien sûr cette question comme un mal nécessaire et brouilleront ainsi l’attention sur l’illégalité et l’immoralité de la torture. La Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies de 1948, à laquelle les États-Unis sont signataires, est clairement violée.

Le côté sadique de ceci est quand le détenu, Abu Zubaydah a été soumis au waterboarding quatre-vingt-trois fois. Cela doit être révélé dans les audiences du Sénat ainsi que l’information du rapport du Comité sénatorial spécial sur le renseignement (2002) et sur la CIA et sa torture. Le rapport doit être déclassifié et non censuré. Essentiellement, les États-Unis ont décriminalisé et légitimé les tactiques sadiques en matière d’application de la loi et de lutte contre le terrorisme. Personne n’a été tenu légalement responsable de tout cela.

La nomination de Haspel en tant que directrice de la CIA doit être rejetée et l’illégalité des tactiques antiterroristes américaines doit être exposée. Les enquêtes criminelles doivent ensuite aller de l’avant si la justice veut être maintenue dans l’ordre américain et international. Ma crainte est que le processus de domination de Haspel devienne un théâtre plus politique.

Vous êtes rédacteur en chef de la revue International Journal of Public Administration dont Noam Chomsky fait partie du comité de rédaction ainsi que Rodolfo F. Torres et Mateo S. Pimentel ainsi que d’autres éminents intellectuels. Je trouve son concept très original car cette revue est ouverte à divers analystes en provenance de nombreux pays. Pour contrer les médias de masse au service du grand capital, n’est-il pas indispensable d’avoir une presse alternative forte et des médias sérieux comme le vôtre, car les enjeux liés à l’information sont aujourd’hui stratégiques ?

Ce que nous essayons de faire avec le IJED est de présenter des modèles d’économie politique qui mettent l’accent sur la participation démocratique. De plus, nous essayons de nous concentrer sur les modèles d’économie politique qui examinent la répartition du pouvoir dans la prise de décision économique. Ceci est typique de l’école de Francfort en Allemagne, qui s’est ensuite transformée en New School for Social Research à New York. L’objectif est une approche hétérodoxe. Ainsi, la critique de l’économie politique encouragée par l’IJED n’exclut pas divers modèles d’économie politique et est également critique envers le capitalisme d’entreprise, le socialisme d’État ou l’émergence d’oligarchies en Russie, en Chine, en Arabie Saoudite, etc. Toute approche hiérarchique faisant autorité est soumise à ce que je décris comme une critique orwellienne.

L’IJED offre une chance égale d’évaluer des régimes sociaux, politiques et économiques autoritaires qui s’avantagent eux-mêmes aux dépens de la majorité. En ce sens, le IJED ne s’excuse pas pour notre parti pris inhérent à ce que nous voyons le capitalisme et la démocratie en conflit l’un avec l’autre, et qu’une révision radicale du marxisme (nouvelle école), de l’anarchisme, de la théorie des ressources communes (Ostrom) et de la théorie des acteurs rationnels (Elster et Roemer) est plus que jamais nécessaire.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Edward Martin ?

Le Dr. Edward Martin est professeur de politique publique et d’administration, au Centre d’études supérieures en politiques publiques et administration de l’Université d’État de Californie, à Long Beach. Il est le représentant du corps professoral pour la section du campus de l’Habitat pour l’humanité.

Ses intérêts de recherche portent sur les affaires urbaines, l’économie politique, le développement durable et la politique de bien-être social.

Il est co-auteur de Savage State: Welfare Capitalism and Inequality (Rowman et Littlefield, 2004), et Capitalism and Critical: Visions of Democratic Alternatives (Routledge, 2017). Il a publié des articles de recherche dans Contemporary Justice Review, New Political Science, International Journal of Public Administration, California Politics & Policy, Latin American Perspectives, Public Administration and Management et Counterpunch.

Published in American Herald Tribune, March 18, 2018: https://ahtribune.com/us/2186-edward-martin.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.190318.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dr. Edward Martin: Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvelle sous-classe » »

    […] via Dr. Edward Martin: Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvel… […]

Les commentaires sont fermés.