Prof. Mike Davis : « il y avait autrefois une génération de lions »

Publié le Mis à jour le

Mike-Davis3

Prof. Mike Davis. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous vous qualifiez vous-même de « socialiste de la vieille école ». Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Prof. Mike Davis : Hmm. «Socialiste de la vieille école».  Je fais trois revendications. Premièrement, le socialisme – la croyance que la terre appartient aux travailleurs – est mon être moral. En fait, c’est ma religion, les valeurs qui ancrent les engagements qui définissent ma vie. Deuxièmement, «vieille école» implique de travailler année après année pour la bonne cause. Dans le milieu universitaire, on croise des gens qui se disent marxistes et qui assistent à de nombreuses conférences, mais qui ne participent presque jamais à un piquet de grève, ne vont pas à une réunion syndicale, ou jeter une brique ou simplement aider à laver la vaisselle après un dîner. Pire encore, ils daignent nous apprendre le «vrai Marx», mais manquent du respect fondamental du vieux Moor pour les travailleurs individuels et son empressement à devenir un pauvre hors-la-loi en leur nom. Enfin, le «socialisme» simple exprime l’identification avec le mouvement général et le rêve plutôt qu’avec un programme ou un camp particulier. J’ai des opinions fortes, voire idiosyncratiques, sur toutes les questions traditionnelles – par exemple, la nécessité d’une organisation d’organisateurs (appelez-le léninisme, si vous voulez) mais aussi les maux de la bureaucratie et des dirigeants permanents (appelez ça anarchisme si vous voulez) – mais j’essaie de me rappeler que de telles positions doivent être constamment réévaluées et calibrées à la conjoncture. On est toujours en train de négocier la dialectique glissant entre la raison individuelle, qui doit être autocritique et intransigeante, et le fait que l’on a besoin de faire partie d’un mouvement ou d’un collectif radical pour être, comme l’a dit Sartre, «dans l’histoire». Les dilemmes moraux et les choix difficiles viennent avec le reste et ils ne peuvent pas être éludés avec des «lignes correctes».

Que reste-t-il des mouvements ouvriers aux États-Unis ?

Le syndicalisme américain reste menacé mais la classe ouvrière est bien vivante en arrière. Mais c’est devenu hasardeux. Regardez la récente grève des enseignants en Virginie-Occidentale, un État «rouge» où il est illégal pour les employés publics de quitter le travail. Ignorant les appels des dirigeants syndicaux à retourner dans leurs salles de classe, les enseignants – parmi les plus mal payés dans le pays – sont restés dans les rues jusqu’à ce qu’ils gagnent leur augmentation de salaire et, plus important encore, mettre l’éducation au sommet du programme législatif de l’État. Les alliés les plus importants des enseignants étaient vraiment leurs ancêtres : les mineurs, les métallos et les fermiers des collines qui ont fait de la Virginie Occidentale un chaudron du syndicalisme au début du XXe siècle. Les gens connaissent leurs racines dans l’État Montagneux et la grève a mobilisé un soutien incroyable de la part de ceux qui auraient voté pour Trump (Clinton n’a jamais parlé d’emplois du charbon ou de désindustrialisation) mais s’identifient encore avec les grands-mères et les grands-pères qui ont combattu dans les guerres du travail au siècle dernier. Oklahoma, où les enseignants sont même les moins bien payés et où le pétrole appartient au corps législatif, peut être le prochain champ de bataille.

Le travail organisé, quant à lui, se tient sur les rives du Rubicon. Depuis une génération, les grands syndicats américains se sont appuyés sur l’établissement des démocrates – c’est-à-dire l’aile néolibérale Clinton-Obama du parti – pour défendre les emplois et repousser les attaques contre les droits du travail. Ce fut une politique ratée et désastreuse. Le leadership démocrate de centre-droit s’est concentré sur les besoins de Wall Street, Hollywood et Silicon Valley, pas la crise de l’emploi qui dévore l’âme des cols bleus américains et qui a été transmise aux jeunes diplômés des universités, lourdement endettés et privés de sécurité d’emploi. Le pivot socio-économique du mouvement Sanders a réuni la vieille classe ouvrière avec les jeunes moutons noirs diplômés. Cet été, l’establishment des démocrates sera défié par des progressistes dans des centaines de primaires. Le travail va devoir définir de quel côté il se tient.

Votre livre très intéressant et très riche Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World nous montre la mise à mort de millions de gens par le colonialisme et le capitalisme entre autres durant les famines d’El Niño dans la seconde partie du 19e siècle. Ce récit historique fait le bilan désastreux du capitalisme et du colonialisme à travers le monde. Ne pensez-vous pas qu’il y a une similitude entre ce que vous décrivez dans votre livre et les guerres impérialistes actuelles, comme l’extermination de millions d’Irakiens, Libyens, etc. ? L’histoire du capitalisme et du colonialisme n’est-elle pas une longue suite de guerres criminelles ?

J’ai eu le privilège, plus jeune, de travailler côte à côte dans diverses campagnes de solidarité avec des camarades extraordinaires de Turquie, d’Egypte, de Palestine/Israël, du Liban et surtout d’Iran. J’ai appris par exemple, d’une militante libanaise d’origine maronite qui a perdu son œil par les tirs israéliens alors qu’elle secourait des combattants de l’OLP ; d’une autre jeune femme, juive et une autorité de la culture yiddish, qui militait aux côtés de son mari, membre du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine ; et, bien sûr, de jeunes communistes turcs indiscernables les uns des autres, sauf que certaines de leurs mères parlaient turc et d’autres kurde. Mais surtout, les très nombreux Iraniens qui pendant un certain temps dans les années 1970 étaient probablement le plus grand contingent de la gauche à Los Angeles. Lors d’une occasion mémorable, ils ont mis le feu au manoir de la sœur du Shah à Beverly Hills. J’étais particulièrement proche d’une jeune physicienne brillante nommée Mitra. Elle a été emprisonnée puis exécutée peu après son retour dans l’Iran de Khomeiny. Tant de nos autres amis iraniens sont morts également.

Je ne cite ces souvenirs que pour souligner qu’il y avait autrefois une génération de lions : les enfants de la Révolution algérienne, les soulèvements antibritanniques à Aden et au Dhofar, le nassérisme dans sa période héroïque, le début de l’OLP, et, bien sûr, les luttes interminables contre les rentiers pétroliers locaux et leurs clients américains et britanniques. Au bout du compte cependant, les révolutionnaires nationalistes et les socialistes autochtones ont été écrasés et maintenant leurs idées et leurs luttes ont presque été effacées de l’histoire. (Le communisme afghan, pour sa part, s’est plus ou moins suicidé, ses conflits internes meurtriers amenant le Kremlin à intervenir avec des résultats catastrophiques pour toutes les parties).

Cette «gauche absente du Moyen-Orient» a conditionné tout ce qui a suivi : la croisade de 100 milliards de dollars des Saoudiens pour implanter l’intolérance wahhabite dans le monde sunnite ; le remplacement du nationalisme laïc perse par le messianisme chiite des mollahs ; l’évolution d’Israël en une Sparte théocratique et corrompue ; l’oppression des chiites et des Asiatiques du Sud dans les États du Golfe ; le renversement sanglant d’un gouvernement des Frères musulmans démocratiquement élu en Égypte ; et la transformation d’un islamisme populiste vibrant en Turquie en une section enthousiaste pour l’autocratie néo-ottomane d’Erdogan. Comme toujours, les victimes sont les syndicats, les restes de la gauche, les Palestiniens, les Kurdes, les minorités religieuses locales et, de plus en plus, les soufis œcuméniques. L’impérialisme a incité une guerre civile religieuse au sein de la Maison de l’Islam.

Bien sûr, cela ne fait qu’effleurer la surface d’une crise complexe qui comprend la concentration de la richesse énergétique entre les mains des monarques absolus et de leurs cousins milliardaires ; une crise structurelle du chômage, en particulier pour les diplômés du secondaire et du collégial, qui dépasse les années 1930 en Europe et en Amérique du Nord ; et l’effondrement de l’agriculture irriguée dans une grande partie de la région alors que les agriculteurs luttent contre le changement climatique sans l’aide des gouvernements. En conséquence, les habitants des zones rurales sont obligés de fuir vers les villes, (ou plutôt les quartiers pauvres des périphéries) et ensuite les Américains (ou les Israéliens) bombardent ces villes jusqu’à en faire des décombres sanglantes. Gaza, Tyr, Beyrouth, Alep, Mossoul, Ramadi et Falloujah, sans parler de la campagne afghane où des dizaines de milliers de personnes sont mortes sous le bombardement des B52 et des drones tueurs.

Si nous, dans le mouvement anti-guerre américain, avions raison de caractériser le bombardement de l’Indochine comme un génocide, n’est-ce pas la même chose un demi-siècle plus tard ? Ma honte profonde est que si peu d’entre nous dans la nation agresseur ont levé le doigt contre le massacre et la «guerre contre le terrorisme» sans fin qui justifient ces holocaustes. Dans mon esprit, cela n’a pas d’importance, du moins au point de vue de la moralité universelle, si oui ou non ceux qui sont bombardés portent un Coran ou un Livre Rouge ou tout simplement la photographie de leur enfant sous leurs vêtements. Nous avons la même obligation de résister à l’impérialisme et d’embrasser les éléments du travail et de la gauche qui continuent – au Caire, à Istanbul, au Rojava, à Casablanca, etc. – pour garder vivant le rêve d’un Moyen-Orient socialiste. Il est particulièrement important de pousser le camp de Sanders vers des positions anti-impérialistes et antisionistes. Un slogan simple : US dehors, maintenant et pour toujours.

Au moment où les chantres du capitalisme nous vantent ses bienfaits, ne pensez vous pas que le système capitalisme est dépassé et qu’il est temps de s’en débarrasser définitivement ?

Je pense que la plupart des gens, y compris les gauchistes, supposent que Marx et Engels avaient un modèle détaillé de ce à quoi ressemblerait une société socialiste. Ils n’ont pas et en fait très peu écrit sur le sujet. Tout à fait scientifiquement, ils croyaient que les grandes lignes d’une telle société n’émergeraient qu’au cours de la lutte contre le capital. Lorsque les événements de leur vie ont éclairé certains des principes de la société post-capitaliste – comme par exemple, le mouvement pour une journée de travail plus courte, l’émergence des coopératives de producteurs et la démocratie participative de la Commune de Paris – ils ont rapidement tiré les leçons appropriées mais pas pour imposer des schémas.

Sur deux questions cruciales, cependant, Marx était absolument clair. Tout d’abord, cet objectif du socialisme était la transformation du travail excédentaire en temps libre également distribué pour tout le monde. «La mesure de la richesse», écrit-il dans Capital, «n’est donc plus, en aucun cas, du temps de travail, mais plutôt du temps disponible». Une telle société deviendrait possible lorsque la création de la richesse réelle dépendrait moins de la quantité de temps de travail qu’impliquait la production que de «l’état général de la science et des progrès de la technologie».

Deuxièmement, Marx prévoyait clairement que le développement à grande échelle de la science en tant que puissance productive primaire pouvait soit libérer l’humanité, soit la condamner. En d’autres termes, si le mouvement ouvrier n’atteignait pas le pouvoir nécessaire pour que la science et l’automatisation répondent aux besoins humains, ces forces productives seraient utilisées pour miner les conditions de survie de l’humanité.

Nous avons seulement besoin de regarder autour de nous pour voir que le marché mondial ne crée plus d’emplois, mais le chômage et la marginalisation à grande échelle. L’urbanisation s’accélère mais sans fourniture sociale de logements, de soins de santé ou d’infrastructures sanitaires. L’infrastructure du totalitarisme – c’est-à-dire de la digitalisation de la surveillance, de l’incarcération et de la guerre – est constamment révolutionnée mais des milliards d’individus manquent d’antibiotiques, d’eau propre ou de toilettes. Le «capitalisme vert» fait l’objet d’une grande publicité, mais l’empreinte carbone mondiale ne cesse de croître. Bref, nous sommes au bord d’une catastrophe civilisationnelle et d’une régression comparable à la peste noire du XIIIe siècle ou au génocide colombien du XVIe siècle. Dans les pays les plus riches, le populisme de droite, qui se développe dans un sol fertile d’insécurité économique et de désindustrialisation, tourne sa colère contre les immigrants et les pauvres du monde. Un «triage» de l’humanité est en cours et, dans ces moments-là, il faut prendre position pour l’espèce et non pour la nation, pour le nécessaire et non pour le réalisme immédiat. La question-clé n’est pas l’inégalité croissante de la richesse et du revenu comme le soutiennent les mouvements Occupy, mais la privatisation du pouvoir économique qui assure de telles inégalités. La survie future de la majorité de la population mondiale exige que les excédents économiques générés par la révolution de l’information et la mondialisation soient judicieusement investis dans la reconstruction de nos milieux de vie et l’égalisation d’une qualité de vie élevée (ce qui n’est pas la même chose qu’une consommation effrénée). Comment démocratiser le pouvoir économique? Les socialistes n’ont peut-être pas encore trouvé le chemin, mais ils sont les seuls à le chercher d’urgence.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Prof. Mike Davis ?

Mike Davis est un écrivain américain, militant politique, ethnologue, théoricien urbain et historien.

Il a débuté comme ouvrier d’abattoir, chauffeur de camion, puis a commencé à étudier et s’est intéressé au marxisme. Il a abordé de nombreux sujets, y compris la lutte des classes à travers l’étude des problèmes fonciers à Los Angeles, le développement des bidonvilles et la militarisation de la société à travers des mesures sécuritaires. Il était un activiste du Congrès de l’égalité raciale et des étudiants pour une société démocratique (SDS).

En 1996-1997, il a été boursier Getty au Getty Research Institute et a également reçu une bourse de recherche MacArthur en 1998. Il a remporté en 2002 le Prix du livre de la World History Association et le Prix littéraire Lannan pour non fiction en 2007.

Mike Davis est professeur émérite au Département de création littéraire de l’Université de Californie à Riverside et rédacteur en chef du New Left Review. Le professeur Davis a enseigné la théorie urbaine à l’Institut d’architecture de Californie du Sud et à l’Université de Stony Brook avant d’obtenir un poste à l’Université de Californie, au département d’histoire d’Irvine. Il contribue également au mensuel British Socialist Review, organe du Parti socialiste ouvrier britannique. En tant que journaliste et essayiste, Mike Davis a écrit, entre autres, dans The Nation et New Statesman du Royaume-Uni. Il se définit lui-même comme un socialiste international et un «marxiste écologiste».

Il est l’auteur de nombreux livres dont : Beyond Blade Runner: Urban Control, The Ecology of Fear (1992); Prisoners of the American Dream: Politics and Economy in the History of the U.S. Working Class (1986, 1999); City of Quartz: Excavating the Future in Los Angeles (1990, 2006); ¿Quién mató a Los Ángeles? (1994, en espagnol seulement); Ecology of Fear: Los Angeles and the Imagination of Disaster (1998); Casino Zombies: True Stories From the Neon West (1999, en allemande seulement); Magical Urbanism: Latinos Reinvent the U.S. Big City (2000); Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World (2001); The Grit Beneath the Glitter: Tales from the Real Las Vegas, édité avec Hal Rothman (2002); Dead Cities, And Other Tales (2003); Under the Perfect Sun: The San Diego Tourists Never See, avec Jim Miller et Kelly Mayhew (2003); Cronache Dall’Impero (2005, en italien seulement); The Monster at Our Door: The Global Threat of Avian Flu (2005); Planet of Slums: Urban Involution and the Informal Working Class (2006); No One Is Illegal: Fighting Racism and State Violence on the U.S.-Mexico Border, avec Justin Akers Chacon (2006); Buda’s Wagon: A Brief History of the Car Bomb (2007); In Praise of Barbarians: Essays against Empire (2007); Evil Paradises: Dreamworlds of Neoliberalism, édité avec Daniel Bertrand Monk (2007); Old Gods, New Enigmas: Marx’s Lost Theory (Verso: London 2018).

Livres traduits en français : City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur (La Découverte, 1997, 2006) ; Génocides tropicaux : Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement (La Découverte, 2003) ; Le Pire des mondes possibles : de l’explosion urbaine au bidonville global (La Découverte, 2006) ; Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre (Allia, 2006) ; Petite Histoire de la voiture piégée : Los Angeles et l’imagination du désastre (Zones, 2006) ; Le stade Dubaï du capitalisme (Les Prairies Ordinaires, 2007) ; Paradis infernaux : Les villes hallucinées du néo-capitalisme (Les Prairies Ordinaires, 2008) ; Dead cities (Les Prairies Ordinaires, 2009) ; Soyez réalistes, demandez l’impossible (Les Prairies Ordinaires, 2012)

Published in American Herald Tribune, April 11, 2018:  https://ahtribune.com/economy/2218-mike-davis.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.120418.htm

Publicités