Dr. Melvin Goodman : « Nous n’avons évidemment rien appris de la défaite au Vietnam il y a quarante ans »

Publié le Mis à jour le

Melvin Goodman4

Dr. Melvin Goodman. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre incontournable “Whistleblower at the CIA: An Insider’s Account of the Politics of Intelligence”, vous faites un témoignage historique sur le fonctionnement interne de la communauté du renseignement américain. Quel a été l’impact de votre constat sur le monde du renseignement ? Depuis la parution de votre livre, pensez-vous qu’il y a eu des changements positifs au sein des services de renseignement ou, au contraire, les mêmes pratiques que vous dénoncez continuent-elles ?

Dr. Melvin Goodman : Depuis mon témoignage au Congrès en 1991, il y a eu une plus grande reconnaissance du problème de la politisation du renseignement. Mais mes livres de 2008 et 2017 sur la CIA n’ont pas reçu suffisamment d’attention à mon avis. De plus, la soi-disant «réforme» du renseignement après le 11 septembre n’a fait qu’empirer les choses en élargissant la militarisation du renseignement. En outre, les nominations de directeurs tels que Gina Haspel, Mike Pompeo, Gen. Petraeus, et Leon Panetta indiquent que nous avons besoin d’un président qui comprend le besoin d’un directeur de la CIA indépendant et pragmatique. Sous ces dirigeants, la CIA est beaucoup trop devenue une organisation paramilitaire.

En lisant votre livre Failure of Intelligence: The Decline and Fall of the CIA, peut-on affirmer que la CIA a échoué dans son rôle et ne pensez-vous pas que la communauté du renseignement doit être réformée ?

La CIA a en effet échoué à renforcer la capacité de mener des activités de renseignement stratégique. Une véritable réforme mettra l’accent sur le rôle de l’action secrète et de l’activité clandestine et élargira le rôle de l’analyse du renseignement et du renseignement à long terme.

Vous qui connaissez bien les questions relatives au renseignement pour être un vétéran de la CIA, que pensez-vous de la nomination à la tête de la CIA de Gina Haspel, surnommée Gina la Sanglante à cause de sa pratique de la torture, et de Mike Pompeo au Secrétariat d’État ?

Les nominations de Haspel à la CIA et de Pompeo à l’État rapprochent l’administration Trump d’un «cabinet de guerre» qui pourrait rétablir la torture et les abus ainsi qu’un recours accru à la force militaire. Aucun d’entre eux n’est qualifié pour les postes dans lesquels ils ont été nommés. Les deux vont être soumis à la critique dans le processus de nomination, et Haspel peut même être rejetée par le Sénat. Nommer John Bolton conseiller à la sécurité nationale, ne fait qu’aggraver la situation dans son ensemble.

Dans votre livre National Insecurity, The Cost of American Militarism, vous appelez à la démilitarisation de la politique américaine. Je perçois votre livre comme un manifeste contre le lobby militaro-industriel. Qu’en pensez-vous ?

Le président Eisenhower a mis en garde contre le lobby militaire-renseignement en 1961 et le problème est devenu beaucoup plus important ces dernières années. Les grandes sociétés militaro-industrielles ont trop de contrôle sur le budget militaire et le budget militaire est beaucoup trop important. L’abus de puissance militaire n’a fait que s’aggraver au vu des échecs des États-Unis en Irak et en Afghanistan au cours des 17 dernières années. Nous n’avons évidemment rien appris de la défaite au Vietnam il y a quarante ans.

Vous avez un regard à la fois pertinent et très critique envers l’actuelle administration Trump. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Ma principale préoccupation au sujet de l’administration Trump est le manque de qualifications du président et pratiquement de toutes ses nominations. La plupart des membres du cabinet ne comprennent pas les ministères et organismes dans lesquels ils ont été nommés pour les diriger. Et ceux qui sont qualifiés, comme Pruitt à l’EPA (ndlr : Agence pour la protection de l’environnement) et Zinke à l’Intérieur, sont engagés dans une gérance qui compromettra le rôle des ministères. Le manque de boussole morale pour l’ensemble de l’administration est inquiétant, et la sélection de tant d’officiers généraux ferait se retourner les Pères fondateurs dans leur tombe.

Dans l’escalade entre les Occidentaux et la Russie sur le dossier syrien, pensez-vous qu’il y ait un risque de conflit nucléaire ?

Je ne vois pas le risque d’un conflit nucléaire, bien que le président actuel des États-Unis ne comprenne pas la nature meurtrière des forces nucléaires et manque d’outils d’enquête critique pour même comprendre les questions militaires et diplomatiques critiques. Par conséquent, la Syrie demeure un sujet de préoccupation pour le conflit entre les États-Unis et la Russie ainsi que pour un conflit plus large impliquant des puissances extérieures telles que l’Iran et Israël. La situation chaotique actuelle en Syrie est la «tempête parfaite» pour un échange accidentel ou un conflit accidentel. Toute personne de bon sens ne verrait rien à gagner en Syrie, mais l’introduction d’États non arabes (par exemple, la Russie, les États-Unis, Israël, la Turquie et l’Iran) a créé une situation difficile à un moment où il n’y a pas d’hommes d’État évidents pour créer l’ordre ou la stabilité. Le «cabinet de guerre» de Trump est un problème particulier à cet égard.

Vous êtes un grand spécialiste des questions de défense et de renseignement, pourquoi, d’après vous, les Occidentaux, à leur tête les États Unis, n’ont-ils pas de volonté réelle de combattre le terrorisme ?

Comment dans le monde pouvez-vous même suggérer que les États-Unis manque de la volonté de lutter contre le terrorisme ? Depuis le 11 septembre, les États-Unis ont mené deux guerres perdues en Irak et en Afghanistan dans le cadre de la guerre mondiale contre le terrorisme. Nous avons perdu des milliers de milliards de dollars et des milliers de vies. Nous n’avons rien gagné à cause de cette perte de sang et de richesse. Malheureusement, le manque de volonté est dans la communauté arabe au Moyen-Orient, pas en Occident.

Pensez-vous que la Guerre Froide est réellement finie, surtout quand on voit le conflit larvé permanent entre les Occidentaux et la Russie ? Quel est votre avis sur l’affaire Skripal ?

Le retour de la guerre froide est une source de tristesse. Les États-Unis ont eu une excellente occasion de créer un nouvel environnement stratégique en 1991, lorsque l’Union soviétique a été dissoute. Au lieu de cela, nous avons élargi l’OTAN (une idée terrible); abrogé le Traité ABM (une autre idée terrible) et déployé une défense antimissile en Pologne et en Roumanie afin de contrer une éventuelle attaque iranienne contre l’Europe de l’Est (une absurdité). Il est temps pour un dialogue russo-américain sérieux, mais les États-Unis ont abandonné la diplomatie et Vladimir Poutine est allé trop loin en essayant d’exploiter l’élection présidentielle de 2016.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Melvin Goodman ?

Le Dr. Melvin A. Goodman est chercheur senior au Center for International Policy à Washington, DC, et professeur adjoint de relations internationales à l’Université Johns Hopkins. Il a été analyste à la Central Intelligence Agency, au Département d’État et a été professeur de sécurité internationale au National War College.

Ses livres sur la sécurité internationale incluent “A Whistleblower at the CIA: The Path of Dissent”, “National Insecurity: The Cost of American Militarism”, “Bush League Diplomacy: How the Neoconservatives are Putting the World at Risk”, “The Wars of Eduard Shevardnadze”,  “The Phantom Defense: America’s Pursuit of the Star Wars Illusion”, “The End of Superpower Conflict in the Third World” et “Gorbachev’s Retreat: The Third World.”

Il a écrit de nombreux articles et essais parus dans le New York Times, le Washington Post, le Baltimore Sun, Foreign PolicyHarper’s Magazine, le Bulletin of the Atomic Scientists, et le Foreign Service Journal. Ses apparitions à la télévision incluent le PBS Newshour, le Amy Goodman showNBC et CBS. Il a donné des conférences dans des campus universitaires partout au pays ainsi qu’à de nombreuses sections du World Affairs Council, du Council on Foreign Relations et de diverses organisations de vétérans. En 1991, il a témoigné devant le comité du renseignement du Sénat afin de bloquer la nomination de Robert M. Gates en tant que directeur de la CIA.

Published in American Herald Tribune, April 15, 2018: https://ahtribune.com/us/trump-at-war/2227-we-obviously-learned-nothing-from-war.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.170418.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dr. Melvin Goodman : « Nous n’avons évidemment rien appris de la défaite au Vietnam il y a quarante ans » »

    […] via Dr. Melvin Goodman : « Nous n’avons évidemment rien appris de la défaite au Vietnam il y a quar… […]

Les commentaires sont fermés.