Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence»

Publié le Mis à jour le

Paul-R.-Pilalr3

Dr. Paul R. Pillar. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre Intelligence and U.S. Foreign Policy, vous avez émis des critiques contre la réforme des services de renseignement américains. Pourquoi ?

Dr. Paul R. Pillar : À la suite de l’attentat terroriste du 11 septembre, l’opinion publique a manifesté un grand désir de «faire quelque chose» qui assurerait aux Américains qu’un événement horrible comme celui-ci ne se reproduirait plus. Une telle assurance semble exiger la notion d’un problème identifiable et réparable qui, une fois corrigé, signifiera que les Américains seront désormais en sécurité. Et quand nous n’avons pas de meilleures idées pour une solution, la réponse habituelle de Washington est de réorganiser. Telle était l’ambiance populaire et politique dans les années juste après le 11 septembre. La Commission du 11 septembre a réagi à cet état d’esprit en adoptant un plan de réorganisation censé améliorer le contre-terrorisme consistant à déplacer les cases de l’organigramme de la communauté du renseignement. Le résultat principal était plutôt de remuer des cases sur l’organigramme. Tout cela repose sur l’incompréhension ou la déformation à la fois des sources du terrorisme et des capacités du renseignement.

En tant que spécialiste du renseignement, considérez-vous qu’il y a eu un échec stratégique de la gestion des renseignements aux États-Unis, notamment après le 11 septembre ?

Les problèmes de gestion ont rarement été la cause principale des échecs du renseignement. De telles questions font peu pour expliquer les réussites ou les échecs du renseignement. Il est inévitable d’avoir de tels échecs, peu importe comment la partie appropriée de la bureaucratie est organisée. Cette fatalité découle de la nature de la cible du renseignement et de la tâche de renseignement, et non de tout ce qui a à voir avec la gestion du renseignement.

Quel est le regard du vétéran de la CIA que vous êtes à propos de l’évolution de ces services et ne pensez-vous pas que la nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA est une erreur politique de la part de l’administration Trump ?

Il semble que Mme Haspel obtiendra la confirmation au Sénat. Si oui, la Maison Blanche conclura probablement qu’elle n’a commis aucune erreur politique. En tant que directrice, Mme Haspel est peu susceptible d’être très médiatisée, et la controverse entourant sa nomination va probablement s’estomper rapidement. La chose la plus regrettable au sujet de son processus de confirmation est la façon dont le problème des techniques d’interrogation passées a submergé l’attention de presque tout le reste. Il n’y aura plus de torture au cours des prochaines années, que Mme Haspel devienne directrice ou non, donc ce n’est pas ce qui était en jeu. Les questions vraiment importantes concernant la conduite du directeur de la CIA au cours des deux prochaines années vont plutôt impliquer le problème de savoir comment gérer un service de renseignement sous un président qui ne montre aucun respect pour la vérité.

D’après vous, la CIA ne devrait-elle pas redevenir un service de renseignement comme tous les autres et cesser d’être un État dans l’État ?

La CIA n’est pas un État dans un État, ou quelque chose qui s’en approche. Même dans un domaine où cette agence ne se concentre pas sur la mission fondamentale de collecte et d’analyse du renseignement – la zone connue sous le nom d’action secrète – elle opère, par la Loi, uniquement sous la direction et la supervision des autorités politiques et en particulier du Président.

Votre livre Why America Misunderstands the World: National Experience and Roots of Misperception explique que les Américains ont du mal à comprendre le monde. Ne pensez-vous pas que toutes les guerres que les USA ont provoquées ne sont que les conséquences de cette incompréhension du monde ?

Elles ne sont certainement pas provoquées seulement par cela, mais les malentendus sont des contributeurs importants. Pour ne citer qu’un exemple, la Seconde Guerre mondiale a été une expérience si formatrice que les Américains ont tendance à penser que toutes les guerres dans lesquelles ils s’engagent suivront un modèle similaire en ayant une division distincte entre les bons et les méchants, et en ayant une fin claire impliquant la victoire totale pour le côté américain. Mais, comme nous l’avons découvert à notre grand regret, de nombreuses guerres dans lesquelles les États-Unis se sont engagés n’ont pas ces caractéristiques.

À votre avis, le peuple américain a-t-il un quelconque intérêt dans toutes les guerres que leurs dirigeants mènent à travers le monde ?

L’opinion publique américaine peut fonctionner de différentes manières à différents niveaux lorsqu’il s’agit de guerres étrangères. Les Américains aiment se considérer comme des gens épris de paix qui n’auront recours à la guerre que pour des raisons très fortes. Ils se lassent aussi de la guerre après des conflits qui sont longs et pas très réussis, comme les guerres au Vietnam et en Irak. Mais ils peuvent rapidement devenir agités et militants face à des adversaires particuliers, surtout s’il y a des politiciens qui jettent de l’huile sur le feu. Nous avons vu certaines de ces tendances contradictoires avec Donald Trump et comment il manipule la foule. Il a remporté de nombreux votes en 2016 en se présentant comme moins susceptible que son adversaire de s’embourber dans les guerres au Moyen-Orient. Mais aujourd’hui, il attise la haine contre l’Iran et stimule le public d’une manière qui pourrait l’inciter à soutenir une guerre contre l’Iran.

Quelle est votre analyse concernant le rapprochement entre Trump et Kim Jong-un ?

Nous devrions souhaiter bonne chance à ces dirigeants et espérer qu’ils trouvent une formule qui atténue les tensions dans la péninsule coréenne. Je suis pessimiste quant aux percées qui ont été réalisées. L’administration Trump a fixé des attentes tellement élevées en matière de dénucléarisation qu’il est difficile de voir comment le régime de Kim pourrait répondre à ces attentes. La Corée du Nord n’est pas sur le point d’abandonner sa force de dissuasion nucléaire sauf des changements radicaux dans son environnement politique et de sécurité qui vont probablement bien au-delà de tout ce que les gens de Trump planifient ou même pensent.

Dans votre article The Bolton-Pompeo Package, vous avez émis des critiques contre John Bolton, le conseiller à la Sécurité nationale. Ne pensez-vous pas que John Bolton est un personnage très dangereux ?

Il est dangereux en ce qui concerne ses opinions de fond, en ce sens qu’il n’a jamais connu une guerre qu’il n’aimait pas. Il pense toujours que même l’invasion de l’Irak en 2003 était une bonne idée, malgré les coûts énormes et l’instabilité qu’elle a engendrés. Il est également un danger en termes de méthodes – c’est particulièrement important compte tenu de son travail actuel – en ce sens qu’il essaie d’écarter ou de malmener la vérité quand elle ne correspond pas à ses préférences.

Dans votre article The Terrorism Label, vous avez évoqué la tradition d’Israël de pratiquer des attentats terroristes à l’étranger alors que c’est l’Iran, Cuba, le Hamas, etc. qui sont sur la liste des sponsors du terrorisme. À votre avis, pour quelles raisons personne ne peut dire qu’Israël est un sponsor du terrorisme ?

Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence, ainsi que de nombreux autres doubles standards pour lesquels les politiques israéliennes ne sont pas tenues pour responsables de la même manière que les politiques des autres États le seraient.

Ne pensez-vous pas que la décision de l’administration Trump de transférer l’ambassade US à Jérusalem est une aventure hasardeuse qui va déstabiliser encore plus le Moyen Orient ?

Rien de bon ne peut venir de ce déménagement, même s’il serait difficile de distinguer certains des effets de tout ce qui contribue à l’instabilité au Moyen-Orient. La décision de Trump tue tout ce qui subsisterait de la mince espérance que les États-Unis auraient pu jouer le rôle de médiateur crédible dans la recherche d’une solution au conflit israélo-palestinien.

J’ai évoqué les relations américano-saoudiennes avec Bruce Riedel, ancien de la CIA et conseiller des affaires sécuritaires du président Obama. L’héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane, a avoué que l’Arabie saoudite avait répandu le wahhabisme qui est la matrice du terrorisme. Comment expliquez-vous que les États-Unis ont pour allié le principal géniteur du terrorisme ?

Bien que la coopération entre les États-Unis et l’Arabie existe depuis longtemps et remonte à Franklin Roosevelt et Ibn Saud pendant la Seconde Guerre mondiale, la relation actuelle est mieux expliquée en termes de division rigide du monde en amis et en ennemis par l’administration Trump et à quel point le cercle d’amis est devenu de plus en plus étroit. Au Moyen-Orient, l’approche de l’administration semble être définie presque totalement en termes d’hostilité envers l’Iran. L’Arabie Saoudite obtient le traitement favorable vu maintenant, malgré la question de son exportation de l’extrémisme, parce que c’est un rival local de l’Iran.

Ne pensez-vous pas que la sortie de l’accord nucléaire iranien est une erreur stratégique de l’administration Trump?

C’est l’une des plus grandes erreurs stratégiques que Trump a fait jusqu’ici. Cet accord constituait une avancée majeure en faveur de la non-prolifération des armes nucléaires. Il a réussi à faire exactement ce qu’il était censé faire, à savoir fermer toutes les voies possibles à une arme nucléaire iranienne. Si la décision de Trump conduit, malgré les efforts actuels des autres parties à l’accord, à la mort de l’accord, cela signifie que l’Iran serait libre de développer ses activités nucléaires et nous serions de retour là où nous étions avant le début des négociations. Même si une version de l’accord sans les États-Unis survit, le mouvement de Trump a d’autres effets néfastes. Il a causé de graves dommages aux relations entre les États-Unis et l’Europe, au point de dégénérer en guerre économique. Il a discrédité les pragmatistes et renforcé les extrémistes en Iran. Il a détruit la crédibilité américaine avec l’Iran et a tué toute perspective de suivi d’accord sur les questions nucléaires ou quoi que ce soit d’autre avec Téhéran. Il a augmenté les tensions et le risque d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Paul R. Pillar ?

Le Dr. Paul R. Pillar était un senior fellow non résident du  Centre for 21st Century Security and Intelligence dans le  programme de politique étrangère à la Brookings Institution, et est un fellow principal non résident du Centre for Security Studies à l’École de service extérieur Edmund A. Walsh de l’Université de Georgetown et un contributeur dans The National Interest.

Il a pris sa retraite en 2005 après une carrière de 28 ans dans la communauté du renseignement des États-Unis, où son dernier poste était celui d’officier du renseignement national pour le Proche-Orient et l’Asie du Sud. Auparavant, il a occupé divers postes d’analyse et de gestion, notamment en tant que chef des unités analytiques de la CIA couvrant les parties du Proche-Orient, du golfe Persique et de l’Asie du Sud. Le Dr. Pillar a également servi dans le National Intelligence Council comme l’un des membres initiaux de son groupe d’analyse. Il a été assistant exécutif du directeur adjoint du renseignement de la CIA puis adjoint exécutif du directeur de la CIA, William H. Webster. Il a également dirigé le groupe d’évaluation et d’information du Centre antiterroriste de la DCI et, de 1997 à 1999, il a été chef adjoint du Centre. Il a été directeur exécutif fédéral à la Brookings Institution de 1999 à 2000.

Le Dr. Pillar a reçu une mention AB summa cum laude de Dartmouth College, un doctorat de l’Université d’Oxford, une maîtrise et un doctorat de l’Université de Princeton. Il est officier à la retraite dans la Réserve de l’armée américaine et a servi en service actif en 1971-1973, dont au Vietnam. Il est l’auteur de « Negotiating Peace: War Termination as a Bargaining Process«  (Princeton University Press, 1983); « Terrorism and U.S. Foreign Policy » (Brookings Institution Press, 2001, deuxième édition 2003); et « Intelligence and U.S. Foreign Policy: Iraq, 9/11, and Misguided Reform » (Columbia University Press, 2011).

Il tient un blog sur nationalinterest.org.

Les écrits du Dr. Pillar abordent principalement les affaires du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud, la politique étrangère et de sécurité des États-Unis et le processus d’élaboration des politiques, le contre-terrorisme et le renseignement. Il est un invité fréquent dans les débats sur des programmes tels que PBS NewsHour, The Diane Rehm Show et To The Point. Il a également témoigné en tant qu’expert dans les audiences du Congrès, y compris celles du Comité des relations étrangères du Sénat et du Comité des services aux armées. Il travaille actuellement à l’écriture d’un livre sur les racines historiques, culturelles et politiques des perceptions américaines du monde à l’étranger.

Published in American Herald Tribune, May 27, 2018:  https://ahtribune.com/us/israelgate/2278-paul-r-pillar.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.280518.htm

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence» »

    […] via Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américai… […]

Les commentaires sont fermés.