Jour: 4 juin 2018

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam: “It would have been preferable not to militarily intervene in Libya, because like in Syria, Iraq and Yemen, it has turned out to be a disaster”

Publié le Mis à jour le

Nikolaos Van Dam1

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You are a diplomat and you know very well the Middle East region where you have been Ambassador of the Netherlands in several countries. You have also been Special Envoy of the Netherlands for Syria. In your opinion, does the diplomatic and political solution still have a chance of succeeding in Syria after this bloody war?

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam: Whether or not a political solution is still possible depends on the main parties to the conflict, both Syrian and foreign, involved directly or by proxy. The aims of the warring parties are so wide apart, however, that reaching a compromise seems to be extremely difficult, if not impossible, particularly because the opposing parties actually keep preferring to eliminate one another. This provides more fertile ground for a military “solution”, which in the end, however, will not turn out to be a durable “solution” but rather a reflection of the military balance of power. Lire la suite »

Publicités

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : « Il aurait été préférable de ne pas intervenir militairement en Libye, car comme en Syrie, en Irak et au Yémen, cela s’est avéré être un désastre »

Publié le Mis à jour le

Nikolaos van-Dam-4

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un diplomate et vous connaissez très bien la région du Moyen-Orient où vous avez été ambassadeur des Pays-Bas dans plusieurs pays. Vous avez aussi été Envoyé Spécial des Pays-Bas en Syrie. D’après vous, la solution diplomatique et politique a-t-elle encore une chance d’aboutir en Syrie après cette guerre sanglante ?

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : La question de savoir si une solution politique est encore possible dépend des principales parties, syriennes et étrangères, impliquées directement ou indirectement, ou par proxy, dans le conflit. Les objectifs des parties belligérantes sont si éloignés que la conclusion d’un compromis semble extrêmement difficile, sinon impossible, notamment parce que les parties rivales continuent en réalité à préférer s’éliminer mutuellement. Cela fournit un terrain plus fertile pour une «solution» militaire, qui finalement ne se révélera pas être une «solution» durable mais plutôt un reflet de l’équilibre des forces militaires. Lire la suite »