Un 5 Juillet dans l’Algérie des Bouteflika et des Kamel « El Bouchi »

Publié le

les-Bouteflika-et-El-Bouchi-2

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

À la veille de sa fête nationale, l’Algérie n’en finit pas de vivre un cauchemar permanent. Comme je l’ai maintes fois dénoncé à longueur d’articles et de pamphlets dont le leitmotiv est la corruption, notre pauvre Algérie stagne dans le scandale quotidien. Le dernier en date a provoqué un véritable séisme politique avec le limogeage du chef de la police, le général Hamel, fidèle parmi les fidèles du clan présidentiel. Ce scandale lié à une cargaison de cocaïne interceptée par l’armée à Oran sur un navire en provenance du Brésil vient ternir l’image de l’Algérie aux yeux du monde entier. Notre pays en est réduit à subir la souillure de personnages ignobles comme ce Kamel Chikhi, dit El Bouchi, qui est un révélateur de la dimension mafieuse et pourrie du règne de Bouteflika qui a institutionnalisé la corruption qui touche toutes les sphères de la société. D’où sortent donc ces chacals qui ont construit des empires en quelques années si ce n’est dans le sillage d’Abdelaziz Bouteflika ? Aujourd’hui, les monstres générés par le règne de Bouteflika apparaissent au grand jour et portent atteinte à la souveraineté du pays et à ses institutions, à sa police et à son armée. Quand je n’arrête pas d’appeler à constituer un front interne pour sauvegarder notre pays, ou du moins ce qu’il en reste, cette énième catastrophe nous explose à la figure. Comment peut-on encore demander au peuple de faire confiance à qui que ce soit ? Je n’ai jamais cessé de dire qu’il faut ramener le citoyen à la politique, qu’il faut un nouveau souffle au pays avec ses forces vives. Que va penser le soldat algérien intègre qui, en plein désert, protège les frontières du pays de tous les périls allant du terrorisme au narcotrafic, que va penser le policier qui fait son travail honnêtement, que va penser le citoyen algérien qui vit dignement et tranquillement, que vont-ils dire en voyant ces malfrats piller et jouer avec des milliards, insultant la nation entière ? Je passe mon temps avec mes intervenants à évoquer un front mondial contre l’impérialisme, et je vois mon pays rongé de l’intérieur par la 6e colonne.

Au moment où les chiyatines et les larbins d’un régime agonisant nous exhibaient à longueur de journée la main de l’étranger, l’ennemi intérieur, le véritable ennemi de l’Algérie, magouillait dans l’ombre. Cette corruption érigée en institution intouchable caractérise le règne de Bouteflika et fait partie de son bilan catastrophique. Le régime pourri de Bouteflika a frappé le pays dans le cœur. Alors taisez-vous, vous les hérauts du 5e mandat, devant ce désastre causé par le règne de votre maître et de son harem ! Fermez-la ! Reconduire Bouteflika à un 5e mandat, c’est blanchir tous les Kamel El Bouchi et tous les corrompus qui infectent le pays, c’est cautionner le désastre politique que vit l’Algérie avec un chef de la police qui est lui-même corrompu et qui parle de propreté. Il a montré à quel point la culture de l’État est absente chez ces hyènes qui mènent l’Algérie droit dans le mur. L’affaire de la cocaïne avec ces acteurs dignes d’un roman policier glauque n’est certainement qu’une goutte dans un océan de corruption qui a dénaturé le pays, et cette étape que vit l’Algérie en ce moment ressemble à la fin de règne de Moubarak où de richissimes corrompus avaient pris toute l’Égypte en otage. L’armée qui a intercepté la cocaïne doit intercepter aussi le clan présidentiel et mettre un terme à cette mascarade qui n’a que trop duré, elle doit réparer l’erreur monumentale d’avoir placé Bouteflika au pouvoir depuis 1999. Nous voyons les conséquences de ce règne calamiteux avec des dérives incessantes et des scandales en séries. À qui s’adresse le général Hamel, dont on connaît les affaires et celles de sa famille, quand il dit que celui qui combat la corruption doit être propre ? Il a parlé comme un vulgaire quidam. S’adressant à ses comparses du pouvoir, ses propos peuvent être traduits de cette manière : « on ne peut pas combattre la corruption parce que nous sommes tous des corrompus. Nous partageons le butin ensemble depuis des années ». Aujourd’hui, l’Algérie est plus que jamais visée. Sachant que le renseignement concernant cette cargaison de cocaïne provient du NMIO (National Maritime Intelligence-integration Office) de la Navy US, un organisme américain chargé de la surveillance des océans et des mers, et sachant que la viande en provenance du Brésil était destinée à l’armée algérienne, nous sommes face à un péril et à une menace qui visent l’Algérie et son armée. Le comportement de Hamel risque de nous ramener vers une confrontation entre la police et l’armée avec ses propos et son comportement irresponsables. Les clans qui d’habitude se disputent dans l’ombre peuvent nous entraîner vers des troubles majeurs, par l’irresponsabilité et la corruption de quelques individus qui ont pris le pouvoir pour servir leurs intérêts et non ceux de la nation et qui ont cru que l’Algérie était leur propriété privée.

Il ne se passe pas un jour sans que l’on se demande ce que nous réservera demain. Et bien sûr, la lutte autour de la vache à lait va se poursuivre, les têtes tomberont, mais l’Algérie ne sortira pas victorieuse des conflits d’intérêt des clans. Bien au contraire. L’Algérie est en train de s’affaiblir et menace de s’effondrer au moment où ces prédateurs n’ont aucune vision politique à part leurs privilèges. En voyant des images et des vidéos de ce Kamel El Bouchi, je me suis demandé comment on en était arrivé à produire de tels monstres, comment un pays comme l’Algérie avait perdu tous ses repères jusqu’à devenir méconnaissable, réduite à un compte offshore, un jouet dans les mains de quelques aventuriers. Je veux pousser un cri de colère contre tous les usurpateurs et les scélérats qui ont fait de l’Algérie ce qu’elle est aujourd’hui. J’ai le droit de pousser ce cri bien que ces derniers temps j’ai préféré consacrer mon temps à interviewer des gens intelligents et engagés dans des causes justes qui valent la peine d’être défendues et qui échappent aux grilles de lecture des malfrats et beggaras qui polluent mon pays. Quand je vois ces gens qui défendent des causes ou les intérêts de leur pays, je me demande : qui défend les intérêts de l’Algérie, la vache des orphelins ? Cette dernière affaire dépasse tout entendement. Je ne rejoins pas les supputations et les « analysettes » de certains qui essaient de faire le buzz en se prétendant des sources autorisées, alors que dans la réalité ils ne savent rien. Tout le monde est devenu expert militaire sourcé bien que dans cette affaire, les coupables sont multiples et bien connus : Bouteflika et son entourage qui dirigent le pays illégalement. Et la victime n’est autre que l’Algérie. Ceux qui font de la retape pour un 5e mandat veulent juste préserver leurs intérêts et perpétuer cette gouvernance mafieuse. Vous les pourris qui dirigez l’Algérie, vous Abdelaziz Bouteflika, vous Saïd Bouteflika, vous Ali Haddad, vous Abdelghani Hamel, et consorts, vous êtes les principaux coupables de cette sordide affaire. Vous avez porté atteinte à l’honneur de notre patrie. Nos martyrs ont libéré l’Algérie avec leur sang et nous ont donné un pays, vous êtes en train de le perdre, vous et vos rejetons. Qui va vous croire maintenant ? Où est la crédibilité de l’État ? Allez-vous nous dire à présent que vous allez combattre la corruption au cours de ce 5e mandat ? Nos martyrs sont-ils morts pour qu’une jet set immorale et rongée par le vice, aux allures de nouveau colon, s’empare du pays ? Avez-vous sauvegardé le serment de la Révolution ? La réponse est non ! Vous avez trahi le serment des martyrs pour remplir vos panses et celles de vos enfants.

L’heure est très grave et l’Algérie est plus que jamais menacée de l’intérieur par ces forces de l’argent sale que je combats depuis longtemps et que je ne cesserai jamais de combattre. Sachant que cette affaire est très grave et qu’elle porte atteinte à la souveraineté d’un pays, nous ne voulons pas voir tomber des lampistes, nous voulons voir tomber les têtes, les vraies, celles des vrais responsables. La justice de Bouteflika n’étant pas indépendante, nous voulons que le régime pourri quitte le pouvoir immédiatement, car cette affaire implique directement Bouteflika et ses proches. Je rappelle que c’est Bouteflika qui a nommé Hamel. Ceux qui veulent un 5e mandat reconduiront cet échec et ce désastre. Je n’arrête pas de faire appel aux forces vives de la nation, notamment dans l’armée, pour un sursaut patriotique pour la sauvegarde de ce pauvre pays qui a vécu l’enfer avec ces « dirigeants » de pacotille, ces corrompus, ces malfaisants. Nous ne sommes pas immunisés contre une intervention étrangère due aux méfaits des ces clans infects, c’est pour cela qu’il faut passer immédiatement à autre chose et cette autre chose ne peut être que dégager tout ce régime dans son entièreté, passer par une période de transition pour stabiliser le pays et sauvegarder ce qu’il reste de propre, réparer les dégâts, mettre l’Algérie sur de bons rails, sortir immédiatement d’une configuration clanique et tribale qui se base sur un régionalisme obsolète et aller vers un État de droit et une 2e République. Pour ce pays malheureux qui n’a vécu que des malheurs, il est temps de fermer la parenthèse Bouteflika et, je le répète une fois de plus, un 5e mandat verra l’enterrement de l’Algérie. Les fossoyeurs de l’Algérie doivent impérativement être neutralisés. Le combat d’aujourd’hui doit être mené contre l’ennemi intérieur symbolisé par les forces de l’argent sale qui ont réussi à infiltrer différents services de l’État. C’est une question de vie ou de mort qui, au pire, peut entraîner l’effondrement de l’Algérie (à Dieu ne plaise), avec toutes les conséquences désastreuses que cela provoquerait sur tout le bassin méditerranéen et toute l’Europe, voire du monde, dans un effet de domino. La neutralisation de la 6e colonne est un devoir patriotique, et marquera la deuxième naissance de la République algérienne.

Mohsen Abdelmoumen

Publicités