Mois: août 2018

Dr. Frederick B. Mills: “The US seeks to rehabilitate the Monroe Doctrine and thereby Impose the neoliberal regime throughout the region as well as counter growing Chinese and Russian influence.”

Publié le Mis à jour le

Frederick-Mills1

Dr. Frederick B. Mills. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Can you explain to our readers what the concept of philosophy of liberation is?

Dr. Frederick B. Mills: The philosophy of liberation movement, which has its origins in the late 1960’s in Latin America and the Caribbean, emerged through a critical examination of the influence of Western philosophy on Latin American philosophy and science. This was felt, by its forerunners, who were asking whether there was a particularly Latin American philosophy, to be a necessary step in advancing a liberatory philosophical project. Such a critique involves exposing the myth of modernity. This myth is a Eurocentric worldview deployed during the conquest and colonization of Amerindia to justify the subjugation of Africans and the Original peoples of the Americas. Lire la suite »

Publicités

Dr. Frederick B. Mills: « Estados Unidos busca rehabilitar la doctrina Monroe y así imponer el régimen neoliberal en toda la región y contrarrestar la creciente influencia de China y Rusia. »

Publié le Mis à jour le

Frederick-B.-Mills1

Dr. Frederick B. Mills. DR

Mohsen Abdelmoumen: ¿Puede explicarles a nuestros lectores cuál es el concepto: filosofía de la liberación?

Dr. Frederick B. Mills: El movimiento de la filosofía de la liberación, que se remonta a fines de la década de 1960 en América Latina y el Caribe, nació de un examen crítico de la influencia de la filosofía occidental en la filosofía y la ciencia latinoamericanas. Esto lo sintieron sus precursores, que se preguntaron si existía una filosofía particularmente latinoamericana, como un paso necesario para avanzar en un proyecto filosófico liberador. Tal crítica consiste en exponer el mito de la modernidad. Este mito es una visión del mundo eurocéntrico desplegado durante la conquista y colonización de la amerindia para justificar el sometimiento de africanos y pueblos de origen de las Américas. Lire la suite »

Dr. Frederick B. Mills : « Les États-Unis cherchent à réhabiliter la doctrine de Monroe et à imposer ainsi le régime néolibéral dans toute la région, et à contrer l’influence croissante de la Chine et de la Russie. »

Publié le Mis à jour le

Frederick-B.-Mills1

Dr. Frederick B. Mills. DR.

English version here

Versión en español aquí

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est le concept : philosophie de la libération ?

Dr. Frederick B. Mills : Le mouvement philosophie de la libération, qui remonte à la fin des années 1960 en Amérique latine et dans les Caraïbes, est né d’un examen critique de l’influence de la philosophie occidentale sur la philosophie et la science latino-américaines. Cela a été ressenti par ses précurseurs, qui se demandaient s’il existait une philosophie particulièrement latino-américaine, comme une étape nécessaire pour faire avancer un projet philosophique libérateur. Une telle critique consiste à mettre à nu le mythe de la modernité. Ce mythe est une vision du monde eurocentrique déployée pendant la conquête et la colonisation de l’Amérindia pour justifier l’assujettissement des Africains et des peuples d’origine des Amériques. Lire la suite »

Prof. Robert Jensen: “There clearly is no decent human future possible in capitalism”

Publié le Mis à jour le

robert jensen 2

Prof. Robert Jensen. DR.

Mohsen Abdelmoumen: How do you explain the silence of Western media and governments regarding the massacre of the people of Yemen by the coalition led by Saudi Arabia, strategic ally of the US?

Prof. Robert Jensen: I am not an expert on the war in Yemen, but it is clear that the Saudi-led coalition has used tactics that have caused widespread civilian suffering. The US media have not completely avoided the story but also have not focused on those humanitarian disasters in the same way they would if the forces responsible were US enemies. This is a longstanding pattern, what Ed Herman and Noam Chomsky called the distinction between “worthy” and “unworthy” victims, depending on who is doing the killing. It’s one way we see that an allegedly “objective” US news media tends to fall in line behind US foreign policy.  Lire la suite »

Prof. Robert Jensen : « Il n’y a clairement pas d’avenir humain décent possible dans le capitalisme »

Publié le Mis à jour le

Robert-Jensen5

Prof. Robert Jensen. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous le silence des médias et des gouvernements occidentaux face au massacre du peuple du Yémen par la coalition menée par l’Arabie saoudite, alliée stratégique des USA ?

Prof. Robert Jensen : Je ne suis pas un expert de la guerre au Yémen, mais il est clair que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a eu recours à des tactiques qui ont causé de nombreuses souffrances aux civils. Les médias US n’ont pas complètement évité l’histoire mais ne se sont pas aussi concentrés sur ces catastrophes humanitaires qu’ils le feraient si les forces responsables étaient des ennemis des Américains. C’est un schéma ancien, ce qu’Ed. Herman et Noam Chomsky ont appelé la distinction entre les victimes « dignes » et « indignes », selon qui commet le meurtre. C’est une façon de voir qu’un média américain prétendument « objectif » tend à s’aligner sur la politique étrangère américaine. Lire la suite »

Dr. Abderrahmane Mebtoul: “Algeria still faces significant challenges”

Publié le Mis à jour le

a.mebtoul3

Dr. Abderrahmane Mebtoul. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What is today the equilibrium threshold, the price of a barrel that allows Algeria to not draw from its foreign currency reserves, but to reconstitute them?

Dr. Abderrahmane Mebtoul: Foreign exchange reserves come mainly from hydrocarbons exports (98% with derivatives) whose average price per barrel of Algerian oil went from $ 112 in June 2014 to $ 45 average annual 2016 to $ 53.97 in 2017. They evolved as follows: $ 162.2 billion in 2010, 182 in 2011, 190 in 2012, 194 in 2013, 180 in 2014, 144 in 2015, 114 in 2016, and $ 96 billion (excluding SDRs) at the end of 2017 and excluding gold reserves, Algeria owning 173 tons of a worth, at the current price, of about 7 billion dollars and, according to the IMF in its report of July 20, 2018, which is likely to end at $ 12-13 billion at the end of 2022 with a very strong economic recession. Lire la suite »

Dr. Abderrahmane Mebtoul : « L’Algérie reste confrontée à des défis importants »

Publié le Mis à jour le

A. Mebtoul1

Dr. Abderrahmane Mebtoul. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quel est, aujourd’hui, le seuil d’équilibre, le prix du baril qui permet à l’Algérie de ne plus puiser dans ses réserves de devises, mais de les reconstituer ? (Quel serait aujourd’hui le prix du baril qui permettrait à l’Algérie…)

Dr. Abderrahmane Mebtoul : Les  réserves de change proviennent essentiellement des exportations des hydrocarbures (98% avec les dérivés) dont le  prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 112 dollars juin 2014 à 45 dollars moyenne annuelle  2016 à 53,97 dollars en 2017. Elles ont évolué ainsi : 162,2 milliards de dollars en 2010, 182 en 2011, 190 en 2012, 194 en 2013, 180 en 2014, 144 en 2015, 114 en 2016 et 96 milliards de dollars (hors DTS) fin 2017 et hors réserves d’or, l’Algérie possédant 173 tonnes d’une valeur, au cours de l’once actuel, d’environ 7 milliards de dollars et, selon le FMI dans son rapport du 20 juillet 2018, qui risque de terminer à 12/13 milliards de dollars fin 2022 avec une très forte récession économique. Lire la suite »