Mois: octobre 2018

Dr. Anthony DiMaggio: “There is a strong need for an anti-imperialist movement”

Publié le

Anthony-DiMaggio-1

Dr. Anthony DiMaggio. DR.

Mohsen Abdelmoumen:  In your book When Media Goes to War: Hegemonic Discourse, Public Opinion, and the Limits of Dissent, you make a very relevant statement about the role of the media as an imperialist tool of propaganda. In your opinion, does the empire need media that inform or just needs media that spread its propaganda?

Dr. Anthony DiMaggio: The goal of an efficiently functioning propaganda system is to both inform and indoctrinate audiences. People should believe they are learning things about the world for this system to flourish. But such learning occurs in a very truncated, narrow way, in which viewpoints from peoples across the world are downplayed or ignored, and U.S. governmental official voices are highlighted and celebrated as the “legitimate” newsmakers and drivers of foreign policy. Lire la suite »

Publicités

Dr. Anthony DiMaggio : «Il y a un besoin très fort d’un mouvement anti-impérialiste.»

Publié le Mis à jour le

Anthony DiMaggio2

Dr. Anthony DiMaggio. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre When Media Goes to War: Hegemonic Discourse, Public Opinion, and the Limits of Dissent, vous faites un constat très pertinent sur le rôle des medias qui se transforment en outil impérialiste de propagande. D’après vous, l’empire a-t-il besoin de médias qui informent ou a-t-il juste besoin de médias qui diffusent sa propagande ?

Dr. Anthony DiMaggio : Le but d’un système de propagande efficace est à la fois d’informer et d’endormir le public. Les gens devraient croire qu’ils apprennent des choses sur le monde pour que ce système prospère. Mais un tel apprentissage se produit d’une manière très tronquée et étroite, dans laquelle les points de vue des peuples à travers le monde sont minimisés ou ignorés, et les voix officielles du gouvernement américain sont mis en évidence et célébrés en tant qu’informateurs «légitimes» et conducteurs de la politique étrangère. Lire la suite »

Dr. Saïd Bouamama: “Bouteflika symbolizes the freezing of several trends and it does not make it possible to build anything.”

Publié le Mis à jour le

Fanon said: « pay attention to the emergence of business managers of the West in the new independent countries »

Said-Bouamama2

Dr. Saïd Bouamama. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What is your reading of the geopolitical situation that prevails in Syria at the moment?

Dr. Saïd Bouamama: The situation in Syria is at first a situation of failure of imperialism. In fact, what is happening in Syria has been an attempt to destabilize the Syrian state by supporting jihadist groups. We think what we want from Bashar al-Assad’s regime, but he has made a great service to mankind by stopping this destabilization and this attempt to balkanize Syria. Because in reality, it is a balkanization. If we look at all the last wars, what I call the new colonial wars, what is left? Iraq is cut in pieces, Afghanistan is a complete chaos, in Somalia it is the slaughter, and Sudan is cut in two. Lire la suite »

Dr. Saïd Bouamama : «Bouteflika symbolise le gel de plusieurs tendances et ça ne permet pas de construire quoi que ce soit.»

Publié le Mis à jour le

Fanon disait : « attention à l’émergence de gérants d’affaires de l’Occident dans les nouveaux pays indépendants »

Said-Bouamama3

Dr. Saïd Bouamama. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre lecture de la situation géopolitique qui prévaut en Syrie en ce moment ?

Dr. Saïd Bouamama : La situation en Syrie est d’abord une situation d’échec de l’impérialisme. En réalité, ce qui se passe en Syrie a été une tentative de déstabiliser l’État syrien en appuyant des groupes djihadistes. On pense ce qu’on veut du régime de Bachar el Assad, mais il a rendu un grand service à l’humanité en arrêtant cette déstabilisation et cette tentative de balkaniser la Syrie. Parce qu’en réalité, il s’agit de balkanisation. Si l’on regarde toutes les dernières guerres, ce que j’appelle les nouvelles guerres coloniales, que reste-t-il ? L’Irak est coupé en morceaux, l’Afghanistan est un chaos complet, en Somalie c’est l’hécatombe, et le Soudan est coupé en deux. Lire la suite »