Dr. Charles McKelvey : «Le Venezuela est une menace pour le système néocolonial mondial».

Publié le Mis à jour le

Charles-McKelvey

Dr. Charles McKelvey. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit un livre très pertinent et important pour comprendre la révolution cubaine : The Evolution and Significance of the Cuban Revolution. À la lumière de votre livre, peut-on dire que la révolution cubaine a été très importante pour l’émancipation non seulement du peuple cubain mais de tous les peuples d’Amérique latine ?

Dr. Charles McKelvey : Je considère la révolution cubaine comme une révolution paradigmatique du tiers monde. Elle a le caractère double qui a essentiellement défini les mouvements et les révolutions du tiers monde : (1) une révolution anti-coloniale/néocoloniale qui cherche à libérer la nation de la domination impérialiste étrangère, et (2) une révolution de libération sociale, cherchant la transformation des institutions économiques, politiques et culturelles capitalistes. En outre, il s’agit d’une révolution du tiers monde avancée qui est le fruit de plusieurs facteurs : le caractère avancé des mouvements anti-impérialistes latino-américains en général, résultant du fait que le colonialisme européen moderne et l’impérialisme américain sont arrivés tôt en Amérique latine; la présence d’une petite bourgeoisie radicalisée, en raison des conséquences négatives de la république néocoloniale de Cuba pour la classe moyenne ; et la présence de leaders charismatiques dotés d’une capacité exceptionnelle de compréhension, d’analyse et de leadership, notamment Martí dans les années 1890, Mella dans les années 1920, Guiteras dans les années 1930 et Fidel depuis les années 1950 jusqu’au début du XXIe siècle.

Je consacre environ la moitié de l’ouvrage au système mondial en cherchant à décrire le développement historique des structures mondiales de domination coloniale et néocoloniale. En plaçant la révolution cubaine dans un contexte historique et mondial, mon intention est de montrer que la révolution cubaine est une réponse intelligente et morale aux structures de domination systémiques mondiales et à la crise structurelle durable du système mondial, et mon intention est de montrer que la révolution cubaine est pleinement compatible avec les modèles généraux de révolution que les peuples colonisés ont forgés. En conséquence, la Révolution cubaine illustre la révolution des néo-colonisés et sert en même temps d’exemple inspirant et pratique aux peuples néo-colonisés de l’Amérique latine et du tiers monde.

La révolution cubaine revêt donc une importance capitale. C’est une expression avancée de la réponse du tiers monde au colonialisme, une réponse à la fois politique et morale ainsi qu’historique et scientifique. Et c’est une réponse qui provient d’en bas, des colonisés, indiquant à l’humanité le chemin vers un système mondial nécessaire plus juste et durable. De plus, Cuba et le tiers monde font cette déclaration, en paroles et en actes, en théorie et en pratique, à un moment où l’élite mondiale se tourne de plus en plus vers la sauvagerie.

Cette situation mondiale actuelle, définie par la barbarie d’en haut contre la dignité et la moralité d’en bas, appelle les peuples relativement privilégiés du Nord à un réveil de la conscience historique et mondiale. Et elle appelle les peuples du Nord à l’action politique, non seulement sous la forme de protestations et d’exigences, mais sous la forme d’une tentative de prise de pouvoir politique, afin que les délégués du peuple puissent remplacer les politiques impérialistes par des politiques de coopération Nord-Sud, comme le Sud global l’a exigé depuis un demi-siècle.

J’écris donc sur les révolutions cubaine et du tiers monde aux peuples du Nord, en particulier au peuple des États-Unis. Le rôle de l’intellectuel révolutionnaire est d’apprendre de ce que font les révolutions dans la pratique et d’éduquer le peuple sur les connaissances acquises en écoutant et en interprétant les dirigeants révolutionnaires. Un tel travail intellectuel fait partie intégrante de la pratique révolutionnaire, car une compréhension bien développée est le fondement d’une méthode politique intelligente et efficace. En ce qui concerne les révolutions cubaine et du tiers monde, la leçon la plus importante que nous apprenons est que la prise du pouvoir politique par le peuple est possible. Cela peut se faire lorsque les dirigeants développent une compréhension historiquement et scientifiquement éclairée, lorsqu’ils sont attentifs à une analyse intelligente des stratégies politiques, lorsqu’ils sont reliés aux gens et élaborent des plates-formes qui répondent aux soucis des gens, lorsqu’ils se consacrent à l’éducation et à l’organisation du peuple sur le long terme et quand ils ont un engagement de sacrifice vis-à-vis de la nation, des droits et des besoins du peuple et des autres valeurs humaines universelles. Je crois que ce sont des leçons enracinées dans la pensée et la pratique révolutionnaires que les peuples du tiers monde peuvent enseigner aux peuples du Nord.

La révolution cubaine qui s’est inspirée de la révolution algérienne a-t-elle atteint son objectif de libérer la classe laborieuse de la domination capitaliste et impérialiste ? D’après vous, que ce soit dans la révolution algérienne ou cubaine, le long processus de libération est-il achevé ?

La Révolution cubaine a pour la plupart atteint ses objectifs. Mais j’utiliserais une terminologie quelque peu différente. Je dirais que la Révolution a en grande partie libéré la nation de la domination néocoloniale et le peuple de l’exploitation capitaliste. Le concept de la classe ouvrière en tant que sujet révolutionnaire est enraciné dans le travail intellectuel révolutionnaire d’une importance capitale de Marx, qui écrivait à une époque et dans un lieu où l’évidence empirique indiquait le rôle central des travailleurs dans le processus révolutionnaire. Cependant, les révolutions subséquentes en Russie, en Chine et dans le tiers monde ont montré une compréhension théorique différente, dans laquelle nous voyons que les peuples néocolonisés du monde constituent le sujet révolutionnaire dans la révolution populaire et socialiste mondiale en constante évolution.

L’accent mis sur la classe ouvrière est politiquement problématique dans le monde d’aujourd’hui. Le mot «travailleur» est ambigu. Il peut être utilisé au sens large pour inclure les médecins, les avocats, les professeurs d’université, les petits commerçants et les gens d’affaires. Mais cela peut aussi être compris dans le sens plus restreint de travailleur industriel ou de travailleur manuel, et par conséquent, certaines personnes ne se considèrent pas comme des travailleurs. Lorsque nous appelons les travailleurs au mouvement social ou à la révolution, de nombreuses personnes de la classe moyenne pensent qu’elles sont exclues. Et elles ne devraient pas être exclues, car elles sont nécessaires. Dans le cas de Cuba, par exemple, l’aile radicale de la petite bourgeoisie a joué un rôle crucial dans le triomphe révolutionnaire, et beaucoup ont fait des sacrifices héroïques. En même temps, il y a des personnes qui appartiennent à des secteurs de la population qui ne se définissent pas principalement comme des travailleurs : les Noirs, les minorités ethniques, les femmes et les écologistes. Toutes les classes populaires et tous les secteurs sociaux doivent être appelés à la révolution, à l’exception des moins de 1% qui appartiennent à la classe capitaliste. Quand Fidel a appelé le peuple à la révolution en 1953, il n’a pas invoqué la classe ouvrière mais le « peuple », et il a décrit les différentes composantes du peuple et les diverses façons dont elles sont maltraitées et exploitées par les structures existantes de domination.  C’est un bon exemple pour nous.

Je voudrais aussi mentionner le mot « nation ». Dans les révolutions du tiers monde, la nation est le concept central et le point de ralliement. Les grands révolutionnaires du tiers monde et de la Chine ont tous été de grands patriotes, défendant la dignité de la nation contre la domination et l’ingérence étrangères. Mais leur patriotisme est différent du patriotisme en Europe ou aux États-Unis, parce qu’il n’est ni ethnocentrique ni arrogant ; il est internationaliste, il envisage la coopération de toutes les nations et la solidarité de tous les peuples, dans le respect des nations et des peuples.

Je dis cependant que la révolution cubaine a libéré en grande partie la nation et le peuple. Dans le contexte d’un système mondial néocolonial et d’une économie mondiale capitaliste, aucune nation ne peut atteindre pleinement la libération de son peuple. Les sanctions imposées à Cuba pour avoir insisté sur sa souveraineté ont pour conséquence que le peuple doit endurer l’absence de certains besoins matériels. En outre, la diffusion de fausses idées consuméristes dans le monde entier a un effet sur la conscience du peuple cubain, malgré l’effort soutenu de la Révolution pour éduquer le peuple aux valeurs socialistes alternatives. À Cuba, une avant-garde révolutionnaire s’est forgée, mais un peuple révolutionnaire est toujours en formation, bien que les peuples encore imparfaits comprennent assez bien qu’ils lient leur sort à la Révolution socialiste et contre le capitalisme et l’impérialisme.

Cela signifie que la libération des peuples est un processus long et mondial, et qu’il est loin d’être terminé. Comme Fidel l’a enseigné, le destin final de la révolution cubaine dépend de l’orientation du monde. Les révolutions populaires et socialistes se produisent au niveau de la nation, impliquant des efforts des organisations et des partis du peuple pour prendre le pouvoir politique dans la nation. Quand les révolutions socialistes prennent le pouvoir ou une partie du pouvoir, elles tombent parfois, et elles se maintiennent parfois pour une longue période. À l’heure actuelle, sept ou huit gouvernements dans le monde se déclarent socialistes, tous du tiers monde plus la Chine; et il y a divers autres gouvernements qui sont alliés avec eux. Dans la pratique, ces pays développent une coopération Sud-Sud en cherchant à développer un commerce mutuellement bénéfique, et ils formulent des principes alternatifs pour l’orientation du système mondial. Il s’agit là d’un progrès considérable et important. Cependant, la révolution socialiste mondiale a besoin de plus de triomphes dans un plus grand nombre de nations, afin qu’elles puissent travailler ensemble à l’élaboration de normes internationales qui respectent la pleine souveraineté des nations, y compris leur droit à décider pour le socialisme. Leurs efforts consisteraient notamment à exiger et à faire pression constamment sur les puissances capitalistes pour qu’elles procèdent aux réformes structurelles nécessaires du système mondial. Pour illustrer cette approche des affaires internationales, Cuba travaille activement avec d’autres pays et avec des organisations internationales à l’élaboration de normes et de structures internationales alternatives qui respectent la souveraineté pleine et égale de toutes les nations et l’autodétermination des peuples.

Vous avez écrit The African-American Movement: From Pan-Africanism to the Rainbow Coalition et vous avez été très engagé dans le mouvement pour les droits civiques lorsque vous étiez étudiant, vous avez été notamment délégué de Jessie Jackson à la Convention démocrate nationale en 1988. Que reste-t-il de ces grands mouvements très importants que sont le panafricanisme et les droits civiques, surtout avec l’émergence aujourd’hui de l’extrême-droite et des suprématistes blancs aux États-Unis ?

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, j’étais un jeune étudiant qui cherchait à comprendre les problèmes sociaux qui agitaient le peuple des États-Unis, et ma quête a mené à des liens avec les mouvements étudiants anti-guerre et du Black Power. Aux États-Unis, le mouvement étudiant s’est désintégré dans les années 1970, victime de sa compréhension limitée, de ses erreurs tactiques et de ses divisions. Surtout, il n’a pas su tirer la leçon la plus importante de la guerre du Vietnam, à savoir que la lutte vietnamienne était une lutte anticoloniale, défendant les droits souverains des nations contre les pouvoirs coloniaux et néocoloniaux. Et la plupart n’ont pas appris que la guerre reflétait une tendance générale et qu’il ne s’agissait pas simplement d’une erreur de jugement du gouvernement des États-Unis dans le cas du Vietnam. Même si la guerre du Vietnam a fourni un contexte pour poser des questions et tirer des leçons sur le caractère fondamentalement impérialiste et antidémocratique de la politique étrangère américaine, et même s’il y avait un courant de pensée anti-impérialiste dans le mouvement étudiant anti-guerre, le mouvement en général n’était pas capable d’apprendre systématiquement de telles leçons et de les enseigner au peuple. Il n’a pas réussi à former un mouvement étudiant ou un mouvement anti-impérialiste populaire, présentant une politique étrangère alternative au peuple, comme une dimension constante du débat public américain.

Le mouvement du Black Power a été réprimé au début des années 1970, les dirigeants des organisations nationalistes noires étant tués, emprisonnés ou en exil. Utilisant les acquis de l’ère des droits civiques, le mouvement noir s’est par la suite installé dans une participation politique idéologiquement modérée et réformiste. Depuis les années 1980, un cadre de référence antiraciste est apparu, axé sur les formes de survie du racisme blanc dans la société américaine et dans le monde. Même s’il est vrai, le cadre antiraciste est limité. Une plus grande attention devrait être accordée : à la formation d’une coalition populaire multiraciale et multiculturelle qui cherche à protéger les droits sociaux et économiques de tous ; au développement économique de la communauté noire ; et à une transformation du système mondial néocolonial et au développement d’une politique étrangère anti-impérialiste de coopération Nord-Sud. C’étaient les propositions fondamentales de Malcolm X, du Dr. Martin Luther King, Jr. et du mouvement du Black Power dans les années 1960, et elles ont été reprises dans les campagnes présidentielles du révérend Jesse Jackson dans les années 1980.

J’étais un enseignant en Caroline du Sud dans les années 1980 et j’ai eu l’honneur d’être choisi par les délégués de l’État de Caroline du Sud comme délégué de Jackson à la Convention démocratique nationale de 1988. Le révérend Jackson a parlé de la nécessité de développer la Rainbow Coalition en tant qu’organisation de masse au niveau national, et nous, les délégués Jackson de la Caroline du Sud, nous nous sommes réunis à diverses occasions pour tenter de la développer dans notre État. Mais nous n’avons pas réussi à faire avancer cet effort et nous n’avons pas réussi à faire de la Rainbow Coalition un organisme de masse qui éduque constamment la population et participe au débat public.

Selon vous, que reste-t-il de la gauche américaine ? Où est passé le grand mouvement ouvrier qu’ont connu les États-Unis ?

Le mouvement ouvrier aux États-Unis a été récupéré grâce à des compensations matérielles, rendues possibles par la surexploitation de vastes régions de la planète et par des dépenses déficitaires. Le processus de récupération a été facilité par une longue histoire de répression des dirigeants ouvriers les plus radicaux. Le processus de récupération a atteint ses limites dans les années 1970, avec la conquête des peuples de la terre géographiquement et écologiquement surexploitée, avec les peuples du monde dans un mouvement anti-systémique, avec un déficit public trop important, l’économie étant en proie à l’inflation et à la stagnation, et les États-Unis en net déclin au niveau de la production et du commerce. À cette époque, il manquait au mouvement ouvrier une aile radicale, héritage de décennies de réformisme et de répression, et il a été écarté des courants de pensée radicaux représentés par le Black Power et des mouvements étudiants contre la guerre, à la suite du grand changement culturel de la fin des années soixante. Dans ces conditions, le mouvement ouvrier n’a pas été en mesure de répondre efficacement au virage néolibéral de l’après-1980.

Avec la récupération du mouvement ouvrier, la désintégration du mouvement étudiant anti-guerre, le virage antiraciste limité du mouvement noir après 1972 (à l’exception des candidatures présidentielles de Jesse Jackson), la gauche n’a pas été préparée à relever les défis de la période post-1980. Les Noirs, les femmes et les écologistes se sont concentrés sur leurs problèmes particuliers. Les progressistes en général ont sauté d’une cause à l’autre. En effet, la gauche est fragmentée et confuse. Elle n’a pas réussi à développer une analyse historique, globale et complète des problèmes auxquels la nation et le monde sont confrontés, avec des propositions spécifiques qui répondent aux besoins et aux préoccupations des gens.

Comment expliquez-vous la montée de l’extrême-droite aux États-Unis et en Amérique latine?

En raison de sa confusion et de sa fragmentation, la gauche américaine n’a pas été en mesure de formuler un récit alternatif sur la nation. Un tel récit alternatif reconnaîtrait les réalisations et les acquis de la Révolution américaine : la mise en place d’une république moderne et indépendante, mais dotée d’une démocratie représentative bourgeoise, qui limite la portée des droits démocratiques et exclut de nombreuses personnes de l’exercice de ces droits. Sur cette base, un récit alternatif pourrait se rattacher aux grands mouvements populaires des travailleurs, des Noirs et des femmes, qui ont cherché à approfondir et à élargir la théorie et la pratique révolutionnaires américaines de la démocratie. Tel est l’héritage que la gauche doit aujourd’hui revendiquer, le reformuler mondialement et projeter une vision d’une nation démocratique participant au développement d’un système mondial plus juste, démocratique et durable.

Avec l’incapacité de la gauche à formuler un récit cohérent qui se nourrit des sentiments de notre peuple, les inquiétudes de ce dernier s’aggravent, alimentées par des insécurités économiques et professionnelles ainsi que par un monde caractérisé par de multiples manifestations de violence et de criminalité et par une migration internationale incontrôlée. Les gens n’ont pas été sensibilisés aux causes de ces problèmes, mais ils ont suffisamment de bon sens pour comprendre que le gouvernement et les puissants ne s’intéressent pas à eux. Dans ces conditions, le peuple est vulnérable aux discours de la droite qui prône une nouvelle forme de nationalisme. Les gens n’ont pas un intérêt objectif dans le programme néonationaliste de Trump, mais la rhétorique néonationaliste touche les émotions des gens. Le néolibéralisme d’Obama et des Clinton ne répond que superficiellement aux besoins du peuple, et il est de plus en plus discrédité. La social-démocratie de Bernie Sanders et d’autres membres de l’aile progressiste du Parti démocrate répond davantage aux besoins du peuple, mais il lui manque une compréhension globale et historique des défis auxquels le pays est confronté, ce qui est dans une certaine mesure ressenti par le peuple. Une proposition de la gauche, enracinée dans une analyse globale, historique, scientifique et globale, et capable de délégitimer le néonationalisme devant le peuple, n’est pas présente.

Les forces de la droite néolibérale et impérialiste et de l’ultra-droite néolibérale et néonationaliste ont pris le pouvoir politique en Argentine, en Équateur et au Brésil, ce qui représente un revers important pour la gauche latino-américaine, qui a enregistré des gains significatifs au cours des vingt dernières années. Ces acquis de la droite ont toutefois été obtenus grâce à la tromperie et à la corruption, et le peuple a rejeté son programme, maintenant qu’il est devenu manifeste. Les avancées de la droite ont été complètement différentes de celles de la gauche, qui ont été obtenues sur la base d’une analyse historique et scientifique de la situation politico-économique et culturelle de l’Amérique latine, et avec la proclamation claire et la mise en œuvre ultérieure d’un programme pour défendre la Nation et le peuple. Par conséquent, je ne considère pas les progrès récents de la droite en Amérique latine comme durables, malgré le fait que les États-Unis continueront à soutenir la droite et à attaquer la gauche en Amérique latine.

Comment analysez-vous l’offensive impérialiste US qui vise le Venezuela ?

Le Venezuela est une menace pour le système néocolonial mondial. Il cherche une voie indépendante de développement économique autonome, laissant derrière lui le rôle périphérique qui lui avait été assigné, à savoir créer des capitaux pour le Nord par le biais de son industrie pétrolière sous contrôle étranger, fournir du pétrole aux sociétés de consommation du Nord et acheter les produits manufacturés excédentaires du Nord. La recherche par le Venezuela d’une route autonome est incompatible avec le système néocolonial mondial, qui exige la subordination des nations prétendant être indépendantes. Le Venezuela revêt une importance particulière en raison de son rôle sous la direction d’Hugo Chávez dans la construction de l’unité et de l’intégration de l’Amérique latine en opposition à la pénétration néocoloniale et impérialiste des États-Unis.

On remarque une offensive US dans de nombreux pays d’Amérique latine comme le Nicaragua, le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Equateur, etc. D’après vous, les États-Unis continuent-ils leurs opérations noires menées par la CIA pour déstabiliser des mouvements de gauche en Amérique latine ?

Nous ne pouvons jamais être certains du rôle de la CIA, mais la politique américaine est certainement de déstabiliser les gouvernements de gauche en Amérique latine et de décourager les mouvements de gauche. L’administration Trump a récemment défini le Venezuela, Cuba et le Nicaragua comme une « troïka du mal », et elle a intensifié ses agressions contre eux. C’est en effet conforme à la logique néocoloniale et impérialiste, car les trois nations, à la recherche d’une voie autonome et socialiste, remettent en question le système néocolonial mondial et les objectifs impérialistes des États-Unis. Bien qu’elle ne fasse pas partie de la troïka, la Bolivie cherche également une route indépendante et constitue une menace pour les intérêts impérialistes des États-Unis. En outre, la logique impérialiste impliquerait de semer la division dans les mouvements sociaux de l’Équateur, de l’Argentine et du Brésil, car ces mouvements ont un fort potentiel pour ramener au pouvoir des gouvernements socialistes et progressistes. L’offensive des États-Unis contre l’Amérique latine a sa logique, si vous prenez pour acquis les préceptes du néocolonialisme et de l’impérialisme, et si vous pensez que la politique étrangère américaine a pour but de promouvoir et défendre le pouvoir politique et économique américain dans le monde.

Pourquoi, d’après vous, l’administration US continue-t-elle à considérer l’Amérique latine comme son arrière-cour ?

Si les États-Unis veulent rétablir leur hégémonie déclinante dans un système néocolonial mondial, ils doivent considérer l’Amérique latine comme leur arrière-cour, c’est-à-dire qu’ils doivent faire en sorte d’avoir accès aux ressources naturelles, à une main-d’œuvre bon marché et aux marchés latino américains sans aucune difficulté. La reconnaissance de ces besoins matériels de l’économie US est le moteur de la politique américaine à l’égard de l’Amérique latine aujourd’hui.

Cependant, les principes des intentions américaines sont faux. La montée et la chute des puissances hégémoniques est une tendance normale dans le système mondial, et les États-Unis ne peuvent pas restaurer leur hégémonie. En outre, le système néocolonial mondial lui-même n’est pas viable, en raison de ses contradictions, dont la plus importante est que le système mondial a été construit sur une base de conquête et d’exploitation, et qu’il est à court de nouvelles terres à conquérir et de nouveaux peuples à exploiter.

Par conséquent, un changement de paradigme est nécessaire en ce qui concerne la politique US. Les États-Unis devraient rechercher de nouvelles formes de production et d’investissement qui impliqueraient un ajustement conforme au déclin productif et commercial de la nation. Et ils devraient s’efforcer de mettre en œuvre, en coopération avec d’autres gouvernements, des changements structurels mondiaux qui impliqueraient le développement d’un système mondial plus durable. À cet égard, il est particulièrement important de transformer l’exploitation des échanges inégaux entre le noyau central et les régions périphériques enracinées dans le colonialisme, en un commerce mutuellement bénéfique entre les nations.

Un tel changement de paradigme est peu probable sans la prise du pouvoir politique aux États-Unis par les représentants du peuple, en remplacement des politiciens qui défendent les intérêts du capital.

À votre avis, les peuples du sud et ceux du nord n’ont-ils pas un destin commun qui est de combattre l’oligarchie mondiale qui saigne la planète entière ?

Oui, les peuples du Nord et du Sud ont le devoir moral commun de collaborer au développement d’un système mondial plus juste, caractérisé par le respect de la souveraineté des nations et du commerce mutuellement bénéfique, et qui s’occupe intelligemment des problèmes humains communs, comme les changements climatiques. Les peuples du Sud ont appelé à la coopération Nord-Sud depuis qu’ils ont forgé le projet du Tiers Monde dans les années 1950.  Mais le Nord n’a pas réagi. L’élite mondiale a démontré depuis les années 1970 qu’elle ne s’occupe que de ses intérêts particuliers. Les politiciens donnent la priorité à leur carrière politique plutôt qu’au bien public. Et les intellectuels et les activistes de gauche ont révélé un ethnocentrisme discret, ne trouvant pas le temps d’étudier les mouvements sociaux du tiers monde, d’où ils tireraient des enseignements importants concernant les structures globales de domination et les mouvements sociaux forgés par le bas, des enseignements qui leur permettraient de formuler et d’agir avec une plus grande intelligence et efficacité.

Israël continue à tuer des Palestiniens dans l’indifférence du monde. Comment expliquez-vous l’impunité dont jouit l’entité criminelle d’Israël ?

Israël est un allié stratégique des États-Unis dans une région du monde dotée d’importantes ressources naturelles, ce qui, bien entendu, entraîne l’impunité. De plus, la formulation du problème est peut-être importante. La création d’Israël s’est conformée au modèle général mondial de colonisation européenne sur les terres d’autres peuples, qui ont été définis comme des peuples de couleur et qui ne possèdent pas intrinsèquement les mêmes droits. Cependant, Israël a pu éviter d’être désigné dans la conscience occidentale comme une société de « colons blancs« . En raison de l’holocauste et de la façon dont il était interprété dans les nations occidentales, le peuple juif a été considéré comme une victime du mal fasciste, et non comme un colonisateur. Dans ce contexte, les droits du peuple palestinien ont été ignorés. Cette interprétation déformée et unilatérale s’est rapidement imposée comme une influence de Washington. À la fin des années 1960, la « Nouvelle Gauche » est apparue pour contester le cadre de référence dominant de la guerre froide, qui présentait la démocratie occidentale comme le défenseur du bien contre les maux du communisme et du fascisme. Dans ce nouveau contexte idéologique, les droits de la nation et du peuple palestiniens se sont fait entendre aux États-Unis et, au fil des années, ils sont devenus l’une des causes de la gauche. Cependant, comme indiqué plus haut, la gauche n’est efficacement pas présente dans le discours public US.

Vous avez initié Global Learning qui cherche à éduquer les peuples du Nord sur l’économie politique du système mondial moderne, telle que l’entendent les révolutions et les mouvements sociaux du tiers monde. Pouvez-vous nous en dire plus au sujet de ce projet ?

J’utilise le site Web Global Learning pour afficher des liens vers des ouvrages classiques de dirigeants et d’intellectuels du tiers monde et pour afficher les discours d’importants dirigeants politiques de la gauche latino-américaine d’aujourd’hui. Je l’utilise également pour publier mes propres écrits ou des liens vers mes travaux publiés, et pour promouvoir des événements universitaires à Cuba. De plus, le site héberge mon blog, « The View from the South : Commentaires sur les événements mondiaux du point de vue du tiers monde. »

Selon vous, n’y a-t-il pas une nécessité historique vitale de créer un front mondial contre l’impérialisme et le capitalisme ?

Oui, un front mondial contre l’impérialisme et le capitalisme est nécessaire pour empêcher l’humanité de sombrer de plus en plus dans le chaos et pour prévenir une éventuelle extinction humaine, et c’est donc effectivement vital. Et la création d’un tel front serait d’une importance historique, marquant le début d’une nouvelle étape dans l’histoire de l’humanité.

Je considère qu’un front mondial contre l’impérialisme et le capitalisme repose sur des mouvements sociaux populaires qui cherchent à prendre le pouvoir politique dans certaines nations. Les organisations du mouvement social constituent une avant-garde parmi les peuples, engagées à s’éduquer et à éduquer les peuples quant aux structures globales de domination et aux principes qui doivent inspirer les sociétés post-capitalistes et un système mondial plus juste. Leur objectif doit être la prise du pouvoir politique, ce qu’ils ne peuvent faire qu’avec l’appui du peuple. En conséquence, ils doivent adopter des stratégies politiquement intelligentes, en évaluant leur impact sur la conscience politique de la population. Sur la route du pouvoir, les organisations du mouvement social et les partis politiques alternatifs des différentes nations entretiennent des relations entre eux. Une fois au pouvoir, les gouvernements socialistes et progressistes développent des relations de coopération politique et économique entre eux, formulant les principes, en théorie et en pratique, d’un système mondial post-capitaliste plus juste et durable qui respecte la souveraineté de toutes les nations.

Ce processus est en cours. Le Forum de Sao Paulo a été créé en 1990 dans le cadre d’un échange régulier entre les partis politiques latino-américains de gauche, dont un seul, le Parti communiste de Cuba, était au pouvoir à l’époque. Au cours des vingt années suivantes, les partis de gauche ont pris le pouvoir dans diverses nations, de sorte que le Forum a évolué pour inclure des partis de gauche dans diverses nations, au pouvoir et non au pouvoir. Lorsque suffisamment de partis de gauche ont pris le pouvoir, les gouvernements latino-américains de gauche ont formé des associations régionales, développant des relations économiques et politiques de coopération entre les nations de la région. Ce processus a abouti à la formation de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, composée de toutes les nations d’Amérique, à l’exception des États-Unis et du Canada. En même temps, les gouvernements de la région ont forgé des relations économiques de coopération avec divers gouvernements du tiers monde plus la Chine, contournant dans une certaine mesure les relations économiques entre le centre et la périphérie qui sont au cœur du système néocolonial mondial. Le processus d’union et d’intégration latino-américaine a été attaqué par le gouvernement américain et la droite latino-américaine, et il a subi des revers ces dernières années, comme on pouvait s’y attendre. Mais les grandes tendances systémiques mondiales favorisent le développement continu d’un système mondial alternatif, plus juste, démocratique et durable, forgé d’en bas par les peuples néocolonisés de la terre. En effet, d’une part, parce que les élites mondiales ont réagi à la crise structurelle persistante du système mondial par des actions et des idéologies ne défendant que leurs intérêts particuliers, d’autre part, parce que le système alternatif mondial forgé d’en bas est enraciné dans la compréhension scientifique, la conscience historique et globale et les valeurs humaines fondamentales qui ont été adoptées par les représentants des gouvernements du monde entier dans un certain nombre de forums internationaux, dont l’Assemblée générale des Nations Unies.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Charles McKelvey ?

Charles McKelvey est professeur émérite au Presbyterian College de Clinton, Caroline du Sud, États-Unis, et membre du Conseil consultatif de la Section honoraire de sciences politiques du Sud de la Faculté de philosophie et d’histoire de l’Université de La Havane, La Havane, Cuba.

Il a obtenu un baccalauréat en études religieuses de la Pennsylvania State University en 1969, une maîtrise en études des centres-villes de la Northeastern Illinois University en 1972 et un doctorat en sociologie de la Fordham University en 1979. À Penn State, il a rencontré le mouvement étudiant anti-guerre et le mouvement Black Power parmi les étudiants noirs. Charles McKelvey a étudié l’œuvre de Marx et divers courants de la pensée marxiste, en particulier entre 1979 et 1990. Il s’est consacré au processus de rencontre soutenue avec les mouvements sociaux : la Jesse Jackson Rainbow Coalition de 1988 à 1990 ; le mouvement populaire au Honduras de 1990 à 1998 ; et le projet révolutionnaire cubain de 1993 à nos jours.

Boursier Fulbright, Charles McKelvey s’est rendu au Honduras, en Amérique centrale, d’août 1994 à juin 1995, pour mener des recherches sur le problème du sous-développement au Honduras et sur le travail de la Commission chrétienne pour le Développement. En 1996, le Dr. McKelvey a fondé le Center for Development Studies dont il a été directeur jusqu’en 2001. Le Centre d’études était un organisme sans but lucratif dont les objectifs étaient d’accroître la compréhension de l’Amérique centrale et des Caraïbes en menant des programmes qui intègrent le travail universitaire et les expériences de voyage. Il a mené des programmes à Cuba de 1997 à 2001, développés en coopération avec la Faculté latino-américaine des sciences sociales (FLACSO-Cuba). Des professeurs d’université, des étudiants diplômés et des professionnels de dix pays ont participé à ses programmes. Le Dr. McKelvey a dirigé 11 programmes éducatifs à Cuba de 1996 à 2010. En 2011, il a créé Global Learning, une société à responsabilité limitée à un seul membre, dédiée à l’éducation internationale et à la promotion d’événements académiques à Cuba.

Ayant beaucoup voyagé à Cuba depuis 1993, il a de nombreux contacts et relations dans les secteurs cubains de l’enseignement supérieur, de la culture et du tourisme et connaît bien le fonctionnement du système cubain. Défenseur informé et passionné du projet révolutionnaire cubain, il vit la majeure partie de l’année à La Havane.

Son livre : The Evolution and Significance of the Cuban Revolution (2018) interprète le mouvement révolutionnaire cubain de 1868 à 1959 comme un processus continu qui visait l’indépendance politique et la transformation sociale et économique des structures coloniales et néocoloniales. Cuba est un symbole d’espoir pour le tiers monde. Il a aussi écrit : The African American Movement: From Pan Africanism to the Rainbow Coalition; Beyond Ethnocentrism: A Reconstruction of Marx’s Concept of Science, ainsi que de nombreux articles.

Le site de Global Learning

Le blog de Charles McKelvey

Published in American Herald Tribune, May 03, 2019:  https://ahtribune.com/interview/3108-charles-mckelvey.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.040519.htm

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dr. Charles McKelvey : «Le Venezuela est une menace pour le système néocolonial mondial». »

    […] »» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2019/05/04/dr-charles-mckelvey… URL de cet article 34935 https://www.legrandsoir.info/le-venezuela-est-une-menace-pour-le-systeme-neocolonial-mondial.html Publicités […]

Les commentaires sont fermés.