Prof. Mario Caligiuri : « La dégénérescence de la démocratie est comme le sommeil de la raison : elle engendre des monstres »

Publié le Mis à jour le

Mario Caligiuri3

Prof. Mario Caligiuri. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per l’italiano, clicca qui

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un expert de niveau mondial en matière de renseignement. Comment expliquez-vous l’incapacité de certains pays occidentaux à combattre le terrorisme ?

Prof. Mario Caligiuri : Tout problème social doit être appréhendé dans sa vraie nature, qui est culturelle. L’Occident interprète le monde de ses propres yeux et ne le comprend donc pas complètement. L’invasion de l’Irak sur la base de faux renseignements faisant état de l’existence d’armes chimiques qui n’existaient pas, ou l’intervention contre Kadhafi en Libye pour stabiliser la situation et créer le chaos en fin de compte, étaient des erreurs évidentes. En fait, ils ont donné des résultats opposés à ceux escomptés, contribuant à la résurgence de l’intégrisme islamique, qui attaque l’Occident chez lui, les régimes modérés de l’Islam lui-même et les chrétiens vivant en Asie et en Afrique. Mais derrière tout le phénomène du territoire, les vraies raisons sont politiques.

Comment expliquez-vous que certains pays occidentaux ont accueilli sur leur sol des terroristes qui ont semé la terreur en Syrie, en Irak et, bien avant, en Algérie ?

L’Occident n’a pas une seule voix. Chaque pays promeut sa propre politique étrangère, qui est inévitablement en contradiction avec celle d’un d’autre. Ce sont des erreurs d’appréciation parce qu’on envisage le court terme d’un point de vue électoral national. Il y a un manque de vision et de coordination, que l’Union européenne et l’OTAN ont de plus en plus de mal à réaliser.

Ne pensez-vous pas que les Occidentaux ont commis une faute grave en soutenant des groupes armés en Syrie ?

C’est très probable si nous regardons ce qui s’est passé et ce qui est en train de se passer. Cela ressemble à une réédition des scénarios de la guerre froide où les États-Unis et l’Union soviétique se sont affrontés dans les années soixante au Vietnam ou dans les années soixante-dix en Afghanistan. Nous avons vu dans les deux cas comment cela s’est passé.

Le colonel François-Régis Legrier a fait un constat accablant sur l’engagement des Occidentaux en Syrie sous l’égide de Washington : https://www.reuters.com/article/us-germany-security-france-syria/top-french-officer-raps-wests-tactics-against-is-in-syria-faces-punishment-idUSKCN1Q50LZ Quelle est votre analyse à ce propos ?

De mon point de vue, les observations du colonel François-Régis Legrier me paraissent tout à fait réalistes. Réaliser une intervention militaire reposant principalement sur des technologies répond au besoin de minimiser les pertes en vies humaines en raison des répercussions négatives qui se produiraient au niveau national de chaque État. De plus, l’utilisation de technologies, bien que de plus en plus perfectionnées, est aveugle et tue par conséquent des civils et détruit des infrastructures, alimentant ainsi un avis négatif qui favorise réellement l’action d’ISIS. Par ailleurs, je ne pense pas que les conséquences du désengagement américain, qui pourraient compromettre les résultats obtenus, aient encore été soigneusement évaluées.

La déstabilisation de la Libye par la France sous l’égide de l’OTAN et qui a semé le chaos dans tout le Sahel et l’Afrique du Nord n’est-elle pas une faute stratégique grave ?

Il ne s’agit pas seulement d’une erreur stratégique, mais d’une erreur politique et humanitaire. La France a d’énormes responsabilités, car les véritables raisons de l’intervention étaient probablement dictées par la logique électorale nationale et la politique économique. Et cette affaire confirme également les limites de l’action actuelle de l’OTAN, qui doit être rapidement révisée.

Vous avez évoqué l’expérience de l’Algérie dans la lutte antiterroriste. D’après vous, le monde qui a laissé mon pays combattre seul le terrorisme a-t-il appris la leçon de l’Algérie ?

Selon moi, très peu. Il y a de nombreuses années, l’Algérie a eu le courage d’annuler les élections remportées par les fondamentalistes islamiques. La démocratie est un système qui doit être géré avec prudence, car elle est sensible à la manipulation des médias et aux messages populistes et fondamentalistes.

Ne pensez-vous pas qu’il y a une nécessité de coopération en matière de renseignement entre les services européens et l’Algérie ?

Ce serait plus que nécessaire. Mais il faut dire honnêtement que c’est très difficile, car chaque système de renseignement répond exclusivement à des intérêts nationaux, qui sont différents les uns des autres. Il est déjà très difficile de faire coopérer les services de renseignement des pays de l’Union européenne. C’est une énorme lacune car l’ennemi est commun. Toutefois, nous devons continuer sur la voie nécessaire de la coopération, même si nous devons admettre avec réalisme qu’il existe également des contraintes considérables.

L’Europe a connu une vague d’attentats terroristes à Paris, Bruxelles, etc. Selon vous, les services de renseignement européens n’ont-ils pas besoin de réformes, de coopération, et de moyens supplémentaires ?

Certes, mais surtout, les services de renseignement ont besoin, à mon avis, d’un approfondissement culturel pour contrer le phénomène. La maîtrise incomplète du territoire et les limites législatives accentuent la difficulté de contrôler un phénomène souvent très imprévisible. J’ai déjà mentionné la coopération difficile dans la question précédente, mais je voudrais souligner que la coopération entre les services de renseignement des différents pays a déjà permis d’éviter de nombreuses attaques et a donné des résultats considérables. Ceci est confirmé par le manque relatif d’attentats significatifs au cours des deux dernières années en Europe.

Vous avez étudié les services de renseignement dans votre livre coécrit avec M. Valentini “Materiali di intelligence : Dieci anni di studi 2007-2017 (Matériel de renseignement. Dix ans d’études 2007-2017). D’après vous, comment rendre plus efficaces les services de renseignement ?

Tout d’abord, en valorisant le facteur humain et en orientant les politiques du renseignement vers les secteurs qui, à mon avis, sont déjà les plus dangereux aujourd’hui. Je parle principalement du crime organisé, qui infiltre de plus en plus l’économie légale et affaiblit la démocratie dans le monde entier; aux risques de l’intelligence artificielle qui représente une clé de plus en plus stratégique du nouvel ordre mondial et qui peut devenir incontrôlable en Occident, appartenant principalement à des particuliers et non à des États ; la détresse sociale, qui risque de devenir irrépressible car les systèmes sociaux actuels ont de plus en plus de difficulté à garantir l’avenir et les droits des citoyens, à commencer par ceux du travail et de la sécurité.

Comment expliquez-vous que les pays occidentaux ne remettent pas en cause leur alliance avec l’Arabie saoudite qui est pourtant la génitrice de l’idéologie wahhabite et du terrorisme dans le monde ?

Sherlock Holmes dirait: « Elémentaire, Watson ». Cela démontre clairement que les intérêts économiques, non seulement des États, mais surtout des multinationales, prévalent sur les besoins des citoyens. C’est la plus grande faiblesse des démocraties qui risquent d’exploser, comme ce fut le cas dans l’Europe des années vingt et trente. Les résultats de cette époque se font encore sentir aujourd’hui, presque cent ans plus tard, mais nous devons considérer que la dégénérescence de la démocratie est comme le sommeil de la raison : elle engendre des monstres. Notre erreur aujourd’hui se concentre sur les monstres et non sur les causes de la dégénérescence de la démocratie, qui, à mon avis, est principalement liée à la sélection de classes dirigeantes très inadéquates.

Certains pays européens ont négocié le retour des djihadistes sur leur sol. Ces gouvernements ont-ils les moyens de surveiller ces terroristes ? Ces djihadistes qui reviennent des zones de combat en Syrie et en Irak ne constituent-ils pas un danger permanent ?

À mon avis, la plupart d’entre eux peuvent représenter un risque précisément parce qu’il n’est pas toujours facile de les contrôler. En fait, les actions individuelles sont presque toujours imprévisibles. De plus, pendant des années, un djihadiste reste silencieux et en submersion, puis, comme les œufs du dragon, il se manifeste soudainement après un long moment. D’un autre côté, cependant, un essai de pacification pourrait également conduire à des résultats positifs, comme cela s’est produit avec le terrorisme politique et séparatiste en Europe. Toutefois, les situations sont très différentes et il est donc nécessaire d’être très prudent, car les conséquences de ces choix politiques, même s’ils sont menés avec les meilleures intentions du monde, peuvent ne pas être positives.

Certaines sources évoquent un redéploiement de Daech vers la Libye. D’après vous, la Libye n’est-elle pas devenue un sanctuaire des djihadistes ?

Grâce à la myopie de l’intervention européenne, il y a un risque de donner de l’oxygène à ISIS qui est à bout de souffle dans tous les autres territoires, sauf sur le Web. C’est précisément pour cette raison que je voudrais concentrer l’attention des services de renseignement des États occidentaux dans la lutte contre l’État islamique, en la concentrant dans deux directions : la Libye et le cyberespace. Ce sont probablement les deux principales urgences immédiates.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Professeur Mario Caligiuri ?

Mario Caligiuri est professeur titulaire à l’université de Calabre, où il a fondé le premier master en renseignement, le premier cursus en renseignement et le premier centre d’étude de renseignement des universités italiennes. Il est considéré comme l’un des principaux experts scientifiques au niveau international en matière de renseignement. Ses écrits incluent le renseignement et les sciences humaines : Una disciplina accademica per il XXI secolo (2016), Cyber intelligence ; Tra libertà e sicurezza (2016), Intelligence e magistratura; Dalla diffidenza reciproca alla collaborazione necessaria (2017) et, avec Giangiuseppe Pili, Intelligence studies; Un’analisi comparata tra l’Italia e il mondo angloamericano” (2019). Pour le magazine d’intelligence italien « Gnosis », il a récemment écrit deux essais très importants: La légèreté insoutenable des élites démocratiques (2017) et de l’intelligence artificielle et du nouvel ordre mondial, et Un engagement prioritaire en matière de renseignement (2018).

Published in American Herald Tribune: https://ahtribune.com/interview/3147-mario-caligiuri.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.140519.htm

Publicités