Daniel McAdams : « Les États-Unis ont cessé d’être une république et sont devenus un État de sécurité nationale »

Publié le Mis à jour le

Daniel McAdams

Daniel McAdams. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : On vient de fermer votre compte Twitter. Pourquoi ?

Daniel McAdams : En août, je regardais une partie de l’émission de Sean Hannity chez un ami et j’ai remarqué qu’en dépit d’une heure de vociférations de Hannity contre « l’État profond » aux États-Unis, il portait une épinglette portant le sceau de l’Agence centrale de renseignement des États-Unis (CIA), qui, de l’avis de la plupart, est soit le centre, soit au moins un centre important de l’« État profond » américain lui-même. J’ai tweeté sur cette étrange anomalie et en guise de commentaire à mon propre tweet, j’ai dit que Hannity était « attardé ». Twitter m’a informé que j’avais eu une « conduite haineuse » pour « promouvoir la violence ou attaquer ou menacer directement d’autres personnes sur la base de la race, de l’appartenance ethnique, de l’origine nationale, de l’orientation sexuelle, du sexe, de l’identité sexuelle, de la religion, de l’âge, du handicap ou de la maladie ». Il est clair à première vue que je n’ai rien fait de tout cela. J’ai utilisé un terme non politiquement correct pour ridiculiser Hannity pour avoir attaqué « l’État profond » tout en portant les symboles de l’État profond sur son revers.

Il est clair que Twitter est profondément partial contre toute voix en dehors du courant dominant favorable à l’optique pro-empire. En tant qu’utilisateur de premier plan de Twitter dans l’opposition à la politique étrangère interventionniste des États-Unis, j’ai longtemps été la cible de ceux qui permettent et appliquent les préjugés politiques de Twitter. Regardez avec qui Twitter s’associe et vous comprendrez pourquoi j’ai été banni pour une fausse raison évidente : le Conseil de l’Atlantique financé par le gouvernement des États-Unis et d’autres organisations similaires travaillent avec Twitter pour éliminer toute voix contestant l’empire militaire mondial américain.

D’après vous, quel est le rôle exact que joue la CIA dans les changements de régime de certains pays à travers le monde ?

Depuis sa création par la loi de 1947 sur la sécurité nationale, la Central Intelligence Agency a assumé le double rôle d’analyser les renseignements pour ses clients au sein de la branche exécutive du gouvernement des États-Unis et de mener des actions et des opérations clandestines dans la poursuite des objectifs (revendiqués) de politique étrangère américaine. L’histoire de l’action de la CIA dans l’Europe de l’après-guerre est vaste et comprend la création d’organisations de couverture pour soutenir les publications et institutions socialistes et d’extrême gauche comme un défi au communisme soviétique ainsi qu’en soutenant des groupes et des partis politiques d’extrême-droite et même des organisations terroristes violentes pour affronter directement le communisme et faire basculer des élections où les communistes ont enregistré des avancées.

Après la guerre froide et la défaite du communisme soviétique, où l’on pouvait s’attendre à une réduction, voire à l’élimination, d’une telle organisation mondiale de guerre secrète, la CIA a tout simplement accru ses opérations outremer. Aujourd’hui, la CIA n’est qu’une des armes d’un dispositif de « changement de régime » américain aux multiples facettes qui comprend le Département d’État américain, USAID et, surtout, des organisations « non gouvernementales » financées par le gouvernement américain comme le National Endowment for Democracy (NED) et ses sous-traitants. Cet « appareil de changement de régime » utilise les méthodes de la CIA développées pendant la guerre froide (par des « experts » comme Gene Sharp et d’autres) telles que la mobilisation, la formation, les subterfuges, l’agitation, la propagande. Nous avons vu cet appareil à l’œuvre dans des événements comme le « printemps arabe » et avant lui lors du renversement du gouvernement Milosevic en Yougoslavie. Nous l’avons vu lors du coup d’État de 2014 en Ukraine et nous le voyons aujourd’hui au Venezuela et à Hong Kong.

La plus-value concrète de ces opérations pour les États-Unis est inférieure à zéro, les coûts pour les contribuables américains sont énormes et l’immoralité de manipuler le monde pour obtenir un résultat que privilégient les élites de Washington est une évidence.

Quand on voit la surveillance généralisée par la NSA, selon vous, vivons-nous dans une démocratie ou dans un régime fasciste ténébreux ?

Les Américains ont été manipulés par les élites gouvernementales et leurs alliés dans la propagande d’État (aussi appelée « médias grand public ») pour qu’ils acceptent, en particulier après le 11 septembre, la proposition profondément anti-américaine selon laquelle nous devons renoncer à notre vie privée et à nos libertés civiles garanties par la Constitution au profit d’un gouvernement qui promet de ne pas abuser de son pouvoir grandissant sur nous, mais seulement de l’utiliser pour assurer notre sécurité. Ces promesses se sont avérées à maintes reprises être des mensonges. Le gouvernement ne vise pas le terrorisme ou les terroristes : il vise les citoyens américains moyens.

On a dit aux Américains que seuls les appels téléphoniques des terroristes seraient interceptés, mais Edward Snowden a ensuite révélé que tous nos appels téléphoniques étaient interceptés. Les Américains ont été furieux pendant quelques semaines, mais Washington a promis de « réformer » la loi PATRIOT sous la forme de loi FREEDOM et tout le monde s’est calmé. Même si la Loi FREEDOM est en fait pire que la Loi PATRIOT parce qu’elle légalise toutes les activités illégales qui se déroulaient dans le cadre de la Loi PATRIOT. À Washington, « réforme » signifie dissimulation et manipulation de la perception.

De même, les Américains qui cherchent à voyager dans leur propre pays ont été forcés de laisser des étrangers envahir et toucher les parties les plus intimes de leur corps – et le corps de leurs enfants ! Les moutons américains s’inclinent devant les autorités et continuent de voir leur liberté leur être volée, se murmurant à eux-mêmes alors qu’ils sont violés par les autorités, « eh bien… je n’ai rien à cacher… ».

Vous avez évoqué un jour l’opération Mockingbird où la CIA manipulait des journalistes dans les années 50. D’après vous, la CIA continue-t-elle à se livrer à ces mêmes pratiques aujourd’hui ?

Je n’ai aucun doute que la CIA continue d’entretenir des relations étroites avec tous les journalistes, qu’ils soient de la presse grand public ou indépendante. C’est essentiel pour établir et contrôler le récit dans chaque « crise » étrangère. Ce n’est pas un hasard si tous les grands médias – qu’ils soient de gauche, de droite ou de n’importe quelle aile – ont exactement le même point de vue sur des événements comme le coup d’État en Ukraine ou la tentative de coup d’État au Venezuela, ou les manifestations de Hong Kong. Il s’agit en partie de l’« État profond » ou l’« État de sécurité nationale » des États-Unis et en partie de l’intégration croissante des entreprises américaines dans le gouvernement américain. Les principaux médias appartiennent à des sociétés américaines qui possèdent également des entreprises de fabrication d’armes et auxquelles on ne peut pas faire confiance pour rendre compte objectivement des événements. De même, pratiquement tous les grands médias américains emploient d’« anciens » membres de la communauté du renseignement des États-Unis pour « expliquer » les événements étrangers à leurs téléspectateurs.

Quand a-t-on vu pour la dernière fois un analyste crédible, non interventionniste ou pro-paix dans un média grand public ? Comme à l’époque soviétique, toute opinion contraire à la « ligne de parti » de Washington est tout simplement effacée. Lorsque les médias indépendants commencent à prendre de l’ampleur et à remettre en question le récit, ils sont « dématérialisés » sur les médias sociaux et même par leurs fournisseurs de services Internet selon les recommandations des ONG financées par le gouvernement américain comme l’Atlantic Council ou le German Marshal Fund.

Ce qui se passe actuellement à Hong Kong n’est-il pas une manipulation de la CIA qui cible la Chine dans le cadre de la guerre économique que mène l’administration Trump ?

Il y a de nombreuses preuves de l’implication du gouvernement américain dans les manifestations de Hong Kong. Cela ne veut pas dire que tous les individus dans la rue sont à la solde de la CIA. C’est l’argument fallacieux de ceux qui sont déterminés à ne jamais voir le gouvernement américain se livrer à des troubles à l’étranger. Ou pour ridiculiser comme « théoriciens du complot » ceux qui soulignent l’implication évidente du gouvernement américain.

Il est indéniable que le gouvernement américain participe depuis des années à la préparation, à la formation et au financement du mouvement anti-Beijing à Hong Kong. Ils ne le cachent même pas : vous pouvez facilement trouver sur le site de l’USAID et du National Endowment for Democracy le niveau de financement que le gouvernement américain fournit à ces organisations et partis politiques. Et lorsque ces chefs de parti viennent à Washington, ils sont reçus par le Vice-président, le Secrétaire d’État, le Président de la Chambre et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement américain. Quels mouvements d’opposition étrangers que Washington ne soutient pas reçoivent un tel traitement ?

Imaginez un mouvement dédié au renversement de l’ordre politique américain, financé par les Chinois, dont les militants se rendraient régulièrement à Pékin pour se former à l’organisation et à la mobilisation, et dont les dirigeants rencontreraient les principaux membres du Parti communiste chinois. Comment un tel mouvement aux États-Unis serait-il perçu par le gouvernement américain ? Comment serait-il présenté par les médias de masse américains ?

Vous avez évoqué un coup d’État soutenu par les États-Unis en parlant du Venezuela. À votre avis, l’administration US continue-t-elle la même politique interventionniste pour déstabiliser les pays d’Amérique latine ?

Tout gouvernement latino-américain ne faisant pas partie de la constellation de Washington a été et est toujours la cible de déstabilisation et de renversement. Nous l’avons vu avec le coup d’État de 2009 au Honduras, dont l’architecte était alors la Secrétaire d’État Hillary Clinton. On le voit à Cuba. On le voit au Venezuela. Nous l’avons vu avec l’Équateur, où un gouvernement qui se méfiait de la persécution américaine du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a été « changé » en faveur d’un régime qui a remis Assange aux autorités en échange de quelques milliards de dollars du FMI. Faites ce que dit Washington et vous serez payé ; opposez-vous à Washington et vous serez renversé. C’est la politique étrangère de l’empire américain. Et comme l’empire soviétique qui l’a précédé, c’est une politique vouée à l’échec.

D’après vous, pourquoi les USA ont-ils toujours besoin d’un ennemi ? N’y a-t-il pas un danger de guerre mondiale quand on voit la multitude d’interventions de l’impérialisme US à travers le monde ?

Les États-Unis ont cessé d’être une république et sont devenus un État de sécurité nationale. L’État américain de sécurité nationale enrichit ses élites – que ce soit dans le complexe militaro-industriel, les think tanks ou les médias – aux dépens de la classe moyenne et de la classe ouvrière américaine. Pour ce faire, il promeut un « scénario ennemi » selon lequel le peuple américain est amené à croire que s’il conteste jamais le budget militaire américain – supérieur aux sept prochains budgets militaires combinés – non seulement les gens mettent leur vie et celle de leur famille en danger, mais ils sont profondément antipatriotiques et antiaméricains. L’État américain de sécurité nationale a mené 18 ans une « guerre contre le terrorisme » qui n’a fait que générer plus de terroristes ! L’intervention en Irak, en Libye et en Syrie pour « lutter contre le terrorisme » s’est traduite par une augmentation, et non une diminution, d’Al-Qaïda et d’ISIS. Ce n’est que lorsque la Russie et l’Iran se sont mobilisés en 2015 et ont commencé à combattre ces groupes soutenus par les États-Unis que leur pouvoir a été réduit. Après le succès russe et iranien dans la lutte contre la menace djihadiste en Syrie, la stratégie de sécurité nationale américaine de 2017 a fait volte-face et abandonné la « guerre contre le terrorisme » pour déclarer que nos nouveaux ennemis étaient de nouveau nos anciens ennemis : la Chine et la Russie. C’est littéralement le 1984 d’Orwell : « Nous sommes en guerre avec Eastasia… Nous avons toujours été en guerre avec Eastasia ».

Qu’en est-il d’après vous du dossier de la Corée du Nord et de l’Iran où l’administration Trump manque cruellement de vision claire où certains néoconservateurs poussent vers une guerre ?

Il y a peu de cohérence dans la politique étrangère du président Trump. Toutefois, une constance qui se dessine est qu’il semble vraiment réticent à entraîner le pays dans une véritable guerre. Il est heureux d’envoyer quelques douzaines de missiles Tomahawk dans la campagne syrienne, mais face à une réponse réellement robuste à toute frappe américaine, il a jusqu’ici choisi la désescalade. C’est peut-être dû à son sens aigu de la politique plutôt qu’à des préoccupations philosophiques ou morales, mais jusqu’à présent, cela semble thématique. Le problème est qu’en s’entourant de néoconservateurs – et ne vous méprenez pas, son remplaçant de Bolton est au moins autant un néoconservateur que le Moustachu Lui-Même – le président s’isole de tout élément qui pourrait conseiller une contrainte militaire face aux crises extérieures. C’est pourquoi beaucoup d’entre nous espéraient beaucoup que Bolton soit remplacé par un réaliste comme le colonel Douglas Macgregor. Il y a un grand danger que le président soit acculé par un manque d’options non guerrières à la prochaine crise simplement parce qu’il ne donne pas la parole aux voix non guerrières dans son administration.

Quand on voit le sort réservé aux activistes et lanceurs d’alerte, peut-on encore parler de liberté d’expression et de droits de l’homme ? Ne faudrait-il pas se mobiliser davantage pour soutenir ces activistes et d’autres à travers le monde ?

La situation difficile de Snowden et d’Assange, ainsi que de tous les lanceurs d’alerte et diseurs de vérité persécutés, est la situation critique de ce qui est la vie de notre liberté, de notre indépendance et même de la civilisation occidentale. Lorsque toute dissidence est réprimée, emprisonnée, torturée, il ne nous reste que l’État total. L’État total, comme l’histoire nous l’a appris, ne tolère aucune dissidence car il ne peut conserver le pouvoir qu’en continuant à donner l’illusion que lui seul est la source de la vérité. Ainsi, toute voix qui conteste l’État total, en tant qu’incarnation de la vérité, doit de toute évidence être un mensonge. Pourquoi la vérité permettrait-elle aux mensonges de la miner ? Pourquoi une personne saine d’esprit s’opposerait-elle au « peuple » qui est représenté dans son gouvernement soviétique ? Une telle personne serait certainement folle et aurait besoin d’être soignée plutôt qu’un citoyen soulevant une question légitime ou une opinion différente.

C’est ce à quoi nous sommes confrontés aux États-Unis aujourd’hui. Un État total, où les points de vue opposés sont effacés et disparaissent. Là où les révélateurs de la vérité sont emprisonnés et torturés – pour servir d’avertissement aux autres (ndlr : en français dans le texte original).

Quel bilan faites-vous de la présidence Trump et que pensez-vous de sa politique étrangère ?

Jusqu’à présent, la présidence Trump a été une énorme déception. Le président a eu l’occasion de nommer une équipe de haut niveau en matière de politique étrangère et de sécurité nationale qui refléterait et mettrait en œuvre ses politiques déclarées en tant que candidat – s’entendre avec la Russie, le scepticisme de l’OTAN, son opposition à une guerre sans fin, etc. – mais une fois au pouvoir, il n’a cessé de puiser dans ce même cloaque néoconservateur qui trouve toujours son chemin vers des postes de pouvoir et d’influence, peu importe qui est élu. Il n’a pas tracé une bonne voie pour bâtir une solide administration de professionnels qui sont d’accord avec lui – et il y a beaucoup de choix – et il a plutôt embauché une équipe entière de personnes qui non seulement sont en désaccord avec ses positions, mais ils les ridiculisent publiquement et travaillent contre elles. De mémoire, c’est sans précédent de voir ceux qui servent le président miner publiquement les positions qu’il a énoncées, mais Bolton et Pompeo n’ont jamais hésité à le faire. C’est une énorme occasion manquée pour le président Trump et pour les États-Unis.

Vous avez été conseiller du député Ron Paul et vous faites un excellent travail en tant que directeur de l’Institut Ron Paul pour la paix et la prospérité. Pouvez-vous expliquer à notre lectorat quelles sont les missions de cet institut ?

Notre mission en tant qu’institution éducative à but non lucratif est de plaider en faveur d’une politique étrangère non interventionniste et du rétablissement de nos libertés civiles au pays. Nous sommes la continuation du mouvement pour la liberté de Ron Paul. À cette fin, nous publions sur notre site Web des milliers d’articles faisant la promotion du non-interventionnisme, nous diffusons un rapport quotidien Ron Paul Liberty et nous organisons des conférences dans tout le pays, réunissant une large coalition d’Américains – et de non-Américains – pour apprendre et promouvoir la paix et la prospérité !

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Daniel McAdams ?

Daniel McAdams est directeur exécutif de l’Institut Ron Paul Institute pour la Paix et la Prospérité et co-animateur du « Ron Paul Liberty Report », une émission quotidienne en direct. Il a travaillé pendant 12 ans au Capitol Hill en tant que conseiller en affaires étrangères et en sécurité nationale auprès de Ron Paul, l’ancien représentant américain du Texas. De 1993 à 1999, il a travaillé comme journaliste à Budapest, en Hongrie, et a voyagé à travers l’ancien bloc communiste en tant qu’observateur des droits humains et des élections.

L’Institut Ron Paul pour la Paix et la Prospérité

Published in American Herald Tribune, September 30, 2019:  https://ahtribune.com/interview/3523-daniel-mcadams.html

In Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.011019.htm  

In Ron Paul Institute: http://ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2019/september/30/daniel-mcadams-the-us-has-ceased-being-a-republic-and-has-become-a-national-security-state/?fbclid=IwAR1TOtJipmKRFjrIWUyi5G2-CpaR89M846pEt5OzWSynB3Vr8TZ2BWXaXXI

In ZeroHedge: https://www.zerohedge.com/geopolitical/daniel-mcadams-us-has-ceased-being-republic-and-has-become-national-security-state

In The Antimedia: https://theantimedia.com/daniel-mcadams-twitter/

In La Voix de la Libye: https://lavoixdelalibye.com/2019/10/03/les-etats-unis-ont-cesse-detre-une-republique-et-sont-devenus-un-etat-de-securite-nationale/

In Occasion 2B: https://occasion-to-be.com/daniel-mcadams-the-us-has-ceased-being-a-republic-and-has-become-a-national-security-state/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

In Ron Paul Institute