Dr. Kerry Bowman : « La dégradation de l’environnement et le changement climatique pourraient bien s’avérer être les aspects les plus violents et les plus destructeurs du capitalisme. »

Publié le Mis à jour le

Kerry Bowman 2

Dr. Kerry Bowman. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : D’après vous, qui est responsable des feux de forêt qui ont lieu en Amazonie ? Ne pensez-vous pas que le président brésilien Jair  Bolsonaro est directement ou indirectement responsable des incendies qui ravagent la forêt amazonienne ?

Dr. Kerry Bowman : Bolsonaro est sans aucun doute directement responsable de l’augmentation de ces incendies. Il a travaillé avec beaucoup de fierté pour éroder l’application des mesures de protection de l’environnement au Brésil. Il s’est également mobilisé en faveur des industries qui veulent un meilleur accès aux zones protégées de l’Amazonie, qui cherchent à affaiblir les droits fonciers des peuples autochtones et qui sapent les efforts de lutte contre l’exploitation illégale des forêts, l’élevage et les mines. Tant le président que son administration se sont prononcés contre l’adoption de mesures de protection de la forêt et ont fortement soutenu la commercialisation du territoire amazonien. Même le ministre de l’Environnement de Bolsonaro défend cette politique. Pourtant, l’assaut sur l’Amazonie précède Bolsonaro de bien longtemps. L’asservissement et l’assassinat des peuples autochtones ont commencé au moment des contacts avec les Européens. Plus récemment, la dictature militaire brésilienne de 1964-1985 a saisi 6 millions d’hectares de terres aux populations autochtones, en partie pour construire l’autoroute transamazonienne. Les présidents suivants ont manipulé et compromis la protection de l’Amazonie et de son peuple. Par exemple, l’ancienne présidente Dilma Rousseff a autorisé l’amnistie pour les responsables de la déforestation illégale et réduit le nombre de zones protégées en Amazonie.

Le président brésilien Bolsonaro est lié aux multinationales et aux grands propriétaires terriens qui ont intérêt à cultiver le soja. Ne pensez-vous pas que Bolsonaro et ses complices affairistes criminels doivent répondre de leurs actes devant la justice ?

En effet, il devrait être tenu pour responsable et j’espère qu’il le sera. Les institutions démocratiques sont relativement jeunes au Brésil, mais des Brésiliens courageux et motivés se battent pour la justice. Par exemple, l’agression contre les peuples autochtones et les terres constitue une violation directe de la Constitution brésilienne. Partout dans le monde, le concept de criminalité environnementale doit être développé, codifié et appliqué. Sur le plan international, il y a aussi une voie à suivre. Considérant que Bolsonaro ne reconnaît pas le changement climatique et ne respecte pas les droits des peuples autochtones, la solution est basée sur le commerce. Les boycotts des consommateurs à petite échelle ont commencé et doivent se développer rapidement. Ces boycotts doivent être liés à des multinationales qui sont également complices.

Au moment où la forêt amazonienne, poumon de la terre, est en train de brûler, les forêts du centre Afrique brûlent également, ainsi qu’en Indonésie. Est-ce une coïncidence ? D’après vous, qui sont les responsables ?

La politique et les particularités varient d’une région à l’autre, mais elles sont toutes le signe évident d’un manque de respect pour la vie et d’une poursuite d’objectifs économiques à court terme. Ne pas considérer la destruction de la vie non humaine comme une question morale importante a un coût élevé. Une grande partie de la destruction des forêts tropicales de l’Amazonie, du Congo et d’Asie est étroitement liée aux entreprises multinationales et au commerce international. C’est pourquoi nous avons tous la responsabilité de nous informer et de prendre des décisions en matière de commerce et d’achats. Cependant, nulle part ailleurs le langage du mépris de l’environnement et des personnes vulnérables n’est aussi virulent que celui des dirigeants brésiliens. Je travaille également en Afrique centrale avec beaucoup moins d’infrastructures, de capitaux et de possibilités économiques, et les chefs d’État sont beaucoup plus ouverts à la protection de l’environnement et aux engagements visant à réduire les changements climatiques.

Vous êtes un éminent scientifique et chercheur et vous protégez plusieurs espèces animales en voie de disparition. Comment expliquez-vous la disparition de ces espèces ?

La forêt amazonienne est la plus grande expression de la vie sur Terre, elle a un réseau complexe et sophistiqué d’interdépendance que nous ne faisons que commencer à comprendre. La Terre elle-même peut être considérée comme un écosystème et l’Amazonie fait partie intégrante de ce système. Au-delà de l’oxygène, l’Amazone pompe une quantité massive d’humidité dans l’atmosphère à une échelle que nous pouvons à peine comprendre. Ces « fleuves du ciel » sont essentiels à la vie bien au-delà du bassin amazonien. Des espèces en voie de disparition et des formes de vie qui n’ont jamais été étudiées ou même identifiées sont détruites par ces incendies et ces défrichements. Nous ne sommes même pas en mesure de comprendre pleinement ce qui est perdu et quelles en sont les conséquences. Malheureusement, beaucoup d’entre nous ne voient pas le fait de tuer au-delà de la vie humaine comme une véritable question morale. Pour moi, voir les carcasses mortes et brûlées d’espèces menacées d’extinction a été profondément traumatisant.

Le modèle de consommation capitaliste n’est-il pas responsable du délabrement de notre planète ?

C’est effectivement le cas. La grande question devient « le capitalisme est-il toujours compatible avec le bien-être environnemental ». A long terme, la dégradation de l’environnement et le changement climatique pourraient bien s’avérer être les aspects les plus violents et les plus destructeurs du capitalisme. S’adapter à une économie à faible croissance est peut-être la seule façon d’aller de l’avant ; la croissance sans fin étant remplacée par une croissance fluctuante. Il y a aussi une prise de conscience émergente dans le monde de la médecine que tous les efforts d’amélioration de la santé humaine seront vains si nous ne nous préoccupons pas de la santé planétaire, définie comme l’état de la civilisation humaine et des systèmes naturels sur lesquels elle repose.

La capacité de vie de cette planète est une réalité immuable que nous devons respecter.

À votre avis, les multinationales et les grands groupes industriels ne sont-ils pas responsables de la pollution à grande échelle ? Pourquoi ne rendent-ils des comptes à personne pour leurs crimes ? Pourquoi les Etats ne sévissent-ils pas contre les grands pollueurs de notre planète ?

La criminalité environnementale est un terme qui prend de plus en plus d’importance. Comme je l’ai mentionné plus haut, les lois doivent être modifiées pour que les entreprises puissent être tenues responsables. Les consommateurs doivent aussi faire en sorte que les entreprises assument leurs responsabilités. Récemment, 230 investisseurs mondiaux ont publié une déclaration formulée avec force, avertissant des centaines d’entreprises anonymes de respecter leurs engagements en matière de déforestation dans la chaîne d’approvisionnement en matières premières ou de risquer des conséquences économiques.

Vous êtes très engagé sur la question des populations autochtones d’Amazonie et aussi des Amérindiens d’Amérique du Nord qui luttent tous pour leur survie. Où sont les droits de l’homme dont l’establishment et les médias de masse nous gavent sans cesse en ce qui concerne ces populations qui veulent juste vivre dignement dans leur environnement naturel ?

À l’exception de la majeure partie de l’Europe, de nombreux pays s’efforcent de faire face à leurs propres sombres histoires de violence, d’assujettissement et de génocides de leurs histoires nationales avec les peuples autochtones. Pourtant, la violence et les meurtres auxquels sont confrontés les indigènes d’Amazonie se poursuivent en ce moment même et nous ne faisons pratiquement rien à ce sujet. Jusqu’à quel point pouvons-nous être sincères dans notre réconciliation historique avec les peuples autochtones si nous ne nous tenons pas aux côtés des autochtones de l’Amazonie ?

De nombreux militants dans la cause des Indiens d’Amazonie ont été assassinés par des escadrons de la mort dans le silence le plus complet des médias de masse. Pourquoi d’après vous, ce silence sur ces meurtres politiques et quels en sont les commanditaires ?

La violence contre les peuples autochtones en Amazonie augmente rapidement. Avec les remarques incendiaires de Bolsonaro sur les peuples autochtones et son refus de respecter les droits constitutionnels brésiliens des autochtones, un climat est créé lorsque cela est considéré comme justifié. Il y a beaucoup d’activités illégales et de crime organisé dans de nombreuses régions de l’Amazonie, y compris le commerce de la drogue, l’extraction illégale d’or et la déforestation. Ces groupes créent à leur tour leurs propres milices, parfois avec l’appui d’autres groupes extérieurs. Les autochtones sont considérés comme un obstacle au profit car ils occupent des terres qui peuvent être exploitées. Il est choquant de voir à quel point ces meurtres reçoivent peu d’attention de la part de la communauté internationale.

Ne pensez-vous pas que la vie sur notre planète est condamnée à moyen ou à long terme, et quels sont les mesures à prendre en urgence pour contrer cette catastrophe annoncée notamment avec le réchauffement climatique ?

Les horreurs environnementales se multiplient et les effets du changement climatique sont maintenant palpables. De toute évidence, nous sommes actuellement en voie d’anéantissement. Pourtant, comme nous le constatons aujourd’hui, il y a des signes de révolte. Les grèves climatiques s’intensifient. L’implication environnementale du consumérisme est de plus en plus liée aux choix d’achat que nous faisons. Ce n’est que le début d’un puissant mouvement social et de lutte et l’éthique est au cœur de celui-ci. Les personnes qui causent le plus de dommages à l’environnement sont les moins vulnérables à ses effets, car elles sont protégées par l’argent. L’argument éthique encore plus sévère est celui de l’éthique intergénérationnelle. Cette responsabilité à l’égard des générations futures doit rester centrale et être prise en compte dans toutes nos actions et délibérations.

De nombreuses îles sont en train de disparaître suite au réchauffement climatique, entraînant une nouvelle forme d’immigration, à savoir l’immigration climatique. Ne pensez-vous pas que les Etats risquent d’être dépassés par ce phénomène ?

En effet, il existe une nouvelle forme de menace pour l’État et l’ordre mondial, à savoir le climat et l’environnement. Il ne fait aucun doute que le changement climatique a déjà été et sera de plus en plus un puissant multiplicateur de menaces dans de nombreuses luttes géopolitiques. Le nombre de réfugiés climatiques augmentera certainement considérablement. Nous courons maintenant le risque qu’une grande partie des progrès, bien qu’inégaux, réalisés en matière de santé et de bien-être humains soient altérés.

Les économistes disent souvent que si on n’a pas de croissance, le système s’effondrera. Bien que l’économie sous une certaine forme soit nécessaire à la société, lorsqu’on interroge un économiste sur les fondements moraux de l’économie ou même sur le but d’une économie, il trébuche. Il n’y a vraiment aucune raison économique, au-delà d’une ou deux générations, de se préoccuper du bien-être de personnes qui n’existent pas encore. C’est pourquoi la modélisation économique seule est si dangereuse. Le changement climatique est maintenant le défi de notre temps et nous devons le relever.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Kerry Bowman ?

Kerry Bowman, Ph.D., est un bioéthicien et un conservationniste canadien. Né à Montréal et aujourd’hui basé à Toronto, il donne souvent des conférences publiques à l’échelle nationale et internationale. Il est surtout connu pour son vaste travail dans les domaines de la bioéthique et de la protection de l’environnement.

Dans le domaine de l’éthique clinique, le Dr Bowman se spécialise dans la prise de décisions en fin de vie et la prestation de soins de santé interculturels, ainsi que dans la génétique, la génomique, l’éthique des animaux clonés, et les questions éthiques liées aux nouvelles technologies médicales. Il a été consulté sur ces sujets dans des pays comme l’Iran, la République populaire de Chine et l’Afrique du Sud.

Le Dr Bowman est éthicien clinique à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto et occupe un poste universitaire à l’Université de Toronto en médecine familiale et communautaire. Il travaille également au Joint Centre for Bioethics de l’Université de Toronto et au Centre for Environment de l’Université de Toronto. Le Dr Bowman est consultant en éthique auprès de l’Institut Jane Goodall et président fondateur de l’Alliance canadienne des singes. Cette organisation gère et supervise des projets dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) où le Dr. Bowman a créé l’École environnementale de Kahuzi-Biega en 2003, initiative conçue pour donner aux jeunes élèves l’occasion d’acquérir une éducation de base ainsi qu’une compréhension de leur rôle dans la conservation de l’environnement et de la faune.

Le Dr. Bowman a beaucoup voyagé pour étudier sur le terrain. Le rôle d’éthicien de Kerry Bowman alimente son travail de conservation de la faune, qui se concentre principalement sur les grands singes, ainsi que sur la relation entre les cultures humaines et les initiatives de conservation. Le Dr. Bowman a travaillé sur le terrain avec chacune des quatre espèces de grands singes en Indonésie et en Afrique centrale. Il a observé dans leur habitat naturel le rhinocéros de Sumatra (Aceh, Sumatra, Indonésie, 1981), le chameau de Bactriane (désert de Gashun Gobi, Chine occidentale, 2012), le rhinocéros de Java (Parc national Ujung Kulon, Java, Indonésie, 2013), ainsi que plusieurs espèces de félins, dont le léopard des neiges (Hemis, région ladak, Inde, 2015).

Il est apparu dans différents documentaires tels que « Bushmeat » en 2002 sur Discovery Channel, qui décrit le commerce illicite de la viande de brousse dans le bassin du Congo, ainsi que « les fantômes de Lomako » dans Nature of Things en 2003, dédié à une étude au Congo sur le singe bonobo en voie de disparition, et enfin dans « Gorilla Doctors » dans Nature of Things en 2014 consacré à la protection des gorilles de montagne en RDC et au Rwanda.

Kerry Bowman a récemment porté son attention sur la relation entre la protection des terres autochtones et ses avantages environnementaux/climatiques. Ce travail l’a amené à se retrouver parmi les dernières communautés autochtones isolées et non contacté du monde. Il est l’un des rares chercheurs canadiens à avoir effectivement rencontré des personnes non contactées et a passer du temps avec des groupes autochtones de l’Amazonie occidentale.  Il a également travaillé dans des régions isolées de Papouasie Nouvelle-Guinée et dans la forêt tropicale de l’Ituri, dans l’est du Congo, où il a vécu parmi les Pygmées Mbuti.

Depuis 2010, le Dr. Bowman s’est joint à plusieurs délégations internationales en Corée du Nord (RPDC) qui se sont concentrées sur l’amélioration de l’environnement et l’éducation environnementale des jeunes en relation avec les pratiques agricoles et environnementales améliorées.

Kerry Bowman a travaillé pour le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), en tant qu’auteur de la quatrième édition du Global Environment Outlook (GEO-4) en 2007 et en tant qu’auteur collaborateur et réviseur expert auprès du GEO-5 en 2012. Il a également participé au Global Environment Outlook 6, où il a examiné le lien entre la santé humaine et l’environnement.

Published in American Herald Tribune October 09, 2019:  https://ahtribune.com/interview/3558-kerry-bowman.html