Jour: 20 octobre 2019

Prof. Abderrahmane Mebtoul: “The widespread financial scandals affecting most sectors of national activity threaten the foundations of the Algerian State.”

Publié le Mis à jour le

A. Mebtoul 5

Professor A. Mebtoul. DR.

Mohsen Abdelmoumen:  How do you read the current economic situation in Algeria?

Prof. A. Mebtoul: To understand the economic situation, it is interesting to refer to the annual ranking of The Global Competitiveness Report, of the World Economic Forum (WEF), which concerns the constraints of the business community and economic efficiency in the world, established on the basis of some 100 quantitative indicators from member states and international organizations (World Bank, IMF, ITU, ITC, UNESCO, etc.) as well as qualitative investigations carried out by the WEF itself. To make aggregation of heterogeneous data possible, all results are converted to a scale of 1 to 7. These 110 ratings are then grouped into 12 categories called « pillars », which are themselves divided into major « sub-indices ». In its 2018 report, the WEF study, conducted among 14,000 business leaders from 137 countries, provides a global ranking of the most competitive countries. To establish Algeria’s competitiveness ranking, the Forum based itself on 114 indicators grouped into the following 12 categories: Algeria is ranked 88th, far behind Morocco (49th position) and Tunisia (80th position). As for the level of corruption, (85th place), Algeria is very poorly ranked, corruption being the second biggest obstacle on the path of investors. In terms of public sector performance, the country ranks 81st and 54th in terms of safety. Lire la suite »

Prof. Abderrahmane Mebtoul : « Les scandales financiers généralisés touchant la majorité des secteurs de l’activité nationale menacent les fondements de l’État algérien »

Publié le Mis à jour le

A. Mebtoul 5

Professeur A. Mebtoul. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle lecture faites-vous de la situation économique actuelle de l’Algérie ?

Prof. A. Mebtoul : Pour comprendre la situation économique , il est intéressant de se référer au   classement annuel du The Global Competitiveness Report, du World Economic Forum (WEF), qui concerne les contraintes du milieu des affaires et l’efficacité économique dans le monde, établi sur la base d’une centaine d’indicateurs quantitatifs émanant des États membres et des organisations internationales (Banque mondiale, FMI, UIT, CCI, Unesco…) ainsi que d’enquêtes qualitatives réalisées par le WEF lui-même. Pour rendre possible l’agrégation de données hétérogènes, tous les résultats sont convertis sur une échelle de notes de 1 à 7. Ces 110 notes sont ensuite regroupées en 12 catégories appelées « piliers », eux-mêmes répartis entre grands « sous-indices ». Dans son rapport de 2018, l’étude du WEF, réalisée auprès de 14 000 chefs d’entreprise de 137 pays, fournit un classement mondial des pays les plus compétitifs. Pour établir le classement de compétitivité de l’Algérie, le Forum s’est basé sur 114 indicateurs regroupés dans les 12 catégories suivantes : l’Algérie est classée  88e, loin derrière le Maroc (49e position) et la Tunisie (80e position). Quant au niveau de corruption, (85e place), l’Algérie est très mal classée, la corruption étant le deuxième plus grand écueil qui se dresse sur le chemin des investisseurs. Lire la suite »