Michael Barker : « Il est essentiel que la lutte constante contre le capitalisme et l’impérialisme soit menée au niveau international »

Publié le Mis à jour le

Michael Barker

Michael Barker. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : D’après vous, pourquoi Jeremy Corbyn a-t-il été évincé de la tête du parti travailliste ? Ne pensez-vous pas que Jeremy Corbyn a payé le fait d’être un soutien de la cause palestinienne et un antisioniste ?

Michael Barker : Jusqu’au moment où Corbyn a pris la position erronée de se porter volontaire pour quitter son poste de leader travailliste, il avait toujours le soutien de la grande majorité des membres socialistes actifs de son parti. Ainsi, s’il est vrai que la grande majorité de ses collègues parlementaires lui ont fait subir d’énormes pressions pour qu’il démissionne pendant toute la durée de son mandat de dirigeant travailliste, il n’est pas totalement vrai qu’il ait été évincé. Corbyn et ses partisans parlementaires n’ont cependant pas réussi à encourager sérieusement les types d’actions qui auraient permis aux membres travaillistes ordinaires d’exercer une forme quelconque de contrôle démocratique sur les opposants de Corbyn, qui, à ce jour, conservent toujours leurs postes d’élus au sein de la délégation parlementaire du Parti travailliste. L’une des plus graves erreurs de Corbyn a été de s’efforcer constamment de combler le fossé entre les membres socialistes du Parti travailliste et les éléments pro-capitalistes du Parti. Ce brouillage des intérêts de classe a servi à promouvoir la confusion politique là où la clarté était nécessaire et signifie qu’une occasion cruciale de reconquérir le Parti travailliste pour les intérêts de la classe ouvrière a probablement été gâchée.

Bien sûr, le soutien de Corbyn au peuple palestinien et sa vive opposition à l’aile droite qui gouverne Israël ont fait que cette question récurrente est devenue un sujet d’attaque important pour les éléments bellicistes du parti travailliste. Nous n’en attendions pas moins étant donné que nombre de ceux qui l’ont attaqué en utilisant cette question au sein du parti travailliste continuent à soutenir sans critique la politique de droite de Benjamin Netanyahou, comme ils le font pour les politiciens capitalistes du monde entier. Mais je dirais que la principale raison pour laquelle Corbyn a été si violemment combattu par les organes de son propre parti était qu’ils se sentaient menacés par sa promotion des idées démocratiques et socialistes, ce qui pourrait ouvrir la porte à des tentatives de transférer le pouvoir politique dans la société de la classe des milliardaires vers les mains des gens ordinaires.

Comment expliquez-vous qu’à chaque fois que quelqu’un défend la juste cause palestinienne contre la politique criminelle d’Israël, on l’accuse d’antisémitisme ?

Les antisémites existent dans la société en dehors de leur lieu de prédilection, à l’extrême droite du spectre politique, et il est vrai que les commentateurs conservateurs insultent régulièrement les critiques socialistes d’Israël en les qualifiant d’antisémites alors que c’est rarement le cas. Les capitalistes alimentent la division et le racisme au sein de la classe ouvrière afin de nous empêcher de nous organiser efficacement contre eux, et c’est la raison principale pour laquelle les individus de gauche sont si régulièrement dénoncés pour leur prétendu antisémitisme. Il s’agit d’un jeu très dangereux auquel se livrent les politiciens de droite et, à long terme, ce jeu ne peut qu’accroître la véritable confusion de la société sur cette question cruciale, ce qui ne peut que favoriser la croissance d’un véritable antisémitisme.

Dans votre livre très pertinent « Under the Mask of Phillanthropy« , vous évoquez la question de la philanthropie en Occident. Ces fondations philanthropiques ne sont-elles pas une arnaque ? Ne servent-elles pas le grand capital ?

Les fondations philanthropiques sont en effet une escroquerie, tout comme l’ensemble du système capitaliste est une escroquerie. Le capitalisme ne promeut pas les besoins des 99,99 % des gens ordinaires mais existe seulement pour servir la cupidité de la classe milliardaire du 0,01 %. Dans le système économique actuel, toutes les entreprises capitalistes, qu’elles soient à but lucratif ou non, c’est-à-dire les entreprises philanthropiques, servent à soutenir le capitalisme. Tout bien susceptible d’être tiré de ces entreprises est purement secondaire par rapport à la recherche de profits.

Comment expliquez-vous qu’une minorité de 1% contrôle la majorité des richesses du monde ?

En dernière analyse, c’est l’échec historique des organisations socialistes à renverser le capitalisme au niveau mondial qui explique pourquoi nous avons encore aujourd’hui une inégalité aussi massive dans la société. Ce ne sont pas les idées marxistes en soi qui sont en cause, mais le long héritage antidémocratique du stalinisme d’abord, puis du maoïsme, qui a contribué à faire perdre des occasions de remplacer le capitalisme par une alternative socialiste.

Comme beaucoup le savent déjà, la minuscule minorité du 0,01 % ne peut maintenir son emprise précaire sur le pouvoir qu’en menant une offensive acharnée contre les organisations démocratiques de notre classe. C’est pourquoi de grandes entreprises appartenant à des multimillionnaires, avec le soutien actif des politiciens capitalistes, tentent d’empêcher les travailleurs d’avoir accès à l’immense richesse que notre classe génère par notre travail quotidien. De nombreuses personnes ont déjà payé de leur vie les crimes du capitalisme, mais si quelqu’un doit payer pour cette pandémie, ce devrait être les entreprises qui dépouillent la société. Rien qu’au Royaume-Uni, les super-riches refusent de payer environ 120 milliards de livres sterling par an en impôts, argent qui aurait pu être consacré pour aider notre pays à se préparer à faire face à toute pandémie éventuelle.

Ici, au Royaume-Uni, un exemple parfait de ces pratiques entrepreneuriales conflictuelles est le secteur de la production alimentaire, où les principaux travailleurs de l’industrie alimentaire britannique sont traités par leurs patrons de la manière la plus épouvantable qui soit. Là où je vis, dans les East Midlands, les membres de l’Alternative socialiste soutiennent les efforts d’organisation des travailleurs locaux de l’agroalimentaire chez les fabricants exploiteurs comme Greencore Food Group et Samworth Brothers, et nous exigeons qu’aucun travailleur ne soit perdant à cause de cette pandémie. Au niveau local, un nombre croissant de travailleurs rejoignent aujourd’hui le syndicat des boulangers, un bon exemple de syndicat militant qui se bat avec acharnement pour ses membres. Cette lutte perpétuelle sur les lieux de travail dans tout le pays ne fera que s’intensifier dans les semaines et les mois à venir et les travailleurs doivent être convaincus qu’en aucun cas nous ne devrons payer pour une crise qui n’est pas de notre faute.

Ne pensez-vous pas que les peuples exploités de la Terre doivent avoir des organisations solides pour combattre le grand capital et l’impérialisme ?

Je crois que le facteur le plus déterminant pour le succès de toute organisation socialiste dans la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme est que ces organisations doivent être gérées démocratiquement. Plus ces organisations sont démocratiques, plus elles sont capables de rassembler la force collective de la classe ouvrière dans une lutte unifiée pour renverser leurs ennemis de classe. De plus, il est essentiel que la lutte constante contre le capitalisme et l’impérialisme soit menée au niveau international. Ainsi, les peuples exploités de la planète doivent coordonner leur résistance contre leurs oppresseurs capitalistes par-delà toutes les frontières. Personnellement, je suis membre de l’Alternative socialiste, une organisation socialiste révolutionnaire qui fait partie d’un organisme international construit sur tous les continents appelé Alternative Socialiste Internationale.  Si vous ne faites pas déjà partie d’une organisation socialiste, je vous suggère d’envisager de rejoindre la nôtre : https://internationalsocialist.net

Sachant que les médias de masse sont contrôlés par l’establishment et l’oligarchie qui dirige le monde, selon vous, la classe ouvrière et les peuples exploités n’ont-ils pas besoin d’une presse alternative qui défend leurs intérêts face à la domination capitaliste ?

Oui, les capitalistes ont leurs propres médias, donc toutes les personnes exploitées ont besoin d’une presse alternative pour faire avancer nos propres intérêts de classe ouvrière. Une telle presse ne peut pas accepter d’argent des représentants de la classe milliardaire, que ce soit par la publicité ou par des subventions, et doit être gérée démocratiquement et financée par des gens ordinaires.

La crise du Covid 19 avec le manque de lits, de respirateurs, de tests, la précarité du personnel soignant, ne révèle-t-elle pas la faillite du système capitaliste ?

Bien sûr. Je ne pourrais pas être plus d’accord. Les politiciens capitalistes du monde entier savaient qu’une pandémie était imminente, et pourtant ils n’ont rien fait pour nous préparer à la dévastation qui allait suivre. En fait, plutôt que de préparer nos pays à une pandémie mortelle, nos soi-disant dirigeants ont pris des décisions qui nous ont rendus plus vulnérables. Au Royaume-Uni, nos services de santé ont subi des réductions de financement considérables pendant des années, tandis que les salaires et les conditions de travail ont aussi été constamment réduits. De plus, lorsque le gouvernement britannique a entrepris son dernier exercice de planification en cas de pandémie en 2016 (Exercice Cygnus), il a conclu que notre pays devait stocker des EPI (ndlr : équipement de protection individuelle) pour notre personnel de santé de première ligne. Mais plutôt que d’investir de l’argent dans le stockage de EPI, notre gouvernement a apparemment donné la priorité à d’autres choses, comme la fourniture de matériel militaire au gouvernement d’Arabie Saoudite pour lui permettre de poursuivre sa guerre illégale contre le Yémen.

À votre avis, en faisant de la santé un secteur économique qui génère du profit, les tenants de l’ordre capitaliste n’ont-ils pas cassé le système sanitaire ? Ne vivons-nous pas les conséquences d’une gestion catastrophique de l’hôpital public ?

Les services de santé ne devraient jamais être liés à la recherche du profit, mais ils le sont. La tragédie est que l’acceptation de la mortalité massive est un élément central de tout système de soins de santé privatisé : il y a ceux qui sont assez riches et qui peuvent se payer un traitement et puis il y a ceux qui ne le peuvent pas… et, eh bien, qui meurent. Avec une pandémie mortelle en cours, c’est la classe ouvrière qui subit aujourd’hui les conséquences de la destruction et de la privatisation des services de santé dans le monde entier. C’est l’une des raisons pour lesquelles le COVID-19 enregistre son plus grand nombre de victimes parmi les plus pauvres de la société. Ce sacrifice de vie inutile rend absolument essentielle la nationalisation de tous les systèmes de santé sous le contrôle démocratique des travailleurs.

Quelle lecture donnez-vous de la guerre que se livrent les multinationales comme Gilead, Johnson et Johnson, etc. à propos du vaccin du Covid 19 ?

La création d’un vaccin sûr contre le COVID-19 ne peut être laissée entre les mains des grandes entreprises pharmaceutiques. Elles ont l’habitude de traiter la vie humaine avec mépris et lutteront bec et ongles contre tous les autres intérêts corporatifs pour maximiser leurs propres profits personnels dans cette crise. Les grandes entreprises pharmaceutiques mondiales ont eu des années pendant lesquelles elles auraient pu aider à préparer des ripostes médicales pour faire face à toutes sortes de menaces de pandémie, mais il est évident que ce travail qui sauve des vies n’a pas été jugé rentable. Leur désinvolture démontre au-delà de tout doute raisonnable que leurs entreprises doivent être prises en charge par le secteur public. C’est une tâche qui doit être entreprise le plus tôt possible. Nous avons besoin d’un contrôle démocratique total sur la stratégie mondiale de lutte contre la pandémie.

Comment expliquez-vous le comportement des voyous capitalistes qui se volent les uns les autres des cargaisons de masques de protection ? Le système capitaliste n’a-t-il pas atteint un degré d’immoralité sans précédent ?

Le capitalisme est un système en crise perpétuelle, toujours à la recherche de profits dans tous les domaines de la vie. Pendant les périodes de croissance économique mondiale, les responsables politiques des systèmes capitalistes ont plus de facilité à dissimuler la brutalité inhérente à leurs activités lucratives incessantes. En période de crise, cependant, les règles chaotiques et imprévisibles du capitalisme et son attitude profondément immorale à l’égard de la vie humaine sont pleinement exposées à la vue du monde, alors que les élites se disputent désespérément des ressources essentielles comme les EPI. Il n’y a pas de solidarité d’intérêts dans le capitalisme, où seuls les plus impitoyables et les plus puissants réussissent, sauf à constater que la classe dirigeante partage un seul intérêt, celui d’essayer de faire payer leur système et leurs erreurs à nous tous. Plus que tout, les agissements des voyous capitalistes mettent en évidence les limites de leur système, fournissant une démonstration horrifiante du meurtre social qui a lieu lorsque les profits passent avant les gens.

Certains responsables politiques ne sont-ils pas des criminels qui devraient être jugés pour avoir exposé la vie de leurs citoyens, comme Boris Johnson qui a tout d’abord refusé de confiner le peuple britannique ? D’après vous, le monde n’est-il pas dirigé par des voyous et des corrompus plutôt que par des hommes d’État ? Peut-on parler de démocratie ?

Il est vrai que de nombreux hommes politiques ont commis des actes politiques qui ont directement causé la mort de dizaines de milliers de personnes.  Et oui, dans toute démocratie digne de ce nom, il est de bon sens qu’ils soient tenus responsables. Mais la mainmise des élites sur une grande partie de l’appareil politique mondial, qui ne servent que les intérêts du pouvoir des entreprises, signifie que la justice ne sera jamais vraiment rendue tant que nous ne serons pas passés à une société socialiste. En attendant, nous pouvons utiliser les processus démocratiques qui existent encore pour élire des représentants combatifs à des postes politiques, où nous pouvons utiliser leurs positions d’autorité pour faire campagne en faveur d’une alternative socialiste. Ces tribunes socialistes devraient faire partie – et non pas être séparées – des luttes de masse contre le capitalisme. Et parmi les bons exemples de la manière dont les représentants élus peuvent travailler aux côtés des travailleurs pour exposer la corruption des super-riches figurent Kshama Sawant, membre du conseil municipal de Seattle, et Mick Barry, membre du parlement irlandais, tous deux socialistes révolutionnaires et combattants de classe qui ont fait leurs preuves.

Ne pensez-vous pas qu’on va vivre une récession économique sans précédent à cause de cette crise du Covid 19 ? Les peuples de la Terre ne doivent-ils pas prendre leur destin en main pour contrer les projets funestes d’une minorité oligarchique qui dirige le monde ?

Avant même que la pandémie ne frappe, la presse rapportait déjà que le monde entrait dans une nouvelle période de récession économique. Le choc provoqué par la pandémie a donc avancé et aggravé le début de cette récession, ce qui rend urgente la nécessité de s’organiser pour se préparer à chasser les voyous du capitalisme mondial. Ici, un terrain de lutte critique devra être mis en place au sein du mouvement syndical. Il va sans dire que c’est une triste réalité que pendant de nombreuses années, la direction de nombreux syndicats a été dominée par des individus qui préfèrent chercher des accommodements avec les exploiteurs capitalistes plutôt que de travailler à unir la classe ouvrière dans une lutte pour le socialisme. Mais cela peut et va changer, et nous assistons déjà à une radicalisation de la base des travailleurs, qui se rendent compte maintenant pourquoi il est vital de mieux s’organiser tant au niveau local, national qu’international. Nous ne pouvons pas faire confiance aux patrons et à la classe politique pour déterminer quand il est possible de retourner au travail en toute sécurité. Si les travailleurs décident collectivement qu’il est dangereux de retourner au travail, ils doivent refuser de commencer à travailler tant que leur lieu de travail n’est pas sécurisé. C’est nous qui détenons le véritable pouvoir dans la société, un pouvoir qui est souvent inexploité et étouffé, mais le moment est venu de faire de ce pouvoir une réalité vivante pour prendre notre destin en main et travailler à la construction d’un monde qui place les besoins de l’humanité avant les besoins du profit.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Michael Barker ?

Michael Barker est un travailleur de soutien dans une école au Royaume-Uni où il agit également en tant que délégué syndical. Il est aussi secrétaire adjoint du Conseil syndical du district de Leicester. Pendant son temps libre, Michael écrit sur des questions locales et internationales pour diverses publications, dont CounterPunch. Il est membre de http://socialistalternative.net

Michael est l’auteur de trois livres : Under the Mask of Philanthropy (2017); Fighting For Our Future: Ongoing Struggles Against Big Business and New Labour (2016); et Letters to Mercury: The Socialist Fightback in Leicester (2015). Il est également l’auteur de deux pamphlets : Why Socialists Oppose the EU (2018) et How and Why Labour Councils Should Fight All Cuts Now (2019).

Published in American Herald Tribune May 13, 2020: https://ahtribune.com/interview/4147-michael-barker.html

In French in Palestine Solidarité: https://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.140520.htm

In The Leaders News: https://www.theleadersnews.com/michael-barker-of-central-importance-is-that-the-ongoing-battle-against-capitalism-and-imperialism-is-waged-internationally/