Miguel Urbán Crespo : « Prolétaires du monde, unissez-vous. C’est le dernier appel »

Publié le Mis à jour le

Miguel Urban Crespo 4

Miguel Urbán Crespo . DR.

English version here

En español aquí

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez appelé à appliquer une taxe Covid sur les grosses fortunes et les multinationales. Pourquoi ? A votre avis, la crise du Covid-19 ne nous a-t-elle pas montré la faillite du modèle néolibéral ?

Miguel Urbán Crespo : L’émergence du Covid a été particulièrement meurtrière après des décennies de politiques néolibérales et de coupes dans les services publics et les soins de santé. Le coronavirus nous a montré que dans les centres et les pays où l’on a investi davantage dans la santé, il y a moins de décès, car comme nous le savions déjà, il n’y a pas de meilleur bouclier social que la protection des droits fondamentaux et du bien commun. Le droit à la santé a été réduit par les politiques néolibérales et le coût de cette pandémie se chiffre en centaines de milliers de vies.

La délocalisation et la désindustrialisation ont fait que les pays européens en plein désastre viral n’ont pas pu fabriquer les équipements d’urgence nécessaires pour combattre le Covid-19. L’Europe a besoin d’une réindustrialisation en accord avec un changement du modèle de production qui soit social, écologiquement juste et féministe. L’économie doit être au service de la vie, et non pour engraisser les profits privés. C’est sans aucun doute l’une des grandes leçons de cette crise.

La crise du Covid-19 n’a-t-elle pas accentué la crise du capitalisme ? Ne faut-il pas en finir une fois pour toutes avec le système capitaliste ?

Cette pandémie a mis à nu le caractère honteux du capitalisme. L’incapacité du capitalisme à relever le défi de la protection des classes populaires et de la sauvegarde des vies a été démontrée. C’est le moment d’examiner les conséquences des années de coupes continues dans le domaine public. Avant cette pandémie, le Forum de Davos annonçait déjà l’imminence d’une crise économique. Le Covid-19 a accéléré son arrivée. Nous devons dénoncer les politiques qui nous ont conduits ici. Si Marx devait écrire le manifeste communiste aujourd’hui, il terminerait par la phrase : « Prolétaires du monde, unissez-vous. C’est le dernier appel ».

La crise financière de 2008 a finalement été payée par les classes populaires en socialisant les pertes des banques et des grandes entreprises après des décennies de privatisations des profits. Il est impossible de socialiser à nouveau les dettes et les pertes d’une minorité redoutable de millionnaires, laissant des familles entières sombrer dans la misère. Les classes populaires n’ont pas à payer pour leurs crises, ni à faire face, seules, à leurs effets dévastateurs.

En définitive, aujourd’hui le capitalisme nous pousse dans un précipice civilisationnel. Être anticapitaliste, c’est mettre le frein d’urgence à ce train fou qui se dirige vers le précipice qu’est devenu le capitalisme.

Vous avez travaillé sur l’évasion fiscale en Europe qui s’élève à des sommes astronomiques. Comment expliquez-vous le comportement de ce 1% de riches qui ne paient pas l’impôt ?

J’ai coordonné les travaux du groupe de la Gauche (GUE) pendant deux ans au sein des commissions spéciales d’enquête sur la fraude et l’évasion fiscales du Parlement européen. Dans le monde, plus de 600 milliards – la moitié du PIB de l’Espagne – sont détournés vers ces paradis fiscaux. Les Panama Papers, par exemple, ont montré comment un vol a été commis dans chaque dotation de finances publiques par l’intermédiaire de ce qu’on appelle à tort des « paradis fiscaux ». Selon la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement, plus de 30 % des investissements mondiaux en 2015 ont été réalisés par l’intermédiaire de paradis fiscaux ou de centres d’investissement offshore. Stiglitz a déclaré au Parlement européen que nous sommes confrontés à un régime fiscal mondial déloyal et que derrière les paradis fiscaux, il y a un secteur qui s’appuie sur le secret pour créer une « économie mondiale de l’ombre ».

Malgré les proclamations patriotiques répétées dont les principaux partis politiques se remplissent la bouche, les multinationales et les milliardaires auxquels ils prêtent allégeance n’ont pas d’autre patrie que l’argent. Fuite après fuite, nous découvrons de nouveaux noms de sociétés, de célébrités ou de politiciens qui utilisent des sociétés offshores ou des couvertures pour cacher leur véritable richesse dans des paradis fiscaux en dehors des obligations fiscales. La seule véritable patrie des évadés fiscaux est l’argent. Qu’ils ne couvrent pas de drapeaux les coffres-forts où ils conservent les bénéfices non taxés et qui devraient financer les politiques sociales.

Nous assistons à une véritable insurrection des privilégiés, où les milliardaires et les multinationales refusent de payer des impôts, pratiquant un véritable terrorisme fiscal avec l’aide complice des gouvernements et des grands partis, alors qu’ils s’emploient à dénoncer ou à menacer ceux qui dénoncent leurs pratiques de détournement des finances publiques. C’est pourquoi la lutte contre l’évasion fiscale est plus que jamais une remise en cause de l’ordre mondial néolibéral dominant, une remise en cause de la monopolisation de toutes les ressources de la planète par la minorité du 1%.

Comment expliquez-vous le fait que les inégalités se soient accentuées entre une minorité de 1% qui concentre la totalité de la richesse mondiale et une majorité qui vit la précarité totale ?

La fraude et l’évasion fiscales ne sont pas des cas isolés ou circonstanciels, elles sont un phénomène structurel du capitalisme liquide de notre époque, intimement lié à l’offensive néolibérale qui sévit dans nos économies depuis des décennies. Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, a déclaré au Parlement européen que nous souffrons d’un régime fiscal mondial déloyal et que derrière les paradis fiscaux, il y a un secteur qui s’appuie sur le secret pour créer une « économie mondiale de l’ombre ».

Les paradis fiscaux sont l’un des principaux responsables de l’extrême inégalité dans la concentration des richesses, car ils permettent aux grandes multinationales et aux grandes fortunes de ne pas payer leur juste part d’impôts. En fait, toutes les études montrent qu’il n’y a jamais eu autant d’argent dans les paradis fiscaux qu’aujourd’hui. Selon l’économiste Gabriel Zucman, il y a environ 7,6 billions de dollars de fortunes personnelles cachées dans des endroits comme la Suisse, le Luxembourg et Singapour. De ce fait, les statistiques sur les inégalités sous-estiment considérablement le véritable degré de concentration des richesses, car elles n’incluent pas l’argent caché dans ces territoires opaques ou dans les paradis fiscaux.

Nous devons opter pour un modèle déterminé de redistribution des richesses, nous ne pouvons pas, nous les 99%, détenir 1% de la richesse mondiale. La réponse doit être internationale. Netflix, qui touche plus de trois millions de ménages en Espagne, paie 3 000 euros d’impôts – soit le même montant qu’un travailleur ayant un faible revenu imposable en Espagne. Maintenant qu’il est question du Green New Deal en Europe, nous devons nous rappeler que Roosevelt imposait 94 % d’impôt sur le revenu des personnes ayant une fortune de plus de 200 000 dollars – l’équivalent de plus de 2 millions d’euros aujourd’hui. Nous devons placer la répartition des richesses et du travail au cœur du débat, inclure des logiques féministes et parler d’éco-socialisme. Ce sont les axes fondamentaux de nos propositions. Tout cela n’est pas possible si une minorité menaçante reste immensément riche. Une décision doit être prise : soit on gouverne pour une dangereuse minorité de milliardaires, soit pour les majorités sociales.

Une taxe Covid doit être mise en place pour que les plus nantis paient une taxe généralisée sur les grandes fortunes, les milliardaires et les multinationales afin de financer nos services sociaux et de santé. Des mesures ambitieuses de ce type doivent être prises. C’est à ceux qui ont le plus de moyens de payer les factures et non aux classes laborieuses.

Vous êtes un défenseur des peuples très engagé dans les causes justes, notamment celle du peuple sahraoui. Pourquoi, selon vous, cette cause est-elle ignorée en Occident ? Pourquoi les médias ne parlent-ils jamais de la lutte du peuple du Sahara Occidental pour sa libération ?

Ce silence trouve ses racines dans l’origine du fait même, en 1975, lorsque l’Espagne a simplement vendu le Sahara au Maroc, au milieu des intérêts géopolitiques stratégiques spécifiques des puissances en présence. Malgré le fait que l’échiquier international ait changé, les intérêts sur la région sont restés les mêmes et ce sont ces mêmes intérêts qui maintiennent le silence et l’inaction complices de ce que nous voyons aujourd’hui.

En 1975, sur la scène internationale et en pleine guerre froide, les États-Unis, avec Henry Kissinger à la tête de la diplomatie, ne permettent pas l’instauration d’un régime socialiste proche de l’Algérie, alliée des Soviétiques, dans une zone d’importance stratégique telle que le Sahara occidental, tant en raison de sa situation géographique que de ses ressources riches en phosphate. Il a donc soutenu et encouragé l’annexion du Sahara occidental au Maroc, en utilisant ses alliés, l’Espagne et l’Arabie saoudite.

Par ce même geste, Kissinger a assuré la stabilité de la monarchie marocaine, rivale de l’Algérie et située sur le flanc nord-ouest de l’Afrique, avec un littoral sur deux mers et la capacité de contrôler le détroit qui relie la Méditerranée et l’Atlantique, tandis que dans le même temps, l’Arabie saoudite a fourni un allié important dans la Ligue arabe. Le tout avec le soutien des États-Unis et un financement saoudien. Kissinger a été très clair sur le jeu géopolitique de l’époque et n’a jamais eu de scrupules à agir en fonction des intérêts du moment.

Dans le cas spécifique de l’Espagne, cette trahison envers le peuple sahraoui est liée au début de la restauration des Bourbons, inaugurant l’une des pages les plus sombres de la politique étrangère espagnole dans la transition et le rôle de la personne qui est maintenant le roi émérite Juan Carlos I. En ce sens, l’approfondissement de cette trahison historique implique de remettre en question le retour de la monarchie et la monarchie elle-même, ce que les médias et l’establishment politique ont nié tout au long de ces années et même aujourd’hui lorsque, en plein confinement par la COVID-19, le énième scandale de corruption lié à la couronne a explosé avec la découverte d’un autre compte d’un million de dollars et de la fondation offshore Lucum, dans laquelle Juan Carlos I a amassé 100 millions d’euros de commissions supposées illicites en provenance d’Arabie Saoudite. Il y a une histoire d’échange de faveurs et de corruption entre la théocratie saoudienne et le roi émérite, dont l’abandon du Sahara occidental n’est que le début. Ainsi, nous ne devons pas oublier que la couronne espagnole est l’héritière du régime de Franco et que la figure du roi a joué un rôle clé dans la transition et les pactes de la Moncloa, qui ont institutionnalisé l’impunité sur laquelle repose la démocratie espagnole. Remettre en cause la monarchie, c’est remettre en cause tout ce système d’impunité.

J’ai interviewé Ana Gomes, députée au Parlement européen, qui m’a parlé d’un lobbying marocain très puissant au sein des institutions européennes et du Parlement européen. Comment expliquez-vous que certains parlementaires élus par leur peuple se vendent et, au lieu de soutenir la cause juste d’un peuple, défendent l’occupant et le colonisateur, à savoir le Maroc ? N’est-ce pas immoral ?

À Bruxelles, il y a environ 15 000 « lobbyistes » qui travaillent pour quelque 2 500 groupes de pression ou lobbies. Bien que des initiatives aient été lancées pour réglementer cette activité, elle est dictée par les intérêts du capital et des grandes entreprises, et les relations entre l’UE, le Maroc et le Sahara occidental ne sont pas exemptes de cette réalité. Sur le plan global, cette UE est une grande machine à garantir le fonctionnement des marchés et non à garantir les droits des individus. Nous l’avons vu et nous le voyons encore aujourd’hui, quand on parle de faire face à une crise sociale et économique qui a été annoncée mais qui a été déclenchée par une crise sanitaire, qui remet directement en cause les services publics de qualité, c’est-à-dire les droits. Nous sommes venus dans les institutions pour changer ces pratiques, pour nous les approprier, pour les mettre au service du fonctionnement des majorités populaires et de la solidarité entre les peuples et non des marchés.

Il est évident que le gouvernement marocain dépense d’énormes sommes d’argent pour influencer les politiques européennes, nous l’avons vu dans le rapport du Parlement européen sur l’accord commercial UE-Maroc. Un accord qui ne pouvait en aucun cas inclure les territoires sahraouis occupés comme l’a décidé la Cour européenne de justice elle-même, mais en fin de compte, la pression du gouvernement marocain est intervenue et ils ont été inclus. Peu avant le vote sur le rapport parlementaire approuvant l’accord commercial, nous avons appris que le député rapporteur appartenait à une fondation financée par le gouvernement marocain. Un tel scandale aurait suffi à invalider le rapport lui-même, mais en fin de compte, la signature du député éclaboussé par le scandale a été retirée et le rapport a été approuvé tel quel.

Je suis Algérien et mon pays a subi les crimes du colonialisme français. La cause du peuple sahraoui ne concerne-t-elle pas toute l’humanité sachant qu’il s’agit de la décolonisation d’un pays ?

Bien sûr, mais pas seulement le peuple sahraoui. Tant d’autres peuples luttent aujourd’hui pour le droit à l’autodétermination comme condition sine qua non pour des processus de décolonisation plus importants. Dans le monde entier, nous avons de nombreux cas : le peuple kurde, le plus grand sans État propre et divisé entre quatre États ; le peuple palestinien, qui accumule des décennies de sang, d’occupation et d’injustice ; les peuples autochtones d’Amérique latine, tels que le peuple Mapuche qui, divisé entre ce qui est aujourd’hui le Chili et l’Argentine, n’a cessé de résister depuis la colonisation initiale de l’invasion espagnole il y a 500 ans.

En ce sens, l’émancipation des peuples et leur décolonisation est l’affaire de tous ceux qui aspirent à changer le monde à la base. Mais il est nécessaire d’élargir nos schémas d’analyse sur les implications de la « décolonisation » selon les offensives néocoloniales telles que l’extractivisme en tant que politique économique qui détruit l’environnement et qui est imposée à des régions entières, l’imposition d’une culture hégémonique, les divisions imposées par les frontières elles-mêmes, entre autres, et que les exemples mentionnés ci-dessus illustrent comme faisant partie de la même lutte.

Toute l’humanité subit le Covid-19. Comment expliquez-vous le traitement inhumain que subit le peuple palestinien à Gaza privé de tout et qui continue de subir le blocus criminel d’Israël ?

Il n’est pas facile d’expliquer les horreurs de l’humanité. Alors que la dynamique internationale est marquée par la pandémie de Covid-19, l’armée israélienne continue à s’engager dans le siège humanitaire de Gaza et le harcèlement des communautés palestiniennes de Cisjordanie qu’Israël tente d’expulser depuis des décennies, également avec un certain silence et la complicité internationale.

Nous avons vu fin mars comment Israël a confisqué des tentes destinées à une clinique sur le terrain dans le nord de la Cisjordanie, c’est-à-dire que l’apartheid israélien continue de démontrer qu’il n’a aucune mesure ni frein malgré l’urgence sanitaire actuelle. Intervenir dans le cadre d’une initiative communautaire de soins de base lors d’une crise sanitaire est un exemple cruel d’abus israélien, mais c’est déjà la norme dans ces communautés et cela va bien sûr à l’encontre de tous les principes et normes des droits de l’homme.

Pourquoi ce silence du monde sur les conditions de vie extrêmement dures du peuple gazaouis sous le Covid-19 ?

Le silence est relatif, mais généralisé par rapport aux effets des nécropolitiques que le capitalisme déploie au niveau mondial. Dans votre question et pour le cas d’Israël, nous savons que le lobby sioniste est nécessaire pour renforcer l’État militariste d’Israël et est un outil nécessaire pour blanchir ses propres stratégies dans les agendas des organisations internationales et chez son allié naturel, les États-Unis, en imitant les positions officielles dans les politiques qui émanent de Washington, avec des intérêts géopolitiques clairs. Il est évident que l’appareil médiatique qui l’accompagne doit nécessairement avoir ce même pouvoir et cette même portée. Il convient également de noter que lors de la pandémie de Covid, notre groupe politique au Parlement a souligné la situation dramatique à Gaza, dénonçant son blocus illégal et inhumain.

Vous avez travaillé sur la montée de l’extrême-droite en Europe. Comment expliquez-vous que l’idéologie du fascisme qui a causé la mort de millions d’Européens ait pu ressusciter à nouveau ? Cette montée des groupes d’extrême-droite et néo-nazis qui ont pris le pouvoir dans certains pays, ne traduit-elle pas l‘échec des partis politiques traditionnels qui ont gouverné l’Europe après la 2e guerre mondiale ?

La montée de l’extrême droite est une réalité dangereuse qui nous renvoie aux pires fantômes en Europe, mais il y a quelque chose d’au moins aussi dangereux : comment les propositions de l’extrême droite sont achetées par les grands partis de la Grande Coalition néolibérale, un phénomène connu par de nombreux sociologues comme la lepénisation (ndlr: en référence à Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front National – extrême-droite – en France) des politiques migratoires européennes. De plus, en Europe, les réductions des droits et libertés ont été justifiées par des politiques de xénophobie institutionnelle telles que celles de la forteresse Europe, qui ont fait de la Méditerranée le plus grand charnier du monde. Tout cela a sans doute contribué à normaliser l’extrême droite, ce qui est encore paradoxal, alors que le jour du souvenir de l’Europe est le 9 mai, jour de la victoire sur le nazisme. Une célébration qui reconnaît implicitement la genèse antifasciste de la démocratie européenne.

La crise des partis qui ont traditionnellement détenu le pouvoir après la Seconde Guerre mondiale ne semble pas être un symptôme particulier d’un pays spécifique mais plutôt européen, un symptôme de sa transformation en ce centre extrême qui gouverne l’Europe en une grande coalition. Ces dernières années, nous avons vu comment c’est fondamentalement la social-démocratie qui a été remplacée sur le plan électoral par l’émergence de nouvelles forces qui occupent une grande partie de son espace politique. Bien que dans la plupart des cas ce déplacement se soit fait vers la droite, dans certains cas il s’est également fait vers la gauche comme en Grèce ou en Espagne. Mais récemment, nous avons également constaté un lourd coût électoral de la part de la droite démocrate-chrétienne qui a cédé la place à sa droite, le cas de l’Espagne avec l’émergence de Vox en est un bon exemple.

La progression de l’extrême droite est étroitement liée à la propagation des politiques néolibérales. Car, au-delà des coupes et des privatisations concrètes, l’austérité est, comme le dit l’économiste Isidro Lopez, « l’imposition » pour 80% de la population européenne d’une pénurie imaginaire. Un « il n’y en a pas assez pour tout le monde » qui ouvre la porte à « quelques-uns en auront ». La rareté comme moteur des mécanismes d’exclusion. Ce phénomène qu’Habermas a défini comme le « chauvinisme du bien-être » et où se croisent les tensions toujours latentes entre le statut de citoyen et l’identité nationale. Des situations dans lesquelles les troubles sociaux et la polarisation politique sont canalisés par leur maillon le plus faible (le migrant, l’étranger ou simplement « l’autre »), exonérant ainsi les élites politiques et économiques qui sont en réalité responsables du pillage.

Le Brexit est un bon exemple de la façon dont la polarisation politique peut s’exprimer de façon contradictoire dans une révolte anti-establishment qui combine nationalisme d’exclusion, démagogie anti-immigration, et lassitude face à l’inégalité sociale. Ainsi, le vide généré par une alternative politique européenne crédible est rempli par la peur, la xénophobie, le repli identitaire, l’égoïsme étroit et la recherche de boucs émissaires. Mais il est important de garder à l’esprit que ce phénomène n’est pas exclusivement européen. Nous sommes confrontés à une vague internationale autoritaire et réactionnaire où il existe différentes croyances et religions : le rôle des évangélistes en Amérique latine, l’islamisme ou l’hindouisme radical n’en sont que quelques exemples. Nous assistons à une régression démocratique sans précédent au cours des dernières décennies, qui met en péril les concepts mêmes de la démocratie libérale.

En tant que Député européen engagé dans les causes justes, ne pensez-vous pas que le Parlement européen doit jouer un rôle plus important qu’actuellement dans la résolution des conflits qui font rage dans certains pays comme le Yémen, la Libye, etc. ?

Je le crois et je l’ai dénoncé à plusieurs reprises. Le problème est que pendant trop longtemps, la plupart des pays européens ont eu l’Arabie Saoudite comme partenaire privilégié dans la région grâce à la diplomatie du pétrodollar et/ou les juteux contrats d’infrastructure et d’armement d’entreprises espagnoles, françaises, britanniques ou allemandes, qui ont payé la violation systématique des droits de l’homme par de tonitruants silences officiels, comme stratégie d’achat volontariste à laquelle participent les gouvernements et les médias européens. Aussi difficile qu’il soit de le dire et de l’entendre, toutes les morts ne valent pas la même chose, tous les conflits armés n’ont pas le même impact ni le même traitement politique de la part des institutions européennes.

Le Venezuela continue à être agressé par les États-Unis. L’Europe, en soutenant Juan Guaido, le pantin des Américains, n’a-t-elle pas commis une faute grave ? D’après vous, les interventions impérialistes américaines ne doivent-elles pas cesser ?

Lorsque Guaidó s’est autoproclamé président en janvier 2019, tous les États membres ne l’ont pas reconnu. L’un des premiers à le reconnaître a été l’Espagne, ce qui me semble une véritable honte. En tant que bloc, l’UE a également cédé aux pressions des États-Unis face à la situation : le 31 janvier, par une résolution du Parlement européen, Juan Guaidó a été reconnu comme président intérimaire de la République bolivarienne du Venezuela.

Cet épisode a permis de franchir une nouvelle étape dans l’offensive internationale contre le Venezuela. D’une part, le capital transnational entrevoit dans Voluntad Popular, le parti de Leopoldo López et Guaidó, une possibilité de sortie en faveur de la logique de restructuration du marché, c’est pourquoi il continue à bénéficier de la reconnaissance et du soutien de nombreux pays. Par ailleurs, plus de soixante pays subordonnés aux États-Unis ont lancé une offensive médiatique contre le gouvernement Maduro et une nouvelle possibilité d’intervention sous couvert d’« aide humanitaire ».

Nous avons toujours maintenu un rejet total de toute forme d’offensive de l’opposition contre le gouvernement bolivarien. Il ne faut pas oublier que l’opposition vénézuélienne est dirigée par des secteurs profondément antidémocratiques liés à la classe dominante, qui s’est enrichie grâce à des concessions d’extraction et d’exportation de pétrole par l’intermédiaire de sociétés américaines. L’industrie pétrolière organise les terrains de la lutte des classes au Venezuela. Ainsi, cette pétro-bourgeoisie prépare un programme autoritaire contre les conquêtes de la révolution bolivarienne, dont certaines sont très diminuées par la crise que connaît le pays depuis quelque temps.

En ce sens, il est prioritaire d’arrêter l’offensive de l’impérialisme et de la classe dominante, ce qui ne signifie pas ne pas avoir de critiques à formuler à l’égard du gouvernement de Maduro et de sa gestion politique. Quant à savoir qui ou comment arrêter cette offensive impérialiste, bien sûr, la réponse ne doit pas venir de l’Europe. On ne peut pas démanteler un impérialisme en activant un autre sous un néocolonialisme. La révolution doit passer par un accroissement des libertés, un approfondissement de la démocratie, une plus grande redistribution des richesses et la mise en place de mécanismes institutionnels qui garantissent que l’économie serve les besoins des classes populaires. En un mot : le pouvoir du peuple contre toutes les formes d’offensives impérialistes.

Ne faut-il pas un front anti-impérialiste mondial pour contrer les plans funestes des administrations US successives ? L’Europe ne doit-elle pas s’affranchir de l’hégémonie US ?

Certaines stratégies qui dans le passé ont servi à relancer des cycles d’accumulation, comme l’expansionnisme impérialiste colonial, sont bloquées parce que l’expansion capitaliste elle-même a fait qu’aucun endroit dans le monde n’est exempt de la logique du capital.

Comme dans le cas du Venezuela, tout comme la direction politique de l’opposition répond à ses intérêts de classe, les intérêts du capital sont défendus dans le monde entier. Bien que cette action soit impulsée par les États-Unis sous la direction de Trump, elle s’inscrit dans une logique globale et, régionalement, dans un contexte de coups d’État mous ou autoritaires selon les pays en Amérique latine comme au Brésil, au Honduras, au Paraguay et plus récemment en Bolivie (bien que cela n’entre pas dans la catégorie d’un coup d’État mou) dans la même logique, mais dont les conséquences immédiates ont été une répression sévère des militants et des communautés en résistance. Ces coups d’État ont été accueillis avec le silence complice des gouvernements et de la presse internationale.

Le capitalisme est dans une longue vague de dépression causée par une crise de la rentabilité, dont la cause principale est la tendance à la baisse du taux de profit. Face à cette difficulté permanente, le capitalisme a cherché son échappatoire, comme il le fait systématiquement, en intensifiant l’exploitation des êtres humains et de la nature dans un processus de dévaluation permanente du travail et de dégradation de la biosphère. Ainsi, ce sera la crise écologique qui introduira, comme elle le fait déjà, de nouvelles limites au développementalisme capitaliste mais aussi de nouvelles limites aux cycles de transformation et à leurs stratégies. En ce sens, il est fondamental de susciter une nouvelle solidarité et un internationalisme militant capables de construire un projet éco-socialiste qui réponde, à partir des différents contextes et des particularités régionales, au défi commun de faire face à un scénario post-capitaliste.

Dans l’histoire, on a toujours vu que les crises du capitalisme mènent à la guerre. Ne pensez-vous pas que la récession qui s’annonce avec la crise du Covid-19 pourrait mener à une guerre provoquée par l’administration Trump contre la Chine ?

La crise écologique et la raréfaction des ressources de la planète sont essentielles pour comprendre l’évolution de la crise capitaliste, à plus forte raison dans le monde post-Pandémie Covid-19, dont on ne peut encore voir l’impact dans sa totalité, mais qui va vraisemblablement modifier les rapports de force et accélérer la crise qui s’éternise depuis 2008. Jusqu’à ce moment, la tendance à une recomposition du capitalisme au niveau mondial avait pris la forme d’une  » déglobalisation  » bien qu’apparemment depuis, la toile de fond soit toujours la financiarisation globale de l’économie. C’est le nœud central, aujourd’hui, de la géopolitique : comment, dans un monde compétitif et en crise, les grandes puissances parviennent à améliorer leur situation. Les États sont en concurrence les uns avec les autres pour le capital, ce qui se manifeste par la réorganisation à grande échelle de l’oligarchie capitaliste avec de nouveaux agents, de nouvelles strates de capital (surtout en Asie) qui se disputent le contrôle des richesses et des revenus.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ou le Brexit, s’inscrit dans ce processus de restructuration du système mondial au niveau planétaire, qui tentera de diviser le monde en zones d’influences concurrentes. Cela explique également l’émergence de nouvelles formes de pillage de pays défavorisés, particulièrement graves dans les industries extractives et le contrôle des terres fertiles ou des ressources en eau. La possibilité d’une guerre à grande échelle semble temporairement exclue pour des raisons politiques, et j’insiste sur le fait que c’est la crise écologique qui déterminera le cours de la crise.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Miguel Urbán Crespo ?

Miguel Urbán Crespo est un homme politique espagnol, membre du Parlement Européen dans le Groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, et un militant anticapitaliste. En tant que Député européen, il est membre de la Commission au Développement, de la Sous-commission « droits de l’homme », de la Délégation pour les relations avec le Mercosur et de la Délégation à l’Assemblée parlementaire euro-latino-américaine. Il est aussi membre suppléant de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, et de la Délégation pour les relations avec la République fédérative du Brésil.

Published in American Herald Tribune May 21, 2020: https://ahtribune.com/interview/4177-miguel-urban-crespo.html

In Palestine Solidarité: https://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.220520.htm

Une réflexion au sujet de « Miguel Urbán Crespo : « Prolétaires du monde, unissez-vous. C’est le dernier appel » »

Les commentaires sont fermés.