Dr. Walter L. Hixson:« Israël est incontestablement un régime d’apartheid »

Publié le Mis à jour le

Walter L Hixson cb98c

Mohsen Abdelmoumen :  Vous avez écrit l’ouvrage « American Settler Colonialism: A History ». Ce livre très important pour la compréhension de l’histoire américaine explique la violence et la brutalité du colonialisme américain avec les différentes guerres qui ont traversé son histoire. D’après vous, peut-on parler d’un génocide à l’encontre des Amérindiens ? Et pourquoi la violence qui a été pratiquée par le colonialisme n’a-t-elle jamais été révélée au grand jour ? Peut-on parler d’une histoire cachée ?

Dr. Walter L. Hixson : « Génocide » est un mot et tout langage est subjectif parce que les mots ne peuvent représenter que ce qui est réel, ils ne sont pas réels en eux-mêmes. Je suis à l’aise pour utiliser le terme de génocide pour expliquer et comprendre certains aspects de l’histoire américaine, par exemple le massacre impitoyable des Indiens de Californie dans les années 1850. Si « génocide » signifie destruction d’un mode de vie, alors il est certain que les Américains ont commis un génocide contre les populations indigènes. D’autres chercheurs préfèrent le « nettoyage ethnique » au génocide et d’autres encore le « déplacement des Indiens » qui est plus discret. Je fais également référence à la guerre systématique et à la guerre d’extermination. Quel que soit le terme utilisé, les Américains ont soumis d’autres peuples – les Indiens, les Mexicains et les Japonais, entre autres – à une tuerie débridée. En ce qui concerne les Indiens, les Américains ont également pris leurs terres illégalement et de manière scandaleuse. Avec l’esclavage, il s’agissait assurément de crimes américains de masse contre l’humanité.

Selon vous, peut-on dire que les Etats-Unis sont une nation fondée sur le sang et la violence ?

Oui, mais on peut dire la même chose de beaucoup d’autres nations. Je ne pense pas que les États-Unis soient uniquement mauvais, mais l’existence d’une terre immense occupée par un peuple plus faible et ravagé par la maladie a permis un niveau élevé de violence dans l’histoire américaine. Les États-Unis sont loin d’être innocents à cet égard, mais les êtres humains sont, comme les chimpanzés, une espèce violente.

Dans votre livre très intéressant et très riche en informations “The Myth of American Diplomacy”, vous analysez la politique étrangère américaine. Le fait que les Etats-Unis se sont érigés en gendarme du monde et qu’ils ont mené des guerres impérialistes partout dans le monde ne provient-il pas de ce mythe ? Les conséquences de cette vision fanatique ne risquent-elles pas de mener l’humanité à une catastrophe irréparable ? Comment expliquez-vous le besoin des Etats-Unis d’avoir un ennemi en permanence ?

Oui et oui. Le « mythe de l’exceptionnalisme américain », profondément influencé par certaines souches du christianisme – notamment l’idée d’être « la nation choisie par Dieu » destinée à diriger le monde (« Manifest Destiny ») – a engendré beaucoup de violence et de guerre. Les États-Unis ont été en guerre pendant l’écrasante majorité de leur histoire. Le pays semble dépendre d’ennemis extérieurs pour réaffirmer sa propre identité en tant que nation exceptionnelle et choisie. Mais beaucoup d’Américains n’aiment pas la guerre, d’autant plus que l’histoire depuis le Vietnam a été presque entièrement un échec. L’état de guerre épuise l’opinion publique américaine – même Trump s’y oppose !

A votre avis, les peuples de la terre n’ont-ils pas tout à gagner d’avoir un monde multipolaire débarrassé de l’hégémonie US ? Est-ce une utopie ?

C’est peut-être une utopie, mais il n’y a pas d’alternative à la coopération mondiale, surtout avec le changement climatique qui se répercute sur le monde. Les Américains continuent à être obsédés par leur « patrie » et leur « sécurité nationale » alors que ce dont ils devraient se préoccuper, c’est de la communauté mondiale et de la sécurité mondiale, non seulement pour le changement climatique, mais aussi pour le contrôle des armes de destruction massive et, bien sûr, comme nous le voyons maintenant avec la pandémie, pour le contrôle des maladies. Les États-Unis ont rendu un grand service en instaurant l’ONU et en la finançant, mais ils ont depuis largement ignoré la sécurité multilatérale (autre que l’OTAN et les diverses alliances) par référence à la poursuite unilatérale du supposé « intérêt national ».

Vous avez écrit le livre Israel’s Armor: The Israel Lobby and the First Generation of the Palestine Conflict dans lequel vous apportez une analyse pertinente à propos du poids du lobby israélien sur la politique étrangère américaine. Comment expliquez-vous la relation spéciale entre les Etats-Unis et Israël ? Et comment expliquez-vous le poids du lobby israélien dans la décision politique aux Etats-Unis ?

Le lobby israélien joue un rôle puissant dans la politique américaine au Moyen-Orient, mais cela est souvent nié et les personnes qui soulignent l’influence du lobby sont souvent condamnées pour avoir émis une théorie de conspiration. Mais personne ne peut raisonnablement nier que le lobby israélien est de loin le plus puissant lobby agissant au nom d’un pays étranger dans toute l’histoire américaine. Aucun autre pays n’a jamais eu un lobby aussi puissant et persuasif que le lobby israélien dans l’histoire des États-Unis. L’AIPAC est l’organisation la plus importante, mais il existe des dizaines de groupes sionistes – littéralement trop nombreux pour être comptés – qui constituent le lobby israélien. Aux États-Unis, le lobby israélien est très puissant, tout comme le lobby des armes, le lobby pharmaceutique et le lobby des personnes âgées.

Le mouvement sioniste a profité du fait que les États-Unis comptaient la plus grande population juive du monde et l’a mobilisée pour soutenir le mouvement tout au long du XXe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont éprouvé de la sympathie pour les victimes juives du génocide nazi et le lobby a exploité les sentiments de culpabilité parce que les États-Unis n’avaient pas fait grand-chose pour arrêter l’agression allemande contre les Juifs. À ce moment-là, le lobby a commencé à exercer une influence considérable au Congrès américain afin de recevoir un financement et un soutien massifs pour Israël. Il a également commencé à travailler avec succès pour élire des candidats qui soutenaient Israël et pour cibler et souvent battre les candidats qui ne soutenaient pas Israël. Israël – un tout petit pays de moins de 9 millions d’habitants – est devenu de loin le pays étranger le plus financé de l’histoire des États-Unis. Les États-Unis envoient actuellement à Israël 3,8 dollars par an, principalement sous forme d’aide militaire. Par conséquent, Israël est le pays le plus puissant et le plus fortement militarisé du Moyen-Orient.

Peut-on dire que les administrations successives des Etats-Unis ont toujours été soumises au lobby israélien ?

Aucune administration présidentielle américaine ne peut échapper à l’influence du lobby israélien. Eisenhower a forcé Israël à quitter Suez en 1956 – depuis lors, toutes les administrations américaines ont cédé au lobby. Contrairement à son fils, George H.W. Bush a bien essayé de tenir tête au lobby après la guerre du Golfe. Il a essayé de bloquer les garanties de prêts à cause des colonies illégales d’Israël et il a forcé les négociations à Madrid. Il a perdu les élections suivantes et il en a blâmé le lobby (bien que ce ne soit pas la seule raison de sa défaite). Les Républicains ont juré de ne plus jamais laisser cela se reproduire alors que les Démocrates, à commencer par Truman et en allant plus vite, par Johnson, ont toujours apaisé Israël. Carter et Obama voulaient forcer Israël à faire des compromis, mais tous deux ont rapidement cédé aux pressions du lobby. Biden est résolument pro-Israël, tout comme Trump, bien que de nombreux démocrates soient opposés à l’annexion de la Cisjordanie.

Comment expliquez-vous le soutien inconditionnel des Etats-Unis à Israël ? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils besoin d’Israël ?

Les États-Unis n’ont pas « besoin » d’Israël. En fait, je dirais que le soutien incontestable et disproportionné à Israël mine la sécurité des États-Unis et a ancré une politique étrangère désastreuse au Moyen-Orient, caractérisée par les interminables « guerres éternelles » au lendemain du 11 septembre 2001, des attentats qui ont été motivés en partie par le soutien unilatéral des États-Unis à Israël. Au lieu de poursuivre un accord équitable en Palestine, les États-Unis ont mené une politique pro-israélienne malavisée qui a produit un cauchemar en matière de droits de l’homme et a porté un coup préjudiciable aux efforts pour instaurer la justice internationale. À mon avis, et en grande partie à cause de son penchant pour Israël, la politique américaine au Moyen-Orient a été un désastre au même titre que le désastre du Vietnam et de l’Indochine.

Quelle est votre analyse à propos de la normalisation d’Israël avec certains pays arabes comme les Emirats, le Bahreïn, etc. ? On évoque le rôle déterminant du gendre de Trump, Jared Kushner, dans le Deal du siècle et cette normalisation. Qu’en pensez-vous ?

Kushner est très astucieux – bien plus que son beau-père – et il essaie d’utiliser l’appât du gain et des armes avec ces régimes arabes réactionnaires pour assurer la défaite finale des Palestiniens. Il n’a que du mépris pour les souffrances du peuple palestinien. Ces régimes arabes veulent des armes et une relation confortable avec les Américains, des échanges commerciaux avec Israël ainsi qu’une alliance contre des ennemis mutuels tels que l’Iran, bien sûr. Les États-Unis et Israël – et apparemment les Saoudiens et d’autres aussi – sont obsédés par l’Iran. Cette démonisation de l’Iran est porteuse d’une menace persistante de guerre, qu’Obama, soutenu par les Européens, avait gérée avec succès jusqu’à ce qu’elle soit annulée par Trump et Kushner.

Le monde ferme les yeux sur les crimes que commet Israël contre le peuple palestinien. Pourquoi ?

La fatigue s’est installée en ce qui concerne la Palestine. L’AP a commis une grave erreur à Oslo et depuis lors, les Palestiniens mènent une bataille perdue d’avance. Les régimes arabes réactionnaires ont perdu tout intérêt, mais pas leurs opinions publiques. Si un autre « printemps arabe » se présente, ces dictateurs pourraient payer un lourd tribut pour s’être rangés du côté d’Israël et des États-Unis. Comme je l’ai dit, Kushner est intelligent et il a souligné que Jérusalem sera accessible au peuple arabe parce qu’il se rend compte à quel point Jérusalem est centrale pour la foi islamique.

Les Palestiniens ne sont-ils pas soumis à un régime d’apartheid ?

Israël est incontestablement un régime d’apartheid. Vous ne pouvez pas être un « État juif » et un « État démocratique » en même temps. C’est littéralement impossible. Israël a toujours marginalisé et discriminé sa minorité arabe tout en réprimant et en massacrant brutalement les résidents de Gaza et de Cisjordanie, ainsi que du Liban d’ailleurs. Israël n’est pas la « seule démocratie » du Moyen-Orient qu’il prétend être, c’est au contraire un État d’apartheid répressif et militarisé. Sous Netanyahu, Israël a fondamentalement embrassé l’apartheid en adoptant la « loi de l’État juif », ouvertement raciste.

Les actions des BDS ne sont-elles pas nécessaires pour contrer l’apartheid israélien ?

Le BDS est tout à fait justifié et reste aujourd’hui la meilleure arme pour lutter contre la répression israélienne en Palestine. Israël en est conscient et, de concert avec le lobby israélien aux États-Unis, a riposté par de la propagande et des attaques contre la liberté d’expression et de fausses accusations d’antisémitisme. Israël et le lobby sont prêts à attaquer et à miner la démocratie américaine ainsi que la liberté des Palestiniens. Ils utilisent tous les moyens possibles pour attaquer les critiques et les ennemis présumés, non seulement en politique mais aussi dans les universités. Ils ont des millions et des millions de dollars à déployer dans cet effort. Pourtant, le BDS ne disparaît pas. De plus, les jeunes juifs américains non orthodoxes se retournent contre le lobby, qui est principalement soutenu par de riches juifs orthodoxes comme l’ignoble magnat républicain des casinos Sheldon Adelson. Le lobby se tourne de plus en plus vers la culture des fondamentalistes chrétiens de droite qui soutiennent Israël parce qu’ils pensent que cela accélérera le retour de Jésus-Christ, comme le veut la prophétie biblique. Malgré la séparation très controversée entre l’Église et l’État, les États-Unis sont l’une des nations religieuses les plus naïves et les plus fanatiques du monde.

Une minorité de démocrates progressistes tels que Bernie Sanders, AOC, Betty McCollum, Ilhan Omar et Rashida Tlaib critiquent avec audace Israel. Leurs rangs devraient grossir à l’avenir, mais l’histoire et la culture changent lentement, j’en ai peur.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le DR. Walter L. Hixson ?

Walter L. Hixson est un historien diplomatique et culturel, Il a écrit récemment  American Settler Colonialism : A History (Palgrave Macmillan, 2013), qui a reçu le titre de « Outstanding Academic Title » décerné par Choice.  Parmi ses précédents ouvrages, citons The Myth of American Diplomacy : National Identity and US Foreign Policy (Yale University Press, 2008), qui a également reçu le titre de Choice ; Parting the Curtain : Propaganda, Culture, and the Cold War, 1945-1961 (St. Martin’s Press, 1997) ; Witness to Disintegration : Provincial Life in the Last Year of the USSR (University Press of New England, 1993) ; et George F. Kennan : Cold War Iconoclast (Columbia University Press, 1989 ; lauréat du prix Bernath Book).  Il a publié de nombreux autres livres, articles et essais de grande envergure, notamment des évaluations de la guerre du Vietnam dans l’histoire et la mémoire, une analyse des romans de Tom Clancy en tant que reflet des mentalités de sécurité nationale de l’époque de Reagan, et le contexte culturel des crimes à sensation dans l’histoire américaine.

Hixson, qui est un éminent professeur d’histoire à l’université d’Akron, est en train de faire les dernières révisions d’un manuel, American Foreign Relations : A New Diplomatic History, qui sera publié à l’automne par Routledge.  Le texte souligne le rôle des facteurs culturels, en particulier la race, la religion et le sexe, dans l’explication de l’histoire des relations étrangères américaines.

Pour son prochain projet, le professeur Hixson se concentrera sur la relation spéciale entre les États-Unis et Israël dans un contexte historique et culturel.  L’analyse interrogera et refondra les relations américano-israéliennes à la lumière des études sur les colons et de ses précédents travaux sur la culture et la diplomatie.  En 2012, Hixson a voyagé à travers Israël et les territoires palestiniens occupés avec l’ONG Interfaith Peace Builders, et a terminé sa tournée en solo au Liban.  Hixson a par ailleurs enseigné, donné des conférences et voyagé, notamment plusieurs semaines au Vietnam et en Asie du Sud-Est, ainsi que des bourses d’enseignement Fulbright à l’université d’État de Kazan dans l’ex-URSS (1990-91) et à l’Institut chinois des affaires étrangères à Pékin (2009).  Natif de Louisville, dans le Kentucky, Hixson a obtenu un doctorat de l’Université du Colorado à Boulder en 1986.  Il aime dîner avec sa famille, promener son chien, faire des randonnées dans les montagnes Rocheuses, les Cleveland Cavaliers, et tester des variétés de Pinot Noir.

Published in American Herald Tribune January 25,2021: https://ahtribune.ca/interview/4539-walter-l-hixson.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/01/25/interview-lhistorien-americain-walter-l-hixson-disseque-le-lobby-israelien/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/dr-walter-l-hixson-israel-est-incontestablement-un-regime-dapartheid/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/dr-_walter_l-_hixsonisraelregime_dapartheid/