Mois: février 2021

Dr. Tewfik Hamel: “Pandemic and Bioterrorism Preparedness Are Inseparable”

Publié le Mis à jour le

Tewfik Hamel 99b59

Mohsen Abdelmoumen: Do you think there will be a change of course with the new US administration?

Dr. Tewfik Hamel: Let’s say « a lot of foam, but not a lot of beer ». Probably the communication strategy. US foreign and security policy is, to quote Arthur Schopenhauer, « a kaleidoscope that, every time you turn it, shows a new configuration, while we always have the same thing in front of our eyes ». Great powers like the United States rarely engage in deep reflection and serious reform in the absence of a major defeat. The change in the international context has not led to a profound adjustment in the great American strategy. It has changed little since the 1890s. The basic assumptions have not been changed.

From the first days of the Republic, the United States was pushed outwards. Territorial expansion lasted more than a century. From 1890 and the « splendid little war » with Spain, the United States began to equate prosperity and security with international engagement and the projection of power throughout the world. It tends to view security in terms of supremacy at the same time that security is invoked to justify imperialist behavior. They have developed a « security ethos », expressed in successive major strategies (Wilsonian internationalism, containment, strategic globalism), which has altered fundamental values.

Hegemonic states such as the US face vast and complex political, economic and military challenges. The management of limited resources implies a global strategy likely to generate a cognitive overload for the political system. Instead of providing new planning and engagement scenarios to bring strategy and resources into equilibrium, successive US administrations maintain, in different forms, the global engagement model and increase service delivery. As a result of this cognitive overload, the United States is rapidly shifting from one global strategy to another – the « Global War on Terrorism » to the « Pivot to Asia » and so on. This strategic shift occurs regardless of whether the economy is in crisis or not, although the economic crisis is exacerbating the trend towards strategic incoherence. President Joe Biden promises to restore U.S. global leadership at a time when the domestic situation and America’s place in the world have deteriorated significantly.

According to you, the new US administration will be a continuation of the Trump administration, especially in the Iranian nuclear issue, or the economic war against China?

The geographical definition of Asia has been broadened to include the Middle East. This expansive geopolitical vision of geography is marked by the disappearance of the divisions of the Cold War era: now the Middle East, South Asia, Southeast Asia, and East Asia are part of a single organic continuum. In geopolitical terms, American efforts are focused on a major challenge: the emergence of China as a continental and maritime power. The relationship with Beijing is described as a global ideological confrontation. Virtually no American official supports China and official texts that do not cite Beijing as a potential rival or enemy are rare. The rebalancing towards Asia is not associated with any kind of presidency and will not be called into question by the change of administration. There is agreement between the two major parties on the imperative of focusing American policy on Asia/Pacific.

The Trump administration has developed the classic themes of American strategy (rather than rejecting them) and commits the United States to its traditional role as leader of the « free world ». True, there was miscommunication, but contrary to the arguments of many analysts, Trump’s policy was not in disarray. A different picture emerged from the daily turmoil: the United States was preparing for a new era, marked not by undisputed American domination, but by a rising China and an offensive Russia maneuvering for a multilateral world system. This change of direction took time to become operational. Elements of it emerged, mainly in a reactive form, under President Barack Obama. The Trump administration went further, recognizing that competition from the great powers justified a profound rebuilding of US foreign policy, defense strategy and military posture.

The « Asia Pivot » is a bureaucratic code that the US will focus on China, replacing al-Qaeda/Daech as the main threat to US national security. The Pentagon has concluded that the time has come to prepare for war with China, Russia, Iran, North Korea, and therefore the focus should be on the ability to engage in conventional combat. While not a periodic effort, it was a conclusion that would shape the defense systems, the posture of force, and the overall strategy of the United States. The rebalancing reflected the shift in the culture of the US national security establishment from counterinsurgency and irregular warfare to new military concepts focused on conventional warfare with major powers as the « central organizing concept » of the US security and defence apparatus.

The March 2015 « A Cooperative Strategy for 21st Century Seapower » identified specific competitors as reasons to maintain a direct presence in relevant regions around the world – the first time since the Cold War that a naval strategy has explicitly emphasized the need to « deter and, if necessary, defeat specific potential adversaries. The United States Military’s Contribution To National Security (2015) acknowledged that a war with a major power is highly likely. It listed four « revisionist » states – China, Russia, Iran, North Korea – that threaten the United States and do not respect global norms and institutions.

In general, in the United States, the president changes, but the policy remains the same, especially the foreign policy. What do you think about it?

The American elite is a follower of what the American historian Andrew Bacevich called « The Washington Rules », composed of 1) the « sacred trinity » (« global military presence », « global power projection », « global interventionism ») and; 2) the « American creed » which is world leadership. In addition to rejecting isolationism, the creed urges the United States (and only the United States) to « lead, save, liberate, and ultimately transform the world »). Under the « Washington Rules, » the United States has always embodied, and continues to embody, freedom. In order to run for high office and be a player in U.S. foreign policy, you must allude to America’s « responsibility to lead » the world and accept the « Washington Rules ». These are not consciously discussed, because they are the basic assumptions for foreign policy discussions. The « Creed » and the « Trinity » are deeply rooted in the collective imagination.

Any change in the grand strategy is likely to occur at both the tactical and strategic levels. This is because internal inertia (ideological, political, bureaucratic) favours the stability of the grand strategy. The United States varies in its external aggressiveness according to its military power and relative wealth. A fundamental change is unlikely unless an internal shock is combined with an underlying geopolitical change (for example: the case of Germany after 1945, the opening of Japan in the 19th century, Russia at the end of the Cold War). Britain’s status as a naval, imperial and trading power remained stable throughout the 19th century and its grand strategy remained relatively stable throughout this period. In contrast, British strategy contracted in the 20th century as a result of the rise of new competitors and the shocks it underwent, particularly between the Second World War and the Suez Crisis, which preceded the retreat.

Thus, the domestic economic decline (trade deficit, growing public debt, social and racial tensions) and the rise of competitors (China, Russia, etc.) will exacerbate the inconsistency of the American global strategy. The global geopolitical balance is evolving towards a return to bipolarity between China and the United States marked by a struggle for power and influence. This emerging rivalry is already posing difficult choices for Asian countries, caught between the two. While Beijing tends to become the largest economy, in 2011 Washington will borrow 40 cents for every dollar spent. Since China is the largest creditor of the United States, the result is that it is Beijing that is indirectly financing American domination in the Indian Ocean, although American allies in the region are concerned about the financial situation of the United States – particularly an American disengagement from Asia and the conversion of Chinese economic power into military power.

Why do you think the United States always needs an enemy, if it is not Russia, it is China? Don’t you think that we are still living a cold war that doesn’t say its name?

The reasons are to be found in the historical evolution and social composition of the country. The idea that security is strengthened by the expansion of American power is a recurring theme among American elites. Their sense of insecurity cannot be appeased. From the outset, Americans have built their identity credo in contrast to an indescribable and dangerous « Other ». America’s adversaries are always defined as opposed to freedom. Psychologically, the strategic personality of the United States is paranoid and the core of American militarism is not new. Militarism, which has a key specific function in American history, has accompanied every expansionist historical phase. Historically, U.S. strategy has involved incessant pressure for the expansion of capitalism and the political, military and cultural mechanisms that facilitate that expansion.

Rosa Luxemburg emphasized that political violence is the instrument and vehicle of the economic process. In other words, « the duality of the aspects of accumulation conceals the same organic phenomenon, » which stems from the conditions of capitalist reproduction. Indeed, the precious republic has become an imperial power. But the denial of the U.S. as an empire has allowed the nation’s dominant self-image to be perpetually in-nocent. To reduce « cognitive dissonance, » complex situations had to be simplified, attributing to the « Others » the most evil motivations and the most sinister objectives: the fear of an indeterminate « Other » (Bolshevism, socialism, anarchism, or simply « foreign agitators ») became essential to create political solidarities on the home front as well as to strengthen the internal cohesion of an ethnically heterogeneous society characterized by exacerbated individualism and class cleavages.

« War is hell, » Obama said, but war has defined much of the American imagination to the extent that America regularly declares war on all sorts of things – poverty, drugs, viruses, and so on. Americans have lived and are living in the « shadow of war » and living in the « shadow of war » has led to the militarization of society, while the threat of war has invaded everyday language and thinking. In « A Country Made by War: From the Revolution to Vietnam, » Geoffrey Perret wrote that America’s wars have been like the rungs of a ladder through which it has climbed to greatness. No other nation has triumphed for so long, so systematically, or on such a vast scale, by force of arms. It is a factor as important as geography, immigration, corporate growth, the separation of powers, the inventiveness of its people, or anything else that contributes greatly to its unique identity among the nations of the Earth.

In America’s collective experience and strategic culture, war is a national moral clarifier or purifier and energizer, which tends to unify the national experience of a structurally fragile nation-state. For America, wars are regenerative and redemptive. For a novelist like John Limon, to miss war is to miss America, because it is « a country made by war. American-American literary history is bounded by wars, as if literary eras, like the history of literature itself, require a bloodbath to begin, he says. Every time the supposed innocence is lost, it triggers a national crisis, but it regenerates itself. After every disturbing revelation like the torture in Iraq, the country cleverly manoeuvres to resurrect its belief in its own innocence. The amenisic and fragmentary representation of American history disassociates these intensive and detailed images of destruction from the collective memory. This motivated denial allows for the establishment and reinforcement of a reassuring narrative that justifies the war by insisting on the innocence of its intentions.

In his election platform, he is content with generality, in your opinion does Biden have a clear policy in the Middle East. What is it?

The adaptation of the American strategy has been accompanied by the reformulation of a new perception of geography or geographical groupings by creating a continuity between Asia and the Middle East. The object of American defense strategists and military planners is to progressively move away from Europe and focus on Asia, but with a greater openness. Rather than focusing solely on China and Russia, the center of national security today is the « arc of instability » stretching from the Persian Gulf to North Korea. The American strategy is taking a very « Corbettian » turn[1] with two points of concentration of the American military presence: one in North Asia where important economic elements of the world system are exposed; and the other in the Persian Gulf rich in gas and oil resources. The large amount of imported Chinese oil comes mainly from the Middle East. One more argument for the United States to strengthen its presence in the Middle East, the region that will determine the future power rivalry between Beijing and Washington.

With the rise of China and Russia, the Biden administration will seek to end U.S. involvement in « small wars » while avoiding widespread destabilization of the region and favoring other forms of engagement. The tactical success of Bin Laden’s assassination has convinced many Americans of the effectiveness of the targeted assassination strategy. With a history of success, it is considered militarily effective and relatively profitable from the point of view of the « American model of war. After a decade of counterinsurgency, this recent era is coming to an end. The United States can no longer afford such missions. There are many reasons to suggest that this practice will become more prevalent. Financial difficulties (austerity and public spending cuts) encourage less costly and therefore more attractive strategies for policymakers seeking affordable technical solutions to difficult problems.

Widespread destabilization in the Middle East is not in the interest of the United States. Only a major bargain involving strong security guarantees could defuse the « Mexican impasse » in which Tehran, Riyadh, Tel Aviv, etc. find themselves. American-Iranian relations have rarely been normal, but if the two countries decide to normalize their relations it would not be very difficult to put in place the necessary mechanisms. Iran and the United States are increasingly on a collision course, and decisions taken now in the region and in Washington matter more than ever. Iran is too important a country to be isolated or ignored. The Biden administration’s ambiguity over the 2015 nuclear deal reflects the difficulty of finding a balance that satisfies all parties. Although Iranian policy has moved from ideology to pragmatism, Iranian history has taken complicated paths to make the country a difficult partner in a sensitive region where Iran has a sphere of influence that extends to its Afghan and Pakistani neighbors, the Central Asian republics and all the Gulf states.

Don’t you think we need a multipolar world more than ever?

The principles, values and manifestations of current multilateralism are the subject of sustained criticism. Their effectiveness is being questioned, as are their decision-making procedures and representation. Discussions on human rights, democracy and development point out that international society is far from being post-Western in terms of fundamental practices and organizing principles. The continued marginalization of Southern states reflects the moral backwardness of international society that some, such as Andrew Hurrell, justify in the name of so-called « effectiveness »; « Those who reject calls for reform and expansion of the permanent membership of the Security Council often rely on the importance of effectiveness. Yes, reform could promote representation, but at what cost? If a 25- or 26-member council will find it more difficult to act effectively than the current arrangement, how would it enhance the legitimacy of the organization? ». All of this has a corrosive effect on their legitimacy.

The entire international system, as it emerged from the Second World War, has undergone a real revolution. When the UN was created, it contained 50 states, a figure that rises to 193 in 2019. If the UN system had worked, we wouldn’t have had to create the G20. The current impasse in international institutions (UN, WTO, etc.) on many important points reflects the evolution of power dynamics and the spread of power. Hence this instability and uncertainty and not efficiency.

You recently wrote a very interesting article « Pandemic Covid-19: Lessons for Bioterrorism ». Can you explain to our readers the concept of Bioterrorism?

Bioterrorism refers to the intentional use or threat of use for terrorist purposes of micro-organisms (bacteria, viruses, fungi, parasites) or toxins to induce a biological malfunction that could result in the death of a living organism in order to influence government conduct or to intimidate or coerce a civilian population. Bioterrorism could include deliberate acts such as the introduction of pests to kill food crops; the spread of a virulent disease between livestock production facilities; and the poisoning of water, food and blood supplies. The act of bioterrorism can range from a simple hoax to the actual use of biological weapons.

Biological attacks-weapons of mass destruction, disorganization, and disruption-can have significant psychological and social effects in a variety of ways, even when the agents cause low rates of physical mortality. One of the first effects is intense social and psychological distress. There are several reasons for this reaction: the invisibility of biological agents, uncertainty about the extent and dangerousness of biological weapons, the possibility of transmission of the agent through human contact, etc. The first reason is the invisibility of biological agents. Because few materials are sufficient to produce the desired effect, biological agents – cheap and relatively easy to obtain and disperse – have proven to be well suited to terrorism to spread chaos and terror among populations. A biological weapons system consists of four elements;

 A payload – the biological agent itself.

 Ammunition that protects and transports the payload to maintain its power during delivery.

 A delivery system, which can be a missile, a vehicle (plane, ship, car or truck), an artillery shell, a human being, food.

 A dispersal system, which ensures that the payload is delivered to the target. Potential dispersal methods include aerosols, explosives, and food or water contamination. Aerosols are the most effective means of widespread dissemination.

Food supplies are easier to contaminate than water supplies. Terrorists can attack the food supply at several stages in the food chain: targeting livestock and crops during production, harvesting, storage or transportation; targeting processed foods during processing, manufacturing, storage, transportation or distribution. Food-borne outbreaks can be considered a natural event at the onset of a bioterrorist attack. Contamination of water supplies usually requires the addition of large (unrealistic) amounts of biological agents to a city’s water supply.

Biological terrorism is often mentioned. What do you think of these theses?

Biological agents have characteristics that make them attractive to a potential terrorist: lower cost than nuclear weapons; difficult to detect; easy dissemination of agents over large areas; perpetrators can protect themselves and disappear before effects appear; induces panic; clogs health care facilities; media effect; significant economic impact. Whatever the likelihood and possibility, effective bioterrorism preparedness would certainly have enabled better management of a pandemic, natural or accidental crisis. Pandemic and bioterrorism preparedness are inseparable. There is a clear continuity between measures to deal with bioterrorism and measures against a pandemic.

More than ever, the biological threat deserves the attention of security and public health politicians and professionals. Biotechnology in the age of synthetic biology broadens the landscape of potential defence issues. While the contributions of synthetic biology are promising, there are also concerns about malicious uses. While this knowledge has improved the ability of governments to detect, prevent and treat infections caused by biological warfare agents, experts recognize the potential to « personalize » conventional biological agents to make them more difficult to detect, diagnose and treat. The possibility of using biotechnology to develop a new class of agents, called Advanced Biological Agents (ABA), should be considered.

Biotechnology may also have applications supporting the militarization, dissemination and delivery of biological agents. As biotechnology continues to advance, the dangers and risks of militarization by governments or non-state actors are also increasing. For example, the DNA equipment required to synthesize a number of deadly contagions is cheaper and easier to purchase than other DNA. According to a 2003 Central Intelligence Agency report, « the biotechnology underlying the development of Advanced Biological Agents is likely to advance very rapidly, creating a diverse and uncontrollable threat spectrum.

Transgenic plants and animals could be modified to produce large quantities of bioregulatory proteins or toxins. Transgenic insects, such as bees or mosquitoes, could be developed to produce and deliver biological toxins. For example, a mosquito could be genetically modified to produce and secrete a biological toxin in its saliva. This same mosquito would then serve as a vector to deliver the toxin during its feeding process. These transgenic insects would likely go unnoticed because many of the detection and medical countermeasures that have been developed for « traditional agents » will be ineffective for ABAs. Five important attributes characterizing these advanced biological agents have been described: High virulence associated with high specificity; Absence of timely countermeasures for the attacked population; Ability to camouflage the agent with relative ease; High degree of resistance to adverse environmental forces; High degree of controllability.

You are a leading expert on terrorism and defense-related issues. In your opinion, didn’t terrorist organizations such as Daech and al Qaeda take advantage of the Covid crisis to reorganize themselves?

Not only jihadist organizations. A quick overview of neo-Nazi forums and white supremacist channels, which also use jihadist tactics to perfect their strategies, shows how right-wing extremists use disinformation and conspiracy theories to fuel extremist narratives and encourage mobilization. Supporters of domestic and international extremist groups encouraged their followers to carry out attacks during the pandemic to create panic, target minorities and immigrants, and celebrate the deaths of their enemies. According to a Department of Homeland Security memo, white supremacists and neo-Nazis advocated that « it was an ‘obligation’ to spread the virus if one of them contracted it.  » Civil society groups, such as the Anti-Defamation League, have identified right-wing forums such as « What to do if you get Corona 19, » which say, « Visit your local mosque, visit your local synagogue, spend the day on public transit, spend time in your local diverse neighborhood.

Some neo-Nazi blogs proposed « exterminating » immigrant populations and excluding ethnic minorities from medical treatment, while claiming that the « swastika » is « the best cure for Covid-19. Their propaganda blamed « inferior » ethnic groups while advocating the permanent closure of borders. For its part, the Islamic state has encouraged jihadists to capitalize on the fear, chaos and stress caused by the pandemic by carrying out attacks on vulnerable populations in Europe and the United States. Proponents of the Islamic state described the coronavirus as a « soldier of Allah » and encouraged followers to celebrate how the pandemic has harmed the U.S. and European economies. They also claimed it was a divine punishment against atheists, Shiites, Christians and minority populations in China, Iran and Italy. Islamist sites and blogs also call for spreading Covid-19 among infidels and Dar-Al-Harb, or what they call the « dijhad coronavirus ».

Various sources of intelligence point to a restructuring of Daech, particularly in Iraq. What can you tell us about this? Where is the cooperation of the intelligence services in the fight against terrorism?

The loss of many states (Iraq, Syria, Libya, Mali, etc.) from the monopoly of legitimate violence has contributed to the proliferation of dysfunctional states where a multitude of threats – insurgencies, terrorists, transnational organized crime, illicit shadow economies – thrive. At the same time, new drivers of conflict combine with rapid cultural, social and technological changes to complicate the global security environment. Daech is one of the products of this. The work of intelligence services is complicated in such chaos marked by the collapse of institutions. Fighting hybrid organizations like Daech is, in the words of former Lieutenant-Colonel John Nagl, « like eating soup with a knife, » so « hard to fully appreciate until you’ve done it. Daech is a hybrid, heterogeneous and narcoterrorist organization, marked by the cooperation-convergence of several terrorist groups, insurgents, criminals and militias and warlords. This relationship can be characterized by three phenomena, sometimes simultaneously:

– Coexistence; occupying and operating in the same geographical space at the same time.

– Cooperation; the different groups have realized that their mutual interests are best served if they work temporarily together and are threatened if they do not.

– Convergence; each begins to adopt the behaviours, strategies and tactics that are most often associated with the other. Daech is one example of the phenomenon of gangsterization of terrorism and radicalization of gangsters.

Local actors do not disappear in the new global networks. In the fight against narco-terrorism, the government has an initial advantage in terms of resources, but balanced by the obligation to maintain order and protect the population. Narco-terrorists succeed by sowing chaos; the government fails if it does not maintain satisfactory order. So if it merely kills or takes prisoners, the state cannot win. Winning wars and winning peace are thus two very different missions. Faced with this type of threat, neither tanks, warships nor planes could guarantee strategic victory.

Armed groups are living organisms, not mechanical structures. They change, transform and recombine in infinite permutations that force strategies and concepts to change over time. Daech is a « system of systems » that a terrorist organization is: a complex organism that depends on several factors; leadership, resources, infrastructure, populations and defenses. Lose one of these key elements and the enemy is paralyzed. Lose them all and the enemy is eliminated. Without addressing the causes that led to the emergence of Daech, including foreign interventions, it is highly likely that it will regenerate in a new form.

Why do Western governments tolerate the presence of notorious terrorists on their soil? In your opinion, have Western intelligence services adapted to the jihadist threat?

Terrorism is a polysemic concept. Despite the recurrent nature of this larger and more encompassing phenomenon, it is still ill-defined, open to misinterpretation, confusion, misuse, abuse and moral justification. The lack of a clear and unanimous definition has seriously hampered the fight against terrorism. The real problem is that the term has been used as an ideological weapon rather than as an instrument of analysis. In the West, there is a tendency to define terrorism not as an act, but by the perpetrator. The fight against terrorism is based on many false and reductive orientalist assumptions, which seek to impose moral clarity at the expense of strategic and operational clarity.

The fight against terrorism requires that the purpose and practice of security and military forces be governed by liberal and democratic values. The integration of the fight against terrorism with civil society makes the application of liberal values difficult. There are structural reasons that hinder the Western strategy. Gil Merom explains that what causes democracies to fail in « small wars » is the interplay of sensitivity to victims, repugnance for brutal military behaviour and commitment to democratic life. It is these tensions that provide the substance of an internal debate about the utility and legitimacy of coercive measures.

The strategy imposes discrimination of threats and harmonization of ends and means, and requires clear objectives, at least one identifiable enemy. But the West does not know what to think or do about the different terrorist groups, because of an orientalist and ideological debate. Wearing the veil and wearing an explosive belt are not the same thing. This does not facilitate the work of intelligence services and security practitioners. Policy is made not by a rational center but by a complex process. The state responds to multiple centers of interest and political pressure – parliament, lobbies, the public, advisers. The fight against terrorism is the result of a series of compromises and the government machinery, a vast and complex bureaucracy, does not facilitate the formulation of coherent and rational policies.

Do you think that the Biden administration will back down on the Western Sahara issue as opposed to the Trump administration? How do you see the outcome of this conflict?

Although traditionally it has always supported Morocco, its long-time ally in the region, the United States is now more cautious in trying to balance its relations with Morocco and Algeria, the latter has become a key partner in the global war on terrorism. There is a strong possibility that the Biden administration will reconsider the U.S. position on the Western Sahara issue and return to the status quo, which existed before Trump. In a bestseller « Strategy and Arms Control » (1961), Thomas Schelling and Morton Halperin argued that arms control and military policy must be committed to the same fundamental security goals: preventing war, minimizing the costs and risks of the arms race, and restricting the scope and violence of war should it occur. Particularly vulnerable and dangerously provocative weapons systems should be limited because states might be tempted to pre-empt or even encourage preventive war. In other words, the United States would seek to maintain a balance in the region. The evolution of the internal situation in Algeria and Morocco will determine the position of the external states, including the final outcome of the Western Sahara conflict.

Algeria remains a permanent target of various hostile circles. In your opinion, isn’t a possible destabilization of Algeria a very risky option for everyone?

 Algeria faces problems of internal fragility and external vulnerability. Algeria’s national security circles (Maghreb, Arab, African and Mediterranean) are in a phase of reconfiguration and even disintegration of certain circles (Arab and Maghreb). The question of securing borders constitutes a « security dilemma » imposed by the growing unrest in the Sahelo-Maghreb neighbourhood and the intensification of rivalries between major powers. The threats are diverse, multifaceted and ambiguous. Algeria’s desire to be a free electron is not welcomed by the major powers.

Algeria’s Achilles Tallon is its internal fragility. When security dilemmas are the product of states’ external security policies, states can defuse tensions through confidence-building measures. The psychological basis for the perception of internal vulnerabilities is much more difficult to mitigate. Internal insecurity presents a particular challenge for policymakers. Fears of external interference are generated not by the policies of other states but by the internal vulnerabilities of states themselves. Thus, states with internal vulnerabilities cannot be easily alleviated by confidence-building measures ».

In your opinion, why is the Algerian army the permanent target of certain circles hostile to Algeria?

The sad reality is that international politics has always been a ruthless and dangerous business. The Algerian identity has been forged in adversity, but to its defending body. Algerian nationalism is rooted in the certainty that the country is the victim of a conspiracy. Algerian leaders perceive their country’s geopolitical position through the obsidian prism that Algeria is under constant threat. The constant recourse of Algerian leaders to the « external enemy » reflects an internal fragility. Faced with the economic, social and political crisis and the growing demands of the Hirak for transparency and governance, the state can no longer maintain its way of life. The Ministry of Defense is aware that budget cuts are necessary and that it is necessary to rationalize military spending. Alarming rhetoric serves to mitigate or delay such cuts. Without the establishment of a modern democratic state, Algeria will remain an inverted pyramid – that is, its stability remains fragile.

Interview realized by Mohsen Abdelmoumen

[1] * SIR JULIAN CORBETT (1854-1922), British naval historian, specialist in geostrategy, described two traditional points of concentration for the Royal Navy, one near the French island of Ouessant in Brittany for the control of the English Channel, and the other in the roadstead of the Dunes (near Dover) to guard against threats of invasion of the North.

Who is Dr. Tewfik Hamel?

Tewfik Hamel is an Algerian researcher in Military History & Defense Studies at CRISES (Center for Interdisciplinary Research in Humanities and Social Sciences) of Paul Valéry University in Montpellier and consultant. In charge of research at the Foundation for Political Innovation (2008-2009), Tewfik Hamel is a member of RICODE (Interdisciplinary research Network « colonization and Decolonization ») and the Reading Committee of the Geostrategic Review (geopolitical Academy of Paris). He is also the editor of the French version of the African Journal of Political Science (Algeria), a correspondent for The Maghreb and Orient Courier (Belgium) and a member of the Cabinet de Conseil Strategia (Madrid).

Tewfik Hamel is the author of numerous publications in collective works as well as in major newspapers specialized in France and the Arab world (Global Security, National Defense Review, Geo-Economics, Geostrategics, STRATEGIA, Common Market and European Union Review, Materials for the History of Our Time, NAQD, Magazine of Political Studies & International Relations, etc.). Author of reports on the geostrategic situation in the Middle East and North Africa, his latest study is entitled « Hybrid security threats: what answers to the crime-terrorism junction? » (National Institute for Global Strategy Studies, Presidency of the Republic, Algiers, 2017). His article in the magazine Global Security was published in the United States under the title « The Fight Against Terrorism and Crime: A Paradigm Shift? An Algerian Perspective ».

Published in American Herald Tribune February 18 ,2021https://ahtribune.ca/interview/4560-tewfik-hamel-pandemic.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/19/interview-tewfik-hamel-les-menaces-qui-pesent-sur-lalgerie-sons-ambigues/

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/21/tewfik-hamel-il-est-fort-possible-que-biden-revoie-la-position-des-etats-unis-sur-le-dossier-du-sahara-occidental-ii/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/dr-_tewfik_hamelpreparationpandemiebioterrorisme/

Published in https://altnews.org/2021/02/18/dr-tewfik-hamel-pandemic-and-bioterrorism-preparedness-are-inseparable/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/dr-tewfik-hamel-la-preparation-a-une-pandemie-et-au-bioterrorisme-est-indissociable/

Dr. Tewfik Hamel : « La préparation à une pandémie et au bioterrorisme est indissociable »

Publié le Mis à jour le

Tewfik Hamel 99b59

Mohsen Abdelmoumen: Pensez-vous qu’il y aura un changement de cap avec la nouvelle administration US ?

Dr. Tewfik Hamel: Disons « beaucoup de mousse, mais pas beaucoup de bière ». Probablement, la stratégie de communication. La politique étrangère et de sécurité des Etats-Unis s’apparente, pour reprendre Arthur Schopenhauer, à « un kaléidoscope qui, à chaque fois qu’on le tourne, montre une nouvelle configuration, alors que nous avons toujours la même chose devant les yeux ». Les grandes puissances comme les Etats-Unis s’engagent rarement dans une réflexion profonde et une réforme sérieuse en absence d’une défaite majeure. Le changement du contexte international n’a pas entrainé un ajustement profond dans la grande stratégie américaine. Celle-ci a peu évolué depuis les années 1890. Les hypothèses de bases n’ont pas été bouleversées.

Dès les premiers jours de la République, les Etats-Unis étaient poussés vers l’extérieur. L’expansion territoriale a duré plus d’un siècle. A partir de 1890 et la « splendide petite guerre » avec l’Espagne, les Etats-Unis ont commencé à assimiler la prospérité et la sécurité à l’engagement international et à la projection de la puissance à travers le monde. Ils ont tendance à envisager la sécurité en termes de suprématie au même temps que la sécurité est invoquée pour justifier des comportements impérialistes. Ils ont développé un « éthos de sécurité », exprimé dans les grandes stratégies successives (internationalisme wilsonien, endiguement, mondialisme stratégique), qui a altéré les valeurs fondamentales.

Les Etats hégémoniques comme les Etats-Unis sont confrontés à vastes défis politiques, économiques et militaires complexes. La gestion des ressources limitées implique une stratégie mondiale susceptible de générer une surcharge cognitive pour le système politique. Au lieu de fournir de nouveaux scénarios de planification et d’engagement pour apporter la stratégie et les ressources à l’équilibre, les administrations américaines successives, maintiennent, sous différentes formes, le modèle de d’engagement mondial et augmentent les misions des services. En raison de cette surcharge cognitive, les Etats-Unis passent rapidement d’une stratégie globale à une autre – la « guerre mondiale contre le terrorisme » au « Pivot vers l’Asie », ainsi de suite. Ce fléchissement stratégique se produit indépendamment du fait que l’économie soit en crise ou pas, bien que la crise économique exacerbe la tendance à l’incohérence stratégique. Le président Joe Biden promet de restaurer le leadership mondial des Etats-Unis alors que la situation intérieure et la place de l’Amérique dans le monde se sont beaucoup dégradées.

D’après vous la nouvelle administration US va être dans la continuité de l’administration Trump, notamment dans le dossier du nucléaire iranien, ou la guerre économique contre la chine ?

La définition géographique de l’Asie a été élargie au Moyen-Orient. Cette vision géopolitique expansive de la géographie est marquée par la disparition des divisions de l’époque de la guerre froide : désormais le Moyen-Orient, l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-est et l’Asie de l’Est font partie d’un continuum organique unique. En termes géopolitiques, les efforts américains se focalisent sur ont un défi majeur : l’émergence de la Chine comme puissance continentale et maritime. La relation avec Pékin est qualifiée comme une confrontation idéologique mondiale. Pratiquement aucun responsable américain ne supporte la Chine et les textes officiels qui ne citent pas Pékin comme un rival ou ennemi potentiel sont rares. Le rééquilibrage vers l’Asie n’est pas associé à une présidence quelconque et ne sera pas remis en cause par le changement d’administration. Il existe un accord entre les deux grands partis sur l’impératif de focaliser la politique américaine sur l’Asie/Pacifique.

L’administration Trump a développé les thèmes classiques de la stratégie américaine (au lieu de les rejeter) et engage les États-Unis à jouer leur rôle traditionnel de leader du « monde libre ». Certes, il y a eu une mauvaise communication, mais, contrairement aux arguments de nombreux analystes, la politique de Trump n’était pas en plein désarroi. Une image différente émerge de l’agitation quotidienne : les États-Unis se préparaient à une nouvelle ère, marquée non par une domination américaine incontestée, mais par une Chine montante et une Russie offensive qui manœuvraient pour un système mondial multilatéral. Ce changement d’orientation a pris du temps pour s’opérationnaliser. Des éléments en sont apparus, principalement sous une forme réactive, sous le président Barack Obama. L’administration Trump est allée plus loin, reconnaissant que la concurrence des grandes puissances justifie de reconstruire profondément la politique étrangère, la stratégie de défense et la posture militaire des Etats-Unis.

L’ « Asia Pivot »est un code bureaucratique que les Etats-Unis vont se focaliser sur la Chine qui remplace Al-Qaïda/Daech comme la principale menace à la sécurité nationale américaine. Le Pentagone a conclu que le moment est venu pour se préparer à la guerre avec la Chine, la Russie, l’Iran, la Corée du Nord, et par conséquent il faut mettre l’accent sur la capacité d’engager un combat conventionnel. Sans être un effort périodique, c’est une conclusion qui allait façonner les systèmes de défense, la posture de force et la stratégie globale des États-Unis. Le rééquilibrage traduisait le changement de culture de l’establishment de la sécurité nationale américain selon lequel la contre-insurrection et la guerre irrégulière laissent la place à de nouveaux concepts militaires axés sur la guerre conventionnelle avec les grandes puissances comme le « concept organisateur central » de l’appareil américain de sécurité et de la défense.

La « A Cooperative Strategy for 21st Century Seapower » de mars 2015 a identifié des concurrents spécifiques comme des raisons pour maintenir une présence directe dans les régions pertinentes à travers le monde — la première fois depuis la guerre froide qu’une stratégie navale a explicitement souligné le besoin de « dissuader et, si nécessaire, de vaincre des adversaires potentiels spécifiques ». The United States Military’s Contribution To National Security (2015) a admis qu’une guerre avec une puissance majeure est fortement probable. Il a énuméré quatre États « révisionnistes » – la Chine, la Russie, l’Iran, la Corée du Nord – qui menacent les États-Unis et ne respectent pas les normes et les institutions mondiales.

En général aux états unis, on change de président, mais la politique reste la même, surtout la politique étrangère. Qu’en pensez-vous ?

L’élite américaine est un adepte de ce que l’historien américain Andrew Bacevich « The Washington Rules », composées de 1) la « trinité sacrée » (« présence militaire mondiale », « projection de puissance mondiale », « interventionnisme mondial ») et ; 2) du « crédo américain » qui est le leadership mondial. En plus de rejeter l’isolationnisme, le crédo exhorte les Etats-Unis (et seuls les Etats-Unis) à « lead, save, liberate, and ultimately transform the world »). En vertu des « Washington Rules », les États-Unis ont toujours incarné, et continuent d’incarner, la liberté. Afin de postuler à des fonctions élevées et être un acteur dans la politique étrangère des Etats-Unis, vous devez faire allusion à la « responsabilité de l’Amérique de diriger » le monde et accepter les « règles de Washington ». Celles-ci ne sont pas consciemment discutées, parce qu’elles sont les hypothèses de base pour les discussions de la politique étrangère. Le « Credo » et la « Trinité » sont profondément ancrés dans l’imaginaire collectif.

Tout changement dans la grande stratégie est susceptible de se produire tant au niveau tactique que stratégique. Cela s’explique par le fait que l’inertie intérieure (idéologique, politique, bureaucratique) favorise la stabilité de la grande stratégie. Les Etats-Unis varient dans leur agressivité extérieure selon leur puissance militaire et leur richesse relative. Un changement fondamental est peu probable sauf si un choc interne est combiné à un changement géopolitique sous-jacent (par exemple : le cas de l’Allemagne après 1945, l’ouverture de Japon au 19e siècle, la Russie à la fin de la guerre froide). Le statut de la Grande Bretagne comme une puissance navale, impériale et commerciale est resté stable tout au long du 19e siècle et sa grande stratégie est restée relativement stable le long de cette période. Par contraste, la stratégie britannique a contracté au 20e siècle suite à la montée de nouveaux concurrents et aux chocs qu’elle a subis, en particulier entre la seconde guerre mondiale et la crise de Suez, qui ont précédé le repli.

Ainsi, le déclin économique intérieur (déficit commercial, dette publique croissante, tensions sociales et raciales) et la montée de concurrents (Chine, Russie, etc.) va exacerber l’incohérence de la stratégie mondiale américaine. L’équilibre géopolitique mondial évolue vers un retour à la bipolarité entre la Chine et les Etats-Unis marquée par lutte pour la puissance et l’influence. Cette rivalité émergente pose déjà des choix difficiles pour les pays asiatiques, pris entre les deux. Alors que Pékin tend à devenir la plus grande économie, en 2011 Washington empruntaient 40 centimes pour chaque dollar dépensé. Puisque la Chine est le plus grand créancier des Etats-Unis, il résulte que c’est Pékin qui finance indirectement la domination américaine dans l’océan indien bien que les alliés américains dans la région soient préoccupés par la situation financière des Etats-Unis –notamment d’un désengagement américain de l’Asie et de conversion de la puissance économique chinoise en puissance militaire.

Pourquoi d’après vous les états unis ont toujours besoin d’un ennemi, si ce n’est pas la Russie, c’est la chine ? Ne pensez-vous pas que nous continuons de vivre une guerre froide qui ne dit pas son nom ?

Les raisons sont à chercher dans l’évolution historique et la composition sociale du pays. L’idée que la sécurité est renforcée par l’expansion de la puissance américaine est un thème récurrent chez les élites américaines. Leur sentiment d’insécurité ne peut pas être apaisé. Dès le début, les Américains ont construit leur crédo identitaire en contraste avec un « Autre » indésirable et dangereux. Les adversaires de l’Amérique sont toujours définis comme opposés à la liberté. Psychologiquement, la personnalité stratégique des États-Unis est paranoïaque et le noyau du militarisme américain n’est pas nouveau. Le militarisme, qui a une fonction spécifique clé dans l’histoire américaine, a accompagné chaque phase historique expansionniste. Historiquement, la stratégie américaine a impliqué des pressions incessantes pour l’expansion du capitalisme et des mécanismes politiques, militaires et culturels qui facilitent cette expansion.

Rosa Luxemburg a souligné que la violence politique est l’instrument et le véhicule du processus économique. En d’autres termes, « la dualité des aspects de l’accumulation dissimule le même phénomène organique », qui découle des conditions de la reproduction capitaliste. En effet, la précieuse république est devenue une puissance impériale. Mais le déni des États-Unis comme un empire a permis que l’image de soi dominante de la nation soit perpétuellement innocente. Pour réduire la « dissonance cognitive », des situations complexes ont dû être simplifiées, en attribuant aux « Autres » les motivations les plus maléfiques et les objectifs les plus sinistres : la peur d’un « Autre » indéterminé (le bolchevisme, le socialisme, l’anarchisme, ou simplement les « agitateurs étrangers ») est devenue essentielle pour créer des solidarités politiques sur le front intérieur ainsi que pour renforcer la cohésion interne d’une société ethniquement hétérogène et caractérisé par un individualisme exacerbé et des clivages de classe.

« La guerre, c’est l’enfer », disait Obama, mais la guerre a défini une grande partie de l’imaginaire américain au point que l’Amérique déclare régulièrement la guerre à toutes sortes de choses – la pauvreté, la drogue, virus, etc. Les Américains ont vécu et vivent dans « l’ombre de la guerre » et vivre sous l’« ombre de la guerre » a abouti à la militarisation de la société, tandis que la menace de la guerre a envahi le langage et la pensée de tous les jours.Dans « A Country Made by WarFrom the Revolution to Vietnam », Geoffrey Perret a écrit que les guerres de l’Amérique ont été comme les barreaux d’une échelle par lesquels elle est passée à la grandeur. Aucune autre nation n’a triomphé si longtemps, de manière aussi systématique ou sur une si vaste échelle, par la force des armes. Il s’agit d’un facteur aussi important que la géographie, l’immigration, la croissance de l’entreprise, la séparation des pouvoirs, l’inventivité de ses habitants, ou toute autre chose qui contribue fortement à son identité unique parmi les nations de la Terre ».

Dans l’expérience collective et la culture stratégique américaines, la guerre est un clarificateur ou purificateur moral et énergisantnational, qui tend à unifier l’expérience nationale d’un pays souffrant de fragilités structurelles comme un Etat-nation. Pour l’Amérique, les guerres sont régénératrices et rédemptrices. Pour un romancier comme John Limon, manquer la guerre, c’est manquer l’Amérique, car c’est « un pays fait par la guerre ». L’histoire littéraire américaine est délimitée par les guerres, comme si les époques littéraires, comme l’histoire de la littérature elle-même, nécessitent un bain de sang pour commencer, dit-il. A chaque fois que l’innocence supposée est perdue, cela déclenche une crise nationale mais elle se régénère. Après chaque révélation troublante comme la torture en Irak, le pays manœuvre astucieusement pour ressusciter sa croyance dans sa propre innocence. La représentation aménisique et fragmentaire de l’histoire américaine dissocie de la mémoire collective ces images intensives et détaillées de destruction. Ce déni motivé permet l’établissement et le renforcement d’un récit rassurant, qui justifie la guerre en insistant sur l’innocence de ses intentions.

Dans son programme électoral, il se contente de généralité, selon vous est-ce que Biden a une politique claire au Moyen-Orient. Laquelle ?

L’adaptation de la stratégie américaine s’est accompagnée par la reformulation d’une nouvelle perception de la géographie ou des ensembles géographiques en créant une continuité entre l’Asie et le Moyen-Orient. L’objet des stratèges de la défense et des planificateurs militaires américains est de s’éloigner progressivement de l’Europe et se focaliser sur l’Asie, mais avec une ouverture plus grande. Plutôt que de se concentrer uniquement sur la Chine et la Russie, le centre de la sécurité nationale aujourd’hui est l’ « arc d’instabilité » qui s’étend du golfe Persique à la Corée du Nord. La stratégie américaine prend un tour très « corbettien »[1] prévoyant deux points de concentration de la présence militaire américaine : un en Asie du Nord où d’importants éléments économiques du système mondial sont exposés ; et l’autre dans le golfe Persique riche en ressources gaz et en pétrole. La grande quantité du pétrole chinois importé provient principalement du Moyen-Orient. Un argument de plus pour les États-Unis de renforcer leur présence au Moyen-Orient, la région qui déterminera la rivalité de puissance à venir entre Pékin et Washington.

Avec la montée en puissance de la Chine et de la Russie, l’administration Biden cherchera à mettre fin aux engagements américains dans les « petites guerres » tout en évitant une déstabilisation généralisée de la région et privilégiant d’autres formes d’engagement. Le succès tactique de la mise à mort de Ben Laden a convaincu beaucoup d’Américains de l’efficacité de la stratégie des assassinats ciblés. En de bénéficier d’un historique de succès, elle considéré efficace militairement et relativement rentable du point de vue du « modèle de guerre américain ». Après une décennie de contre-insurrection, cette ère récente touche à sa fin. Les États-Unis ne peuvent plus se permettre de telles missions. De nombreuses raisons suggèrent que cette pratique se renforcera. Les difficultés financières (austérité et réduction de dépenses publiques) encouragent des stratégies moins coûteuses et donc plus attrayantes pour les décideurs politiques en quête de solutions techniques abordables à des problèmes difficiles.

La déstabilisation généralisée du Moyen-Orient n’est pas dans l’intérêt des Etats-Unis. Seul un grand marchandage impliquant des garanties de sécurité forte pourrait désamorcer l « impasse mexicaine » dans laquelle se trouvent Téhéran, Ryad, Tel-Aviv, etc. Les relations américano-iraniennes ont rarement été normales, mais si les deux pays décident de normaliser leurs relations il ne serait pas très difficile de mettre en place les mécanismes nécessaires. L’Iran et les Etats-Unis sont de plus en plus sur une trajectoire de collision, et les décisions prises maintenant dans la région et à Washington comptent plus que jamais. L’Iran est un pays trop important pour être isolé ou ignoré. L’ambigüité de l’administration Biden sur l’accord nucléaire 2015 traduit la difficulté de trouver un équilibre satisfaisant toutes les parties. Bien que la politique iranienne soit passée de l’idéologie au pragmatisme, l’histoire iranienne a emprunté des chemins compliqués pour faire de ce pays un partenaire difficile dans une région sensible où l’Iran dispose une sphère d’influence s’étendant aux voisins afghans et pakistanais, aux républiques d’Asie centrale et à tous les États du Golfe.

Ne pensez-vous pas, qu’on a plus que jamais besoin d’un monde multipolaire ?

Les principes, les valeurs et les manifestations du multilatéralisme actuel font l’objet de critiques soutenues. Leur efficacité sont remises en question, tout comme leurs procédures de prise de décision et leur représentation. Les discussions sur les droits de l’homme, la démocratie et le développement soulignent que la société internationale est loin d’être post-occidentale en termes de pratiques fondamentales et de principes d’organisation. La marginalisation continue des Etats du Sud traduit le retard moral de la société internationale que certains, comme Andrew Hurrell, justifie au nom d’une soi-disant « efficacité » ; « Ceux qui rejettent les appels à une réforme et à l’élargissement du nombre des membres permanents du Conseil de sécurité reposent souvent sur l’importance de l’efficacité. Oui, la réforme pourrait promouvoir la représentation, mais à quel prix ? Si un conseil de 25 ou 26 membres aura plus de difficultés à agir efficacement que l’arrangement actuel, en quoi cela renforcerait la légitimité de l’organisation ? ». Tout cela a un effet corrosif sur leur légitimité.

L’ensemble du système international, tel qu’issu de la Seconde guerre mondiale, a connu une véritable révolution. Lorsque l’ONU a été créé, elle contenait 50 Etats, un chiffre qui passe à 193 en 2019. Sile système onusien avait a fonctionné, on n’aurait pas eu à créer le G20. L’actuelle impasse que connaissent les institutions internationales (ONU, OMC, etc.) sur de nombreux points importants est le reflet de l’évolution de la dynamique de puissance et la diffusion de puissance. D’où cette instabilité et incertitude et non pas l’efficacité.

Vous avez écrit récemment un article très intéressant Pandémie Covid-19 : leçons pour le Bio terrorisme. Pouvez-vous expliquer à notre lectorat le concept de Bioterrorisme ?

 Le bioterrorisme fait référence à l’utilisation intentionnelle ou la menace d’emploi à des fins terroristes de micro-organismes (bactéries, virus, champignons, parasites) ou de toxines dans le but d’induire un dysfonctionnement biologique pouvant entraîner la mort d’un organisme vivant afin d’influencer la conduite du gouvernement ou d’intimider ou de contraindre une population civile. Le bioterrorisme pourrait inclure des actes délibérés comme l’introduction d’organismes nuisibles destinés à tuer les cultures vivrières ; la propagation d’une maladie virulente entre les installations de production animale ; et l’empoisonnement de l’eau, de la nourriture et des réserves de sang. L’acte de bioterrorisme peut aller d’un simple canular à l’utilisation réelle d’armes biologiques.

Les attaques biologiques – armes de destruction, de désorganisation et de perturbation de masse – peuvent avoir des effets psychologiques et sociaux importants de diverses façons, même lorsque les agents provoquent de faibles taux de mortalité physique. L’un des premiers effets est une détresse sociale et psychologique intense. Plusieurs raisons à cette réaction : l’invisibilité des agents biologiques, l’incertitude sur l’étendue et la dangerosité des armes biologiques, la possibilité de transmission de l’agent par contact humain, etc. Parce que peu de matériel suffit pour produire l’effet souhaité, les agents biologiques – bon marché et relativement faciles à obtenir et à disperser – se révèlent bien adaptés au terrorisme pour semer le chaos et la terreur parmi les populations. Un système d’armes biologiques comprend quatre éléments ;

  • Une charge utile c’est-à-dire l’agent biologique lui-même.
  • Les munitions qui protègent et transportent la charge utile pour maintenir sa puissance durant la livraison.
  • Un système de livraison, qui peut être un missile, un véhicule (avion, bateau, automobile ou camion), un obus d’artillerie, un être humain, des aliments.
  • Un système de dispersion qui assure la diffusion de la charge sur la cible. Les méthodes potentielles de dispersion sont les aérosols, les explosifs et la contamination des aliments ou de l’eau. Les aérosols sont le moyen le plus efficace de diffusion généralisée.

Les approvisionnements alimentaires sont plus faciles à contaminer que les approvisionnements en eau. Les terroristes peuvent attaquer l’approvisionnement alimentaire à plusieurs étapes de la chaîne alimentaire : cibler le bétail et les cultures pendant la production, la récolte, le stockage ou le transport ; cibler les aliments transformés pendant la transformation, la fabrication, le stockage, le transport ou la distribution de ces aliments. Les épidémies d’origine alimentaire peuvent être considérées comme un événement naturel au début d’une attaque bioterroriste. La contamination des approvisionnements en eau nécessite généralement l’ajout de grandes quantités (irréalistes) d’agents biologiques à l’approvisionnement d’une ville.

On évoque souvent le terrorisme biologique. Qu’en pensez-vous de ces thèses ?


Les agents biologiques ont des caractéristiques qui les rendent attrayants pour un terroriste potentiel : coût moindre que les armes nucléaires ; détection difficile ; dissémination des agents facile sur de grandes étendues ; les auteurs peuvent se protéger et disparaître avant l’apparition des effets ; induit la panique ; engorgement des structures de soins ; effet médiatique ; impact économique important. Quoi qu’il en soit la probabilité et la possibilité, une préparation efficace au bioterrorisme aurait certainement permis une meilleure gestion d’une pandémie, d’une crise d’origine naturelle ou accidentelle. La préparation à une pandémie et au bioterrorisme est indissociable. Il existe une continuité évidente entre les mesures à prendre pour faire face au bioterrorisme et les mesures contre une pandémie.

Plus que jamais, la menace biologique mérite l’attention des politiques et des professionnels de sécurité et de la santé publique. La biotechnologie à l’ère de la biologie synthétique élargit le paysage des problèmes potentiels de la défense. Bien que les apports de la biologie synthétique soient prometteurs, il est aussi possible de craindre des utilisations malveillantes. Bien que ces connaissances aient amélioré la capacité des pouvoirs publics de détecter, prévenir et traiter les infections causées par les agents de guerre biologique, les experts reconnaissent la possibilité de « personnaliser » les agents biologiques classiques pour les rendre plus difficiles à détecter, à diagnostiquer et à traiter. La possibilité d’utiliser la biotechnologie pour concevoir une nouvelle classe d’agents, appelés « Advanced Biological Agents » (ABA), doit être envisagée.

La biotechnologie peut également avoir des applications soutenant la militarisation, la diffusion et la livraison des agents biologiques. A mesure que la biotechnologie continue de progresser, les dangers et les risques de la militarisation, par des gouvernements ou des acteurs non étatiques, progressent également. Par exemple, l’équipement ADN requis pour synthétiser un certain nombre de contagions mortelles est moins cher et plus facile à acheter que d’autres ADN. Selon un rapport de la Central Intelligence Agency de 2003, « la biotechnologie sous-jacente au développement d’Advanced Biological Agents est susceptible de progresser très rapidement, provoquant un spectre de menaces diversifiés et incontrôlables ».

Les plantes et les animaux transgéniques pourraient être modifiés pour produire de grandes quantités de protéines biorégulatrices ou de toxines. Des insectes transgéniques, tels que les abeilles ou les moustiques, pourraient être développés pour produire et délivrer des toxines biologiques. Par exemple, un moustique pourrait être génétiquement modifié pour produire et sécréter une toxine biologique dans sa salive. Ce même moustique servirait alors de vecteur pour délivrer la toxine pendant son processus d’alimentation. Ces insectes transgéniques passeraient probablement inaperçus, car bon nombre des contre-mesures de détection et médicales, qui ont été développées pour les « agents traditionnels », seront inefficaces pour les ABA. Cinq attributs importants caractérisant ces agents biologiques avancés ont été décrits : Haute virulence associée à une spécificité élevée ; Absence de contre-mesures opportunes pour la population attaquée ; Possibilité de camoufler l’agent avec une relative facilité ; Haut degré de résistance aux forces environnementales défavorables ; Haut degré de contrôlabilité.

Vous êtes un éminent expert en terrorisme ainsi qu’aux questions liées à la défense. À votre avis les organisations terroristes telles que Daech et al Qaïda, n’ont-ils pas profité de cette crise du Covid pour se réorganiser ?

Pas seulement les organisations djihadistes. Un survol rapide des forums néonazis et des chaînes suprématistes blanches, qui elles-aussi recourent aux tactiques djihadistes pour perfectionner leurs stratégies, montre comment les extrémistes de droite avancent les théories de la désinformation et du complot pour alimenter les récits extrémistes et encourager la mobilisation. Les partisans de groupes extrémistes nationaux et internationaux ont encouragé leurs adeptes à mener des attaques pendant la pandémie pour susciter la panique, cibler les minorités et les immigrants et célébrer la mort de leurs ennemis. Selon une note de service du Département de la sécurité intérieure, les suprématistes blancs et les néo-nazis préconisent qu’il « s’agissait d’une ‘obligation’ de le propager si l’un d’eux contracte le virus. » Des groupes de la société civile, comme l’Anti-Defamation League, ont identifié que des forums de droite comme « Que faire si vous obtenez Corona 19 », qui disent : « Visitez votre mosquée locale, visitez votre local synagogue, passez la journée dans les transports en commun, passez du temps dans votre quartier diversifié local ».

Certains blogs néonazis proposaient « d’exterminer » les populations immigrées et d’exclure les minorités ethniques du traitement médical, tout en affirmant que la « croix gammée » est « le meilleur remède contre Covid-19 ». Leur propagande blâme les groupes ethniques « inférieurs » tout en plaidant pour la fermeture permanente des frontières. De son côté, l’Etat islamique a encouragé les djihadistes à capitaliser sur la peur, le chaos et le stress causés par la pandémie en menant des attaques contre des populations vulnérables en Europe et aux États-Unis. Les partisans de l’Etat islamique décrivent le coronavirus comme un « soldat d’Allah » et ont encouragé les adeptes à célébrer comment la pandémie a nui aux économies américaine et européenne. Ils ont également allégué qu’il s’agissait d’une punition divine contre les athées, les chiites, les chrétiens et les populations minoritaires en Chine, en Iran et en Italie. Des sites et blogs islamistes appellent aussi à propager Covid-19 parmi les infidèles et Dar-Al-Harb, ou ce qu’ils appellent le « dijhad coronavirus ».

Différentes sources de renseignement évoquent une restructuration de Daech notamment en Irak. Que pouvez-vous nous dire à ce propos ? Où on est la coopération des services de renseignement dans le cadre de la lutte anti-terroriste ?

La perte de nombreux Etats (Irak, Syrie, Libye, Mali, etc.) du monopole de la violence légitime a contribué à la prolifération des États dysfonctionnels où prospèrent une multitude de menaces – insurrections, terroristes, criminalité transnationale organisée, économies d’ombre illicites. Parallèlement, les nouveaux moteurs des conflits se combinent à des changements culturels, sociaux et technologiques rapides pour compliquer l’environnement de sécurité mondial. Daech en est l’un des produits. Le travail des services de renseignements est compliqué dans un tel chaos marqué par l’effondrement des institutions. Lutter contre des organisations hybrides comme Daech c’est, pour reprendre l’ex-lieutenant-colonel John Nagl, « comme manger de la soupe avec un couteau », donc « difficile à apprécier pleinement jusqu’à ce que vous l’ayez fait ». Daech est une organisation hybride, hétérogène et narcoterroriste, marquée par la coopération-convergence de plusieurs groupes terroristes, d’insurgés, de criminels et de milices et seigneurs de guerre. Cette relation peut être caractérisée par trois phénomènes parfois simultanément :

·       La coexistence ; occuper et opérer dans le même espace géographique en même temps.

·       La coopération ; les différents groupes ont réalisé que leurs intérêts mutuels sont mieux servis s’ils travaillent temporairement ensemble et sont menacés s’ils ne le font pas.

·       La convergence ; chacun commence à adopter les comportements, la stratégies et tactiques qui sont le plus souvent associés à l’autre. Daech est l’un des exemples du phénomène de gangstérisation du terrorisme et de radicalisation des gangsters.

Les acteurs locaux ne disparaissent pas dans les nouveaux réseaux mondiaux. Dans la lutte contre le narcoterrorisme, le gouvernement dispose d’un avantage initial en termes de ressources, mais contrebalancé par l’obligation de maintenir l’ordre et de protéger la population. Les narcoterroristes réussissent en semant le chaos ; le gouvernement échoue s’il ne maintient pas un ordre satisfaisant. Donc s’il se borne à tuer ou faire des prisonniers, l’Etat ne peut pas gagner. Gagner les guerres et gagner la paix sont ainsi deux missions fort différentes. Face à ce type de menace, ni chars, ni navires de guerre, ni avions ne pouvaient garantir la victoire stratégique.

Les groupes armés sont des organismes vivants, pas des structures mécaniques. Ils changent, se transforment et se recombinent en permutations infinies qui forcent des stratégies et des concepts de changer au fil du temps. Daech est un « système de systèmes » qu’une organisation terroriste : un organisme complexe qui dépendent de plusieurs facteurs ; leadership, ressources, infrastructures, populations et défenses. Perdre l’un de ces éléments-clés et l’ennemi est paralysé. Les perdre tous et l’ennemi est éliminé. Sans traiter les causes qui ont conduit à l’émergence de Daech y compris les interventions étrangères, il est fort probable qu’elle se régénère sous une nouvelle forme.

Pourquoi les gouvernements occidentaux tolèrent- ils la présence sur leurs sols de terroristes notoires ? d’après vous les services de renseignement occidentaux se sont-ils adaptés à la menace djihadiste ?


Le terrorisme est un concept polysémique. Malgré le caractère récurrent de ce phénomène plus vaste et plus englobant, il est encore mal défini, ouvert à des interprétation erronées, confusions, des détournements, des abus et des justifications morales. L’absence d’une définition claire et unanime a gravement nuit à la lutte contre le terrorisme. Le vrai problème est que le terme a été employé comme arme idéologique plutôt que comme un instrument d’analyse. En occident, il y a une tendance à définir le terrorisme pas en tant qu’acte, mais par l’auteur. La lutte contre le terrorisme s’appuie sur de nombreuses hypothèse fausses et réductrices orientalistes, qui cherche à imposer la clarté morale au détriment de la clarté stratégique et opérationnelle.

La lutte contre le terrorisme nécessite que le but et la pratique des forces de sécurité et militaires soient régis par les valeurs libérales et démocratiques. L’intégration de la lutte antiterroriste avec la société civile rend l’application des valeurs libérales difficile. Il y a des raisons structurelles qui entravent la stratégie occidentale. Gil Merom explique que ce qui entraîne l’échec des démocraties dans les « petites guerres » est l’interaction de la sensibilité aux victimes, de la répugnance pour le comportement militaire brutal et de l’engagement à la vie démocratique. Ce sont ces tensions qui fournissent la substance d’un débat interne à propos de l’utilité et la légitimité des mesures coercitives.

La stratégie impose discrimination des menaces et harmonisation des fins et des moyens, et exige des objectifs clairs, du moins un ennemi identifiable. Mais l’Occident ne sait pas quoi penser ni quoi faire des différents groupes terroristes, à cause d’un débat orientaliste et idéologique. Porter le voile et porter une ceinture explosive ne sont pas la même chose. Cela ne facilite pas le travail des services de renseignement et des praticiens de sécurité. La politique est élaborée non pas par un centre rationnel mais par un processus complexe. L’Etat réagit à de multiples centre d’intérêts et pressions politiques – parlement, lobbies, public, conseillers. La lutte antiterroriste est le résultat d’une série de compromis et la machine gouvernementale, une bureaucratie vaste et complexe, ne facilite pas la formulation de politiques cohérentes et rationnelles. 

Pensez-vous que l’administration Biden va reculer sur le dossier du Sahara occidental à l’opposé de l’administration Trump ? Comment voyez-vous l’issue de ce conflit ?

 Bien que traditionnellement ils ont toujours soutenu le Maroc, leur allié de longue date dans la région, les Etats-Unis sont désormais plus prudents et tentent d’équilibrer leurs relations avec le Maroc et l’Algérie, cette dernière est devenue un partenaire clé dans la guerre globale contre le terrorisme. Il est fort possible que l’administration Biden revoit la position des Etats-Unis sur le dossier du Sahara occidental et revient au statu quo, qui existait avant Trump. Dans un best-seller « Strategy and Arms Control » (1961), Thomas Schelling et Morton Halperin ont fait valoir que le contrôle des armements et la politique militaire doivent être attachés aux mêmes buts fondamentaux de sécurité : prévenir la guerre, minimiser les coûts et les risques de la course aux armements, et restreindre la portée et la violence de la guerre dans l’éventualité où elle devrait se produire. Particulièrement vulnérables et dangereusement provocateurs, les systèmes d’armes devraient être limités car les Etats pourraient être tentés de préemption ou même encourager la guerre préventive. En d’autres termes, les Etats-Unis chercheraient à maintenir un équilibre dans la région. L’évolution de la situation intérieure de l’Algérie et du Maroc sera déterminant de la position des Etats extérieures y compris de l’issue finale du conflit de Sahara occidental.

L’Algérie reste une cible permanente de différents cercles hostiles. À votre avis, une éventuelle déstabilisation de l’Algérie n’est-elle pas une option très risquée pour tout le monde ?

L’Algérie est confronté à des problèmes de fragilité interne et de vulnérabilité externe. Les cercles de la sécurité nationale de l’Algérie (Maghrébin, arabe, africain et méditerranéen) sont en phase de reconfiguration et même de désintégration de certains cercles (arabe et maghrébin). La question de la sécurisation des frontières constitue un « dilemme de sécurité » imposée par les troubles croissants dans le voisinage sahélo-maghrébin et l’intensification des rivalités entre grandes puissances. Les menaces sont diverses, polyvalentes et ambiguës. La volonté de l’Algérie d’être un électron libre est mal accueillie par les grandes puissances.

La Tallon d’Achille de l’Algérie est sa fragilité intérieure. Lorsque les dilemmes de sécurité sont le produit des politiques de sécurité externes des Etats, les Etats peuvent désamorcer les tensions grâce à des mesures de renforcement de la confiance. Les bases psychologiques de la perception des vulnérabilités internes sont beaucoup plus difficiles à atténuer. L’insécurité intérieure présente un défi particulier pour les décideurs. Les craintes d’ingérence externe sont générées non pas par les politiques des autres Etats que par les vulnérabilités internes des État eux-mêmes. Ainsi, les Etats ayant des vulnérabilités internes ne peuvent pas être facilement apaisés par des mesures de renforcement de la confiance ».

D’après vous, pourquoi l’armée algérienne est-elle la cible permanente de certains cercles hostiles à l’Algérie ?

La triste réalité est que la politique internationale a toujours été une affaire impitoyable et dangereuse. L’identité algérienne a été forgé dans l’adversité, mais à son corps défendant. Le nationalisme algérien est ancré dans la certitude que le pays est victime d’un complot. Les dirigeants algériens perçoivent la position géopolitique de leur pays sous un prisme obsidional selon lequel l’Algérie est constamment menacée. Le recours constant des dirigeants algériens à l’« ennemi extérieur » reflète une fragilité intérieure. Face à la crise économique, sociale, politique, et les revendications croissantes du Hirak en matière de transparence et gouvernance, l’Etat ne peut plus maintenir son train de vie. Le ministère de la défense est conscient que des coupes budgétaires sont nécessaires et qu’il est nécessaire de rationaliser les dépenses militaires. Un discours alarmant sert à atténuer ou à retarder de telles coupes. Sans l’instauration d’un Etat démocratique moderne, l’Algérie restera une pyramide inversée – c’est-à-dire sa stabilité demeure fragile.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 [1] * SIR JULIAN CORBETT (1854-1922), historien naval britannique, spécialiste en géostratégie, a décrit deux points de concentration traditionnelle pour la Royal Navy, l’un près de l’île française d’Ouessant en Bretagne pour le contrôle de la Manche, et l’autre dans la rade des Dunes (près de Douvres) pour se prémunir contre les menaces d’invasion de la mer du Nord. C

Qui est le Dr. Tewfik Hamel ?

Tewfik Hamel est chercheur en Histoire militaire & Études de défense attaché à CRISES (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales) de l’université Paul Valéry à Montpellier et consultant. Chargé de recherche à la Fondation pour l’innovation politique (2008-2009), Tewfik Hamel est membre de RICODE (Réseau de recherche interdisciplinaire « colonisations et décolonisations ») et du comité de lecture de la revue Géostratégiques (Académie géopolitique de Paris). Il est également rédacteur en chef de la version française de l’African Journal of Political Science (Algérie), correspondant de The Maghreb and Orient Courier (Belgique) et membre du Cabinet de Conseil Strategia (Madrid)

Tewfik Hamel est l’auteur de nombreuses publications dans des ouvrages collectifs ainsi que dans de grandes revues spécialisées en France et dans le monde arabe (Sécurité Globale, Revue de la Défense nationale, Géoéconomie, Géostratégiques, STRATEGIA, Revue du marché commun et de l’Union européenne, Matériaux pour l’histoire de notre temps, NAQD, Magazine of Political Studies & International Relations, etc.). Auteur de rapports sur la situation géostratégique dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, sa dernière étude est intitulée  « Les menaces sécuritaires hybrides : quelles réponses à la jonction criminalité-terrorisme ? » (Institut National d’Études de Stratégie Globale, Présidence de la république, Alger, 2017). Son article dans la revue Sécurité Globale a été publié aux États-Unis sous le titre « The Fight Against Terrorism and Crime: A Paradigm Shift? An Algerian Perspective ».

Published in American Herald Tribune February 18 ,2021: https://ahtribune.ca/interview/4560-tewfik-hamel-pandemic.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/19/interview-tewfik-hamel-les-menaces-qui-pesent-sur-lalgerie-sons-ambigues/

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/21/tewfik-hamel-il-est-fort-possible-que-biden-revoie-la-position-des-etats-unis-sur-le-dossier-du-sahara-occidental-ii/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/dr-_tewfik_hamelpreparationpandemiebioterrorisme/

Published in https://altnews.org/2021/02/18/dr-tewfik-hamel-pandemic-and-bioterrorism-preparedness-are-inseparable/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/dr-tewfik-hamel-la-preparation-a-une-pandemie-et-au-bioterrorisme-est-indissociable/

Jean-Daniel Boyer: “Capitalism, Like Kronos Devouring His Children, Risks Destroying Us”

Publié le Mis à jour le

Jean Daniel Boyer e829b

Mohsen Abdelmoumen: I read your book « Understanding Adam Smith ». Why must we understand the father of liberalism?

Jean-Daniel Boyer: I think it is important to read and understand Adam Smith for three main reasons. The first is that it avoids making him say anything and suggesting, for example, that market mechanisms would be governed by the « invisible hand ». This is pure invention. There is no invisible hand of the market in Smith.

On the contrary, Smith is an author who perceives that market relations are marked by power relations.  Already in his own time, he perceived some of the excesses of capitalism: the collusion between the state and the merchants, the domination of the world by the big companies of the time, such as the East India Company, or the fact that the state’s debt was held by the merchants.  Smith was a critical author at the time: he criticized the merchant system as shown in Book IV of the Wealth of Nations dedicated to him. Now, in its logic, the merchant system seems to me to be very close to the capitalist system that we have today.

A second reason why it may be interesting to read Smith is that his economic analysis is rooted in a moral theory. His Theory of Moral Sentiments, published in 1759, was republished until his death. In other words, for him, economic thinking cannot do without a more general reflection that concerns moral questions but also the functioning and future of societies.

A third reason consists, in my opinion, in the fact that Smith was a thinker sensitive to the problems of justice in the economic sphere. Without justice, the economic system falters when it does not collapse.

Can capitalism be reformed?

Precisely, capitalism can be reformed by becoming aware of its excesses, correcting them, and also trying to anticipate them. In order to reform capitalism, we need to know its dimensions. And I think that there is not one capitalism but many capitalisms. The capitalism that we have today is characterized, in my opinion, by two dimensions: on the one hand, by the overexploitation of natural and human resources. On the other hand, we are witnessing the affirmation of a patrimonial capitalism, a capitalism of rentiers.

If we were aware of this, it would be possible to reform it by imagining counter-forces. The capitalism that is contemporary to us is in fact particularly destructive, because it is not, or very little, under control. It is a capitalism of large transnational corporations and finance.

Don’t you think we need to find an alternative to capitalism?

That an alternative to contemporary capitalism must be found is a certainty. Otherwise. Capitalism, like Kronos devouring his children, risks destroying us.

More difficult is to find the concrete system that will allow us to overcome it. This requires imagination and reflection.

But I do not have the impression that the imagination and reflection of researchers or politicians are for the moment truly turned towards this search for alternatives. That there is a partial search for alternatives is a fact. On the other hand, there are few who seek to propose more general alternatives; few who seek to reflect on a truly alternative system.

For these reasons, I think that the alternative to capitalism will, in the short term, be another form of capitalism that is undoubtedly more sensitive to ecological issues and the preservation of scarce resources. The question is whether these considerations will be sufficient.

To really overthrow capitalism would require the emergence of a new cultural model that does not make profit, interest, the essential motive for human actions. But this cultural transformation, if it took place, would take, I think, a few years or even a few centuries. It would take at least as long as it took the capitalist cultural model to assert itself against the feudal model and to triumph through the affirmation of a new mode of production and through bourgeois revolutions.

The question that arises is to know on what to base a cultural counter-model that is no longer centered on profit or interest.

Now, in my opinion, no one is really ready to consider leaving the logic of gain, especially in the West, on the one hand because most of its members benefit from it, but above all on the other hand because this logic is deeply rooted in us.

The only thing that would really force us to go beyond capitalism, to get out of the logic of gain, and to think about alternatives is, in my opinion, the multiplication of catastrophes that would lead to a radical awakening.

2020 is perhaps the beginning of this new era that will force us to find alternative models.  After all, the logic of gain has asserted itself as an effective response to the circumstances of the late Middle Ages. It has been a response to shortages and scarcity. And it must be said that bourgeois capitalism was particularly effective: it generated an extremely strong growth of wealth by limiting, at least in the West, famines. Today the essential threat is no longer famine. It is something else. It is sanitary and environmental. These two threats destabilize capitalism and the logic of gain, which is certainly effective in a secure framework but proves ineffective in the face of uncertainty. As we have seen in the face of the pandemic, decision making, especially political decision making, could not be taken according to usual procedures. This is why it was disordered.

More generally, in the face of illness, insecurity or death, the pecuniary gain is reconsidered at its true value: it is nothing in itself. It is put in its place. And it is vanity. This is quite disturbing because that is exactly what Smith writes in his Theory of Moral Sentiments.

Isn’t there a need to read and understand Marx?

Reading Smith is not antithetical to reading Marx. Quite the contrary. Marx himself was inspired by Smith as evidenced by his 1844 Manuscripts. One must certainly read and reread Marx if only to become aware that the bourgeois capitalized mode of production is a socio-historical construction born of the affirmation of the bourgeoisie and the bourgeois cultural model of gain and interest. I think that one of the great lessons of Marx was to have become aware that capitalism implied a cultural model which, moreover, helped to impose it. Marx described a particular kind of capitalism, which I would describe as industrial, based on exploitation. His analysis of the functioning of markets is, for me, more limited. This is why, in addition to reading Marx and Smith to understand the foundations of our contemporary world, I would advise consulting the works of 18th century British and French commercial science. This science of commerce exposes the strategies of the merchants, the strategies of conquest of markets or territories. It makes economics and market control a geostrategic weapon.

Oxfam’s latest Global Inequality Report reveals that 2153 billionaires have more money than 60% of humanity. How do you explain the fact that inequalities have increased between a minority of 1% who concentrate all the world’s wealth and a majority who live in total precariousness?

I mentioned it briefly. I think that the capitalism that is contemporary to us is both a capitalism of heritage and a capitalism of large production entities. For these two reasons, it is a capitalism of capture that operates through exploitation but also through the mechanisms of commercial exchange and finance. This capture of wealth is particularly powerful because it combines these three dimensions. Exploitation, capture of value on the commodity markets and capture of financial value are carried out by multinationals that combine these three modes of action.

 Wealth thus goes to the poles, to the richest companies and individuals, those who hold wealth and have market power, at the expense of the rest of the world.  As I was saying, this type of capitalism by its very nature generates an affirmation of inequalities.

Hasn’t globalization led to the degeneration of capitalism?

I would tend to say not yet. On the contrary, I would say that globalization is the pinnacle of capitalism. It is gradually revealing its true face and its contradictions. Awareness of the limits of putting everything and everyone in competition has not yet taken place.

Isn’t the Covid crisis a merciless revelation of the weaknesses of neoliberal capitalism?

I don’t think we are in a liberal world promoting freedoms. Nor are we in a market economy. We are in a market economy based on competition.

On the other hand, indeed the covid crisis reveals the limits of market capitalism and its logic of least cost and competition generalized to the whole of society.  The health crisis leads us to question our search for profit and to consider it less essential.

If the Covid crisis is only a punctual phenomenon, the world after will be similar to the world before. If it lasts or if it is the beginning of a succession of sanitary, economic and environmental crises, it will require a radical transformation of the modes of consumption and production. On the one hand, it will require a real awareness of the situation and will impose the transformation of individual behavior and the transition to a radically different next world.

The situation is unstable and uncertain. The world after may be better than the world before.  I sincerely hope so.  But it may also be worse.

Interview realized by Mohsen Abdelmoumen

Who is Jean-Daniel Boyer?

He is currently Associate Professor of Economic and Social Sciences and Dean of the Faculty of Social Sciences at the University of Strasbourg.

His research focuses on economic thought in the 18th century and explores the moments of the construction of liberal thought since the science of commerce. French from the 1750s to Adam Smith through the physiocracy. They are articulated around the theoretical and systemic conceptions of the authors as well as their definition of modalities of government action.

A second dimension of my research relates to the food supply of cities, particularly Strasbourg, mixing a historical perspective with studies on its contemporary structuring.

Published in American Herald Tribune February 02 ,2021https://ahtribune.ca/interview/4549-jean-daniel-boyer.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/03/interview-leconomiste-jean-daniel-boyer-le-capitalisme-risque-de-nous-detruire/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/jean_daniel_boyercapitalismekronos/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/jean-daniel-boyer-le-capitalisme-tel-kronos-devorant-ses-enfants-risque-de-nous-detruire/

Jean-Daniel Boyer : « le capitalisme tel Kronos dévorant ses enfants, risque de nous détruire »

Publié le Mis à jour le

Jean Daniel Boyer e829b

J’ai lu votre livre « Comprendre Adam Smith ». Pourquoi doit-on comprendre le père du libéralisme ?

Je pense qu’il est important de lire et de comprendre Adam Smith pour trois raisons essentielles. La première est que cela permet d’éviter de lui faire dire n’importe quoi et de laisser  supposer par exemple que, selon lui, les mécanismes de marché seraient régis par la « main invisible ». Ceci est une pure invention. Il n’y a pas de main invisible du marché chez Smith.

Au contraire, Smith est un auteur qui perçoit que les relations marchandes sont marquées par les rapports de force.  Il perçoit, déjà à son époque, certaines des dérives du capitalisme : la collusion entre l’Etat et les marchands, la domination du monde par les grandes entreprises de l’époque comme l’East India Company, ou le fait que la dette de l’Etat soit détenue par les marchands.  Smith est un auteur critique à l’époque : il critique le système des marchands comme en témoigne le livre IV de la Richesse des nations qui lui est dédié. Or, dans sa logique, le système des marchands me semble très proche du système capitaliste qui nous est contemporain.

Une deuxième raison pour laquelle il peut être intéressant de lire Smith tient dans le fait que son analyse économique est ancrée dans une théorie morale. Sa Théorie des sentiments moraux parue en 1759 est rééditée jusqu’à sa mort. Autrement dit, pour lui la réflexion économique ne peut pas se passer d’une réflexion plus générale qui concerne les questions morales mais aussi le fonctionnement et le devenir des sociétés.

Une troisième raison consiste selon moi dans le fait que Smith est un penseur sensible aux problématiques de justice dans la sphère économique. Sans justice, le système économique vacille quand il ne s’effondre pas.

Peut-on réformer le capitalisme ?

Précisément, on peut réformer le capitalisme en prenant conscience de ses dérives, en les corrigeant et en essayant également de les anticiper. Pour réformer le capitalisme, il faut en connaître les dimensions. Or, je pense qu’il n’existe pas un capitalisme mais des capitalismes. Le capitalisme qui nous est contemporain est caractérisé selon moi par deux dimensions : d’une part, par la surexploitation des ressources naturelles et humaines. D’autre part, nous assistons à l’affirmation d’un capitalisme patrimonial, d’un capitalisme de rentiers.

En en ayant conscience, il serait possible de le réformer en imaginant des contre-forces. Le capitalisme qui nous est contemporain est en effet particulièrement destructeur, parce qu’il n’est pas ou très peu sous contrôle. Il est un capitalisme des grandes entreprises transnationales et de la finance.

 Ne pensez-vous pas qu’il faut trouver une alternative au capitalisme ?

Qu’il faille trouver une alternative au capitalisme contemporain, c’est une certitude. Sinon, le capitalisme tel Kronos dévorant ses enfants, risque de nous détruire.

Plus difficile est de trouver le système concret qui permette de le dépasser. Là, cela demande de l’imagination et de la réflexion.

Or, je n’ai pas l’impression que l’imagination et la réflexion des chercheurs ou des politiques soient pour l’instant véritablement tournées vers cette recherche d’alternatives. Qu’il y ait des recherches  d’alternatives partielles, c’est un fait. Par contre il y en a peu cherchant à proposer des alternatives plus générales ; peu qui cherchent à réfléchir à un système réellement alternatif.

Pour ces raisons, je pense que l’alternative au capitalisme sera, à court terme, une autre forme de capitalisme sans doute davantage sensible aux questions écologiques et à la préservation des ressources rares. La question est de savoir si ces prises en considération seront suffisantes.

Renverser réellement  le capitalisme nécessiterait qu’émerge un nouveau modèle culturel qui ne fasse pas du gain, de l’intérêt, le motif essentiel des actions humaines. Mais cette transformation culturelle si elle s’opérait prendrait je pense quelques années voire quelques siècles. Elle prendrait au moins autant de temps que celui qu’il a fallu au modèle culturel capitaliste pour s’affirmer contre le modèle féodal et pour triompher via l’affirmation d’un mode de production nouveau et via les révolutions bourgeoises.

La question qui se pose est de savoir sur quoi fonder un contre-modèle culturel qui ne soit plus centré sur le gain ou sur l’intérêt.

Or, à mon avis, personne n’est réellement prêt à envisager de quitter la logique du gain notamment en Occident d’une part parce la plupart de ses membres en bénéficie mais surtout d’autre part car cette logique est profondément ancrée en nous.

La seule chose qui obligerait véritablement à dépasser le capitalisme, à sortir de la logique du gain, et à réfléchir à des alternatives est à mon sens la multiplication des catastrophes qui amènerait à une prise de conscience radicale.

2020 est peut-être le début de cette ère nouvelle qui obligera à trouver des modèles alternatifs.  Après tout, la logique du gain s’est affirmée car elle a été une réponse efficace aux circonstances de la fin du Moyen-Age. Elle a été une réponse aux disettes et aux pénuries. Et il faut dire que le capitalisme bourgeois a été particulièrement efficace : il a généré une croissance extrêmement forte des richesses en limitant, du moins en Occident, les famines. Aujourd’hui la menace essentielle n’est plus celle de la famine. Elle est autre. Elle est sanitaire et environnementale. Ces deux menaces déstabilisent le capitalisme et la logique du gain qui est certes efficace dans un cadre sécurisé mais qui se révèle inefficace face à l’incertitude. On l’a vu face à la pandémie, la prise de décision, notamment politique, n’a pu se prendre selon des procédures habituelles. C’est pour cela qu’elle a été désordonnée.

De manière plus générale, face à la maladie, à l’insécurité ou à la mort, le gain pécuniaire est reconsidéré à sa juste valeur : il n’est rien en lui-même. Il est remis à sa place. Et il est vanité. C’est d’ailleurs assez troublant car c’est exactement ce qu’écrit Smith dans sa Théorie des sentiments moraux.

Est-ce qu’il n’y a pas une nécessité de lire et comprendre Marx ?

Lire Smith n’est pas antithétique avec la lecture de Marx. Bien au contraire. Marx lui-même s’est inspiré de Smith comme en témoigne ses Manuscrits de 1844. Il faut certes lire et relire Marx ne serait-ce que pour prendre conscience que le mode de production capitalise bourgeois est une construction socio-historique née de l’affirmation de la bourgeoisie et du modèle culturel bourgeois du gain et de l’intérêt. Je pense que l’une des grandes leçons de Marx c’est d’avoir pris conscience que le capitalisme impliquait un modèle culturel qui d’ailleurs contribuait à l’imposer. Marx a particulièrement bien décrit un capitalisme particulier que je qualifierai d’industriel, fondé sur l’exploitation. Son analyse du fonctionnement des marchés est, pour moi, davantage limitée. C’est pour cela qu’en plus de lire Marx et Smith pour comprendre les fondements de notre monde contemporain je conseillerais de consulter les ouvrages de la science du commerce britannique et française du 18ème siècle. Cette science du commerce expose les stratégies des marchands, les stratégies de conquêtes de marchés ou de territoires. Elle fait de l’économie et de la maîtrise des marchés une arme géostratégique.

Le dernier Rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales révèle que 2153 milliardaires disposent de plus d’argent que 60% de l’humanité. Comment expliquez-vous le fait que les inégalités se soient accentuées entre une minorité de 1% qui concentre la totalité de la richesse mondiale et une majorité qui vit la précarité totale ?

Je l’avais évoqué brièvement. Je pense que le capitalisme qui nous est contemporain est à la fois un capitalisme patrimonial et un capitalisme de grandes entités de production. Pour ces deux raisons, il est un capitalisme de captation qui opère par l’exploitation mais aussi par les mécanismes de l’échange marchand et par ceux de la finance. Cette captation de richesses est particulièrement puissante parce qu’elle combine ces trois dimensions. Exploitation, captation de valeur sur les marchés des marchandises et captation de valeur financière se font par des multinationales qui combinent ces trois modalités d’action.

 Les richesses vont ainsi vers les pôles, vers les entreprises et les individus les plus riches, ceux qui détiennent du patrimoine et ont des pouvoirs de marché, et ce  au détriment du reste du monde.  Comme je le disais, ce type de capitalisme génère par nature une affirmation des inégalités.

La mondialisation n’a-t-elle pas entraîné la dégénérescence du capitalisme ?

J’aurais tendance à dire pas encore. Au contraire, je dirais que la mondialisation est l’apogée du capitalisme. Elle donne progressivement à voir sa véritable face et ses contradictions. La prise de conscience des limites de la mise en compétition de tout et tous n’a pas encore eu lieu.

La crise du Covid n’est-elle pas une révélation impitoyable des faiblesses du capitalisme néolibéral ?

Je ne pense pas que nous soyons dans un monde libéral promouvant les libertés. Nous ne sommes pas non plus dans une économie de marché. Nous sommes dans une économie de marchands fondée sur la mise en compétition.

Par contre, effectivement la crise du covid révèle les limites du capitalisme marchand et de sa logique du moindre coût et de la compétition généralisée à l’ensemble de la société.  La crise sanitaire nous amène à questionner notre recherche du gain et à la considérer comme étant moins essentielle.

Si la crise du Covid n’est qu’un phénomène ponctuel, le monde d’après sera similaire au monde d’avant. Si elle dure ou si elle est le début d’une succession de crises sanitaires, économiques, environnementales, elle nécessitera une transformation radicale des modes de consommation et de production. Elle obligera d’une part à une réelle prise de conscience de la situation et imposera la transformation des comportements individuels et le passage à un monde d’après radicalement différent.

La situation est instable et incertaine. Le monde d’après sera peut-être meilleur que le monde d’avant.  Je l’espère sincèrement.  Mais, il peut aussi être pire.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Jean-Daniel Boyer ?

Agrégé de Sciences économiques et sociales, il est actuellement Maître de conférences et doyen de la Faculté des Sciences sociales à l’Université de Strasbourg.

Ces recherches portent essentiellement sur la pensée économique au 18 ème siècle et explorent les moments de la construction de la pensée libérale depuis la science du commerce française des années 1750 à Adam Smith en passant par la physiocratie. Elles s’articulent autour des conceptions théoriques et systémiques des auteurs ainsi que de leur définition des modalités d’action des gouvernements.

Une deuxième dimension de mes recherches a trait à l’approvisionnement alimentaire des villes et notamment de Strasbourg mêlant une perspective historique à des études sur sa structuration contemporaine.

Published in American Herald Tribune February 02 ,2021: https://ahtribune.ca/interview/4549-jean-daniel-boyer.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/03/interview-leconomiste-jean-daniel-boyer-le-capitalisme-risque-de-nous-detruire/

Published in https://tribune-diplomatique-internationale.com/jean_daniel_boyercapitalismekronos/

Published in https://www.palestine-solidarite.fr/jean-daniel-boyer-le-capitalisme-tel-kronos-devorant-ses-enfants-risque-de-nous-detruire/