Mois: juin 2021

L’Algérie de Novembre face au démantèlement de l’Etat national

Publié le

l'Algérie Etat

Les forces patriotiques devront faire face à la mission sacrée de sauver la République. D. R.

Au moment où l’Algérie peine à sortir du désastre causé par le règne catastrophique de la fratrie Bouteflika, on constate qu’un climat délétère a envahi tout le pays. Le seul mérite de cette atmosphère pestilentielle est de nous montrer la putréfaction politique et médiatique dans laquelle s’est enlisée l’Algérie. Des pseudos débats et des assertions qui n’épargnent aucun symbole de l’État national ont lieu quotidiennement, comme on l’a vu récemment avec la campagne de dénigrement de l’émir Abdelkader qui a été vilipendé sur la place publique sous les applaudissements et les encouragements du lumpen prolétariat. À qui profite le crime sinon au Makhzen marocain qui n’est pas loin de cette offensive calomnieuse contre le fondateur de l’État algérien moderne ? Je rappelle que l’émir Abdelkader a été trahi par un sultan de pacotille marocain. Quoi qu’il en soit, l’état de décomposition actuel en Algérie est effarant et inquiétant car il a permis l’union incestueuse entre Rachad, les démocrates, la gauche algérienne, les trotskystes, le MAK, les oligarques, les néo-harkis, et d’autres groupes dont on parle moins mais qui sont tout aussi nuisibles pour l’Algérie. Les gesticulations quotidiennes des traîtres composant ce bric-à-brac, véritable chaudron de sorcière, entraînent notre patrie vers son démantèlement. Force est de constater que les assauts permanents des forces antinationales liées à l’agenda impérialiste et néocolonialiste sont de plus en plus virulents et participent à l’abrutissement des Algériens en torpillant tout esprit critique dans une société meurtrie par une décennie de guerre et de massacres par les terroristes islamistes et vingt années du règne calamiteux de Bouteflika. Le processus d’aliénation de l’Algérien continue à faires des ravages au niveau de la société, et nous assistons à des tentatives répétées pour gommer la mémoire du peuple algérien tout en assassinant son cerveau. Un tour d’horizon dans les réseaux sociaux nous convainc du niveau de délitement que nous avons atteint.

Le mariage de complaisance entre Bouteflika et les Frères musulmans a produit cette situation qui est le couronnement d’un long processus commencé en livrant l’éducation nationale aux islamistes. La trahison historique des élites politiques et celle des élites intellectuelles a fabriqué le monstre hybride qu’est l’Algérie actuelle. Moche, sans repères, invivable et qui ne produit que la régression allant du révisionnisme néocolonialiste jusqu’à l’islamisme terroriste. Qu’ont-ils fait de toi, ma chère patrie ? Il n’y a plus de limites et bientôt, on assistera au jugement à titre posthume de Larbi Ben M’Hidi et de ses compagnons, les pères fondateurs de l’État algérien. Pourquoi pas ? Dans ce processus destructeur, il n’y a aucun garde-fou, tout est permis. C’est un véritable déchaînement contre tous les symboles de l’État national algérien. Cela nous renseigne que la maladie s’est métastasée et que les soins ne peuvent qu’être fermes et résolus. Sauvegarder l’État national nécessite une thérapie de choc pour ranimer un corps plongé dans le coma. Pour cela, il nous faut un bon diagnostic et des outils adéquats. Nous n’avons ni l’un ni l’autre pour l’instant et nous assistons en permanence à un bal des faux culs et à un défilé de faux prophètes qui représentent ce qu’il y a de plus méprisable dans l’espèce humaine. Ces tartufes, ces traîtres, n’ont jamais été et ne seront jamais la solution, bien du contraire, ils sont le problème. Leur lent travail de sape agrandit chaque jour le risque de démantèlement de notre patrie et les dangers qui nous guettent, qu’ils soient d’ordre géopolitique, économique et sécuritaire, sont immenses et doivent être traités de manière urgente. L’Algérie plongée dans ce brouillard sans cap et sans projet est comme un bateau sans gouvernail entraîné vers un énorme maelstrom qui ne lui laissera aucune chance de rester à flots. Bien évidemment, bon nombre de facteurs exogènes comme le Makhzen marocain, la France néocoloniale, etc. sont des acteurs éminents dans ce désarroi national.

Le moment est venu de poser les jalons d’un courant patriotique qui sera l’antithèse du projet de destruction programmée de l’Algérie par l’empire. Neutraliser les forces antinationales, celles de la félonie liées à l’impérialisme, est la tâche historique de ce courant patriotique qui doit émerger de toute urgence, parce que la situation ne permet pas d’attendre plus longtemps. L’Algérie n’a pas le luxe de perdre du temps, il y va de sa survie. Constituer un front patriotique qui va sanctuariser l’État et notre armée est capital. Le vide dont ont profité les forces antinationales doit impérativement être comblé par les forces patriotiques qui sont face à la mission sacrée de sauver la République et de restaurer l’État national, et de les sortir définitivement des griffes des renégats félons au service de l’agenda impérialiste. Le courant patriotique doit s’imposer comme la seule force qui défendra l’Algérie de nos ancêtres en perpétuant le combat des Novembristes et en propulsant notre pays vers la modernité à laquelle il a toujours aspiré.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/06/25/lalgerie-de-novembre-face-au-demantelement-de-letat-national/

L’espion du Makhzen qui voulait être député à l’APN

Publié le Mis à jour le

La vie est étrange. Comment un veilleur de nuit algérien qui dormait dans la cuisine du Consulat général d’Algérie à Bruxelles peut-il devenir propriétaire de plusieurs biens immobiliers et se présenter aux élections législatives pour un siège à l’APN, zone 4, sur la liste HMS de Makri ? Cette formidable ascension a pourtant une explication très rationnelle. C’est grâce au témoignage de notre source qui a très bien connu ce sinistre personnage que nous pouvons alerter l’opinion publique. C’est en 2010 que tout a commencé pour notre source. Brahim D., que nous appellerons « le traître » – et nous ne mettrons pas une majuscule à ce surnom -, a approché notre source en se présentant à lui comme un agent des services algériens et en lui faisant miroiter qu’il va pouvoir montrer son patriotisme en rendant des services à son pays. Il s’agissait pour notre source de copier une série de fichiers sur un ordinateur, fichiers composés de photographies que Brahim D. avait faites au consulat et qui comportaient tous les renseignements relatifs aux ressortissants algériens enregistrés. Brahim D. prétendait que ces informations étaient destinées à établir une base de données qui permettrait d’envoyer des prospectus aux électeurs pour les élections en Algérie. Craignant de laisser des traces, le traître a alors fourni un disque dur à notre source en lui demandant d’y transférer les fichiers et de tout effacer sur l’ordinateur. Le transfert terminé, Brahim D. a emporté le disque dur, persuadé d’avoir éliminé toute preuve. Cependant, notre source qui commençait à avoir des soupçons sur l’honnêteté de ce triste sire, a conservé la totalité des documents qui sont aujourd’hui à notre disposition. Il a aussi copié tout le répertoire téléphonique de Brahim D. dans lequel on trouve, entre autres, le nom de Ouassini Bouazza. Il rencontrait aussi Saïd Bouteflika lorsque celui-ci se déplaçait à Bruxelles dans une résidence privée. Le long travail de collecte de renseignements a duré jusqu’en 2017, période à laquelle notre source a découvert le pot aux roses et a compris qu’il avait accordé sa confiance à un usurpateur doublé d’un traître qui a brisé des vies et qui n’a fait que du mal autour de lui.

Entretemps, Brahim D. envoyait des Algériens à des conférences d’intellectuels marocains en leur demandant d’enregistrer leurs propos, prétendant que des mauvais coups contre l’Algérie se préparaient lors de ces réunions et que récolter ce qu’il s’y disait était une preuve de patriotisme. Le traître attendait dehors et emportait les enregistrements dès qu’ils lui étaient transmis. Notre source s’est rendue trois fois à ces conférences et jamais un seul mot n’a été prononcé contre l’Algérie, il s’agissait toujours de réunions d’opposants marocains au roi. Nos compatriotes impliqués dans cette surveillance ont commencé à comprendre qu’ils avaient été abusés et que les enregistrements qu’ils avaient réalisés étaient destinés au… Makhzen.

Brahim D. se vend au plus offrant et il semble que le Makhzen paie bien. Il est proche du Belgo-marocain Fouad Ahidar, député bruxellois et président du Parlement flamand de Bruxelles, élu du sp.a (socialistes flamands). Ils se sont rendus ensemble en Algérie pour faire du business et vont fréquemment au Maroc, toujours ensemble.

Mais ce n’est pas tout. Brahim D. fait du trafic de passeports et a trempé dans une affaire concernant le transfert au Maroc d’un Algérien emprisonné en Belgique. A la demande des services secrets marocains et avec l’aide administrative de Brahim D., les Belges ont extradé notre compatriote au Maroc où il subit la torture depuis dix ans. Non content d’être un agent du Makhzen infiltré au Consulat général d’Algérie à Bruxelles, Brahim D. est aussi lié au mouvement Rachad, catalogué organisation terroriste. Il est d’ailleurs sous enquête par les Belges pour blanchiment d’argent et traite d’êtres humains.

Sachant que cette crapule s’est vantée auprès de notre source de percevoir 6000 euros à vie en étant député, je répondrai que la place de ce traître n’est pas à l’Assemblée mais en prison pour haute trahison ! Nous tenons à souligner le travail remarquable du BS, les services de renseignement algériens attachés à l’ambassade, qui ont rendu un rapport détaillé de cette affaire. Mais ne nous y trompons pas, ce qui est révélé ici n’est que la pointe de l’iceberg qui démontre à quel point notre pauvre pays est gangrené par des racailles sans scrupules prêtes à tout pour s’enrichir en suçant le sang du peuple algérien s’il le faut. La patrie de Ben M’hidi et Benboulaïd ne peut pas accepter que sa représentation diplomatique à l’étranger et son Assemblée soit polluées par des bêtes malfaisantes à l’image de ce traître qui, je le répète, mérite de croupir en prison pour un très long séjour.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/06/15/le-membre-actif-de-rachad-et-espion-du-makhzen-qui-voulait-etre-depute-a-lapn/

La menace islamiste sur le futur Parlement

Publié le Mis à jour le

Les islamistes à l’assaut de l’Algérie. DR.

Toutes les prévisions indiquent que les islamistes vont remporter les élections législatives du 12 juin. Pour la première fois de son histoire, l’Algérie aura un Parlement islamiste. Les dangers de ce scénario sont multiples, ils sont à la fois d’ordre géopolitique et sécuritaire. Car donner le pouvoir aux islamistes équivaut à ouvrir la boîte de Pandore et à précipiter l’Algérie en enfer. La récente interview dans Le Point que Tebboune a accordée à Kamel Daoud et à Adlène Meddi, journalistes connus pour leurs liens avec la France et les officines françaises, est arrivée au lendemain d’une opération rondement menée par les services de renseignement algériens qui ont rapatrié le président sahraoui Brahim Ghali, opération qui a déstabilisé le Makhzen et bien d’autres services dans le monde. Le diable est dans les détails. Le Point appartient au milliardaire François Pinault, grand ami de BHL auquel il a confié le soin d’écrire un éditorial chaque semaine. Pourquoi Tebboune a-t-il choisi Le Point si ce n’est pour faire un signe à Fafa ? Il aurait pu accorder cette interview au Washington Post, au Gardian, au NY Times ou à tout autre journal. Mais non, le choix s’est porté sur des journalistes qui crachent sur tout ce qui est algérien, ainsi Daoud le révisionniste qui vante les bienfaits de l’époque coloniale, et Meddi invité régulier à l’ambassade de France et grand amateur de petits fours.

Donc, après avoir lutté contre le terrorisme islamiste pendant des années, l’Algérie va basculer dans la boue islamiste, à l’image de la Turquie et de la Tunisie. L’interview de Tebboune dans Le Point est explicite à ce sujet. C’est écrit noir sur blanc et ça ne semble pas émouvoir Tebboune qui s’en félicite. Pourtant c’est le pire scénario que l’on pouvait imaginer. Connaissant la capacité d’infiltration des islamistes et leur propension à exercer l’entrisme, cet événement constitue un danger mortel pour l’État national algérien. Qui est derrière ce scénario chaotique que nous avons sur éviter lors des printemps islamistes concoctés par l’impérialisme et le sionisme ? La France n’est pas loin. Les USA non plus. Ceux-ci ont d’ailleurs toujours encouragé la cohabitation avec les islamistes et l’affaire des emails d’Hillary Clinton avec les Frères musulmans confirme cette thèse. N’oublions pas que la plus proche conseillère de « Killary » quand elle était secrétaire d’État d’Obama était Huma Abedin, la fille de Saleha Mahmood Abedin, membre des sœurs musulmanes, de la Ligue islamique mondiale, et amie intime de l’épouse de l’ancien président égyptien décédé Mohamed Morsi. J’ai consacré un article issu d’un long travail d’investigation à ce sujet.

Les résidus du bouteflikisme sont en train de nous ramener vers l’éclatement de l’Algérie. Je n’ai pas cessé d’alerter sur l’alliance mortelle entre les oligarques, Rachad et le MAK et certains résidus du bouteflikisme. Nous sommes en train de vivre les prémisses d’une catastrophe annoncée. Abandonner le terrain aux islamistes est une trahison. Et en bradant l’Algérie, les forces rentières sont en train de jouer avec le feu. Sachant que Tebboune n’a pas de force politique qui le porte, que le FLN et le RND sont morts et enterrés, certains spin doctors s’ingénient à offrir l’Algérie aux islamistes. Contrairement à ce que ces apprentis sorciers s’imaginent, mettre les islamistes au pouvoir en Algérie n’est pas une solution, c’est au contraire un grand problème. Cette situation est la conséquence immédiate du règne catastrophique de Bouteflika qui a tout fait pour placer les islamistes au centre de l’échiquier politique. Aujourd’hui, nous risquons d’avoir un Parlement et un gouvernement islamiste, couronnement de tout un travail de sape réalisé pendant des décennies. Les membres des organisations terroristes comme Rachad se frottent les mains surtout que tout en rejetant virtuellement les élections dans les réseaux sociaux, ils ont présenté des listes en catimini. C’est valable aussi pour le MAK qui va réclamer immédiatement l’indépendance de la Kabylie avec le prétexte que les Kabyles ne peuvent pas vivre sous le règne islamiste, alors que dans les faits, ils sont alliés. Il y aura également d’autres séparatistes au sud qui vont revendiquer la même chose. Le désert politique que vit l’Algérie en ce moment, l’abstention record qui s’annonce, la trahison historique des forces progressistes et démocratiques qui ont laissé un boulevard aux islamistes n’augure rien de bon pour l’avenir de l’Algérie. Notre pauvre pays malmené est en train de vivre un remake des années 1990 avec tous les périls que cela comporte, sachant que nous ne sommes plus dans les années 1990 car connaissant l’instabilité qui règne tout autour du pays, les dangers sont immenses. Un gouvernement islamiste en Algérie va galvaniser tous les groupes terroristes de la région.

Les patriotes dans l’armée doivent déjouer ce plan diabolique, car il y va de la survie de l’Algérie. Laisser les islamistes gouverner l’Algérie sera une catastrophe pour toute la planète. N’attendons pas que ce scénario se réalise, il faut anticiper. Mieux vaut prévenir que guérir, l’heure est grave et les forces patriotiques sont appelées à intervenir pour empêcher la réalisation de ce scénario et pour mettre hors d’état de nuire tous ceux qui participent à ce plan qui sert les desseins de l’impérialisme et du sionisme. Je suis tenté de dire « tout ça pour ça « ? Tous ces sacrifices pour livrer les clés de l’Algérie aux islamistes ? On ne peut imaginer que l’Algérie de Ben M’Hidi soit dirigée par les réactionnaires alliés de l’empire. Offrir ce pays qui a combattu et vaincu l’OTAN aux terroristes islamistes est une aberration qui ne peut mener qu’au désastre.  Non au démantèlement de l’État national algérien pour lequel se sont sacrifiés nos martyrs, qu’ils soient ceux qui ont combattu la France coloniale ou les martyrs du devoir qui ont donné leur vie pour la République face à l’obscurantisme intégriste ! Pas de compromis avec les terroristes !

À bas l’islamisme ! À bas le fascisme islamiste ! À bas la compromission avec l’islamisme ! Vive la République ! Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui. Les terroristes islamistes ne passeront pas ! NO PASARAN !

Mohsen Abdelmoumen