L’espion du Makhzen qui voulait être député à l’APN

Publié le Mis à jour le

La vie est étrange. Comment un veilleur de nuit algérien qui dormait dans la cuisine du Consulat général d’Algérie à Bruxelles peut-il devenir propriétaire de plusieurs biens immobiliers et se présenter aux élections législatives pour un siège à l’APN, zone 4, sur la liste HMS de Makri ? Cette formidable ascension a pourtant une explication très rationnelle. C’est grâce au témoignage de notre source qui a très bien connu ce sinistre personnage que nous pouvons alerter l’opinion publique. C’est en 2010 que tout a commencé pour notre source. Brahim D., que nous appellerons « le traître » – et nous ne mettrons pas une majuscule à ce surnom -, a approché notre source en se présentant à lui comme un agent des services algériens et en lui faisant miroiter qu’il va pouvoir montrer son patriotisme en rendant des services à son pays. Il s’agissait pour notre source de copier une série de fichiers sur un ordinateur, fichiers composés de photographies que Brahim D. avait faites au consulat et qui comportaient tous les renseignements relatifs aux ressortissants algériens enregistrés. Brahim D. prétendait que ces informations étaient destinées à établir une base de données qui permettrait d’envoyer des prospectus aux électeurs pour les élections en Algérie. Craignant de laisser des traces, le traître a alors fourni un disque dur à notre source en lui demandant d’y transférer les fichiers et de tout effacer sur l’ordinateur. Le transfert terminé, Brahim D. a emporté le disque dur, persuadé d’avoir éliminé toute preuve. Cependant, notre source qui commençait à avoir des soupçons sur l’honnêteté de ce triste sire, a conservé la totalité des documents qui sont aujourd’hui à notre disposition. Il a aussi copié tout le répertoire téléphonique de Brahim D. dans lequel on trouve, entre autres, le nom de Ouassini Bouazza. Il rencontrait aussi Saïd Bouteflika lorsque celui-ci se déplaçait à Bruxelles dans une résidence privée. Le long travail de collecte de renseignements a duré jusqu’en 2017, période à laquelle notre source a découvert le pot aux roses et a compris qu’il avait accordé sa confiance à un usurpateur doublé d’un traître qui a brisé des vies et qui n’a fait que du mal autour de lui.

Entretemps, Brahim D. envoyait des Algériens à des conférences d’intellectuels marocains en leur demandant d’enregistrer leurs propos, prétendant que des mauvais coups contre l’Algérie se préparaient lors de ces réunions et que récolter ce qu’il s’y disait était une preuve de patriotisme. Le traître attendait dehors et emportait les enregistrements dès qu’ils lui étaient transmis. Notre source s’est rendue trois fois à ces conférences et jamais un seul mot n’a été prononcé contre l’Algérie, il s’agissait toujours de réunions d’opposants marocains au roi. Nos compatriotes impliqués dans cette surveillance ont commencé à comprendre qu’ils avaient été abusés et que les enregistrements qu’ils avaient réalisés étaient destinés au… Makhzen.

Brahim D. se vend au plus offrant et il semble que le Makhzen paie bien. Il est proche du Belgo-marocain Fouad Ahidar, député bruxellois et président du Parlement flamand de Bruxelles, élu du sp.a (socialistes flamands). Ils se sont rendus ensemble en Algérie pour faire du business et vont fréquemment au Maroc, toujours ensemble.

Mais ce n’est pas tout. Brahim D. fait du trafic de passeports et a trempé dans une affaire concernant le transfert au Maroc d’un Algérien emprisonné en Belgique. A la demande des services secrets marocains et avec l’aide administrative de Brahim D., les Belges ont extradé notre compatriote au Maroc où il subit la torture depuis dix ans. Non content d’être un agent du Makhzen infiltré au Consulat général d’Algérie à Bruxelles, Brahim D. est aussi lié au mouvement Rachad, catalogué organisation terroriste. Il est d’ailleurs sous enquête par les Belges pour blanchiment d’argent et traite d’êtres humains.

Sachant que cette crapule s’est vantée auprès de notre source de percevoir 6000 euros à vie en étant député, je répondrai que la place de ce traître n’est pas à l’Assemblée mais en prison pour haute trahison ! Nous tenons à souligner le travail remarquable du BS, les services de renseignement algériens attachés à l’ambassade, qui ont rendu un rapport détaillé de cette affaire. Mais ne nous y trompons pas, ce qui est révélé ici n’est que la pointe de l’iceberg qui démontre à quel point notre pauvre pays est gangrené par des racailles sans scrupules prêtes à tout pour s’enrichir en suçant le sang du peuple algérien s’il le faut. La patrie de Ben M’hidi et Benboulaïd ne peut pas accepter que sa représentation diplomatique à l’étranger et son Assemblée soit polluées par des bêtes malfaisantes à l’image de ce traître qui, je le répète, mérite de croupir en prison pour un très long séjour.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/06/15/le-membre-actif-de-rachad-et-espion-du-makhzen-qui-voulait-etre-depute-a-lapn/