Les sionistes marocains à la rescousse du Makhzen

Publié le

Le roi du Maroc en compagnie de rabbins juifs. D. R.

Le Makhzen se livre à une débauche de gesticulations compulsives pour persuader le monde que le Sahara Occidental est marocain et, dans la foulée, pour tenter de nuire à l’Algérie, soutien inconditionnel du peuple sahraoui. Dans son dernier discours, Mohamed VI avait lancé un appel à la diaspora marocaine, y compris juive, pour qu’elle soutienne la « marocanité » du Sahara. L’appel a été entendu. En effet, mardi 6 septembre, à Larache, s’est tenue une conférence « sur le rôle des Juifs marocains dans la défense de l’intégrité territoriale du Royaume, ainsi que la contribution des autres Marocains du monde ». Ce qui est intéressant dans cet article publié dans un site d’information régional marocain, maptanger.ma, c’est qu’il met en exergue le rôle joué à l’étranger par la communauté marocaine, et le contrôle qui est exercé sur elle par le Makhzen, ce que nous ne cessons de dénoncer dans nos articles. Ainsi, le paragraphe qui suit est très éclairant puisque les participants à cette conférence ont relevé que, nous citons : « la défense de l’intégrité territoriale du Royaume tire sa force et sa large présence de la diplomatie officielle qui a prouvé son efficacité et son fort impact, mais aussi de l’efficacité et du dynamisme des Marocains du monde, dont les juifs marocains qui placent la première cause nationale et leur amour à leur patrie d’origine au centre de leurs préoccupations ». Donc, en clair : lobbying auprès des instances et institutions à l’étranger, et contrôle et activation des ressortissants marocains pour influencer ces mêmes instances et institutions.

Nous avons un exemple éloquent de cette influence exercée par la diaspora sur les institutions étrangères avec la députée franco-marocaine macroniste et ancienne ministre de la Ville lors du précédent mandat de Macron, Nadia Hai. L’Assemblée parlementaire française a en effet reçu ce 11 septembre la militante sahraouie Sultana Khaya, présidente de la Ligue pour la défense des droits humains et la protection des ressources naturelles au Sahara occidental, qui était conviée en même temps que le représentant du Front Polisario en France, Mohamed Sidati, pour venir témoigner sur les violations qu’elle a subies, notamment un état de siège à son domicile, la torture lors de son arrestation et plusieurs tentatives d’assassinat. Sultana Khaya devait se rendre ensuite à la fête de l’Humanité où elle était invitée d’honneur. La députée Nadia Hai qui milite pourtant contre la violence faite aux femmes, ne se sent pas concernée par les tortures, viols et sévices, subis par la militante sahraouie, laquelle figure dans le reportage filmé de Democracy Now à Laâyoune dont nous avons parlé dans notre article précédent. Voici le commentaire de Madame Hai : « L’accueil réservé à Mme Sultana Khaya relève d’une initiative du député communiste Jean-Paul Lecoq, qui est clairement inscrit dans l’opposition à la majorité présidentielle. Il s’agit donc d’un acte isolé qui n’engage que sa personne. »

Madame Sultana Khaya a perdu un œil suite à la brutalité d’un soudard marocain, cela ne rentre pas dans le cadre de votre militantisme, Madame Hai ? Sultana Khaya n’est-elle pas une femme ? N’a-t-elle pas droit à la même protection que celle que vous préconisez à l’égard de toutes les femmes ? A moins qu’à vos yeux, les femmes sahraouies aient droit à un traitement particulier ? C’est-à-dire se faire tabasser et violer en toute impunité par des reîtres grossiers à la solde du roi du Maroc ? Puisque le témoignage de Madame Sultana Khaya n’a eu aucun impact sur vous, la presse du Makhzen accusant l’Algérie d’être à la source du déplacement de la militante sahraouie, nous vous suggérons de regarder la vidéo mise en ligne par le média alternatif américain Democracy Now qui a fait un autre reportage en mars dernier consacré à l’arrestation de Sultana Khaya par les forces d’occupation marocaines. Celles-ci ont détenu Sultana Khaya, ainsi que sa famille, en résidence surveillée pendant près de 500 jours au cours desquels elle a été victime de harcèlement et d’abus sexuels. Il a fallu qu’une délégation de militants des États-Unis arrive chez elle pour briser le siège et éloigner la surveillance policière : https://www.youtube.com/watch?v=cW6gpk0Tpoc. Democracy Now a consacré plusieurs vidéos sur l’occupation marocaine du Sahara Occidental, on ne peut donc pas accuser l’Algérie de faire de la propagande.

Alors Madame Hai, dites-nous, le fait que ce soit un député communiste, donc de l’opposition, qui ait invité Sultana Khaya devant l’Assemblée rend-il insignifiants les sévices subis par Madame Khaya ? Ou bien est-ce parce qu’elle est Sahraouie ? Les deux, sans doute, sachant que le parti LREM, rebaptisé Renaissance, le parti du président Macron, a installé depuis le mois d’avril 2021 une antenne à Dakhla, ville du Sahara Occidental occupée dont nous avons déjà parlé à de nombreuses reprises, montrant l’approbation officielle de la France sur l’occupation marocaine des territoires sahraouis. Il semblerait que le poulpe, l’huître et la tomate sahraouis aient également séduit le président français qui, tout en encourageant l’annexion du Sahara Occidental par le Maroc, ne cesse de pleurnicher auprès de l’Algérie pour obtenir du gaz et des contrats afin de colmater les brèches qu’il a lui-même causées dans son pays qui prend l’eau de toutes parts.

Que le parti de Macron installe une antenne à Agadir, passe encore, on connaît les liens « charnels » qui unissent la France au royaume de Bousbir. Nous rappelons au passage les nombreuses révélations du hacker Chris Coleman concernant l’implication de la DGED pour organiser les visites à la Mamounia et dans les palais luxueux, des politiciens, hommes d’affaires et autres élites françaises faisant des séjours réguliers au Maroc pour consommer de la chair fraîche. Et donc, si le royaume féodal du Maroc veut baser sa politique touristique sur la débauche, la prostitution et la pédophilie, grand bien lui fasse. Cela ne nous concerne pas et, à vrai dire, peu nous chaut. Là où cela pose problème, c’est quand la France, qui espère obtenir des avantages substantiels de l’Algérie pour tenter de palier à ses près de 3000 milliards d’euros de dette et qui va cruellement manquer de gaz cet hiver, participe à la colonisation du Sahara Occidental en implantant une antenne de son parti majoritaire, soit la Renaissance, ex-LREM, dans les territoires sahraouis occupés. Pour clore le chapitre de Dakhla, décidément très prisée, le Makhzen y accentue l’implantation de colons en faisant un appel d’offres de partenariat public-privé autour des terres agricoles. Il s’agit ni plus ni moins d’encourager la colonisation à grande échelle en offrant la possibilité, via l’attribution de terrains à de jeunes Marocains de la région de Dakhla Oued-Eddahab et aux investisseurs privés, de s’implanter durablement dans la région à travers une location longue durée allant de 25 à 40 ans.

Mais revenons à cette fameuse conférence de Larache du 6 septembre dernier pour soutenir « le Sahara marocain. » Une soixantaine de personnes venues de France, d’Espagne, du Canada, d’Argentine, de Suède, d’Israël, d’Andorre, de Suisse et du Mexique ont participé à des festivités organisées sous le thème de « La communauté juive au service du développement et de l’unité nationale ». Une vidéo d’i24News montrant l’arrivée à Larache de la communauté juive-marocaine pour ces festivités a d’ailleurs été mise en ligne par Algériepatriotique. Les intervenants à cette conférence ont affirmé avec un bel ensemble leur mission consistant à défendre l’intégrité territoriale du Royaume, cause sacrée de tous les Marocains, et le président de l’Association des Juifs Marocains au Mexique, un certain Moises Amselem El Baz, a déclaré solennellement que « les juifs marocains du monde entier sont unis et solidaires avec leur mère patrie, notamment sur la question du Sahara marocain ». Il a également rappelé que « de nombreux juifs marocains sont les ambassadeurs du Maroc dans leur pays de résidence », attachés à défendre les causes marocaines et « à faire face aux mensonges et allégations des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume ». Etaient présents aussi les habituels larbins sahraouis traîtres à leur peuple qui ont prêté allégeance à Mohamed VI, et que le Makhzen affiche ostensiblement comme faire-valoir. Nous ne répéterons pas leurs propos visqueux d’obséquiosité, ils n’en valent pas la peine, les traîtres étant décidément tous les mêmes. Que dire de plus ? On le voit, le lobby du Makhzen marocain doublé du lobby sioniste et juif marocain, sont très actifs partout où la diaspora s’est implantée. Si l’on y ajoute la vénalité de certains « journalistes » étrangers plus intéressés par les bakchichs et les séjours dans des villégiatures de luxe au royaume enchanté de la prostitution et de la pédophilie, et si l’on complète le tableau peu reluisant de la politique de subornation du Maroc avec, en cerise sur le gâteau, l’espionnage pratiqué entre autres via le logiciel Pegasus mais aussi via le contrôle exercé par le Makhzen sur tout ressortissant marocain établi à l’étranger, on a une vue assez complète de la situation.

Sachant tout ce qui vient d’être démontré concernant la soumission de la diaspora marocaine au Makhzen et sa ferveur à défendre leurs causes au centre desquelles figure « l’intégrité territoriale » du Maroc, à savoir la marocanité du Sahara Occidental, sachant aussi ce que le journaliste français Georges Malbrunot a révélé et dont nous avons parlé dans un précédent article concernant le fait que tout ressortissant marocain est potentiellement un agent du Makhzen et du Mossad, sachant les attaques quotidiennes perpétrées par le Maroc contre l’Algérie par voie de presse mais aussi via notamment les tentatives d’introduction de diverses drogues par la frontière avec le Maroc, sachant aussi que ce pays soutient les organisations terroristes de Rachad et du MAK, sans oublier la possibilité d’organiser des attentats sur le territoire algérien, il apparaît urgent de renvoyer chez eux tous les Marocains illégaux présents en Algérie. Ils n’ont rien à faire sur notre territoire et cela soulagera notre armée et nos services de renseignement qui sont obligés de les avoir à l’œil en permanence.

Pour terminer, Alger organisera le prochain Sommet de la Ligue des Etats arabes le 1er Novembre prochain, que cela plaise ou non au Makhzen marocain. Si le roi du Maroc veut y assister, qu’il le fasse. Qu’il vienne ou non, avec ou sans son nouveau favori l’athlète Yusef Kaddur, cela nous importe peu. Mais gardons à l’esprit que la plupart des Etats arabes ont tourné le dos au peuple palestinien en acceptant de nouer des liens avec l’entité sioniste d’Israël. Et d’ailleurs, cela pose question quant à la légitimité du roi du Maroc en tant que président du Comité Al Qods. N’oublions pas non plus que ce 12 septembre, au cours de la 51e session du Conseil des Droits de l’Homme qui se tient en ce moment à Genève, le représentant des Emirats arabes unis a lu, au nom de 35 pays soutenant la colonisation du Sahara Occidental par le Maroc, une déclaration d’appui à ce qu’ils appellent « la souveraineté du royaume marocain sur le Sahara ».

Pour ce qui est de l’Algérie, elle connaît ses ennemis et ne les craint pas. Notre armée et nos services de renseignement défendront notre patrie contre tous ceux qui voudront s’aventurer à lui porter atteinte, appuyés par l’ensemble du peuple algérien. Et qu’on se le dise, l’Algérie soutiendra toujours les peuples opprimés de la Palestine et du Sahara Occidental.

Mohsen Abdelmoumen

Publié dans Algériepatriotique: https://www.algeriepatriotique.com/2022/09/16/les-sionistes-marocains-a-la-rescousse-du-makhzen/