Articles

Bouteflika acte V : 5 Zanqat el-hbal (rue de la Folie).

Publié le Mis à jour le

la-candidat-1

Les Bouteflika symbolisent la dégénérescence du régime

Ainsi, après le 4, ruelle de l’Impasse, nous sommes arrivés au 5, rue de la Folie, Zanqat el-hbal, qui nous mènera tout droit vers l’avenue de l’Effondrement. Nous sommes dans l’acte V de la folie furieuse d’une bande de dégénérés, car les Bouteflika et leurs nervis sont le symbole parfait de la dégénérescence du régime algérien. Ce qu’ils sont en train de faire en optant pour le cinquième mandat de quelqu’un qui, je le répète, n’existe pas, n’a plus parlé au peuple depuis des années, n’assiste à aucune réunion internationale, ne voyage pas, sauf pour aller se faire soigner dans une clinique à l’étranger, est incapable de s’alimenter tout seul et, pour couronner le tout, ne maîtrise plus ses sphincters, est la preuve irréfutable de la dégénérescence du système. Le 5e mandat, c’est el houhda el khamja (le mandat pourri). Lire la suite »

Publicités

Un 5e mandat pour Bouteflika : à quoi servent les « élections » présidentielles en Algérie ?

Publié le Mis à jour le

S5e-mandat-1

L’année 2019 qui consacrera l’élection d’Abdelaziz Bouteflika comme président pour la cinquième fois s’inscrit en droite ligne dans le délabrement de l’Algérie sous les mandats consécutifs de cette mafiocratie composée de Bouteflika et de son entourage qui ont transformé la République algérienne en monarchie. Le cinquième mandat est la conséquence directe d’un quatrième mandat autant surréaliste que catastrophique. Qu’importe si la Constitution algérienne est violée, Saïd et Nacer Bouteflika se moquent éperdument de sauver les apparences, pour eux, la fin justifie les moyens. Bien que leur frère Abdelaziz malade soit incapable de gouverner, qu’il soit mourant, celui-ci se représentera pour un mandat supplémentaire, car il est impensable pour Saïd et Nacer, ainsi que pour les oligarques qui les entourent, de perdre leurs privilèges et le pouvoir qu’ils ont acquis. Lire la suite »

Maria Poumier : « L’État juif a une logique mafieuse détestable et pratique le mensonge historique à une échelle inédite »

Publié le Mis à jour le

Maria-Poumier-1

Maria Poumier. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Pourquoi, à chaque fois que quelqu’un soutient la cause juste du peuple palestinien, on lui fait subir un véritable lynchage avec des accusations d’antisémitisme, négationnisme, etc. ?

Maria Poumier : Il est évident que les Israéliens ont peur, précisément, que la défense des Palestiniens conduise à remettre en question les mythes fondateurs de la politique israélienne. Et ils savent que c’est une bataille perdue d’avance pour eux. La récurrence de leur férocité contre les Palestiniens, contre les militants occidentaux qui défendent la cause palestinienne, et contre les historiens qui pointent du doigt toutes les fraudes et les chantages pour imposer une version aussi dogmatique qu’incohérente sur l’histoire des persécutions subies par un certain nombre de juifs pendant la Deuxième guerre mondiale, tout cela est de plus en plus voyant. Cette répression valide, globalement, l’idée que depuis le début, l’État juif a une logique mafieuse détestable et pratique le mensonge historique à une échelle inédite : de quoi traîner devant des tribunaux internationaux de nombreuses personnalités politiques israéliennes. Lire la suite »

Le sourire de Ben M’hidi, le regard d’Ali la Pointe, et la déchéance de Bouteflika et sa clique

Publié le Mis à jour le

le-1er-Novembre1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Aujourd’hui, 1er Novembre, mes pensées vont aux jeunes révolutionnaires qui se sacrifiés pour une idée de liberté et de dignité. Ce sont des Immortels. J’ai toujours eu de l’admiration pour les gens qui sont morts pour une idée et un mépris sans limite pour ceux qui s’accrochent au pouvoir et les larbins qui les vénèrent. Pauvre Algérie ! Quand on pense à ces jeunes hommes qui ont donné leur vie pour l’indépendance du pays et qui ont écrit leur nom dans le marbre de l’Histoire, cette jeunesse fauchée à la fleur de l’âge qui a voulu rêver d’une nation libre et fière, débarrassée de l’esclavagisme colonisateur, et que l’on voit ce pays qui a vécu une épopée prodigieuse dirigé aujourd’hui par un vieillard léthargique corseté dans une chaise roulante, c’est triste à en pleurer. Lire la suite »

Dr. Anthony DiMaggio: “There is a strong need for an anti-imperialist movement”

Publié le Mis à jour le

Anthony-DiMaggio-1

Dr. Anthony DiMaggio. DR.

Mohsen Abdelmoumen:  In your book When Media Goes to War: Hegemonic Discourse, Public Opinion, and the Limits of Dissent, you make a very relevant statement about the role of the media as an imperialist tool of propaganda. In your opinion, does the empire need media that inform or just needs media that spread its propaganda?

Dr. Anthony DiMaggio: The goal of an efficiently functioning propaganda system is to both inform and indoctrinate audiences. People should believe they are learning things about the world for this system to flourish. But such learning occurs in a very truncated, narrow way, in which viewpoints from peoples across the world are downplayed or ignored, and U.S. governmental official voices are highlighted and celebrated as the “legitimate” newsmakers and drivers of foreign policy. Lire la suite »

Les Bouteflika parachèvent la destruction de l’État algérien

Publié le Mis à jour le

Saïd-à-la-manoeuvre-1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Comme je l’avais redouté et prédit dans plusieurs de mes articles, et cela depuis des années, le clan funeste des Bouteflika a réussi à déstabiliser l’armée qui jouissait jusqu’ici d’une grande popularité auprès du peuple algérien. Aujourd’hui, des généraux sont montrés du doigt, humiliés, perquisitionnés, et interdits de sortie du territoire, sauf celui qui a octroyé le marché de la viande pour l’ANP au sinistre Kamel Chikhi alias « El Bouchi », à savoir le général Mokdad qui n’a jamais été inquiété. Mes sources militaires m’ont affirmé, bien avant que l’affaire El Bouchi n’éclate, que Mokdad avait été imposé à la tête du DPM par Saïd Bouteflika, en remplacement du général Athemna, un général intègre, et que j’ai évoqué dans mon article déstabilisation de l’armée par Saïd Bouteflika. Lire la suite »

Le régime Macron : barbouzerie et voyoucratie

Publié le Mis à jour le

Benalla-et-Macron-1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Rien ne va plus au royaume de la Macronie emporté dans une tourmente dont on ne voit pas le bout. Scandale, vidéos choquantes, enquête judiciaire, commission d’enquête parlementaire, sénatoriale, révélations quotidiennes… la République française s’est pris les pieds dans un tapis de l’Élysée et s’est cassé la figure. Tout a commencé le 18 juillet – deux jours à peine après le retour triomphal de l’équipe de France avec la coupe du monde (si ce n’est pas malheureux…) – lorsque le journal Le Monde a révélé l’identité d’un proche collaborateur d’Emmanuel Macron figurant dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux le montrant casqué et portant un brassard de la police en train de malmener une jeune femme et un jeune homme lors d’une manifestation à Paris le 1er mai dernier. Depuis lors, plus personne n’ignore ce qui est devenu aujourd’hui « le Benallagate » qui tient la France en haleine et qui fait les Une de tous les journaux. Lire la suite »