Dr. Kim Scipes: “Capitalism is literally killing life on the planet”

Publié le Mis à jour le

Kim_Scipes_6d9f5

Dr. Kim Scipes. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Your book Building Global Labor Solidarity in a Time of Accelerating Globalization is a manifesto for the unification of the labor union movement around the world. In your opinion, is this idea a requirement in the resistance to the ultra liberal offensive? Is the idea of a global labor union front feasible?

Dr. Kim Scipes: I think we have to be careful about the idea of a global labor organization.  I certainly think that labor should be talking to each other, respectfully, and perhaps more importantly, listening to each other.  I think a global union front—down the road—might be a good thing, but it would have to be constructed, not just asserted on the existence of unions today.  If we say a global labor front is a desirable goal down the road, what are the values on which it is built?  Certainly, non-oppression of other labor movements is a necessity.  But there’s also got to be a sharing of resources, as well—especially between the larger unions (mainly in the Global North) with those in the Global South. Lire la suite »

Publicités

Dr. Kim Scipes : «Le capitalisme est littéralement en train de tuer la vie sur la planète»

Publié le Mis à jour le

 

Kim-Scipes5_

Dr. Kim Scipes. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre Building Global Labor Solidarity in a Time of Accelerating Globalization est un manifeste pour l’unification du mouvement syndical à travers le monde. Selon vous, cette idée est-elle une exigence dans la résistance face à l’offensive ultralibérale ? L’idée d’un front syndical mondial est-elle réalisable ?

Dr. Kim Scipes : Je crois que nous devons penser à l’idée d’une organisation syndicale mondiale. Je pense certainement que les travailleurs devraient dialoguer respectueusement et, peut-être plus important, s’entendre. Un front syndical mondial – sur le long terme – pourrait être une bonne chose, mais il faudrait qu’il soit construit, pas seulement revendiqué sur l’existence des syndicats aujourd’hui. Si nous disons qu’un front mondial du travail est un objectif souhaitable à long terme, quelles sont les valeurs sur lesquelles il se construit ? Certes, la non-oppression des autres mouvements ouvriers est une nécessité. Mais il y a aussi un partage des ressources, surtout entre les plus grands syndicats (principalement dans le Nord global) avec ceux du Sud global. Lire la suite »

Saïd Bouteflika, son harem, son hammam et la castration nationale

Publié le Mis à jour le

les-tronches

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Me sentant concerné par les déclarations des énergumènes que sont Abdelkader Bensalah, président illégitime du Conseil de la Nation (Sénat), Saïd Bouhadja, président illégitime de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), « élu » avec moins de 15 % du corps électoral, et bien sûr la panthère rose, le grand « moudjahid » et « martyr », kouider ezzadam Ould Abess, à propos de l’application de l’article 102 et de l’appel à l’intervention de l’armée, j’ai décidé de répondre à ces voleurs et pilleurs de la nation, à ces faux témoins, pour leur dire qu’on ne parle pas la bouche pleine devant la mangeoire et qu’il faut arrêter de se la péter, car ils ne sont rien du tout. Lire la suite »

Kenya, another model of political collapse in Africa

Publié le Mis à jour le

1552208

The coalition of Kenyan opposition, the NASA,

The recent crisis in Kenya following the presidential elections of 8 August reveals the tribal aspect that undermines electoral processes in African countries. Indeed, the political currents are often secondary, the preference going to the tribal affiliation of the candidates, as we have just seen in the recent Kenyan elections. These elections pitted the outgoing president, the « liberal » Uhuru Kenyatta, against Raila Odinga, « center-left » and leader of the opposition. It was the fourth presidential campaign of the latter. Lire la suite »

Le Kenya, un autre modèle de la faillite politique en Afrique

Publié le Mis à jour le

NASA-coalition

L’opposition kenyane NASA en mode « Men in Black ». DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

La récente crise du Kenya suite aux élections présidentielles du 8 août dernier révèle l’aspect tribal qui sape les processus électoraux dans les pays d’Afrique. En effet, les courants politiques sont souvent secondaires, la préférence allant à l’appartenance tribale des candidats, comme on vient encore de le voir dans les récentes élections kenyanes. Ces élections opposaient le président sortant, le « libéral » Uhuru Kenyatta, à Raila Odinga, du « centre-gauche » et chef de l’opposition. C’était la quatrième campagne présidentielle de ce dernier. Lire la suite »

Dr. Peter Hudis: « Awareness of the non-viability of capitalism grows with each passing day »

Publié le Mis à jour le

Peter Hudis1

Dr. Peter Hudis. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You wrote the relevant book « Frantz Fanon: Philosopher of the Barricades« . Why such an interest in Fanon’s work?

Dr. Peter Hudis: There is indeed a renaissance of interest in Fanon’s work in the last several years (my book is only one of many that have appeared). I think there are two reasons for this. The first is the objective changes in global capitalism, which is generating racial discrimination and racism on a huge scale. Racism, and especially anti-black racism, is not new to capitalism; as the history of the U.S. shows, class relations have been shaped by racial factors since the birth of the colonial project. This is why any “purely class” analysis always fails when applied to U.S. society. Lire la suite »

Dr. Peter Hudis : « La conscience de la non-viabilité du capitalisme augmente chaque jour qui passe »

Publié le Mis à jour le

Peter Hudis 3

Dr. Peter Hudis DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit le livre pertinent «Frantz Fanon, le philosophe des barricades». Pourquoi un tel intérêt à l’œuvre de Fanon ?

Dr. Peter Hudis : Il y a en effet un renouveau d’intérêt pour le travail de Fanon au cours des dernières années (mon livre n’est qu’un parmi ceux qui sont parus). Je pense qu’il y a deux raisons à cela. La première est que l’objectif change dans le capitalisme mondial, qui génère une discrimination raciale et un racisme à grande échelle. Le racisme, et surtout le racisme anti-noir, n’est pas nouveau dans le capitalisme, comme le montre l’histoire des États-Unis, les relations de classe ont été façonnées par des facteurs raciaux depuis la naissance du projet colonial. C’est pourquoi toute analyse «purement de classe» échoue toujours lorsqu’elle est appliquée à la société américaine. Lire la suite »