Argo… histoire d’un mensonge américain

Publié le Mis à jour le

Image

Les otages libérés LNR D.R.

Tout le monde est là… La chanson de Cheb Hasni m’est venue tout naturellement à l’esprit en voyant la cérémonie des Oscars 2013 dans les différents médias télévisés. De Lincoln à Obama, la célébration du cinéma qui vient de se dérouler à Los Angeles était tout sauf cinématographique, car c’est la toute première fois où l’on voit l’épouse d’un président américain en fonction décerner, depuis la Maison Blanche, la statuette tant convoitée par le gratin de Hollywood. Madame Michelle Obama a récompensé le film « Argo », digne héritier du cinéma surgelé de la guerre froide. En effet, ce n’est pas le chef de la CIA, le wahhabite Brennan, qui a félicité l’équipe de l’antenne de la CIA à Téhéran, à laquelle on rend hommage pour une gloire qu’elle n’a jamais mérité. Cela s’appelle faire de la politique en réécrivant l’histoire à la sauce hollywoodienne. Par devoir de mémoire, un correctif s’impose donc concernant la vérité aux abonnés absents. Lire la suite »

Publicités

La députée européenne Véronique De Keyser à Algeriepatriotique : «Ce que votre ambassadeur m’a dit…»

Publié le

Véronique De Keyser : «Je ne vois pas en quoi une intervention militaire ferait avancer le problème syrien.» D. R.

Véronique De Keyser : «Je ne vois pas en quoi une intervention militaire ferait avancer le problème syrien.» D. R.

Algériepatriotique : Au moment où les tambours de guerre résonnent, peut-on connaître votre opinion concernant la guerre infâme que s’apprêtent à mener les Etats-Unis et leurs alliés, notamment la France, contre le peuple syrien ?

Véronique De Keyser : Ma position n’est finalement pas différente de celle d’une large partie des pays européens, c’est-à-dire qu’effectivement l’emploi d’armes chimiques est inacceptable, mais à l’heure actuelle et à travers le mandat des enquêteurs des Nations unies, rien ne permet de prouver qui les a utilisées. Donc, ce n’est pas établi et il est difficile d’aller plus loin. Je condamne complètement l’emploi des armes chimiques, mais je ne suis pas la seule à le condamner puisque la Russie et même l’Iran le condamnent également. Quand il y a des violations du droit international, il faut effectivement des sanctions, il faut un jugement et il faut des coupables, et je ne pense pas qu’une intervention militaire aujourd’hui résolve ce problème-là. On me dit qu’une intervention militaire va permettre une négociation politique plus rapide, c’est un pari, moi je crains qu’une intervention militaire pénalise le peuple syrien et n’amène pas du tout, au contraire, éloigne la possibilité de la seule solution possible qui est une négociation politique entre les rebelles et le gouvernement à l’échelle régionale et internationale, puisque tout le monde sait que c’est une «proxiwar» avec des tas d’interférences étrangères de tous les côtés. Lire la suite »

Adieu camarade Giap

Publié le

Image

Le général Võ Nguyên Giap D.R.

Le vaillant guerrier qui a brisé les reins au colonialisme français ainsi qu’à l’impérialisme américain nous a quittés. Le grand général Giap qui n’avait fait ni West Point ni Saint Cyr mais qui avait été formé dans la meilleure école, celle de la vie, n’est plus. Quand l’Algérie était encore la Mecque des révolutionnaires, défilaient en permanence sur le tarmac de l’aéroport des grands hommes comme Mao Zedong, Che Guevara, Fidel Castro, l’Oncle Hô, accueillis par le défunt président Boumediene. Lire la suite »

La mort d’un Juste, à mon frère Vergès l’Algérien

Publié le Mis à jour le

Image

Jacques Vergès D.R. 

S’il y a une interview que je regrette de n’avoir pas pu finaliser, c’est la vôtre, et pourtant j’y étais presque, je vous savais fatigué de la lutte contre les injustices et de vos nombreux combats. Vous le Juste, je vous savais en partance, mais cette fois non pour Moscou ou Pékin ou New York, mais pour un voyage plus lointain dont on ne revient pas. A travers vous, je voulais humer les parfums des résistants, ceux d’Ali La Pointe et de Ben M’hidi. Une poignée de jours et vous êtes parti, nous laissant une fois de plus dans la souffrance de compter nos morts. J’ai ravalé mes questions, rangé mon stylo et j’ai laissé ma tristesse prendre le relais. Mon encre, je la puise souvent dans mes larmes quand les justes partent. Je garderai toujours sur moi l’odeur de votre Havane. A l’annonce de votre décès, j’ai pensé à Djamila Bouhired et à toutes les Djamila d’Algérie ainsi qu’aux braves dont le sang séché à cimenté les fondations de notre nation.  Lire la suite »

Le baron Marcel De Ruytter : La résistance belge par les « maux » ou le parcours d’un porteur de lumière

Publié le Mis à jour le

Image

Marcel De Ruytter D.R.

Le baron Marcel De Ruytter est né le 15 janvier 1910 à Liège, ville belge à forte dimension économique à cette époque par son activité sidérurgique et minière et ses nombreux travailleurs. Fils unique d’une famille aisée issue d’une longue lignée de riches brasseurs, il a mené une jeunesse dorée se consacrant à sa passion pour l’équitation et les concours hippiques. Seul point sombre : le divorce de ses parents alors qu’il avait dix ans.

Son entrée à l’université pour des études de géomètre lui fit rencontrer les idées marxistes qui changèrent le cours de sa vie : il adhéra au Parti Communiste belge. C’étaient les années ’30, avec la crise effroyable qui frappait des pans entiers de la société, plongeant les populations les plus fragiles dans la misère, avec la montée du fascisme en Italie, en Allemagne, en Espagne, menaçant la paix mondiale, avec l’anticommunisme hystérique de la bourgeoisie qui voyait d’un mauvais œil l’engouement populaire pour ce nouveau parti porteur d’espoir pour les classes défavorisées, avec la mise en place de mouvements pro-nazis, comme le parti Rex de Léon Degrelle en Wallonie et le VNV en Flandres, fers de lance de cette bourgeoisie. Lire la suite »

La bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo

Vidéo Publié le

Une page de notre guerre d’indépendance

Patrouille à l’Est d’Amar Laskri (1971)

Vidéo Publié le

Hommage à nos glorieux martyrs