Algérie

L’Algérie de Gaïd Salah entre le cachir et la campagne… d’arrestations

Publié le Mis à jour le

peuple-DZ-et-bourreau-2

Ahmed Gaïd Salah, résidu du bouteflikisme, s’entête à vouloir organiser une farce électorale le 12 décembre prochain à l’encontre du peuple algérien qui rejette catégoriquement toute émanation d’un système qui, par le choix et la médiocrité des candidats, rappelle l’ère Bouteflika. Il s’agit d’élections totalement illégales puisqu’elles ne respectent pas la Constitution – qu’ils ont concoctée eux-mêmes ! – et notamment l’Article 102, et qu’elles produiront un président tout aussi illégitime que le régime actuel. Ce régime honni, ou plutôt ce gang de malfrats, a en effet confié la tâche quasi impossible de régénérer le système à un incompétent doublé d’un corrompu, à savoir le général Gaïd Salah, assisté de sa bande de généraux dépravés. Lire la suite »

Dr. Sylvie Thénault : « J’ai toujours beaucoup de mal à admettre l’idée que beaucoup de Français ignoraient ce qu’il se passait en Algérie pendant la guerre »

Publié le Mis à jour le

Sylvie-Thénault-1

Dr. Sylvie Thénault. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre parcours universitaire, que ce soit votre master, votre thèse de doctorat et votre habilitation en tant que chercheuse, est centré sur la guerre d’indépendance de l’Algérie. D’où vient votre intérêt pour l’histoire de l’Algérie ?

Dr. Sylvie Thénault : Je n’ai aucun rapport personnel avec l’Algérie. Mon intérêt est venu du mouvement antiraciste de la fin des années 1980 en France. J’étais alors lycéenne et le combat contre le Front National, qui commençait alors à s’implanter dans la vie politique française, trouvait des arguments dans l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne. Ainsi, on rappelait que Jean-Marie Le Pen avait été lieutenant en Algérie et qu’il y avait torturé. On parlait aussi du 17 octobre 1961, comme preuve du caractère meurtrier du racisme. L’idée globale était que, pour que les enfants d’immigrés trouvent pleinement leur place dans la société française, il fallait panser les plaies du passé. Donc il fallait en parler et surtout parler de ses aspects les plus sombres. Lire la suite »

Et Novembre triomphera de toutes vos trahisons

Publié le Mis à jour le

Ben-M'Hidi-et-les-crapules-1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Cette année, Novembre nous revient avec une saveur particulière en nous montrant le peuple algérien en lutte pour sa dignité et pour son honneur, un peuple qui a souffert pendant si longtemps d’une variété infinie de calamités, de trahisons et d’ignominies. En cette période d’automne, nous nous souvenons de la glorieuse épopée de quelques hommes dignes et fiers, libres comme l’air des montagnes des Aurès, des Babors, de l’Ouarsenis, du Djurdjura, et de tous nos monts, de braves révolutionnaires qui ont gravé leur nom dans le marbre de l’Histoire en menant l’une des plus grandes révolutions de l’histoire de l’humanité, celle du 1er Novembre 1954. Nous nous rappellerons toujours leur mémoire et leur message qui s’adresse non seulement à l’Algérie, mais à toute la planète : celui de la liberté face au colonialisme, au déracinement et au fascisme que subissait le peuple algérien. Lire la suite »

Prof. Abderrahmane Mebtoul : « Les scandales financiers généralisés touchant la majorité des secteurs de l’activité nationale menacent les fondements de l’État algérien »

Publié le Mis à jour le

A. Mebtoul 5

Professeur A. Mebtoul. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle lecture faites-vous de la situation économique actuelle de l’Algérie ?

Prof. A. Mebtoul : Pour comprendre la situation économique , il est intéressant de se référer au   classement annuel du The Global Competitiveness Report, du World Economic Forum (WEF), qui concerne les contraintes du milieu des affaires et l’efficacité économique dans le monde, établi sur la base d’une centaine d’indicateurs quantitatifs émanant des États membres et des organisations internationales (Banque mondiale, FMI, UIT, CCI, Unesco…) ainsi que d’enquêtes qualitatives réalisées par le WEF lui-même. Pour rendre possible l’agrégation de données hétérogènes, tous les résultats sont convertis sur une échelle de notes de 1 à 7. Ces 110 notes sont ensuite regroupées en 12 catégories appelées « piliers », eux-mêmes répartis entre grands « sous-indices ». Dans son rapport de 2018, l’étude du WEF, réalisée auprès de 14 000 chefs d’entreprise de 137 pays, fournit un classement mondial des pays les plus compétitifs. Pour établir le classement de compétitivité de l’Algérie, le Forum s’est basé sur 114 indicateurs regroupés dans les 12 catégories suivantes : l’Algérie est classée  88e, loin derrière le Maroc (49e position) et la Tunisie (80e position). Quant au niveau de corruption, (85e place), l’Algérie est très mal classée, la corruption étant le deuxième plus grand écueil qui se dresse sur le chemin des investisseurs. Lire la suite »

L’Algérie entre l’alternance familiale des Bouteflika et des Gaïd Salah et la loi scélérate des hydrocarbures

Publié le Mis à jour le

2013-06-12T180524Z_1470467899_GM1E96D042I01_RTRMADP_3_ALGERIA-PRESIDENT_0

Bouteflika, Gaïd Salah et Sellal dans une réunion sans doute « Novembria Badissia » à l’hôpital militaire français des Invalides. DR.

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Alors que le peuple algérien attendait du grand mouvement populaire du 22 février une promesse et l’espoir d’un futur souriant pour l’Algérie, il a eu droit à une alternance entre deux familles qui composent le même système : exit la famille Bouteflika, bonjour la famille Gaïd Salah. Le grand malade invalide est parti, et d’autres malades l’ont remplacé : Bensalah cancéreux, Gaïd Salah aujourd’hui alité. Évidemment, ils ont tous dépassé depuis longtemps l’âge de la retraite, ce qui les place dans une catégorie de personnes susceptibles de passer l‘arme à gauche à plus ou moins brève échéance. Néanmoins, on peut se demander si l’Algérie est condamnée à être dirigée par des vieillards souffreteux. Pourtant, chaque mardi et vendredi, et cela devant toute la planète, dans un sursaut d’une maturité impressionnante, bravant les interdits, subissant les détentions arbitraires, le peuple continue à manifester en masse son désir d’un changement radical et le départ de tous les symboles de la forfaiture et de la trahison du régime Bouteflika et de ceux qui le composent, dans un mouvement pacifique qui restera dans les annales de l’histoire. Lire la suite »

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck : « Les Algériens sont descendus dans la rue le 22 février parce qu’ils en avaient assez du système »

Publié le Mis à jour le

Dr. Dalia Ghanem picture by Juan Luis Rod

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck (photo: Juan Luis Rod)

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez travaillé les questions liées au terrorisme, y compris dans le terrain. D’après vous, peut-on combattre le terrorisme sans combattre l’idéologie qui le génère ?

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck : C’est compliqué de le faire parce que les bombes et les armes ne combattent pas les idées. Tant que l’idée est là et qu’elle n’est pas combattue et contrée, il sera difficile de se débarrasser du terrorisme. Les gouvernements doivent mieux élaborer des récits alternatifs aux idéologies extrémistes, à la fois hors ligne et en ligne. Nous devons donner aux jeunes hommes et aux jeunes femmes de meilleurs outils pour pouvoir lutter contre la propagande extrémiste. Ces récits devraient comprendre des campagnes sociales, des campagnes médiatiques, des campagnes d’éducation pour les jeunes dans les écoles, dans les associations civiles… etc. Par ailleurs, tant qu’il y aura l’injustice sociale, la marginalisation, la répression, etc., le spectre du djihad continuera de hanter de nombreux pays dans le monde. Lire la suite »

Dr. Raouf Halaby : «Tous les Arabes du Golfe dorment dans le même lit avec Israël»

Publié le Mis à jour le

Raouf Halabi1

Dr. Raouf Halaby. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Comment analysez-vous le soutien inconditionnel des États-Unis à l’entité sioniste criminelle d’Israël ?

Dr. Raouf Halaby : Malheureusement, la politique américaine a été truffée de corruption sous la forme de contributions aux campagnes politiques. L’argent achète le pouvoir, l’accès aux médias et la possession des centres médiatiques. Qu’il s’agisse des journaux ou de la télévision, l’accès à ces formes de communication et leur appartenance à des groupes d’intérêts particuliers leur donne le pouvoir de contrôler la façon dont les gens pensent. Hollywood est un autre moyen de faire un « lavage de cerveau » aux gens et d’aider les masses à se forger une opinion dont le seul but est la propagande. Lire la suite »