Algérie

Dr. Nacer Djabi : « Ce moment générationnel marquera la différence entre l’Algérie d’avant et d’après le 22 février 2019 »

Publié le Mis à jour le

Nacer Djabi

Dr. Nacer Djabi. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quel est le regard du Sociologue que vous êtes sur les évènements récents qu’a connus l’Algérie ?  D’après vous, les manifestations qui se déroulent tous les vendredis depuis le 22 février n’ont-elles pas changé l’histoire de l’Algérie ?

Dr. Nacer Djabi : Ce qui se passe en Algérie depuis le 22 février est unique et n’a jamais eu lieu auparavant, pas même dans d’autres pays arabes, par exemple au cours du printemps arabe en 2011-2012, en prenant en compte le haut niveau de  mobilisation et son caractère national, ce qui inclut dans le cas de l’Algérie, des manifestations populaires par millions dans plus de trente villes pour les mêmes revendications politiques. Lire la suite »

Publicités

Prof. Mario Caligiuri : « La dégénérescence de la démocratie est comme le sommeil de la raison : elle engendre des monstres »

Publié le Mis à jour le

Mario Caligiuri3

Prof. Mario Caligiuri. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per l’italiano, clicca qui

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un expert de niveau mondial en matière de renseignement. Comment expliquez-vous l’incapacité de certains pays occidentaux à combattre le terrorisme ?

Prof. Mario Caligiuri : Tout problème social doit être appréhendé dans sa vraie nature, qui est culturelle. L’Occident interprète le monde de ses propres yeux et ne le comprend donc pas complètement. L’invasion de l’Irak sur la base de faux renseignements faisant état de l’existence d’armes chimiques qui n’existaient pas, ou l’intervention contre Kadhafi en Libye pour stabiliser la situation et créer le chaos en fin de compte, étaient des erreurs évidentes. Lire la suite »

Don’t touch our Algerian youth!

Publié le Mis à jour le

marteau- justice

I am angry to learn that tomorrow, Monday, April 29, my cousin Abdelmoumen Nasreddin and his companions Hanani Yahya and Sahli Mohsen will be brought before the judge in the town of Ferdjioua (Fedj M’Zala) for defamation against the former resigning president Abdelaziz Bouteflika. They just posted a critic on their Facebook page. Where do we go if we can not speak on Facebook? While affirming my solidarity with the families of these young people from deep Algeria, I would like to point out that it is Said Bouteflika who must appear before the judges for high treason and various economic crimes he has committed against the Algerian people. These young people only exercised their critical mind in the face of a surrealist situation where a frame was venerated, like all Algerians – Fakhamatou chaab – who took to the streets to chase the tyrant Bouteflika and his court. The religion of the frame advocated by the Bouteflika is dead! Who betrayed the November oath? Certainly not these young people who are the successors of the Novembrists, the worthy heirs of Ben M’Hidi, Benboulaïd and our martyrs. If anyone has betrayed the blood of the martyrs and insulted all Algeria and its people, it is the siblings Bouteflika and his clan. Gentlemen judges, take care of the nation’s criminals, looters and traitors. El Issaba, the Bouteflika gang, lost and they now belong to the sewers of history, and the patriots won. I ask the judges to drop all charges against these young people. As an Algerian patriot devoted to the cause of my homeland and justice, I assure my full solidarity with the families of these young people and all those who have suffered the colonialism of el issaba (gang) of the Bouteflikas. Down with the traitors of the nation! Don’t touch our young people! Tahia El-Djazaïr ! Glory to our martyrs!

Mohsen Abdelmoumen

 

Pas touche à notre jeunesse algérienne !

J’apprends avec colère que demain lundi 29 avril, mon cousin Abdelmoumen Nasreddin et ses compagnons Hanani Yahya et Sahli Mohsen vont être traduits devant le juge dans la ville de Ferdjioua (Fedj M’Zala) pour diffamation contre l’ancien président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika. Ils ont juste publié une critique sur leur page Facebook. Où va-t-on si on ne peut plus s’exprimer sur Facebook ? Tout en affirmant ma solidarité avec les familles de ces jeunes de l’Algérie profonde, je précise que c’est Saïd Bouteflika qui doit comparaître devant les juges pour haute trahison et divers crimes économiques qu’il a commis à l’encontre du peuple algérien. Ces jeunes gens n’ont fait qu’exercer leur esprit critique face à une situation surréaliste où l’on vénérait un cadre, comme tous les Algériens – Fakhamatou chaab – qui sont descendus dans la rue pour chasser le tyran Bouteflika et sa cour. La religion du cadre prônée par les Bouteflika n’est plus ! Qui a trahi le serment de Novembre ? Certainement pas ces jeunes qui sont les continuateurs des Novembristes, les dignes héritiers de Ben M’Hidi, de Benboulaïd et de nos martyrs. Si quelqu’un a trahi le sang des martyrs et insulté toute l’Algérie et son peuple, c’est bien la fratrie Bouteflika et son clan. Messieurs les juges, occupez-vous des criminels, des pilleurs et des traîtres de la nation. El Issaba, le gang des Bouteflika, a perdu et ils appartiennent désormais aux égouts de l’Histoire, et les patriotes ont gagné. Je demande aux juges d’abandonner toutes les charges contre ces jeunes. En tant que patriote algérien dévoué à la cause de ma patrie et de la justice, j’assure ma solidarité pleine et entière aux familles de ces jeunes et à tous ceux qui ont subi le colonialisme d’el issaba (gang) des Bouteflika. À bas les traîtres de la nation ! Pas touche à notre jeunesse ! Tahia El-Djazaïr ! Gloire à nos martyrs !

Mohsen Abdelmoumen

Published in Palestine Solidarité: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.mohsen_abdelmoumen.280419.htm

Algérie : Le peuple manifeste, le système Bouteflika subsiste

Publié le Mis à jour le

Gaïd-Salah-et-SaÏd-2019-1

L’Algérie continue à traverser l’une des crises les plus profondes de son histoire. Tout un peuple, soit des millions d’Algériens, est dans la rue alors qu’il n’y a aucune réponse politique offerte par le pouvoir en place incarné aujourd’hui par un président coopté, Abdelkader Bensalah, l’un des hommes les plus haïs d’Algérie, qui est une figure centrale dans le système Bouteflika qui continue à diriger l’Algérie. Ce dirigeant du RND  a toujours été au service de Bouteflika et a soutenu le 5e mandat. Tous les outils du règne de Bouteflika sont là, et le RND et le FLN dirigent encore l’Assemblée. Le peuple algérien veut faire table rase du passé et chasser ce système pourri qui a ruiné le pays et face à cette situation critique, Lire la suite »

Dr. Ali Ghediri : «Aujourd’hui, c’est d’une rupture dont l’Algérie a besoin»

Publié le Mis à jour le

Ali_Ghediri.2

Dr. Ali Ghediri. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez évoqué le concept de « la rupture sans reniement ». Pouvez-vous nous expliquer ce que vous entendez par là ? Comment peut-on traduire une rupture dans l’Algérie d’aujourd’hui ?

Dr. Ali Ghediri : J’ai choisi des termes choc. Le mot rupture est en soi polysémique selon qu’il s’applique à la physique, à la sociologie ou à la politique. C’est un terme qui recèle une part d’appréhension et, pour être beaucoup plus concret, je dirais que c’est un terme qui recèle de la peur. Dans la vie courante, de manière générale, on recourt à la rupture lorsqu’il y a un blocage qui n’autorise plus aucune dynamique. Ceci est vrai dans le domaine social en général et en politique en particulier. Parce que s’il y a bien un domaine où la posture statique est potentiellement dangereuse, c’est celui de la politique. Lire la suite »

Ni Bensalah, ni Bedoui, ni Belaïz ! Dégagez tous ! ڨاع يتنحاو

Publié le Mis à jour le

Manifestation 5 du4

Manifestation du 5 avril 2019. DR.

À force de manifestations immenses et d’abnégation, de courage et de dévouement, les Algériens ont montré au monde qu’ils étaient arrivés à détrôner un despote qui a fini dans la déchéance la plus totale. Exit Abdelaziz Bouteflika qui figurera dans les livres d’histoire comme le pire président qu’ait connu l’Algérie et celui qui a plongé le pays dans la mauvaise gestion, la corruption, le népotisme, le régionalisme, le clientélisme, la gabegie, la corruption, bref tous ces fléaux qui ont ravagé l’Algérie pendant les vingt ans de règne de cet homme sans scrupules. Pourtant, quand il est arrivé au pouvoir, il disposait d’un large consensus politique en plus du prix du pétrole qui atteignait des sommets. Lire la suite »

Le Dr. Daniel Warner: « La relation américano-saoudienne est basée sur l’argent et les bases militaires »

Publié le Mis à jour le

Le Dr. Daniel Warner nous parle de l’Algérie et de la politique étrangère américaine

Daniel Warner

Le Dr. Daniel Warner. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le Dr. Daniel Warner est un politologue américain qui vit depuis 1972 à Genève en Suisse. Il est titulaire d’un baccalauréat en philosophie et religion de l’Amherst College, aux États-Unis, et d’un doctorat en sciences politiques de l’Institut universitaire des Hautes Études internationales de Genève (HEID). À 21 ans, il a travaillé pour Bobby Kennedy qu’il admirait et a notamment participé au discours que le sénateur Kennedy a prononcé à Los Angeles en 1968, juste avant d’être assassiné. Lire la suite »