Algérie

Le député suisse Guy Mettan démonte la propagande occidentale (II)

Publié le Mis à jour le

Guy Mettan pointe les mensonges de l’Occident. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Ne pensez-vous pas que les dirigeants occidentaux qui ont mené des guerres dévastatrices en Irak, Libye, etc. et qui ont déstabilisé des pays, notamment avec les «printemps arabes», devraient rendre des comptes devant les tribunaux ?

Guy Mettan : Oui, bien sûr. Si nous étions dans un monde juste, équitable, il y a longtemps qu’on aurait dû traduire les responsables américains dans des cours pénales. Les crimes de guerre qui ont été commis au Vietnam, en Afghanistan, en Irak sont avérés. Je rappelle quand même que Julian Assange est en prison parce qu’il a révélé à travers Wikileaks des crimes de guerre américains commis en Irak. Maintenant ça continue au Yémen. Il y a toujours une guerre qui ne dit pas son nom dans l’est du Congo, une guerre qui se fait aussi par proxy, via l’armée rwandaise armée par les Etats-Unis et les Occidentaux et qui approvisionne des milices armées pour semer le chaos afin de permettre aux grandes multinationales occidentales de s’approprier des minerais tels que le cobalt et le coltan, dont cette région regorge. Tous ces crimes, en principe, sont passibles de tribunaux, mais jamais la Cour pénale internationale ne s’est intéressée aux responsables occidentaux pour les crimes qu’ils ont commis. On est de nouveau dans un système «deux poids, deux mesures», un système de doubles standards où l’on condamne – peut-être à juste titre, je ne suis pas qualifié pour en juger – des prétendus criminels de guerre africains, mais jamais des criminels de guerre occidentaux. Et encore moins américains. Comme par hasard, les Etats-Unis n’ont pas ratifié la Convention sur la Cour pénale internationale. Nous sommes face à un déni de droit manifeste. Mais je pense que ce genre de chose ne s’oublie pas. Peut-être les générations futures s’y intéresseront-elles. Regardez l’esclavage. On a passé cela sous silence pendant des siècles mais c’est une thématique qui remonte à la surface un siècle et demi après son abolition officielle. La mémoire des peuples n’oublie pas les avanies subies.

Lire la suite »

Sale temps pour le régime expansionniste et prédateur du Makhzen

Publié le Mis à jour le

Les eurodéputés se réveillent pour voter réellement. D. R.

Le 19 janvier 2023 est une date à marquer d’une pierre blanche dans l’agenda du Parlement européen. En effet, celui-ci, secoué par le gigantesque scandale de corruption désormais connu sous l’appellation Marocgate, a décidé de tenter de retrouver sa virginité en votant une résolution à l’encontre du Maroc. Avec 356 voix pour, 32 contre et 42 abstentions, les eurodéputés ont condamné le Maroc pour ses atteintes à la liberté de la presse et aux droits de l’Homme, notamment concernant plusieurs journalistes et opposants rifains emprisonnés et torturés, ainsi qu’à son usage du logiciel espion Pegasus pour espionner notamment les journalistes.

Le Parlement demande, en outre, aux Etats membres de cesser d’exporter des technologies de surveillance vers le Maroc. La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a interdit l’entrée de l’Eurochambre aux représentants du Maroc jusqu’à ce que l’enquête pour corruption du Marocgate soit terminée, mais une délégation s’est quand même rendue à Strasbourg pour tenter d’influencer le vote contre le Maroc. Le royaume de Bousbir qui n’avait plus été inquiété de cette façon depuis un quart de siècle, grâce aux enveloppes qu’il distribuait à certains députés qu’il avait corrompus, a reçu une véritable gifle. Et la délégation marocaine qui avait été envoyée à Strasbourg pour tenter d’influer une fois de plus sur le vote a, pour la première fois depuis des lustres, fait chou blanc.

Lire la suite »

Ma réponse au sieur Driencourt et consorts

Publié le Mis à jour le

L’ancien ambassadeur français à Alger Xavier Driencourt. D.R.

Depuis quelques jours, l’Algérie est au centre d’un tir croisé provenant de toutes les sphères du pouvoir français et ses relais médiatiques, intellectuels et même sportifs, attaques cautionnées par certains individus d’origine algérienne qui revendiquent fièrement leur statut de bougnoules colonisés au service de Fafa. Tout cela sur fond de Marocgate qui n’a pas fini de nous remonter des profondeurs océanes au large de Dakhla des poissons frétillants tombés dans les filets des différents Parquets européens. Mais laissons travailler la justice et penchons-nous sur les différentes déclarations des uns et des autres qui, étrangement, arrivent toutes au même moment. Or, il n’y a pas de place pour le hasard en politique, surtout quand, comme la France, on est au bord de l’abîme. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Lire la suite »

Le Maroc serait champion du monde de la balle ronde et après ?

Publié le Mis à jour le

L’équipe marocaine encadrée par les services de renseignement de Mohammed VI. D. R.

Le Maroc passe en demi-finale du Mondial au Qatar. Et pourquoi pas champion du monde tant qu’on y est ? Soit dit en passant, de mémoire de footballeur, on n’a jamais vu un Mondial se dérouler en plein hiver. Après cet «exploit», il est clair que la chair fraîche marocaine sera surcotée au marché des esclaves à Doha. Ils sont fiers, disent-ils avec des trémolos dans la voix et les larmes aux yeux, parce que c’est le premier pays africain qui soit arrivé là, qualifiant ce moment d’«historique». Historique. Oui. Pourquoi pas ? Dans ce monde déboussolé où les valeurs du toc et du clinquant ont pris le pas sur l’intelligence, la générosité, le courage et la beauté, on ne s’étonne plus de rien.

Pourtant, il n’y a vraiment pas de quoi être fier de chanter l’hymne de Leo Morgan en brandissant le drapeau de Lyautey. Une nation ne se fait pas dans un carré rectangulaire de gazon où des moutons ou des chèvres courent derrière un ballon pendant que les vaches regardent passer les trains de la véritable histoire en ruminant. L’Histoire, avec un grand H, ne se fait pas dans les arènes des gladiateurs modernes, ces milliardaires mondialistes que sont devenus les footballeurs d’aujourd’hui qui n’ont pas de nation et donc les seuls drapeaux sont les logos des multinationales. Ces serviteurs du grand capital, pourris par l’argent et bien souvent sans moralité, sont le symbole parfait de la déchéance du système capitaliste.

Lire la suite »

La cabale anti-Algérie continue

Publié le

Scène de la rue bruxelloise après la rencontre Belgique-Maroc. D. R.

La Belgique est sous le choc depuis ce dimanche 27 novembre, lorsque, l’équipe belge ayant été battue au Mondial par l’équipe du Maroc, les rues du centre de Bruxelles ont été envahies par une nuée de supporters marocains, dont certains étaient cagoulés, qui se sont livrés à une véritable orgie de destruction du mobilier urbain en brandissant le drapeau du Maroc. On a vu des voitures de particuliers incendiées, des abris de bus explosés, des camions de pompiers et des ambulances caillassées, des policiers visés par des jets de pierres, et autres démonstrations de « liesse populaire ». Un journaliste a été blessé au visage par un feu d’artifice et une vidéo circule montrant un individu grimper sur la façade d’un immeuble jusqu’à un balcon du 2e étage pour y décrocher le drapeau belge et le jeter sur la foule sous les acclamations. C’est dire à quel point les Marocains respectent leur pays d’accueil. Bruxelles n’a pas été la seule ville belge à subir cette frénésie destructrice. A Liège, par exemple, un commissariat a été attaqué, des night-shops vandalisés, des abris de bus détruits, et autres débordements du même type. La qualification du Maroc pour la Coupe du monde en 2017 avait déjà entraîné des émeutes en Belgique au cours desquelles 22 policiers avaient été blessés. Ce n’est donc pas une nouveauté. Il y a eu des émeutes également dans certaines villes des Pays-Bas, comme Rotterdam, La Haye et Amsterdam, mais les déprédations ont surtout eu lieu en Belgique.

Lire la suite »

Réponse aux eurodéputés à la solde du Makhzen qui attaquent l’Algérie

Publié le Mis à jour le

Raphaël Glucksmann, fils d’André Glucksmann. D. R

Le 16 novembre dernier, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et le commissaire chargé des Affaires étrangères, Josep Borrell, ont reçu une lettre cosignée par 17 députés européens alertant la Commission sur les relations entre l’Algérie et la Russie dans le contexte de la guerre en Ukraine. Cette démarche nous fait penser à celle des députés américains menés par les néoconservateurs que sont le sénateur Marco Rubio et la députée Lisa McClain, qui avaient alerté Antony Blinken sur les liens entre l’Algérie et la Russie, arguant que l’Algérie se fournissait en armement auprès de la Russie. Diable ! Tout le monde semble bien inquiet concernant les achats de l’Algérie en armement. Cette nouvelle initiative, provenant des députés européens cette fois, est conduite par l’ancien Premier ministre lituanien Andrius Kabilius. L’Occident est dirigé par une caste oligarchique d’incompétents et de corrompus, à l’image de cette von der Leyen plagiaire et corrompue qui trimballe toute une batterie de cuisine depuis son passage au ministère de la Défense allemande et qui cumule les conflits d’intérêts avec McKinsey et Pfizer. La corruption qui gangrène ce Parlement européen est connue depuis longtemps. Le lobby israélien et son appendice le lobby du Makhzen marocain soudoient les députés, les politiciens et les fonctionnaires des institutions en Europe et dans le monde pour obtenir leur soutien dans la colonisation que ces entités voyous exercent sur des terres qui ne leur appartiennent pas. Cela nous a été confirmé à plusieurs reprises lors d’interviews que nous avons réalisées avec des eurodéputés. Nous verrons plus bas que cette nouvelle lettre participe à une tentative supplémentaire de nuire à l’Algérie dont les signataires ne sont que des prête-noms, sauf un.

Lire la suite »

Basses manœuvres du Makhzen marocain au Sommet arabe d’Alger

Publié le

Nasser Bourita à la réunion préparatoire des MAE. D. R

Les préparatifs du Sommet arabe organisé à Alger le 1er et le 2 novembre nous ont offert l’occasion d’assister en coulisses à un véritable festival makhzénien pour tenter de parasiter la rencontre pour la seule et unique raison qu’elle se déroule à Alger. Pour l’occasion, Hammouchi a mobilisé une véritable armée de mouches électroniques, les plumitifs anti-algériens habituels, les «experts» et «spécialistes» en tout et en rien, et les félons algériens qui se reconnaîtront et que nous n’avons pas envie de citer tant ils sont insignifiants, pour marteler la propagande du Makhzen à l’encontre de l’Algérie. Tout cet argent gaspillé, en vain, alors qu’il aurait pu servir au peuple marocain plongé dans la misère. Aucune autre délégation présente n’a fait de l’agitation, à part le Maroc. Ils sont comme enragés. C’est à se demander s’il ne faudrait pas tous les vacciner, non pas contre le Covid mais contre la rage. Quoi qu’il en soit, Bourita, relayé par la «presse» marocaine, nous a fait un véritable show pour, finalement, nous dire que Momo VI était très occupé avec son favori et qu’il ne pouvait pas trouver une minute à lui pour venir au Sommet. L’Algérie n’y voit aucun inconvénient et souhaite bien du plaisir au «Commandeur des croyants» avec Abu Azaitar. En fait, cela nous agrée car la terre des martyrs n’a pas à être souillée par la venue d’un monarque débauché et corrompu, doublé d’un ennemi.

Lire la suite »