Ana Gomes

Ana Gomes: “There is clearly a pro-Morocco lobby here in the European Parliament”

Publié le Mis à jour le

Ana Gomes1

Ms. Ana Gomes. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You sit in the Subcommittee on Security and Defense and in the Special Commission on terrorism in the European Parliament. What do you think of European coordination in the fight against terrorism?

Ana Gomes: It has improved considerably since 2015, particularly since the terrorist attacks in France that hit the Bataclan. It existed before but it is especially since the Bataclan that the information exchange between police and intelligence services has developed. However, there is still a lot to do. The causes of terrorism, including the reasons for radicalization among Europeans, have not yet been sufficiently addressed – and I am not talking only about the Europeans who went to join Daesh in Syria and Iraq, but Europeans who attacked us here at home. Most are our fellow citizens who are born and have radicalized here, and I think that has a lot to do with neoliberal policies that have completely disinvested in social inclusion, especially for young people from immigrant communities, and so it was easier for terrorist groups to recruit unstable people for any reason. Lire la suite »

Publicités

Ana Gomes : «Il y a clairement un lobbying pro-Maroc ici au Parlement européen.»

Publié le Mis à jour le

Ana Gomes7

Mme Ana Gomes. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous siégez dans la Sous-commission Sécurité et Défense et dans la Commission spéciale sur le terrorisme au Parlement européen. Que pensez-vous de la coordination européenne en matière de lutte antiterroriste ?

Madame Ana Gomes : Elle s’est beaucoup améliorée depuis 2015, notamment depuis les attentats terroristes en France qui ont touché le Bataclan. Elle existait déjà avant mais c’est surtout à partir du Bataclan que l’échange d’informations entre services de la police et de renseignement s’est développé. Cependant, il reste beaucoup à faire. On n’a pas encore suffisamment attaqué les causes du terrorisme, notamment les raisons de la radicalisation chez les Européens – et je ne parle pas seulement des Européens qui sont partis rejoindre Daech en Syrie et en Irak, mais des Européens qui nous ont attaqués ici, chez nous. La plupart sont nos concitoyens qui sont nés et se sont radicalisés ici, et je pense que cela a beaucoup à voir avec les politiques néolibérales qui se sont complètement désinvesties dans le social, dans l’inclusion sociale, notamment pour les jeunes gens issus des communautés de l’immigration, et donc c’était plus facile pour les groupes terroristes de recruter des gens instables pour n’importe quelle raison. Lire la suite »