Commission européenne

La cabale anti-Algérie continue

Publié le

Scène de la rue bruxelloise après la rencontre Belgique-Maroc. D. R.

La Belgique est sous le choc depuis ce dimanche 27 novembre, lorsque, l’équipe belge ayant été battue au Mondial par l’équipe du Maroc, les rues du centre de Bruxelles ont été envahies par une nuée de supporters marocains, dont certains étaient cagoulés, qui se sont livrés à une véritable orgie de destruction du mobilier urbain en brandissant le drapeau du Maroc. On a vu des voitures de particuliers incendiées, des abris de bus explosés, des camions de pompiers et des ambulances caillassées, des policiers visés par des jets de pierres, et autres démonstrations de « liesse populaire ». Un journaliste a été blessé au visage par un feu d’artifice et une vidéo circule montrant un individu grimper sur la façade d’un immeuble jusqu’à un balcon du 2e étage pour y décrocher le drapeau belge et le jeter sur la foule sous les acclamations. C’est dire à quel point les Marocains respectent leur pays d’accueil. Bruxelles n’a pas été la seule ville belge à subir cette frénésie destructrice. A Liège, par exemple, un commissariat a été attaqué, des night-shops vandalisés, des abris de bus détruits, et autres débordements du même type. La qualification du Maroc pour la Coupe du monde en 2017 avait déjà entraîné des émeutes en Belgique au cours desquelles 22 policiers avaient été blessés. Ce n’est donc pas une nouveauté. Il y a eu des émeutes également dans certaines villes des Pays-Bas, comme Rotterdam, La Haye et Amsterdam, mais les déprédations ont surtout eu lieu en Belgique.

Lire la suite »