corruption

Noureddine Boukrouh: “Algeria is currently at the crossroads”

Publié le Mis à jour le

Noureddine_Boukrouh_493614726

Noureddine Boukrouh. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Your book « Islam Without Islamism: Life and Thought of Malek Bennabi » is a relevant and necessary book to understand Islam and Islamism.According to you, can we say that Islamism is the negation of Islam?

Noureddine Boukrouh: There was a time, from 18th to 20th, where these two words were synonyms in the European languages because they meant one and the same thing, the religion of Islam. In the Arabic language, the word « Islamism » did not exist because it had no purpose. Islam was almost the same everywhere and, more importantly, Muslims did not kill each other for religious reasons, whatever their divisions: ethnic or doctrinal (Sunnis-Shiites, Sunnis among themselves …). Lire la suite »

Publicités

Noureddine Boukrouh : « L’Algérie se trouve actuellement à la croisée des chemins »

Publié le Mis à jour le

 

Nourredine-Boukrouh

Noureddine Boukrouh. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre « L’islam sans l’islamisme : vie et pensée de Malek Bennabi » est un livre pertinent et nécessaire pour comprendre l’islam et l’islamisme. Selon vous, peut-on dire que l’islamisme est la négation de l’islam ?

Noureddine Boukrouh : Il fut un temps, du XVIIIe au XXe, où ces deux mots étaient des synonymes dans les langues européennes parce qu’ils désignaient une seule et même chose, la religion de l’islam. Lire la suite »

Saïd Bouteflika, son harem, son hammam et la castration nationale

Publié le Mis à jour le

les-tronches

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Me sentant concerné par les déclarations des énergumènes que sont Abdelkader Bensalah, président illégitime du Conseil de la Nation (Sénat), Saïd Bouhadja, président illégitime de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), « élu » avec moins de 15 % du corps électoral, et bien sûr la panthère rose, le grand « moudjahid » et « martyr », kouider ezzadam Ould Abess, à propos de l’application de l’article 102 et de l’appel à l’intervention de l’armée, j’ai décidé de répondre à ces voleurs et pilleurs de la nation, à ces faux témoins, pour leur dire qu’on ne parle pas la bouche pleine devant la mangeoire et qu’il faut arrêter de se la péter, car ils ne sont rien du tout. Lire la suite »

Kenya, another model of political collapse in Africa

Publié le Mis à jour le

1552208

The coalition of Kenyan opposition, the NASA,

The recent crisis in Kenya following the presidential elections of 8 August reveals the tribal aspect that undermines electoral processes in African countries. Indeed, the political currents are often secondary, the preference going to the tribal affiliation of the candidates, as we have just seen in the recent Kenyan elections. These elections pitted the outgoing president, the « liberal » Uhuru Kenyatta, against Raila Odinga, « center-left » and leader of the opposition. It was the fourth presidential campaign of the latter. Lire la suite »

Le Kenya, un autre modèle de la faillite politique en Afrique

Publié le Mis à jour le

NASA-coalition

L’opposition kenyane NASA en mode « Men in Black ». DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

La récente crise du Kenya suite aux élections présidentielles du 8 août dernier révèle l’aspect tribal qui sape les processus électoraux dans les pays d’Afrique. En effet, les courants politiques sont souvent secondaires, la préférence allant à l’appartenance tribale des candidats, comme on vient encore de le voir dans les récentes élections kenyanes. Ces élections opposaient le président sortant, le « libéral » Uhuru Kenyatta, à Raila Odinga, du « centre-gauche » et chef de l’opposition. C’était la quatrième campagne présidentielle de ce dernier. Lire la suite »

Ali Benouari: « I warned against the risk of Algeria collapse »

Publié le Mis à jour le

Ali Benouari1

Ali Benouari. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You are an economist and a former minister of the Algerian Treasury, what are, according to you, the economic prospects of Algeria?

Ali Benouari: They are extremely bad. Do not rely on the forecasts of official growth rates, or even those, slightly less optimistic, of the IMF or the World Bank. The Algerian model is indeed extremely extrovert. It is based on oil and gas, which weigh more than 50 pc in the GDP and 97 pc of the exports which finance directly or indirectly three quarters of the State budget. Yet, the oil and gas income does not stop diminishing, as a result of the reduction in the deposits of Hassi R’mel and Hassissi Messaoud, downward pressure on prices and rising domestic consumption, which is boosted by direct and indirect subsidies. Lire la suite »

Ali Benouari : « J’ai mis en garde contre le risque d’effondrement de l’Algérie »

Publié le Mis à jour le

Ali Benouari3

Ali Benouari. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un économiste et un ancien ministre au Trésor algérien, quelles sont d’après vous les perspectives économiques de l’Algérie ?

Ali Benouari : Elles sont extrêmement mauvaises. Ne vous fiez pas aux prévisions de taux de croissance officielles, ni même celles, un peu moins optimistes, du FMI ou de la Banque mondiale. Le modèle algérien est en effet extrêmement extraverti. Il est basé sur le pétrole et le gaz, qui pèsent pour plus de 50% dans le PIB et 97% des exportations qui financent directement ou indirectement les trois quarts du budget de l’État. Or, la rente pétrolière et gazière ne cesse de s’amenuiser, par suite de la baisse des gisements de Hassi R’mel et Hassissi Messaoud, des pressions à la baisse des prix et à la hausse de la consommation intérieure, qui est dopée par les subventions directes et indirectes. Lire la suite »