DGSN

L’Algérie à la tête d’Afripol

Publié le Mis à jour le

arton52974-57759

Le siège d’Afripol à Alger. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

La naissance d’Afripol à Alger

Le 13 décembre dernier, la Conférence africaine organisée par la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a eu lieu à Alger avec la participation des représentants de 40 pays, de l’Union Africaine et d’Interpol. Les directeurs et inspecteurs généraux de police des pays africains s’étaient réunis en vue de finaliser la création d’une structure réunissant toutes les polices africaines pour une coopération visant à lutter contre la criminalité organisée, la cybercriminalité, le trafic de drogue et d’armes, et le terrorisme auxquelles ces diverses activités sont liées. Cette rencontre avait pour but d’entériner les textes juridiques relatifs à cet organisme qui sera opérationnel en 2016 sous la houlette de la DGSN. Cette nouvelle force africaine imaginée par l’Algérie en 2013 porte le nom d’Afripol et permettra à tous les pays africains de s’accorder dans la lutte contre le terrorisme. Lire la suite »

Publicités

L’Algérie entre le sacrifice de nos martyrs et la trahison des Bouteflika

Publié le Mis à jour le

Ben-M'hidi-1

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 
 

« L’Opération Zéralda » et ses conséquences

L’Algérie vit les conséquences multiples qui découlent de l’affaire des coups de feu tirés dans la résidence médicalisée de Zéralda le 16 juillet dernier, veille de l’Aïd, et chaque jour apporte son lot de destructions et de déstabilisations, essentiellement de l’appareil militaire. Comme je l’ai annoncé dans mon article précédent, cette opération a été initiée par Saïd Bouteflika lui-même, car il apparaît que c’est lui qui a utilisé son arme personnelle au cours d’une soirée bien arrosée. Les soldats de la Garde Républicaine ne comprenaient pas ce qui se passait car les tirs provenaient de l’intérieur de la résidence. Lire la suite »

L’Algérie dans la tourmente

Publié le Mis à jour le

ghard1_2605893

La vallée du M’zab brûle. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Ghardaïa, symbole de la faillite du pouvoir politique.

Ce que je n’ai pas cessé d’annoncer dans divers articles est arrivé. La situation dans la ville prospère de Ghardaïa où la cohabitation séculaire entre les différentes ethnies était un modèle de quiétude, s’est dégradée à tel point qu’elle a entrainé la mort de vingt-quatre personnes et fait de nombreux blessés y compris dans les rangs des policiers. La vallée du M’zab a toujours été un exemple de ce peut être l’Algérie avec ses variantes linguistiques, ethniques, et même religieuses. Cette oasis de paix s’est transformée graduellement en un enfer sur terre avec des morts en plein mois sacré du ramadan. Le lent pourrissement qui dure depuis deux ans a balayé tout ce qui avait été bâti pendant des siècles. Aujourd’hui, la caractéristique de cette région est que le seul nom de Ghardaïa est désormais synonyme d’affrontements et de mort. Lire la suite »

Manifestation des policiers algériens : un précédent historique

Publié le Mis à jour le

o-SIT-IN-DES-POLICIERS-LA-PRSIDENCE-facebook
Manifestation des policiers algériens devant le siège de la Présidence. D.R.

Nous assistons à une série de manifestations à l’échelle nationale qui met en lumière la souffrance – et nous pesons bien les mots – des policiers en Algérie et leurs problèmes professionnels. La première répercussion immédiate de l’échec total du quatrième mandat de Bouteflika et de ceux qui le portent vient en effet d’avoir lieu avec la manifestation des URS (Unités Républicaines de la Sûreté) que ne demandent ni plus ni moins que la démission du Directeur général de la Sûreté Nationale, le Général major Abdelghani Hamel, pressenti comme un éventuel successeur du président Bouteflika ou du Général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik, à la tête du DRS. L’échec monumental d’Abdelghani Hamel dans la gestion de cette crise compromet désormais sa carrière, mais au-delà du fiasco personnel du chef de la Sûreté nationale, le mouvement des policiers en Algérie met en évidence l’impéritie des dirigeants politiques du pays qui, au lieu de s’appuyer sur une vision stratégique et surtout sur une politique adéquate, utilisent la gestion sécuritaire du tout et du rien, et la crise de Ghardaïa en est l’illustration parfaite. Lire la suite »