Dick Cheney

Michael Parenti: “Any democratic victory or awakening that happens – even small – is a step forward.”

Publié le Mis à jour le

parenti

Michael Parenti.DR.

Mohsen Abdelmoumen: After reading your powerful and very strong book about imperialism, “The Face of Imperialism”, we feel the need to read again Lenin’s « Imperialism the Highest Stage of Capitalism« , because your book brings added value. What do you think?

Michael Parenti: It is generous of you to claim that my work adds value to Lenin’s.  I read his book forty years ago so I cannot claim to be drawing directly from it. But certainly we can say my book was doing some of the same things that his had done, for instance: trying to show the link between capitalism and colonial imperialism,  revealing the key role played by cartels, and how the imposing contradictions of capitalism work themselves out in brutal imperatives. Lire la suite »

Publicités

Michael Parenti : « Toute victoire démocratique ou éveil qui survient, même infime, est un pas en avant ».

Publié le Mis à jour le

Michael Parenti (Witness) - USA 1

Michael Parenti.DR.

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Après la lecture de votre ouvrage percutant et très fort traitant de l’impérialisme, « The Face of Imperialism », on ressent la nécessité de relire « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme » de Lénine, parce que votre livre y apporte une valeur ajoutée. Qu’en pensez-vous ?

Michael Parenti : C’est généreux de votre part de prétendre que mon travail ajoute de la valeur à celui de Lénine. J’ai lu son livre il ya quarante ans, je ne peux donc pas prétendre en être influencé directement. Mais nous pouvons certainement dire que mon livre établit quelques parallèles avec le sien, par exemple: en essayant de montrer le lien entre le capitalisme et l’impérialisme colonial, le rôle clé joué par les cartels, et comment les contradictions imposantes du capitalisme entraînent des impératifs brutaux. Lire la suite »

Le trafic des trésors archéologiques d’Irak, de l’invasion US à Daech-IS

Publié le Mis à jour le

hires_090718-A-8796C-063aL’armée américaine à Babylone en Irak. DR.

for translate, right click on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

La Mésopotamie est une antique région du Moyen Orient située entre le Tigre et l’Euphrate qui recouvre le nord-est de la Syrie et le nord de l’Irak. Sa civilisation a donné naissance à l’agriculture, à l’écriture, dont l’apparition est estimée à 3500 avant JC, à l’urbanisme, aux 24 heures dans une journée, à la création d’institutions, au droit, aux lois, au commerce, à l’art sous plusieurs formes (architecture monumentale, sculpture, peinture, orfèvrerie), à la musique, etc. Cette région regorge de trésors inestimables disséminés sur des centaines de sites archéologiques majeurs et des dizaines de milliers plus petits qui ont déjà fait l’objet de pillages par des aventuriers européens au XIXe siècle et ensuite par l’armée US lors de l’invasion en 2003. A l’époque de l’invasion criminelle US-britannique en 2003, de nombreux archéologues et historiens ont reproché aux armées occidentales d’avoir pillé le patrimoine irakien, accusant Washington d’avoir violé les accords internationaux de la Convention de La Haye datant de 1907 qui interdit formellement les pillages. Aujourd’hui, l’armée de fantassins à la solde des USA et d’Israël, Daech-IS, fait à son tour main basse sur les trésors de l’Irak, destinés à décorer les intérieurs luxueux des collectionneurs privés occidentaux qui les conservent en toute discrétion et ne les rendront jamais. Ainsi disparaît le patrimoine national irakien, témoin d’une civilisation éblouissante, dans les coffres-forts et les salons de l’Occident. Le pillage intensif et systématique des régions envahies par Daech-IS permet à l’organisation terroriste de financer son entreprise de mort et de destruction en fournissant pétrole et objets d’art à bas prix. Mais le diable est dans les détails et qui dit vendeur, dit acheteur, et tous ceux qui vendent ou achètent le fruit des rapines ont autant de sang sur les mains que les égorgeurs qui massacrent les peuples du Moyen-Orient. Lire la suite »

L’Amérique Latine à nouveau ciblée par l’Empire US

Publié le Mis à jour le

la-presidenta-brasilena-dilma-rousseff-i-el-presidente-venezolano-nicolas-maduro-c-y-la-mandataria-argentina-cristina-kirchner-_595_396_1115769

De gauche à droite, les présidents Dilma Roussef (Brésil), Nicolas Maduro (Venezuela), Cristina Kirchner (Argentine)

for translate, right click on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le continent sud-américain est dans la ligne de mire de l’impérialisme US qui fomente, selon son accoutumée, des opérations secrètes visant le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, et toute autre nation refusant de suivre la feuille de route étasunienne. Tous les coups sont permis et les USA, renouant avec leur passé trouble dans la région, concoctent des coups d’Etat et autres tentatives de déstabilisation. Dans cette conjoncture très dangereuse où s’entremêlent le soft power et les coups tordus de la CIA allant de la guerre économique à l’assassinat politique, nous voyons à quel point les Etats-Unis veulent changer la carte politique de l’Amérique Latine qui est entrée dans un processus durable d’installer des mouvements progressistes au pouvoir en faussant tous les calculs étasuniens, déchaînant ainsi les foudres de l’Empire. La politique d’agression permanente des Etats-Unis vise plusieurs objectifs. Il s’agit de limiter la grande influence des pays du BRICS à ses portes et surtout de la Chine, en reproduisant la vieille méthode des opérations noires de la CIA qui ont saigné l’Amérique Latine pendant des décennies. Il faut aussi briser l’alliance entre les pays du continent sud-américain qui, désireux de peser sur l’échiquier des négociations, se sont groupés dans des organisations comme le MERCOSUR ou l’UNASUR. Alors qu’ils sont en guerre un peu partout dans le monde, les Etats-Unis se retrouvent isolés sur leur propre continent, mis à part quelques pays larbins comme le Canada, le Mexique et la Colombie, cette dernière étant devenue une base arrière pour les opérations de déstabilisation des gouvernements progressistes démocratiquement élus. Lire la suite »

Un informe sobre la CIA y algunas preguntas

Publié le Mis à jour le

040518_iraqprison_theme_sub

DR.

Tras cuatro años de investigación sobre las actividades de la CIA en el que fueron hackeados computadoras senadores responsables de la investigación, y después de una feroz lucha entre los diferentes clanes dentro de la administración de Estados Unidos, la Comisión de Senado de Estados Unidos acaba de publicar un documento de unas 500 se desliza desde unos 6.300 páginas del informe que revela la tortura por la CIA bajo la administración de George W. Bush tras los atentados del 11 de septiembre de 2001. El informe describe varias técnicas interrogatorio competir crueldad y sadismo, como « comida » rectal, el waterboarding, amenazas de asalto sexual, privación del sueño, el uso del miedo a los insectos, posiciones de estrés, la desnudez forzada, ejecuciones simuladas, violaciones y amenazas de muerte contra la familia, el uso de taladros eléctricos, y otras prácticas bárbaras que la CIA ha utilizado en varios centros de detención en todo el mundo llamado « sitios negros » , se ha reducido en más de 5.000 páginas.  Lire la suite »

Un rapport sur la CIA et des interrogations

Publié le Mis à jour le

BUSH TENET

George W. Bush et George Tenet au siège de la CIA. D.R.

 

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Au bout de quatre ans d’investigation sur les agissements de la CIA au cours desquels les ordinateurs des sénateurs chargés de l’enquête ont été piratés, et après une lutte acharnée entre les différents clans au sein de l’administration américaine, la commission du Sénat américain vient de publier un document de quelques 500 feuillets issu d’un rapport de 6300 pages dévoilant les tortures pratiquées par la CIA sous l’administration George W. Bush, suite aux attaques du 11 septembre 2001. Le rapport décrivant les multiples techniques d’interrogatoire rivalisant de cruauté et de sadisme, telles que « l’alimentation » rectale, la simulation de noyade, les menaces d’agression sexuelle, la privation de sommeil, l’utilisation de la peur des insectes, les positions de stress, la nudité forcée, les simulacres d’exécution, les menaces de viol ou de mort envers la famille, l’utilisation des perceuses électriques, et autres pratiques barbares que la CIA a utilisées dans différents centres de détention à travers le monde appelés « sites noirs », a donc été amputé de plus de 5000 pages. Nous sommes une fois de plus face à l’arbre qui cache la forêt, et la seule certitude que nous ayons concernant ces révélations est la suivante : les nombreuses pages manquantes sont plus importantes que les pages publiées. En effet, pourquoi le rapport n’a-t-il pas été révélé dans son intégralité ? Est-il jugé trop compromettant ? Et si oui, pour qui ? Quoi qu’il en soit, le Département américain de la Justice a déclaré qu’il ne porterait aucune accusation contre les personnes impliquées dans les interrogatoires ni contre les fonctionnaires qui les ont ordonnées, sous prétexte que « le rapport n’a pas donné suffisamment de preuves pour mener à une condamnation ». Lire la suite »

Las agendas secretas de Washington, por Paul Craig Roberts

Publié le Mis à jour le

brothers Dulles
Los hermanos Dulles

Uno pudiera pensar que a estas alturas, incluso los estadounidenses, ya se han dado cuenta de la corriente constante de falsas alarmas que suenan en Washington con el fin de engañar a la gente para que apoye sus agendas ocultas.

El público cayó en la mentira de que los talibanes en Afganistán eran terroristas aliados de Al Qaeda. Los estadounidenses se enfrentaron a los talibanes en una guerra durante 13 años que solo sirvió para enriquecer la empresa de Dick Cheney, Halliburton, y otros intereses privados, para después terminar en otro fracaso de Washington.

El público cayó en la mentira de que Saddam Hussein en Irak tenía « armas de destrucción masiva » que eran una amenaza para los Estados Unidos y que si los EE.UU. no invadía Irak, los estadounidenses se arriesgarían a que una « nube en forma de hongo” pasaría por arriba de alguna ciudad norteamericana ». Con el ascenso del EI esta larga guerra aparentemente está lejos de terminar. Miles de millones de dólares en beneficios se vertirán en las arcas del complejo militar-industrial de Estados Unidos mientras Washington combate a aquellos que están redibujando las falsas fronteras del Medio Oriente, creadas por los británicos y franceses después de la Primera Guerra Mundial, cuando los británicos y franceses se apoderaron de territorios del antiguo Imperio Otomano. Lire la suite »